information critique contre l'islam conquerant supremaciste le terrorisme
archives histoire traditions 2004-2008

non-violence et pacifisme des Quakers

Des le 17ème siècle, les Quakers mènent leur combat pour la non violence, le pacifisme, l’égalité, dont celle homme/femme, contre l’esclavage. Mais, leurs comportements louables, ne s'auraient en aucun cas excuser celle de la majorité de ceux qui ont colonisé les Amériques commettant un véritable génocide des amérindiens



Naissance du Mouvement Quakers

Embrassades entre Quakers et Indiens copyright Musée de l'Homme Paris
Embrassades entre Quakers et Indiens copyright Musée de l'Homme Paris
Dans les îles britanniques dominées par l’anglicanisme (Eglise Réformée d’Angleterre), le 17e siècle fut une période de bouillonnement religieux. George Fox (1624-1691) est une figure parmi bien d'autres qui contestent les institutions religieuses établies. Dès 1647, il s'exprime en public pour partager son expérience religieuse directe, personnelle du Christianisme et le rejet des formes extérieures (clergé, sacrements, etc.). En 1652 il fonde la Société religieuse des Amis ( nom réglementaire des Quakers) Le mouvement commençe à se structurer dès 1653 et prône outre la simplicité des pratiques religieuses (Le culte primitif, aujourd'hui minoritaire, consiste en une réunion au cours de laquelle les participants gardent le silence, jusqu'au moment où l'Esprit les poussent à dire quelques mots, soit d'édification, soit l'un ou l'autre verset de la Bible), l’égalité de tous dont celle homme/femme au niveau religieux mais aussi éducatif ect... Autre figure emblématique de ce mouvement qu’elle a contribué à créer et développer celle de Margaret Fell, qui avec Fox va rédiger un manifeste portant spécifiquement sur l’égalité homme/femme, le plus ancien manifeste écrit de ce genre de l’histoire de l’humanité. A partir de 1660, ne peuvent faire partie des Quakers que les personnes s’engageant à être pacifistes. Les Quakers (trembleurs) sujet aux persécutions et mesures vexatoires vont pour certains émigrer aux colonies britanniques en Amérique.

Installation et développement des communautés de Quakers aux Etats-Unis- Lutte contre l'esclavage

Le fils de Sir William Penn Senior aristocrate et intime du monarque anglais totalitaire Charles II restauré sur son trône depuis 1660 William Junior se convertit au Christianisme et se joint aux Quakers. Strictement par amitié envers William Senior, le roi consent à faire fonder par William Junior, des colonies de refuge pour ce qu’il nomme "ces illuminés" qu'il persécute depuis son avènement. (Ces colonies deviennent ensuite trois États des É-U. , après l'indépendance de ces derniers.) William veut appeler sa principale colonie, Sylvania, i.e. "Pays de la forêt", mais le roi le force à la rebaptiser Pennsylvanie en l'honneur de William Senior. Cette entreprise prend le nom de « Sainte Expérience ». Il crée des liens d'amitiés avec les indiens, pratiques extrêmement rares à l’époque, leur achète des terres. Il met en pratique le pacifisme chrétien ("Il ne faut pas combattre mais souffrir… La foi et la pratique remplace la lutte"). L'article 1 de la Constitution (1688) de l'État affirme la totale liberté de conscience, mais aussi prône l’abolitionnisme en matière d’esclavage..

Cette campagne contre l’esclavage gagne également plus tard le Royaume Uni où les Quakers mènent la première action concertée contre le commerce des esclaves. En 1727, ils déclarent que la traite constitue une pratique inacceptable. En 1761, ils excluent de leurs rangs ceux de leurs membres qui s’y livrent. En 1783, ils forment à Londres un «Comité pour l’aide et la libération des esclaves nègres des Indes occidentales et pour l’arrêt du commerce des esclaves à la côte africaine». Ce comité a pour but d’alerter l’opinion publique et d’obtenir le vote d’une loi interdisant la traite. Grâce à l'action déterminée des Quakers, ce sont dix états qui acceptent d'abandonner ce commerce à la fin du XVIIIe siècle.
Au 18e siècle la « Sainte Expérience » en Pennsylvanie prend fin : les non pacifistes, racistes et sexistes, s'installent, obtiennent la citoyenneté et deviennent majoritaire dans la colonie, les réformes des Quakers et de leurs alliés, sont abolies, en 1740.
Mais ce n’est pas la fin du mouvement quaker qui entre-temps a essaimé sur le continent américain et ailleurs.

