OTAN

Ravitailleur en Vol K-45 : EADS Contribue à Accroître la Puissance d’Attaque Militaire Mondiale de l'Empire Américain

Pourquoi Boeing a perdu le contrat de 40 milliards de dollars pour la construction d’avions de ravitaillement en vol de carburant? L’armée de l’air US affirme qu’EADS/ Northrop – Grumman présente un produit plus performant que la firme américaine Boeing. En France, les syndicats s’inquiètent d’éventuels délocalisations, mais le complexe industriel militaire et ses millions d’emplois directs et induits font l’objet d’un consensus sur lequel on ne discute pas. Il est temps de briser ce tabou.



Protestation d'Employés de Boeing - Les Travailleurs US protègent l'armée US
Protestation d'Employés de Boeing - Les Travailleurs US protègent l'armée US

Ravitailleur en Vol K-45 : EADS Contribue à Accroître la Puissance d’Attaque Militaire Mondiale US

EADS, la firme européenne (Franc, Allemagne, Espagne) associée à la firme américaine Northrop – Grumman, vient de remporter un gros contrat de 40 milliards de dollars pour la fabrication d’avions de ravitaillement en vol de carburant aux dépends de son concurrent américain Boeing. Sarkozy a applaudi, les syndicats aussi, même si certains ont froncé légèrement les sourcils craignant une délocalisation de la production aux USA, donc des pertes d’emplois en plus de ceux prévus par le Powerpoint 8 et sa dernière version remaniée.

Les avions de ravitaillement en vol de l’US Air Force ne sont pas de simples grosses vessies volantes remplies de carburant, des stations services plantés dans les nuages. En fait ils ont un rôle déterminant dans la stratégie guerrière planétaire de l’Administration Bush. Ils sont un élément crucial de l’appareil idéologique de politique étrangère des néo cons et de l’héritage que Bush espère léguer à son successeur à la Maison Blanche.

Actuellement, tout pays qui veut projeter sa puissance et son influence sur la planète entière a besoin de dominer le ciel en plus de la mer, et ne peut le faire que grâce à ces stations de carburant volantes.

En ce début du XXIème siècle, la seule superpuissance maritime sillonnant toutes les mers du globe c’est celle des USA. Jusqu'à tout récemment, ses outils de projection de pouvoir c'étaient les avions de combat et bombardiers décollant de ses 11 portes avions. Ces derniers utilisent pour se propulser, à l’exception du plus vieux d’entre eux, le USS Kitty Hawk, l’énergie nucléaire. Mais les américains ont tiré la leçon de la guerre des Malouines de 1982, entre l’Argentine et la Grande Bretagne. L’Argentine a utilisé de petits avions bon marché, porteurs de missiles bricolés, pour frapper la flotte anglaise, avec, comme par exemple, des missiles Exocet argentins qui ont fait d’immenses ravages sur les bateaux de guerre britanniques ultra modernes.

Pour faire face à de telles menaces et d’autres, les portes avions US opérant dans des eaux potentiellement dangereuses sont accompagnés d’un groupe de 5 à 10 navires de combat, des navires de soutien et des sous marins. Ces « accompagnateurs » agissent comme un écran de protection pour les portes- avions. Mais toute cette Armada représente un coût monstrueux : rien qu’un porte avion coûte 4.5 milliards de dollars sans compter le coût du déploiement des 6000 marins à son bord ainsi que les aviateurs prêts à décoller soit 300 millions de dollars par an, sans compter également le coût nécessaire pour stocker pendant 100 ans et plus le carburant nucléaire utilisé pour faire voguer le porte avion. Si on ajoute à cela le prix payé pour acheter les navires de guerre du groupe d’accompagnement, ainsi que l’argent nécessaire pour qu’ils soient opérationnels, il est facile de comprendre pourquoi le Pentagone, bien qu’ayant le budget militaire le plus gros de la planète, n’a que 11 portes –avions, dont la moitié sont, par rotation, en cale sèche pour entretien, ou à quai pour que les équipages puissent se reposer et voir leurs familles.

Si une crise survient brusquement, n’importe où dans le monde, et que les USA décident d’y projeter leur puissance et leur influence, ou s’ils veulent bombarder dans le cadre d’une « attaque préventive », ils n’ont aucune assurance qu’il y aura un de leurs portes avions dans les parages.

