information critique contre l'islam conquerant supremaciste le terrorisme
Nucléaire

Qui Pose La Plus Grande Menace A Israel ? Mahmoud Ahmadinejad Ou Benjamin Netanyahou ?



Traduction en bas de l'article
Traduction en bas de l'article

"Dans une interview menée peu de temps avant qu'il ne soit investi aujourd'hui au poste de Premier Ministre d'Israël, Benjamin Netanyahou a posé un défi à Barack Obama. Le Président américain, a-t-il dit, doit empêcher l'Iran d'acquérir la bombe nucléaire - et rapidement - ou Israël se sentant menacé pourrait lui-même être forcé d'attaquer les installations nucléaires de l'Iran" écrit Jeffrey Goldberg- http://www.theatlantic.com/doc/200903u/netanyahu - "

Dans un article du Haaretz - http://www.haaretz.com/hasen/spages/1075369.html - Aluf Benn présente une estimation plus sombre de la probabilité qu'Israël commence une guerre contre l'Iran.

" J'ai promis que si j'étais élu, l'Iran n'acquérait pas d'armes nucléaires, et cela implique tout ce qui est nécessaire pour mener cela à bien"" a dit Benjamin Netanyahou avant les élections. Dans d'autres discours, Netanyahou a décrit l'Iran comme " une menace existentielle pour Israël" et mis en garde qu'il risquait un deuxième Holocauste. Est ce que son retour au poste de premier ministre rapproche nécessairement Israël d'une guerre contre l'Iran ?

Dans les cercles politiques le point de vue c'est que oui, Netanyahou rapproche Israël d'une guerre contre l'Iran. Des politiciens qui sont en contact avec Netanyahou disent qu'il a déjà pris la décision de détruire les installations nucléaires de l'Iran.

Dans The National - http://www.thenational.ae/article/20090401/GLOBALBRIEFING/609964345/1009?template=globalbriefin - j'ai passé en revue une estimation récente de la faisabilité d'une attaque israélienne et certaines de ses conséquences :

Dans une étude récente réalisée par le Center for Stratégic and international Studies à Washington, Abdullah Toukan a prédit qu'une attaque aérienne d'Israël sur les installations nucléaires de l'Iran impliquerait environ 20% de l'aviation de combat haute altitude et tous les avions de ravitaillement de l'armée de l'air israélienne.

"Nous pouvons conclure qu'une attaque militaire par l'armée de l'air israélienne contre les installations nucléaires est possible, cependant, ce serait une opération complexe et à haut risque au niveau opérationnel et qui n'offrirait aucune guarantie d'un taux de succès élevé".

L'étude note également que l'Iran pourrait avoir acquis secrètement des systèmes aériens de défense russes, dans ce cas là, une attaque des forces israéliennes présenterait un risque significativement élevé.

"Les taux de pertes d'une attaque israélienne seraient élevés, pourraient passer de 20 à 30%. Pour une mission impliquant environ 90 avions de combat, ce pourrait être de l'ordre de 20 à 30 avions de combat détruits. Une prix qu'Israël peut difficilement accepter de payer."

L'étude considéré également la possibilité qu'Israël puisse choisir au lieu de cela d'utiliser des missiles conventionnels balistiques pour attaquer l'Iran.

Quelque soit la méthode employée pour attaquer, les effets des retombées radioactives émises par le réacteur nucléaire de Bushehr s'il était détruit serait graves. " Presque certainement, le Bahrain, le Qatar et les Emirats Arabes Unis seraient sérieusement touchés par les retombées radioactives.

" Toute frappe sur le réacteur de Bushehr causera la mort immédiate de milliers de personnes vivant sur ou à proximité du site, et des milliers de morts suite à des cancers ou même jusqu'à des centaines de milliers tout dépend de la densité de population tout le long du nuage de contamination."
Les caractères gras sont de notre fait ndlt.

Goldberg révèle que - http://www.theatlantic.com/doc/200903u/netanyahu/2 :

"Peu de gens dans le cercle rapproché de Netanyahou croient que l'Iran ait à court terme un quelconque plan pour lancer une bombe atomique sur Tel Aviv, s'ils trouvaient le moyen de la transporter. La première étape de l'objectif de l'Iran, selon l'interprétation de Netanyahou et de ses conseillers, c'est d'effrayer les citoyens les plus doués d'Israël, les poussant à quitter leur pays. "L'idée c'est de continuer à attaquer les Israéliens quotidiennement, pour affaiblir la volonté du peuple juif de s'agripper à sa patrie" a dit Moshé Ya'alon. "L'idée s'est de transformer un endroit supposé être un refuge sûr pour les Juifs, en un endroit repoussant. ils mènent une guerre d'usure."

Ce qui, de manière frappante, semble évident, c'est que les choix faits par le gouvernement israélien pourraient avoir le même effet et amener des Juifs en nombres croissants à conclure que le Sionisme est un échec.

Une attaque contre l'Iran jugée comme potentiellement réussie - du point de vue d'Israël - retardera probablement le programme nucléaire de l'Iran de quelques années.

Mais qu'en serait-il de l'impact psychologique d'un échec ?

Quelle serait la position stratégique d'Israël dans le cas où il subirait des pertes significatives tout en ne causant que des dommages limités aux installations nucléaires de l'Iran ?

Quel serait l'ambiance dans Tel Aviv alors que ses habitants attendent les représailles de l'Iran par des moyens et à des moments choisis par elle ?

Le réacteur nucléaire d'Israël à Dimona est à portée de missiles tirés de l'Iran ou du Liban. L'article de Bennette Ramberg dans Arms Control Today -http://www.armscontrol.org/act/2008_05/Dimona - dit :

"... Une frappe réussie sur un réacteur de Dimona en fonctionnement ouvrant une brêche dans le caisson de protection provoquant une explosion et mettant le feu en impliquant le coeur du réacteur, présenterait des effets identiques à une arme radiologique conséquente ou une bombe sale. Bien que les conséquences représenteraient seulement une fraction de ce qui s'est dégagé à Chernobyl, pour Israël, un pays de la taille de New Jersey, avec une population d'environ six millions d'habitants, le bouleversement économique relatif, la relocalisation de la population, et un traumatisme immédiat et prolongé tout cela pourrait avoir des effets considérables."

Que le réacteur de Dimona finisse ou non par être attaqué, Israël est condamné s'il s'accroche à l'idée qu'invulnérabilité militaire et sécurité sont la même chose.


Editorial de Paul Woodward - War In Context - 01/04/09 www.warincontext.com

Traduction de l'illustration

Menace Nucléaire

Iran : Eureka ! Vient juste d'enrichir un peu d'uranium au moins à une décennie d'une bombe

Israël : Jamais Plus, actuellement environ 200 armes nucléaires en stock.

Dimanche 5 Avril 2009
Traduction Mireille Delamarre

Dans la même rubrique :
1 2

Nucléaire