information critique contre l'islam conquerant supremaciste le terrorisme
Anti Sionisme

Sionistes et Jérusalem : Leur Revendication n'est pas Celle du Judaïsme – Les Sionistes Vendent des Etoiles Jaunes aux Enchères.

Le régime sioniste revendique Jérusalem comme « capitale éternelle ». Que nous dit le Judaïsme sur cette revendication ? En Sionistland tout est possible, même vendre des étoiles jaunes de l’époque nazie aux enchères.



Sionistes et Jérusalem : Leur Revendication n'est pas Celle du Judaïsme  – Les Sionistes Vendent des Etoiles Jaunes aux Enchères.

Par-dessus tout, Jérusalem ? Pas du tout

Hanoukka et la conférence d’Annapolis ont apparemment provoqué l’hystérie parmi les « gardiens » auto proclamés de Jérusalem. Ces dernières semaines, il a été pratiquement impossible d’allumer une radio israélienne sans entendre l’une des deux publicités, dont les deux visent à raffermir le lien entre le peuple (juif) vivant à Sion et leur capitale.

Dans une des publicités, les masses juives sont appelées à visiter le Mont du Temple (Mosquée Al Aqsa pour les Musulmans ndlt). « Les jours de Hanoukka pendant lesquels le Temple a été purifié par les Maccabées ! Qu’êtes vous Jérusalem : la cité de Dieu ou une ville ordinaire ? Et où est votre cœur : à Givat Ram, et le Kirya, ou au Mont Moriah ? «

L’annonceur, Avshalom Kor pose cette question de rhétorique en utilisant une voix proche de celle utilisée lors du concours annuel sur la bible et les spots publicitaires nationalistes qu’il diffuse sur la radio de l’armée. Après, il informe les auditeurs que « le Mont du Temple est ouvert aux juifs sous escorte policière » tous les jours, et les exhortent à venir pour visiter « après s’être immergé dans un mikve (bain rituel) et sans porter de chaussures en cuir. »

L’audience religieuse de ses prêches n’a pas besoin de ces instructions, mais tant qu’à prêcher sur le comportement religieux à des auditeurs séculiers, il aurait été juste en même temps de les informer que la plupart des rabbins contemporains – inclus les plus importants dans la sphère religieuse politique de droite – continuent d’interdire aux juifs l’ascension du Mont du Temple. Même « après s’être immergé dans un mikvé (bain rituel) et sans porter de chaussures en cuir. »

Mais, tandis que cette publicité soulève la crainte d’un risque sécuritaire si des masses de juifs décidaient soudain de répondre à l’appel et essayaient de monter le Mont du Temple, la deuxième publicité, qui fait partie d’une nouvelle campagne pour Jérusalem, dirigée par l’ancien ministre Natan Sharansky et Yehiel Leiter, l’ancien directeur du bureau de Benjamin Netanyahu (un ami de Sarkozy ndlt), soulève un autre type de malaise. « Chaque nation à sa capitale qui est la leur propre. Les Français ont Paris, les Anglais ont Londres, et nous avons – Jérusalem unifiée et libérée, » déclare d’une voix tonitruante l’annonceur plusieurs fois par heure, continuant : « par dessus tous les endroits – Jérusalem. Par dessus toute controverse : Jérusalem. Par-dessus toutes les Générations – Jérusalem. Maintenant c’est le moment de venir et prêter serment à Jérusalem. Maintenant c’est le moment d’attacher un ruban d’or pour identifier Jérusalem. Parce que par-dessus tout – Jérusalem. »

Cela vaut la peine d’examiner la revendication sur laquelle cette nouvelle campagne se base.

Par-dessus tout Jérusalem ? Pas du tout, certainement pas d’un point de vue religieux.