Il existe également des limites inhérentes du point de vue stratégique concernant a puissance projetée par un porte avion. L’étroitesse du ponton dont décollent les avions de combat ne leur permet pas de transporter de grosses bombes ou un chargement important de missiles. Un grand nombre de ces problèmes pourraient être résolus par l’armée US en utilisant des aérodromes militaires terrestres puisque les bombardiers B-52, B-1B, et le B-2 (connu sous le nom de Bombardier Stealth) peuvent chacun transporter entre 4 et 10 fois le nombre de bombes qu’un avion de combat de type F-18 décollant d’un porte avion transporte. Mais le problème des bases terrestres ce sont les limitations en terme de rayon d’action, quelques milliers de kilomètres par rapport à la cible, et l’impopularité croissante auprès des populations de la politique étrangère à la «cow boy » des USA, qui a fait que bons nombres de pays refusent l’implantation de bases US, ou la location de certaines de leurs bases, même s’il est toujours possible de contourner ce problème via les bases de l’OTAN, mais seulement sur une échelle limitée.

Indépendamment des beaux discours prononcés et de la rhétorique sur la démocratie, la liberté, l’objectif premier de l’administration américaine, et le complexe industriel militaire qui la soutient quel que soit le parti au pouvoir, c’est la guerre permanente, c'est-à-dire trouver des pays à bombarder. Pour pouvoir projeter sa puissance aérienne et frapper quand il veut et où il veut, l’Empire Américain a besoin de ces puissantes stations service de carburant en plein ciel. Raison pour laquelle l’administration Bush a préféré EADS à Boeing.

Selon les propres données de la firme Boeing, l’écart en matière de capacité du réservoir entre le prototype d’EADS/ Northrop – Grumman et le sien pour le KC-45 est de 25%, au bénéfice d’ EADS/ Northrop-Grumman. Combien de vols en plus l’US Air Force pourra t-elle ainsi réaliser au dessus de l’Iran, la Syrie, le Pakistan ou tout autre, pays musulman, sans parler de ceux quotidiennement occupés et bombardés comme l’Irak et l’Afghanistan avec 25% de réserve de carburant en plus ? Et jusqu’où l’US Air Force pourra t-elle projeter sa puissance militaire grâce à ces 25 % de capacité de stockage de carburant en plus dans ses stations services volantes fabriquées par EADS ? En utilisant les capacités supplémentaires du prototype d’EADS pour le KC- 45, l’armée américaine pourra aussi réduire son engagement de troupes terrestres sur des sols étrangers et se concentrer sur sa puissance de feu aérienne, qui, les dernières décennies l’ont montré (pour les US et Israël), est primordiale en matière d’hégémonie militaire.

Ainsi donc, grâce au K-45 d’EADS, Une équipe aérienne pourra quitter sa base américaine pour une mission, son avion ravitaillé en vol plusieurs fois, larguer plusieurs douzaines de bombes aux quatre coins les plus reculés du Moyen Orient et ou de l’Asie Centrale, où en Afrique même, et rentrer à temps à la maison pour aller regarder les fistons jouer au baseball et voter pour l’une de ses séries de TV réalité à la sauce Yankee.

Qui a besoin de diplomatie quand on dispose de puissantes stations service de ravitaillement en carburant dans les airs ?

Grâce à EADS, et son K-45, l’arrogance barbare, meurtrière des néo cons de Washington est désormais sans frontière.

Il serait temps de briser le tabou pour dénoncer et discuter de la capacité de nuisance du complexe industriel militaire, non pas seulement aux USA comme il est courant de le faire, mais aussi ici en France, ce que, jusqu’à présent aucun politique, de droite comme de gauche, et même d’extrême gauche et alter mondialiste (où la représentation syndicale est forte) n’a osé le faire. Et pour cause ! Cela implique d’avoir un programme solide de reconversion de l’industrie militaire notamment en terme d’emplois, une fois les nécessités du maintien d’une industrie militaire de défense évaluées en même temps qu’un état des lieux réalisé.

Jusqu’à quand va-t-on accepter de travailler, vivre, élever ses gamins, sur la mort d’autres civils, qui sont les principales victimes de bombardements aériens ? On ne peut pas prôner un développement écologique industriel tout en faisant l’autruche lorsqu’il s’agit de l’industrie militaire.

EADS et son K-45, et ceux qui travaillent au sein de ce groupe, participent au renforcement de la puissance militaire US, et de ses capacités à bombarder et tuer, grâce à ces avions de ravitaillement en vol, aux quatre coins de la planète, y compris avec des bombes nucléaires.

Sources de certaines informations un article de Julian Delasantellis publié en deux parties le 11/03/08 wur www.atimes on line et intitulé Why Boeing lost £40bn tanker deal

Présidentielle USA: McCain Républicain va en guerre

Bases militaires US dans le monde

Jeudi 13 Mars 2008
Mireille Delamarre

Dans la même rubrique :
1 2

TERRORISME | Impérialisme US | OTAN | changements stratégiques géopolitiques | archives Impérialisme Américain 2005-2008