information critique contre l'islam conquerant supremaciste le terrorisme
Propagande

Propagande nazie dans les pays occupés 1939- 1945

Toutes les représentations sont bonnes pour avilir l’ennemi, dénoncer sa lâcheté, sa traîtrise. Cette propagande s’appuie aussi sur le viscéral, attise certains sentiments tel le dégoût pour les êtres humains "classés inférieurs" juifs, noirs, russes…pour affirmer la supériorité de la race aryenne.



copyright Keystone
copyright Keystone

Prélude

La propagande nazie ou guerre psychologique a commencé avant même l’invasion éclair de certains pays européens par les allemands. Hitler avait encouragé la création d’organisations de défense de la germanité par des allemands émigrés (5ème colonne) notamment dans les pays d’Europe du nord, et ces organisations particulièrement actives impriment et diffusent des publications à la gloire du Reich et du pangermanisme.

Propagande nazie dans les pays occupés

La victoire éclair de l’armée allemande va lui permettre de développer un service de propagande particulièrement bien organisé. L’état major de la Wehrmacht et les commandements militaires régionaux impriment et diffusent à grande échelle affiches et feuilles de choux propagandistes. Indiquant les horaires de couvre-feu, ce qu’il faut faire en cas de bombardement ou d’action contre l’occupant, indications toujours assorties des sanctions encourues en cas de non respect (arrestation, emprisonnement, déportation, peine de mort), ces documents visent à asseoir le contrôle de l’occupant sur les populations occupées, de faire régner la terreur, et d’imposer une survalorisation de la puissance militaire nazie pour écraser dans l’œuf toute velléité de résistance.

Une propagande plus subtile est distillée par les services de Goebbels, (Abteilung) forte d’une expérience développée depuis 1933 en Allemagne, et qui ouvrent des bureaux ( propaganda Staffeln) dans les pays occupés. Ils dirigent la censure et la propagande purement doctrinaire qui poursuit la promotion du Reich et de la race aryenne. Ces services imposent une censure stricte sur tout ce qui est représentation imagée dont ils se méfient : exigence de retouches, de pochages avant publication notamment lorsqu’il s’agit de représentation d’officiels allemands, pas de mèche pas de moustache. Les contenus sont les mêmes que ceux distillés dans l’Allemagne nazie, le dénigrement des adversaires utilisé comme fer de lance ainsi que le racisme et l’antisémitisme. Ces services tentent de se concilier la population française notamment en montrant l’armée allemande comme « korrect », en produisant des affiches affirmant le respect des personnes et des biens, en diffusant des images de soldats allemands amis des enfants (images de soldats avec des enfants français dans leurs bras)

La photographie en plein essor sert la propagande nazie à travers les photoreportages grand public. Certains sont publiés par la presse allemande dans des magazines internationaux tels que Vox traduit en plusieurs langues ou Signal en France. Dans ce dernier, vitrine de la propagande allemande dans le monde du magazine, est glorifiée la puissance de feu de l’Allemagne, la vaillance de son armée. On y montre aussi la constitution d’unités de combat au sein de la SS présentées par appartenance ethnique : français, estoniens, lithuaniens, hongrois, hollandais (dont l’unité est la plus importante avec 25 000 hommes) … au service de l’armée nazie en lutte contre le bolchevisme.

L’image de l’Europe unifiée derrière l’Allemagne nazie pour combattre le bolchevisme est un thème récurrent dés 1941 avec l’offensive sur le front de l’est, et la propagande allemande brandit souvent la défense des européens pour justifier son occupation et ses crimes notamment les massacres des soviétiques, premières victimes en nombre du nazisme. Cette « nouvelle Europe » aux frontières calquées sur les pays occupés par les fascistes d’Hitler, Hitler la place sous sa protection et en défend la civilisation nouvelle. Les photoreportages couvrent aussi les murs des villes occupées sous la forme de journaux muraux. Ce mythe de «l’Europe nouvelle» et de la défense de sa civilisation et de ses valeurs par son défenseur SS avec son image à dimension internationaliste sera utilisé par les nazis jusqu’à la fin de la guerre.

