information critique contre l'islam conquerant supremaciste le terrorisme
Iran

US Iran : Nouvelles Sanctions Inapplicables Réactivation D’une Radicalisation Anti US

Le 15 Décembre dernier, le Sénat américain a voté une nouvelle loi pour imposer de nouvelles sanctions encore plus contraignantes contre l’Iran. Cette loi, appliquée à la lettre obligerait les Etats Unis à stopper une grande partie de leur commerce avec la Chine qui finance leur monstrueuse dette. Les Américains vont-ils, poussés par les Sionistes, stupidement tarir la source de financement de leurs vies de boulimiques hyper endettés ? Explications.



US Iran : Nouvelles Sanctions Inapplicables Réactivation  D’une Radicalisation Anti US

Comment cette loi peut elle stopper la majeure partie du commerce avec la Chine ?

Le Châpitre 3(a) (1) A de la loi, H.R.2194, « Iran Petroleum Refining Sanctions Act of 2009 « ( Loi portant sur les Sanctions sur le Pétrole Raffiné de l’Iran de 2009) stipule que :

« (A) INVESTISSEMENT : sauf comme mentionné dans le paragraphe (f) le Président devra imposer 2 ou plus des sanctions décrites du paragraphe ( 1) au (6) section 6(a) si le Président détermine qu’une personne a en connaissance de cause à partir de et après la mise en application de cette loi fait un investissement de 20 000 000 $ ou plus ( ou toute combinaison d’investissements d’au moins 5 000 000 $ chacun ce qui équivaut ou dépasse sur 12 mois la somme de 20 000 000 $ ) qui contribue directement et de manière significative à l’amélioration de la capacité de l’Iran à développer ses ressources pétrolières ».

Le sénateur américain républicain, Ron Paul, l’un des rares à s’être vivement opposé à toutes les sanctions contre l’Iran a déclaré :

« Récemment, le Financial Times, a rapporté que « ces derniers mois les compagnies chinoises ont largement accru leur présence dans le secteur pétrolier iranien. Dans les mois à venir, Sinopec, la société pétrolière appartenant au gouvernement chinois doit terminer l’extension des raffineries de Tabriz et de Shazand – ajoutant 3.3 millions de barils de gasoil par jour ».

« Devrions- nous conclure ayant cela en tête que la Chine ou sa principale compagnie pétrolière appartenant à l’état aura interdiction de par cette loi de faire des affaires avec les Etats Unis ? »

« Il semblerait que oui. Bien sûr personne ne croit que ces 412 sénateurs (qui ont voté pour cette loi, alors que 12 s’y sont opposés dont Ron Paul ndlr)) avaient cette intention en tête en la votant. Mais ce ne serait pas la première fois qu’un grand nombre d’entre eux votent une loi qui a des conséquences destructrices qu’ils n’ont pas prévues. »


Comment cette loi poussera la population iranienne à se retourner contre les US à l’origine de la pénurie de gasoil.

S’imaginer que ce sont les dirigeants politiques iraniens, dont le Président Mahmoud Ahmadinejad, les militaires et les Gardiens de la Révolution Islamique qui vont être touchés est stupide. Les premiers touchés seront bien évidemment les gens ordinaires. Pourtant l’Administration Obama vient de déclarer par la voix de l’un de ses hauts responsables que l’agitation récente dans les rues de Téhéran et d’autres villes iraniennes «nous offre l’opportunité d’imposer les premières sanctions qui pourraient amener les Iraniens à penser que continuer leur programme nucléaire c’est trop cher payé».

L’idée c’est que ces gens se retournent contre leur gouvernement et fassent pression sur lui pour qu’il mette fin au programme d’enrichissement d’Uranium, l’objectif principal de ces sanctions comme le prouve cette déclaration.

Les Américano Sionistes veulent rester les maîtres dans cette partie du monde et ne supportent pas le fait que l’Iran puisse enrichir de l’uranium à des fins pacifiques, pour produire de l’électricité ce qui est tout à fait son droit en tant que signataire du TNP.

C’est ainsi faire preuve de beaucoup de mépris vis-à-vis de la population iranienne.

Bien évidemment, les Iraniens sauront qui est à l’origine de la pénurie de gasoil si pénurie il y a, ou s’il y a des restrictions dans l’approvisionnement, fournissant par la une carte maîtresse aux dirigeants iraniens qui ne manqueront pas de pointer du doigt les responsables : les Etats Unis et le régime sioniste de Tel Aviv.

La réaction des Iraniens soumis à ce type d’embargo sera à la hauteur des restrictions qui leurs seront imposées : les deux Satans, le Grand (US) et le Petit (Israël) seront conspués, les opposants au régime iranien actuel devront stopper toute opposition sous peine de se voir accusés de trahison, de mise en danger de la sécurité du pays, et réduits au silence voire plus s’ils insistent. La vindicte populaire risque également de se retourner contre eux.

Résultat, ces sanctions vont enterrer cette «révolution verte» révolution colorée manipulée de l’étranger par les services de renseignements US, Mossad, britanniques allemands français et Cie, avec l’aide empressée des médias occidentaux qui débitent non stop leur propagande anti Iran 24h sur 24 depuis plus de 6 mois.

Retour à la case départ

L’Administration Obama ne fait que reprendre et poursuivre la politique agressive méprisante de Bush II à l’égard de l’Iran largement influencée par les Sionistes et leurs puissants lobbys comme le prouve les déclarations faites mercredi dernier par l’ambassadeur israélien à Washington, Michael Oren qui a dit que le dialogue US Israël portant sur l’Iran n’a pas encore atteint le point où on discute de l’option militaire pour saper les ambitions nucléaires de l’Iran.

Selon ce qu’a déclaré Oren lors d’une interview téléphonique à Reuters pour 2010 le point de focalisation des Israéliens c’est les sanctions et là dessus la coopération US Israël est totale.

« J’ai confiance dans l’engagement de l’Amérique pour dissuader l’Iran d’enrichir de l’uranium sur son territoire, ce qui est notre objectif principal.

« Nos positions concernant l’Iran concordent totalement et nous avons une coopération et une communication très rapprochée.

« Actuellement on se concentre principalement sur la formulation et l’application de sanctions. Nous en sommes là ».


Un an après l'arrivée d'Obama à la Maison Blanche, quiconque s’imagine encore que la politique étrangère américaine vis-à-vis de l’Iran a changé et n'est pas élaborée en coopération directe avec le gouvernement de Tel Aviv voire sous son dictat est soit stupide soit un fieffé menteur.



Dimanche 3 Janvier 2010
Mireille Delamarre

Dans la même rubrique :
1 2 3

Iran