information critique contre l'islam conquerant supremaciste le terrorisme
Propagande

Wikipédia et les services de renseignements : l’encyclopédie populaire sur le net est-elle polluée par la désinformation ? Retour sur Entebbe

« Tandis que je faisais des recherches pour mon prochain article sur l’attentat de Lockerbie, j’ai été témoin d’un incident qui m’a fait me demander si des agents des renseignements n’avaient pas infiltré Wikipédia. » Suit un éclairage sur le détournement d’avion sur Entebbe et le rôle du Shin Bet israélien



Wikipédia et les services de renseignements : l’encyclopédie populaire sur le net est-elle polluée par la désinformation ? Retour sur Entebbe

Wikipédia et les services de renseignements : l’encyclopédie populaire sur le net est-elle polluée par la désinformation ?

Tandis que je faisais des recherches pour mon prochain article sur l’attentat de Lockerbie, j’ai été témoin d’un incident qui m’a fait me demander si des agents des renseignements n’avaient pas infiltré Wikipédia.

Quiconque connaît le succès universel de Wikipedia peut comprendre l’importance de ce problème. Le fait que la plupart des moteurs de recherche tel que Google, référencient les articles de Wikipédia en première page ne fait qu’augmenter les enjeux.

L’incident

Dans la période qui a suivi l’attentat de Lockerbie en 1988, un doigt soupçonneux a été pointé en direction de l’organisation palestinienne basée en Syrie - - le Commandement Général du Front Populaire de Libération de la Palestine ( CG – FPLP) - - engagé par l’Iran. Le groupe terroriste a été crée par un ancien capitaine de l’armée syrienne Ahmed Jibril, qui s’est distancé du Front Populaire de Libération de la Palestine (FPLP) en 1968.

J’avais appris d’un document récemment déclassifié des Archives Nationales US que le Shin Bet, l’Agence de Sécurité israélienne avait infiltré le FPLP et aidé ceux à l’origine du détournement d’Entebbe (des commandos israéliens ont sauvé les otages en 1976), c’est pourquoi je voulait en apprendre plus sur le lien entre le FPLP et le FPLP-CG. Je voulais aussi en apprendre plus sur les déclarations de David Colvin, le premier secrétaire de l’ambassade britannique à Paris, concernant une collaboration plutôt bizarre entre le FPLP et le Shin Bet.

Comme je ne pouvais pas localiser l’article dans lequel j’avais appris ces déclarations, j’ai consulté l’article sur l’Opération d’Entebbe sur Wikipédia, où je savais que l’histoire avait été notée. A ma grande surprise, j’ai trouvé que toutes les références sur une supposée collaboration entre le FPLP et le Shin Bet avaient été supprimées. De plus, il n’était plus possible d’écrire quoi que ce soit sur la page.

Une Longue et Médiocre Histoire

Mener des opérations sous faux pavillon et planter de la désinformation dans les médias de masse a longtemps été l’œuvre des espions. Dans les mois qui ont précédé le renversement du premier ministre iranien Mohammed Mossageh en 1953, les agences des services secrets US et britanniques ont utilisé amplement les deux techniques.

Une copie de l’histoire secrète de la CIA sur le coup a émergé en 2000. Ecrit en 1954 par le professeur de Princiton qui a supervisé l’opération, l’histoire révèle que des agents de la CIA et du SIS (les services secrets américains et britanniques) « ont dirigé une campagne d’attentats par des iraniens se faisant passer pour des membres du parti communiste, et ont planté des articles et des caricatures en éditorial dans des journaux. »

La partie du rapport concernant les medias est révélatrice : « La CIA était apparemment capable d’utiliser des contacts au sein de l’Associated Press (AP) pour publier via l’agence de presse un communiqué de Téhéran sur des décrets royaux que la CIA elle –même avait écrits. » Mais l’agence s’appuyait principalement sur des moyens moins directs pour exploiter les médias.

I[«Le bureau pour l’Iran du Département d’Etat a été capable de mettre une étude de la CIA dans Newsweek, utilisant la voie normale du rédacteur en chef au journaliste. L’article a été l’un des plusieurs articles plantés dans la presse, qui, quand ils étaient republiés en Iran ont alimenté la guerre des nerfs contre le premier ministre iranien, Mohammed Mossadegh »]i disait le document.

Un demi siècle plus tard, la technique de désinformation est toute aussi importante pour les agences des services secrets. Dans la période qui a suivi les attentats du 11 septembre 2001, le Pentagon a mis sur pied le bureau d’influence stratégique au sein du département de la Défense, avec pour mission de «fournir des sujets d’information et des fausses informations directement aux journalistes étrangers, et autres pour soutenir la politique des US et la guerre contre le terrorisme. »

Le nouveau bureau s’est vu tellement critiqué que l’administration Bush finalement l’a fermé en février 2002. Même des responsables de la Défense ont dénoncé publiquement les dangers d’un tel programme qui aurait terni complètement la crédibilité du Département.