Tout ce qui est contenu cinématographique est aussi sous influence, les services de propagandes nazis fournissent en images, reportages, films favorables au Reich, les réseaux de distribution. Ils sont particulièrement efficaces car l’actualité cinématographique est obligatoire en Allemagne depuis 1933, et de ce fait ont acquis une supériorité technique certaine. L’objectif est d’entraîner l’adhésion sous cette déferlante documentaire, ce martèlement systématique simpliste souvent basé sur des pseudo vérités scientifiques, et d’endormir les résistances sous les « effets de réel » de photos et images manipulées. Il y a construction d’une réalité soporifique qui n’a rien à voir avec ce qui se passe réellement sur le terrain un peu partout.

Cette propagande s’appuie sur le racisme viscéral, attise les sentiments tel le dégoût pour les êtres humains "classés inférieurs" juifs, noirs, russes… plus que sur le sentiment d’appartenance et le patriotisme comme cela était le cas pendant la 1ère guerre mondiale, bien qu’on trouve des affiches représentant l’ouvrier et le soldat nazis luttant vaillamment contre l’ours bolchevique et la pieuvre britannique. Toutes les représentations sont bonnes pour avilir l’ennemi, montrer sa lâcheté, sa traîtrise. Les services de propagande à Paris font appel à des figurants pour cracher sur des prisonniers de guerre anglo-américains, pour faire croire à l’hostilité de la population française à leur égard et convient la presse pour cet évènement monté de toute pièce. Pour galvaniser les foules on provoque tristesse, sentiment d’injustice. Par la suite, la dérision est utilisée pour amoindrir les coups portés à l’armée allemande, certaines parties des discours des hommes politiques adverses sont citées hors contexte pour en démontrer le caractère erroné. L’objectif est de faire croire à une certaine sérénité, celle du plus fort, celle du vainqueur, ne pas montrer de signe de faiblesse pouvant encourager la rébellion contre l’occupant.

Les deux cibles favorites de la propagande nazie sont les juifs et les bolcheviques. Selon la propagande nazie, l’ennemi de la race aryenne c’est le juif et celui de l’Allemagne le soviétique. De nombreux textes et images de propagande font état d’un complot judéo bolchevik (le système soviétique est «enjuivé») et les russes sont souvent caricaturés à la manière dont le sont les juifs (campagnes de presse, affiches, journaux muraux). L’offensive de l’armée allemande à l’est est présentée comme une campagne de salubrité publique justifiant les massacres des dirigeants du parti communiste en territoires soviétiques occupés (tuer un communiste revient à tuer un juif). La propagande nazie antijuive en France est notamment soutenue par un groupuscule de collaborateurs de l’Institut d’études des questions juives à Paris qui organise en 1941 une grande exposition «le juif et la France » pour initier les français à la «race juive».

Malgré toute cette propagande nazie déployée dans les pays occupés, l’occupant nazi n’a pas su conquérir les peuples opprimés, et ce n’est pas faute de moyens déployés. La preuve s’il en est des limites de la propagande nazie, et de toute autre propagande, aussi sophistiquées et puissantes fussent-t- elles.


Lire notre article resistance non violente dans l'Allemagne nazie

copyright Musée d'hist contemp/BDIC
copyright Musée d'hist contemp/BDIC

Lundi 16 Mai 2005
Mireille Delamarre



Dans la même rubrique :
1 2 3 4

Humour Les Folles D'Allah | Terrorisme Islamo-fascisme | International | Immigration clandestine | France XXI | Communautarisme Islamisation racialisation | Europe | Empire USioniste du Chaos | LIBERTE D'EXPRESSION D'INFORMATION | COLONIALISME JUDEO SIONISTE | GUERRE DE L'INFORMATION | Propagande | DICTATURE UE | PALESTINE | FRANCE | MONDE ARABE | ASIE | archives Armement Sécurité Stratégies Militaires | archives Droit International ONU | archives histoire traditions 2004-2008 | archives sciences écologie 2004-2008 | archives société 2004-2008 | archives culture | archives ressources educatives | archives informations 1 | archives informations 2