information critique contre l'islam conquerant supremaciste le terrorisme
archives histoire traditions 2004-2008

Setif 8 mai 1945 - Une manifestation non-violente pour l'indépendance de l'Algérie réprimée dans le sang

Promesse avait été faite aux algériens appelés à combattre les nazis pour libérer la France : «Aidez-nous à libérer la France, vous aurez votre liberté». Ils sont partis par milliers combattre les nazis aux côtés des français et beaucoup n'en revinrent jamais. La fin de la guerre fut le début d’un rêve algérien écrasé par une répression sanglante au cours d'une manifestation populaire non-violente d'algériens réclamant leur indépendance.



Setif  8 mai 1945 - Une manifestation non-violente pour l'indépendance de l'Algérie réprimée dans le sang

8 mai 1945

Je me souviens que c’était le nom d’une rue à côté de la gare de l’Est, à Paris. C’est aussi le nom de plusieurs places avec plaques commémoratives chez nous là-bas. Mais les Français ne savent pas que cela n’a rien à voir avec leur « 8 mai 1945 ». Lorsque j'ai lu la plaque j’ai revécu cette émotion qui accompagne chaque évocation de cette date. Et ma mémoire fredonne ce chant très triste, bouleversant qui raconte les morts à Sétif, Guelma et en fait dans toute l’Algérie. Mais c’est l’Est algérien qui a été le plus touché et a payé un lourd tribut.

Les yeux versent des larmes
Comment arrêter les larmes
Alors que la patrie a perdu ses enfants
A Guelma, mes frères, l’aviation
N’a épargné ni femmes, ni fillettes
Je suis en deuil pour les Sétifiens
Qui sont morts par amour de la liberté


Cela s’est passé un 8 mai 1945 non pas en France, le jour où les Français fêtaient la fin de la guerre et l’armistice, mais dans des villes algériennes, des villages algériens. 45000 morts, un chiffre qui fait peur même divisé par trois par l’administration coloniale. Mes parents en parlaient et des témoins encore vivants témoignent chaque 8 mai.

Et tous s’accordent sur une version, la promesse donnée aux Algériens qui ont combattu les nazis pour libérer la France : «Aidez-nous à libérer la France, vous aurez votre liberté». Ils sont partis par milliers combattre les nazis aux côtés des Français et beaucoup ne revinrent jamais. La fin de la guerre fut le début d’un rêve algérien écrasé par une répression sanglante.

A l’occasion du 1er mai 1945 le Parti du Peuple Algérien décide d’organiser des manifestations patriotiques afin de sensibiliser les masses, démontrer l’appui populaire et créer la pression et les conditions nécessaires devant aboutir à la satisfaction des revendications nationalistes. Les manifestations devaient avoir lieu dans les principales villes Alger, Oran, Sétif, Tlemcen, Constantine, Guelma, etc. Les slogans étaient « Algérie indépendante » ou « Libérez Messali ». Banderoles portées par une foule dense qui clame: "Algérie indépendante". La police tire en l’air puis sur la foule. Morts et blessés. Arrestations et tortures.

Le rêve est fou mais tous y croient. L’agitation continue les 3, 4 et 7 mai un peu partout. Des manifestations pacifiques sont prévues pour le 8 mai. A Sétif, très tôt le matin « un rassemblement d’indigènes » est signalé par la police qui s’était préparée, comme en témoigne des rapports, à mater la rébellion. Parmi le manifestants, des scouts musulmans, des agriculteurs (c’était jour de marché) des militants du PPA, des khammes (travailleur chez les colons). Les drapeaux portés étaient les drapeaux des Alliés, Français, Anglais, Américain, Russe. Puis le drapeau algérien est déployé brandi par un jeune homme de 22 ans, Bouzid Saal. Les policiers armés demandent que l’on retire le drapeau algérien et devant le refus on tire et Saal Bouzid est le premier martyr tombé à Sétif.

Le rapport de police parle de matraques et de cailloux utilisés par les manifestants justifiant les tirs sur les manifestants. Morts et blessés. Les manifestants fuient et la riposte de ces hommes en colère ne se fait pas attendre. Des européens sont tués. La violence appelle la violence. La police et la gendarmerie interviennent et les armes parlent encore le langage de la mort. Le couvre feu est instauré. La nouvelle des émeutes se répand et les paysans en colère s’en prennent encore aux colons. L’insurrection s’étend à Kherrata, Jijel, Annaba, Constantine, Collo, Guelma et d’autres villes du pays. Manifestations populaires revendiquant le droit à la liberté et répression du droit à la liberté. La répression militaire commence son travail de semeuse de mort. Le général Duval commandant la division territoriale de Constantine engage ses troupes, soldats français, légionnaires, sénégalais, Tabors passent à l’action.

On parque les musulmans dans les camps de barbelés, dans les casernes. On torture, on exécute. Les milices font leur « nettoyage » à l’extérieur, bénies par l’armée. Des paysans sont abattus froidement. Par groupes. Des enfants sont tirés comme des lapins.

Et le brassard tricolore remplace l’étoile jaune. Tout musulman non muni du brassard tricolore délivré par les autorités est abattu sans sommation.

La répression militaire a donné lieu à tous les abus, tirs à vue sur tout groupement d’indigènes, assassinats sans interrogatoire de prisonniers tirés le soir de leurs cellules. Les avions bombardent les villages, mitraillent à basse altitude les campagnards fuyant. Le croiseur Dugay-Trouin lance ses obus sur les régions de Guergour, Ziama -Mansouria, Aokas, Kherrata. Les bombardements durèrent plusieurs semaines à Guelma et firent des centaines de morts. L’insurrection s‘étend et est réprimée sauvagement. Les fosses communes sont nombreuses, on y enterre même les animaux avec leurs propriétaires. Dans le « gouffre de la fin du monde » à Kherrata on vidait des camions dans lesquels s’entassaient des cadavres, hommes, femmes, enfants.

Les « incidents » de Sétif, Guelma et Kherrata ont été les précurseurs de la guerre de libération car « l’indigène » avait compris que le colonialisme est toujours l’ennemi de son identité, de son histoire, de ses libertés. Même un siècle après le début de la colonisation, le rejet de l’autre restait puissant et chacun vivait dans l’attente du moment propice pour affronter l’autre. Mais l’affrontement donna à ce moment là la victoire au colonisateur. Et la guerre n’a jamais été pacifique ou propre. La colonisation est toujours une violence qui génère des violences lesquelles finissent par atteindre un point de non retour.

Alors « l’indigène »décide de retrouver son identité et sa dignité au prix de sa vie.

A lire aussi 1er nov 1954: début de la Guerre d'Algérie


A lire aussi notre article sur la réconciliation


A voir: le film de Mehdi Lallaoui : "Un massacre à Setif un certain 8 mai 1945"


Lundi 9 Mai 2005
Mireille Delamarre



Dans la même rubrique :
1 2 3

Humour Les Folles D'Allah | Terrorisme Islamo-fascisme | International | Immigration clandestine | France XXI | Communautarisme Islamisation racialisation | Europe | Empire USioniste du Chaos | LIBERTE D'EXPRESSION D'INFORMATION | COLONIALISME JUDEO SIONISTE | GUERRE DE L'INFORMATION | Propagande | DICTATURE UE | PALESTINE | FRANCE | MONDE ARABE | ASIE | archives Armement Sécurité Stratégies Militaires | archives Droit International ONU | archives histoire traditions 2004-2008 | archives sciences écologie 2004-2008 | archives société 2004-2008 | archives culture | archives ressources educatives | archives informations 1 | archives informations 2