« Nous ne devrions pas être dans ces affaires. Laissons aux espions de la CIA les fuites de propagande « a dit un responsable de la défense.

Est-ce que Wikipédia héberge un agent secret ?

Selon des indices accumulés par des citoyens ordinaires autour du globe, il se pourrait que la CIA et d’autres services secrets surfent sur la vague d’informations et plantent de la désinformation sur Wikipédia. S’il en est ainsi, des dizaines de milliers d’innocents citoyens non avisés autour du monde traduisent et propagent leurs mensonges, fournissant à ces services un réseau universel d’informations.

L’enquête de Salinger sur l’attaque de l’avion 103 de la Pam Am

Pierre Salinger a été secrétaire de presse à la Maison Blanche auprès du président John Kennedy et de Lyndon Johnson. Salinger a aussi servi comme sénateur US en Californie, et comme directeur de campagne de Robert Kennedy.

Mais Salinger est aussi célèbre pour son journalisme d’investigation. Recruté par ABC News comme chef de son bureau à Paris en 1978, il est devenu le correspondant en chef du réseau européen en 1983.

Au cours de sa célèbre carrière, Salinger a révélé des histoires importantes telles que les négociations secrètes entre le gouvernement US et l’Iran pour libérer les otages américains en 1979-80, et la dernière rencontre entre l’ambassadrice April Gaspie et Saddam Hussein en 1990, au cours de laquelle elle a laissé croire au président irakien que les US ne réagiraient pas à l’invasion du Koweit.

Salinger, qui était basé à Londres, a passé énormément de temps et d’énergie à enquêter sur l’attaque de l’avion 103 de la Pam Am au dessus de Lockerbie. Lui et son collaborateur, John Cooley, ont recruté une jeune diplômée, Linda Mack pour aider à enquêter.

« Je sais que ces deux libyens n’ont rien à voir avec cela. Je sais qui l’a fait et je sais exactement pourquoi cela a été fait, » a dit Salinger pendant son témoignage au Tribunal de Zeist, où l’un des deux libyens a été inculpé pour avoir assassiné les 270 victimes.

« C’est tout ? Vous ne me laissez pas dire la vérité. Attendez un peu ; je sais exactement qui l’a fait. Je sais comment cela a été fait, « a répondu Salinger au juge du tribunal, Lord Sutherland qui lui a simplement demandé de quitter la barre où il témoignait.

« Si vous voulez faire une déclaration, vous pouvez la faire ailleurs, mais j’ai bien peur que vous ne puissiez la faire ici au tribunal », a dit Lord Sutherland en l’interrompant.

Rechercher la véritable identité de « Slim Virgin ».

Slim Virgin a été votée comme l’administratrice commettant le plus d’abus au sein de Wikipédia. Elle a agacé tellement d’éditeurs que certains se sont regroupés pour chercher sa véritable identité.

Des tentatives pour la traquer en utilisant la technologie Internet ont échoué. C’est en soi suspect comme la localisation des utilisateurs normaux d’Internet peut facilement être traquée. Selon un membre de l’équipe, Slim Virgin « connaît bien Internet et sait cacher soigneusement ses traces. »

Daniel Brandt de la revue Wikipédia et fondateur de Wikipédia-Watch .org, a rassemblé patiemment de menus indices sur Slim Virgin et les a posté sur ces sites web. Finalement deux lecteurs l’ont identifiée. Slim Virgin n’est autre que Linda Mack, la jeune diplômée qu’avait recruté Salinger.

John K. Cooley, le collaborateur de Salinger dans l’enquête sur Lockerbie, a posté la lettre suivante à Brandt sur Wikipedia Review, qui a été établie pour discuter sur des éditeurs spécifiques et sur des thèmes de publication, et des efforts généraux par les éditeurs pour influencer ou diriger le contenu ce qui ne correspond pas avec la ligne éditoriale de Wikipédia.

Elle a prétendu avoir perdu un ami/amoureux sur le vol 103 de la Pam Am et ainsi se préoccupait de clarifier le mystère. ABC News a payé pour son voyage et ses dépenses de même qu’un salaire.

Une fois que les deux suspects libyens ont été condamnés, elle a semblé essayer de diriger l’enquête en direction de Qaddafi (le président libyen le colonel Muammar al-Qaddafi), alors même qu’il y avait plein de preuves à la fois avant et après les procès de Megrahi et Fhimah en Hollande, que d’autres étaient impliqués, probablement avec l’Iran comme puissance ayant commissionné l’affaire. (En 2001, Abdelbaset Ali Mohmed Al Megrahi a été jugé coupable de meurtre et condamné à la prison à vie, Lamin Khalifah Fhimah a été acquitté).

