information critique contre l'islam conquerant supremaciste le terrorisme
Sarkozie

Sarkozy Champion De La Proliferation Nucléaire Au Moyen Orient Et Dans Le Golfe

La France avait été la première puissance nucléaire à ouvrir une aire de prolifération au Moyen Orient en aidant Israël à construire son complexe militaire nucléaire à Dimona. La Sarkozie reprend la tradition de la prolifération sur le marché juteux de la production d'énergie nucléaire, en aidant l'Egypte et certains pays du Golfe.



Sarkozy Champion De La Proliferation Nucléaire Au Moyen Orient Et Dans Le Golfe

Après une rencontre entre Sarkozy le 13 mars dernier avec l'Emir du Koweit, Sheikh Jaber Moubarak Al-Hamad Al- Sabah, celui ci a déclaré que les deux dirigeants ont discuté outre de l'éventuel achat de matériel militaire français, de la coopération française pour aider au développement nucléaire notamment dans la construction de réacteurs. Il a également fait référence à l'éventualité pour le Koweït et d'autres pays du Golfe de rentrer au capital d'Areva, le plus grand constructeur mondial de réacteurs nucléaires, à hauteur de 1 à 5%. Areva (CEPFi.PA), entreprise publique à 90 %, semblerait avoir des problèmes de trésorerie et aurait besoin d'être renflouée d'où l'appel du pied aux riches pays du Golfe. Selon un article du Monde du 18/03/09 " Areva aurait bien besoin d'un petit coup de privé" : "...Areva doit trouver les 10 milliards d'euros nécessaires à son plan d'investissement des quatre prochaines années, auxquels il faut ajouter environ 2 milliards pour le rachat à venir de la participation de Siemens dans la division Areva NP, qui conçoit et commercialise les centrales nucléaires..." Des investissements effectués par les Emirats Arabes Unis et l'Arabie Saoudite pourraient également aider Areva à renforcer sa position dans la région où certains pays font preuve d'un réel intérêt pour le développement de l'énergie nucléaire. En ce qui concerne la coopération sur la production d'énergie nucléaire entre l'Egypte et la France, celle-ci bénéficie d'un accord à part.

Areva est la seule entreprise qui s'occupe de tous les aspects de la production d'énergie nucléaire de A à Z : de l'extraction minière de l'uranium à son enrichissement jusqu'au recyclage des déchets nucléaires. Les Etats Unis sont représentés dans son Conseil d'Administration par AREVA Inc.

Dans la région du Golfe, la Sarkozie n'est pas la seule à participer à la prolifération nucléaire. L'Administration Bush a signé des contrats pour la construction d'installations nucléaires pour la production d'énergie avec l'Arabie Saoudite ( 02 décembre 2008) et les Emirats Arabes Unis (15 janvier 2009).

L'entrée au capital d'Areva par l'Arabie Saoudite aurait été proposée suite à une conversation entre Barak Obama et le roi saoudien Abdullah avant une conférence du weekend de l'OPEC. Derrière tout le brouhaha politique fait sur le nucléaire iranien et les tentatives jusqu'alors restées vaines d'imposer à l'Iran qu'elle cesse son programme d'enrichissement d'uranium, les deux puissances nucléaires que son les Etats Unis et la France se positionnent en force pour s'enraciner dans cette région du monde, considérant la production d'uranium enrichi par l'Iran comme un crime de lèse concurrence sur un marché dont ils veulent avoir le monopole. Pour les riches pays du Golfe, il est plus que tentant de développer une ressource énergétique la troisième plus importante après le pétrole et le gaz. Ils deviendraient ainsi leaders sur le marché de l'énergie grâce à leurs ressources naturelles en pétrole auxquelles s'ajouterait l'énergie nucléaire, consolidant ainsi leurs fortunes.

L'intérêt d'une éventualité d'un engagement financier des pays du Golfe dans l'industrie nucléaire française peut se résumer en 4 points :

1. l'entrée au capital à concurrence de 1 à 5 % pourrait n'être que les prémices d'une prise de participation plus importante quand Sarkozy, du parti de l'étranger, décidera de procéder à une ouverture du capital beaucoup plus conséquante précédant la privatisation d' Areva. Ces pays du Golfe, appelés à la rescousse en temps de vaches maigres, seraient ainsi assurés d'être en tête de la liste des futurs principaux actionnaires d'une entreprise qui continue d'avoir le vent en poupe.

2. La Sarkozie est prête à ouvrir sa multinationale du nucléaire aux intérêts des pays du Golfe et les accueillir par la grande porte avec en arrière pensée, outre le développement de la production d'énergie nucléaire dans ces pays, celui tout aussi juteux des ventes d'armes. La Sarkozie a annoncé vouloir doubler la production d'armement, dont une certaine partie irait à l'exportation. En temps de crise économique, susciter des conflits dans des pays volontairement déstabilisés par les services secrets des grandes puissances, puis vendre des armes quand ces conflits dégénèrent comme c'est souvent le cas, ou que les grandes puissances elles mêmes interviennent militairement pour "rétablir la paix", est la solution de sortie de crise par excellence qui a "fait ses preuves" surtout pour l'Empire Américain qui s'est enrichi comme cela depuis la Première Guerre Mondiale.

3. Pour les pays du Golfe, c'est une façon de se positionner économiquement en force dans deux secteurs énergétiques générant d'importants profits : le pétrole et l'énergie nucléaire.

4. Ces pays en ayant accès à la technologie nucléaire pourraient créer les infrastructures de base nécessaires pour, s'ils le souhaitaient, développer une industrie nucléaire militaire comme l'a fait Israël, qui, sous couvert de développement de la recherche nucléaire à créer son industrie de production d'armes nucléaires. Ce serait en matière de politique régionale un contrepoids d'ambiguïté dissuasif à la fois contre Israël et l'Iran.

Outre les problèmes posés par le développement du nucléaire civil alors même qu'on est loin de maitriser la gestion des déchets, développer une telle industrie pouvant être détournée à des fins militaires dans une région qu'on peut qualifier de véritable poudrière, c'est d'ors et déjà allumer la mèche pouvant faire sauter toute la planète.

Pendant de nombreuses années certains pays arabes dont l'Egypte, de même que l'Iran, ont plaidé pour une dénucléarisation du Grand Moyen Orient, ce qui impliquait essentiellement de désarmer Israël. Les grandes puissances ont sans cesse fait la sourde oreille. Le résultat ce n'est pas la prétendue menace nucléaire iranienne, mais une nucléarisation effrénée d'une région qui reste pour l'instant l'épicentre de toutes les tensions menaçant la paix mondiale.




Mardi 17 Mars 2009
Mireille Delamarre

Dans la même rubrique :
1 2 3 4

Special Présidentielle Sarkozy Dégages Hollande Ecoutes | Sarkozie