Le Judaïsme fait l’éloge de la sainteté de la vie, et selon la Halakha (Loi Juive) nous instruit que seulement trois commandements sont «"yehareg uval ya'avor" – c'est-à-dire, des lois pour lesquelles une personne doit donner sa vie avant de les violer : les interdits de verser le sang, l’idolâtrie et les relations sexuelles interdites. Le contrôle sur Jérusalem n’est pas inclus dans ces commandements. Jérusalem n’est pas non plus au dessus de l’obligation du respect du Shabbat, des lois de la Casherout (règles concernant l’alimentation ndlt), ou des commandements nous instruisant de prendre soin des orphelins et de la veuve. En fait, il n’y a pas de connexion dans la tradition juive entre la souveraineté et la sainteté ; il n’y a certainement pas de commandement accordant une souveraineté politique juive sur Jérusalem.

Oui Jérusalem est un symbole. Selon la tradition, elle a été conquise par le roi David, qui en a fait sa capitale. Salomon y a construit le Temple où les Juifs faisaient un pèlerinage trois fois par an. Oui, pendant 2000 ans les Juifs se sont languis de Jérusalem, et la mentionnaient dans leurs prières, mais, c’était tout autant un symbole qu’un endroit concret.

Risquer des vies juives sur Jérusalem est loin d’être « au dessus de toute controverse », selon les mots de la publicité. Certainement pas d’un point de vue religieux. Ce n’est pas par hasard que les dirigeants du Parti National Religieux, à l’époque dirigé par Moshé Haim Shapiro, ont été parmi les opposants les plus proéminents de la guerre des six jours, et une fois qu’elle a commencé, de l’entrée de l’armée israélienne dans Jérusalem Est même au beau milieu des combats. La sainteté de Jérusalem en général, et du Mont du Temple en particulier, ne dépend pas de qui a la souveraineté sur la ville.

Et nous n’avons même pas dit un mot ici sur le fait de saper les droits d’une autre nation, les membres d’une autre religion, qui considèrent aussi Jérusalem et le Mont du Temple comme sacré.

Jérusalem par dessus tout ? Pas du tout.

Ruth Meisels 14/12/07 - Copyright Haaretz Daily www.haaretz.com

Traduction Myriam Abraham

Deux étoiles de David vendues aux enchères à Tel Aviv

Dimanche dernier deux étoiles de David portant « Jude » inscrit dessus ont été vendues aux enchères au centre Ben Ami de ventes aux enchères de Tel Aviv.

Ces étoiles jaunes, qui servaient à l’époque nazie pour identifier les juifs, constituaient les lots N° 164 et 168. Elles sont devenues le symbole de l’Holocauste et des victimes des crimes nazies commis contre les juifs.

On peut donc s’étonner, voire même être profondément choqué et révolté, que ce symbole ait été mis aux enchères au même titre que n’importe quel objet, et ceci ne fusse que par respect pour les morts obligés de porter cette marque les conduisant souvent droit aux fours crématoires.

Imaginez un peu la campagne médiatique internationale sioniste criant à l’antisémitisme, si cela avait eu lieu dans un autre pays !

Rien ne semble donc arrêter les sionistes dans leur exploitation éhontée de l’Holocauste, y compris à des fins mercantiles. En attendant, les rescapés de l’Holocauste en Israël, dont une partie vivent dans la misère, attendent toujours de recevoir l’aide financière promise par le régime sioniste qui a pourtant lui bénéficié des largesses de l’Allemagne post nazie, notamment en approvisionnement en matériel militaire dont deux sous marins porteurs de bombes nucléaires. (Les sous marins fabriqués en Allemagne, les bombes nucléaires en Israël). Mises à prix 150 dollars l’une, ces deux étoiles jaunes ont été vendues 240 dollars chacune. Le symbole de l’Holocauste vendu pour 240 dollars. Pour les sionistes, donneurs de leçon de morale au monde entier, il n’y a pas de « petit » profit. Chez eux la petitesse se mesure à l’aune du cynisme et du machiavélisme.

Source de certaines informations ynetnews.com 31/12/07 - Synthèse Myriam Abraham

La Bible et l'histoire du Moyen Orient

L'Holocauste comme alibi

Visite virtuelle dans la centrale nucléaire de Dimona, Israel

Mercredi 2 Janvier 2008
Mireille Delamarre

Dans la même rubrique :
1 2 3

Mossad Cia et Cie | Boycott Israel | Collaborateurs Des Sionistes | Anti Sionisme | Collaboration Au Sionisme Archives