Les Quakers à l’époque contemporaine

Outre leur combat pour la non violence, le pacifisme, l’égalité, contre l’esclavagisme, et leur présence là ou sévissent les guerres, les catastrophes naturelles pour aider les civils touchés, ils ont au début des années 20 développé ce qui est connu sous l’appellation d'investissement socialement responsable ou « fonds d’investissements éthiques ». Ce sont les riches fermiers quakers américains qui, les premiers, ont adopté des critères non strictement financiers pour arbitrer leurs placements. Leurs portefeuilles boursiers écartent systématiquement ce qu’ils appellent les "valeurs du péché", c'est-à-dire les actions des entreprises exerçant leur activité dans les secteurs de l'alcool, du tabac, de l'armement, des jeux et de la pornographie... Leurs communautés sont des refuges pour les objecteurs de conscience dont les objecteurs américains pendant la guerre du Vietnam, et plus récemment celle de l’occupation de l’Irak (réfugiés au Canada et en Europe)

Aujourd'hui, il y a dans le monde un peu plus de 330.000 Quakers: 45% en Afrique, 45% en Amérique et seulement 6% en Europe - sur les 19.000 Quakers européens, plus de 16.000 résident en Grande-Bretagne, et quelques centaines seulement en France, alors qu'ils furent relativement nombreux notamment dans le Gard. Une bourgade, Congenies, possède un vieux cimetière quaker. En Belgique, ils ne sont qu'une poignée, généralement américains et anglais, qui se réunit à Bruxelles. Des groupes existent dans toutes les parties du monde mais, du fait d'une quasi absence volontaire de prosélytisme, ils ne prospèrent guère.

En Europe, la quasi-totalité des Quakers conservent la tradition d'un culte silencieux - durant lequel peuvent s'exprimer ceux qui le souhaitent - et sans programme (ni clergé, bien sûr). En revanche, aux Etats-Unis, si la Friends General Conference (aux orientations souvent libérales) reste attachée aux cultes silencieux et "non programmés", une partie des Quakers ont adopté des formes plus structurées ( influencés par les Evangélistes) et sont représentés par le Friends United Meeting. Les Quakers représentent donc aujourd'hui des courants divers, qui vont de chrétiens bibliques à des croyants universalistes. Ils se répartissent également entre différentes organisations, en fonction de ces sensibilités théologiques diverses et possèdent un collège international à Woodbrooke (G.B).

En pièce jointe un texte de Voltaire (extrait de son Dictionnaire Philosophique) sur les Quakers



L'attitude pacifiste des quakers ne s'aurait en aucun cas excuser celle de la majorité de ceux qui ont colonisé les Amériques commettant un véritable génocide des amérindiens






Des_primitifs_appeles_Quakers_Dictionnaire_Philosophique_de_Voltaire.doc Des primitifs appelés Quakers Dictionnaire Philosophique de Voltaire.doc  (31.5 Ko)


Jeudi 17 Février 2005
Mireille Delamarre



Dans la même rubrique :
1 2 3

Humour Les Folles D'Allah | Terrorisme Islamo-fascisme | International | Immigration clandestine | France XXI | Communautarisme Islamisation racialisation | Europe | Empire USioniste du Chaos | LIBERTE D'EXPRESSION D'INFORMATION | COLONIALISME JUDEO SIONISTE | GUERRE DE L'INFORMATION | Propagande | DICTATURE UE | PALESTINE | FRANCE | MONDE ARABE | ASIE | archives Armement Sécurité Stratégies Militaires | archives Droit International ONU | archives histoire traditions 2004-2008 | archives sciences écologie 2004-2008 | archives société 2004-2008 | archives culture | archives ressources educatives | archives informations 1 | archives informations 2