information critique contre l'islam conquerant supremaciste le terrorisme
Impérialisme US

Triple Escalade D'Obama En Afghanistan - Obama Déclare La Guerre Au Pakistan



La guerre est une paix dans laquelle nous pouvons croire.
La guerre est une paix dans laquelle nous pouvons croire.

Hi-ho, hi-ho, c'est à la guerre qu'on va !

Alors que le président Barack Obama commence a réduire la guerre de Bush en Irak, il construit sa propre guerre plus à l'Est. On nous dit que ce sera une nouvelle aventure américaine, extra spéciale, plus étendue en Afghanistan, impliquant une stratégie d'escalade vigoureuse pour "stabiliser" cette terre perpétuellement instable.

L'escalade initiale va ajouter 17 000 soldats aux 36 000 qui sont déjà sur place. Puis, un an après, il y aura une nouvelle augmentation d'environ 17 000 soldats. (Les 17 000 premiers sont déjà déployés, Obama vient d'annoncer un nouveau déploiement de 4000 troupes ndlt). Ces soldats doivent être postés dans une série de nouvelles garnisons construites dans des régions isolées de cet état pauvre, rural, de chefs de guerre pour la plupart illettrés, et dirigé par des centaines de chefs tribaux divisés et lourdement armés. On ne nous dit pas combien cette escalade va coûter, mais cela va au moins être le double des 2 milliards de $ par mois déboursés par les contribuables américains pour la guerre afghane.

Simultanément à l'augmentation des forces armées militaires US, on va avoir un "accroissement civil" constitué de plusieurs centaines d'experts US en développement économique. "Ce que nous ne pouvons pas faire" a dit Obama lors d'une interview dimanche dernier, " c'est de penser que seule une approche militaire sera capable de résoudre les problèmes en Afghanistan ". Pour gagner les coeurs ( et la coopération) du peuple afghan, la partie développement de l'opération va s'évertuer à construire des infrastructures (routes, ecoles..) de lancer des cultures alternatives pour sortir les fermiers désespérés de la production du pavot, et plus généralement rehausser le niveau de vie du pays au delà de la simple survie.

Ce qu'Obama n'a pas mentionné c'est que, en plus des soldats et des civils, il y a une troisième augmentation dans son plan : celle du nombre des mercenaires. Oui, une autre armée privée comme celle en Irak. Là, les Halliburtons, Blackwaters et autres profiteurs de guerre s'en donnent à coeur joie, roulant nos troupes, détroussant les contribuables, tuant des civils et endommageant sérieusement la réputation de l'Amérique.

Il y a déjà 71 000 mercenaires opérant en Afghanistan, et de nombreux autres vont y être déployés alors que les dépenses du Pentagone explosent pour la guerre d'Obama. L'armée offre actuellement de nouveaux contrats aux sociétés de sécurité pour fournir des employés armés (mercenaires) pour garder les bases et les convois US. Malgré les abus fréquents de ces sociétés en Irak, le chef du Pentagone, Robert Gates, défend le recours accru à la privatisation : " l'utilisation du personnel des sociétés de sécurité est vital pour protéger les futures bases dans certaines parties du pays" a-t-il déclaré en février dans une lettre au Comité du Sénat sur les Services Armés.

Ce que l'aimable secrétaire à la guerre dit vraiment c'est ceci : " nous n'avons pas de conscription, et je ne vois pas beaucoup d'enfants de Sénateurs se portant volontaires pour poser leurs derrières sur la ligne de front en Afghanistan, alors va falloir cracher pour trouver suffisamment de privés pour garder l'armée américaine dans cet endroit interdit".

De même, voilà un coup tordu d'Obama concernant l'augmentation des mercenaires: les gardes à louer protégeant nos bases et convois ne seront probablement pas américains. L'AP a rapporté que des 3847 sociétés de sécurité en Afghanistan, seules 9 étaient américaines.

En fait, être un société de sécurité américaine n'est pas un plus aux yeux des Afghans, car ils en ont une expérience amère. Ils montrent du doigt Dyncorp, une société basée en Virginie qui a reçu presque 1 milliard de dollars en 2006 pour former la police afghane. "L'inspecteur Clouseau", un personnage de bande dessinée, aurait fait un meilleur boulot. Au moins il aurait fait rire les gens.

Ce qu'ils ont eu de Dyncorp, c'était un groupe de "conseillers" américains très bien payés, qui n'étaient pas qualifiés et ne connaissaient rien du pays. 70 000 policiers devaient être formés, mais en fait moins de la moitié ont participé à un programme ridicule de 8 semaines, qui ne comprenait aucun entraînement sur le terrain.

Un rapport de 2006 sur les formateurs de Dyncorp les a qualifié "d'incapable de faire respecter l'ordre au quotidien". En fait, on ne sait pas combien de ces formateurs se sont présentés au travail, ou ce qui est arrivé à des milliers de camions disparus et d'autres pièces d'équipement de police qui avaient été fournis pour l'entraînement.

Le plus drôle dans l'affaire c'est que Dyncorp a obtenu un autre contrat (317millions de $) en août dernier pour "continuer à entraîner les forces de police en Afghanistan".

Excusez moi de le dire, mais Obama est entrain de nous faire sombrer - nous et sa présidence - dans le chaos.

Jim Hightower. 25/03/09 - www.commondreams.org/view/2009/03/25 - Copyright 2009 CREATORS SYNDICATE INC. www.creators.com.