Salinger en est venu à croire que (prénom rédigé mais connu comme Linda) travaillait pour (
nom de l’agence de renseignement rédigée mais connue comme étant le M15 britannique) et que sa tâche dés le début était réellement d’enquêter sur le vol 103 de la Pam Am, mais aussi de nous infiltrer et de nous surveiller. Peu après que Cooley ait écrit à Brandt, Linda Mack l’a contacté et lui a demandé de ne pas aider Brandt dans ses efforts pour dévoiler son identité. Tous les doutes sur la véritable identité de Slim Virgin ont disparu. Aujourd’hui, on dit que Linda Mack réside à Alberta au Canada, sous le nom de Sarah McEwan.

DC Ludwig De Braeckeleer 30/06/07
Ohmynews

Source: Global Research

Le DC Ludwig De Braeckeleer a un PH.D en sciences nucléaires. Il enseigne la physique et le droit humanitaire international. Il tient un Blog sur le GaiaPost.

Traduction Mireille Delamarre pour www.planetenonviolence.org



Des agents israéliens « ont aidé les pirates de l’air d’Entebbe »

Une affirmation extraordinaire que les services secrets israéliens peuvent avoir été impliqués dans le détournement d’avion avant d’envoyer un commando pour libérer les otages à Entebbe a été faite par le Foreign Office.

Cela est venu via David Colvin, le premier secrétaire à l’ambassade britannique à Paris, selon un document nouvellement déclassifié des Archives Nationales.

Il l’a entendu d’un contact dans une association parlementaire Euro Arabe, 3 jours après que des terroristes palestiniens et allemands se soient emparés en vol d’un avion d’Air France parti de Tel Aviv à destination de Paris le 27 juin 1976.

Mr Colvin a dit à ses supérieurs que sa source a suggéré que l’attaque avait été menée par le Front Populaire de Libération de la Palestine avec l’aide des services de sécurité israéliens le Shin Bet.

Il avait pour but de torpiller la position de l’OLP en France et d’empêcher ce qu’ils voyaient comme un rapprochement grandissant entre l’OLP et les américains.

« Mon contact a dit que le FPLP avait attiré toutes sortes d’éléments sauvages, dont certaines avaient été plantés par les israéliens » a ajouté Mr Colin. Le message a été reçu sans commentaire par le Foreign Office mais plus tard, des responsables ont noté qu’un journaliste du Liverpool Post, Léo Murray, leur avait aussi dit qu’un groupe dissident du FPLP planifiait toute une séries d’incidents spectaculaires pour déranger les contacts entre le dirigeant de l’OLP Yasser Arafat et les US.

Un responsable a noté : « Si, comme les sources de Mr Murray l’affirment, le but du détournement d’Entebbe c’était d’empêcher le développement des relations entre Arafat et l’Occident, et qu’Arafat le savait, cela fournissait une autre explication pour la récente approche par Arafat des français au Caire, donnant l’alerte sur de futures attaques. «

La plupart du document traite de différentes tentatives du Foreign Office pour se distancer du raid israélien tout en admettant en privé que l’envoi par les israéliens de leurs troupes en Uganda présidé par Idi Amin était probablement justifié.

Frank Wheeler, le premier secrétaire a rapporté qu’il y avait des preuves abondantes de la collaboration de l’Uganda avec les pirates de l’air. Des palestiniens avaient été amenés de Mogadishu dans un jet privé du président Amin pour se joindre aux pirates, selon le document.

Peter Day 1/06/07 Telegraph.co.uk www.telegraph.co.uk

Traduction Mireille Delamarre pour www.planetenonviolence.org


CIA partout

Vérités sur le programme mondial de transferts, disparitions orchestrés par la CIA

Vendredi 3 Août 2007
Mireille Delamarre

Dans la même rubrique :
1 2 3 4

Humour Les Folles D'Allah | Terrorisme Islamo-fascisme | International | Immigration clandestine | France XXI | Communautarisme Islamisation racialisation | Europe | Empire USioniste du Chaos | LIBERTE D'EXPRESSION D'INFORMATION | COLONIALISME JUDEO SIONISTE | GUERRE DE L'INFORMATION | Propagande | DICTATURE UE | PALESTINE | FRANCE | MONDE ARABE | ASIE | archives Armement Sécurité Stratégies Militaires | archives Droit International ONU | archives histoire traditions 2004-2008 | archives sciences écologie 2004-2008 | archives société 2004-2008 | archives culture | archives ressources educatives | archives informations 1 | archives informations 2