Obama Déclare La Guerre Au Pakistan

Un point essentiel dans la déclaration d' Obama concernant sa politique étrangère en Afghanistan, c'est qu'il lie désormais ouvertement le sort de la guerre en Afghanistan à celle qu'il a décidé de mener en territoire pakistanais. Reprenant le vieux mantra éculé de guerre contre l'organisation fantomatique Al Qaeda de son prédécesseur à la Maison Blanche, G.W. Bush, les opérations visent désormais à vaincre la résistance des Talibans des deux côtés de la frontière. "Cela fait plus de sept ans que les Talibans ont été chassés du pouvoir, hors la guerre fait rage, et les insurgés contrôle certaines parties de l'Afghanistan et du Pakistan". Il a dit que depuis les attaques du 11 septembre, Al Qadea et ses alliés se sont déplacés dans des zones montagneuses du côté pakistanais de la frontière avec l'Afghanistan, affirmant même que s'y trouvait presque certainement Osama Ben Laden et son bras droit, Ayman Al-Zawahiri. Pour lui cette zone est "la plus dangereuse du monde".

Recourant comme Bush au spectre d'une nouvelle attaque sur le sol américain pour justifier auprès de l'opinion publique US une prochaine offensive américaine au Pakistan, il a affirmé que " de nombreuses estimations des services secrets ont mis en garde contre le fait qu' Al Qaeda était activement entrain de planifier des attaques contre la patrie US à partir de son refuge sûr au Pakistan. Si le gouvernement afghan tombe aux mains des Talibans - ou ne fait rien contre Al Qadea - ce pays servira de nouveau de base pour les terroristes qui veulent tuer le plus possible de nos gens." II est clair qu'Obama veut présenter l'escalade en Afghanistan et toute attaque en territoire pakistanais comme une guerre préventive, d'autodéfense, une guerre "juste" selon ses propres termes.

Comme Bush également il n'hésite pas à mentir cette fois pour rallier l'opinion publique européenne et mondiale, en affirmant que l'attentat du 7/7 à Londres était lié à Al Qaeda au Pakistan, et que par conséquent "la sécurité des peuples de par le monde était menacée"

Tout ceci fait partie d'une vaste opération de psyop visant 1) à neutraliser toute manifestation anti guerre aux US - il ne faut pas oublier qu'Obama a gagné les élections présidentielles grâce aux votes des anti guerre qu'il a trahi depuis son investiture en janvier, faisant montre à leur égard d'un cynique mépris 2) proclamer que toute intensification des opérations militaires rentre dans le cadre de "l'autodéfense" 3) que la déclaration de facto de guerre au Pakistan est une guerre préventive puisqu'il faut " perturber, démanteler, et vaincre" Al Qaeda au Pakistan et en Afghanistan." Dans son discours on notera qu'à plusieurs reprises il a placé le Pakistan devant l'Afghanistan. Obama n'a proposé aucun agenda de retrait, et ses conseillers considèrent que cette guerre sera longue et dure.

Son objectif est de faire de ce conflit désormais appelé Af-Pak dans les milieux décisionnels américains, un conflit régional quant à sa localisation géographique mais quasi mondial en ce qui concerne l'implication politique géostratégique et militaire. En essayant d'amener autour de la table, la Russie, la Chine, l'Iran, l'Inde et d'autres états d'Asie Centrale, l'administration Obama va bien au delà des "visions" de Bush d'un Afghanistan "démocratique", mais renforce le côté conquête militaire et diplomatique américaine dans cette zone stratégique riche en ressources énergétiques. Obama parle de créer un nouveau "groupe de contact" comprenant toutes les nations susceptibles d'apporter leur aide dans le conflit mais cela vise en fait à impliquer concrètement ces pays et donc à élargir la "coalition des volontaires" et par conséquent une nouvelle fois contourner l'ONU, dont le rôle politique dans la prévention et le règlement des conflits se réduit comme peau de chagrin.

L'un des aspects du plan Obama de guerre contre le Pakistan qui n'a pas été publiquement évoqué, mais qui est d'ors et déjà appliqué, c'est l'escalade des attaques de drones US à l'intérieur du Pakistan et le fait qu'Obama avait déjà donné son feu vert pour des attaques terrestres de soldats US en territoire pakistanais, avec ou non l'approbation du gouvernement pakistanais ce qui serait évidemment une violation de la souveraineté de cet état, qui, rappelons le, est une puissance nucléaire. Pour justifier de telles attaques, une opération de psyop a été lancée relayée par les médias contre les forces de sécurité pakistanaises accusées de soutenir les Talibans en leur fournissant des renseignements sur les attaques US à venir. Mais, tout comme son prédécesseur, G.W. Bush, Obama utilise la politique de la carotte et du bâton à l'égard d'Islamabad, en demandant au Congrès US de voter une aide civile de 7.5milliards de $ pour les cinq années à venir pour aider à renforcer les infrastructures et construire la "démocratie" au Pakistan. Obama n'hésite pas non plus à mentir quant à ses intentions puisqu'il vient d'affirmer qu'il n'était pas question d'attaquer le Pakistan.

La politique d'Obama s'inscrit dans la continuité de celle de G.W. Bush, et pire, en déclarant de facto la guerre au Pakistan, Obama est entrain d'élargir une guerre qui prend les allures d'une guerre mondiale.

En tout état de cause, les peuples ne doivent pas se laisser séduire par les sirènes de la rhétorique d'Obama et le dénoncer pour ce qu'il est : un homme de guerre cynique, pour qui comme c'est inscrit sur l'illustration : " la guerre est une paix dans laquelle nous pouvons croire." Autrement dit, Obama parle de paix et fait la guerre, tout comme ces prédécesseurs à la Maison Blanche.




Samedi 28 Mars 2009
Introduction Traduction Synthèse Mireille Delamarre

Dans la même rubrique :
1 2 3

TERRORISME | Impérialisme US | OTAN | changements stratégiques géopolitiques | archives Impérialisme Américain 2005-2008