information critique contre l'islam conquerant supremaciste le terrorisme
Collaborateurs Des Sionistes

Portrait D'AIPAC Par Dov WeissGlass Ancienne Eminence Grise de Sharon A Washington.



Portrait D'AIPAC  Par Dov WeissGlass Ancienne Eminence Grise de Sharon A Washington.

Dans un article publié récemment dans le quotidien israélien en ligne ynetnews .com, Weissglass rend hommage à l'expertise du Lobby Sioniste dans la manipulation des dirigeants politiques américains pour faire passer les intérêts sionistes comme étant ceux des US. De par ses activités comme éminence grise de Sharon à Washington pendant plusieurs années, Weissglass sait bien sûr de quoi il parle

Qui est Dov Weissglass ?

Avocat de Tel Aviv, défenseur des services de sécurité du Shin Bet et du Mossad dans les commissions d’enquête , ou des responsables de ministères accusés de corruption, il est devenu le conseiller de Sharon, ex premier ministre d'Israël, et son représentant auprès de la super-puissance américaine. éminence grise de ce dernier aux Etats Unis, il a entretenu des relations étroites avec l'Administration de G. W. Bush avec qui il était fréquemment en contact téléphonique et qu'il rencontrait chaque mois lors de ses allées retour Tel Aviv- Washington. Promoteur du plan de retrait de Gaza en 2005, il s'est fait remarquer sur la scène politique internationale bien avant l'actuel ministre des affaires étrangères raciste fasciste, Avigdor Lieberman, par ses propos brutaux, négatifs du conflit israélo palestinien. Ainsi de ce plan de "désengagement " il a dit :

" Le plan permet de maintenir le principe de l’ordre des événements. C’est la bouteille de formol où on place la formule de Bush afin de la conserver pendant longtemps. En fait le désengagement c’est le formol qui est nécessaire pour qu’il n’y ait pas de processus politique avec les Palestiniens....Le processus de paix c’est un tas de concepts et d’engagements : un Etat palestinien avec tous les risques que ça entraîne, l’évacuation des colonies, le retour des réfugiés, la partition de Jérusalem. Tout ça est gelé...Le « paquet » qu’on appelle l’Etat palestinien, avec tout ce que ça comporte, est effectivement rayé de l’agenda indéfiniment."

AIPAC présenté par Dov Weissglass

Weissglass de par ses fonctions d'éminence grise de Sharon à Washington a été fréquemment en contact avec le lobby sioniste AIPAC dont les membres fréquentent assidument les couloirs du Congrès, notamment la semaine dernière après la conférence annuelle organisée par le Lobby et à l'occasion de laquelle Weissglass témoigne dans un article publié sur le site de Ynetnew.com. de sa "gratitude" et de sa "fierté" (selon le site) pour le Lobby. Rien de neuf lors de cette conférence, la cible du Lobby restant la même : l'Iran, contre lequel AIPAC, par le biais de certains représentants dont l'élection au Congrès est financée par ce lobby sioniste, présente une nouvelle proposition de loi visant à sanctionner les entreprises étrangères qui fournissent des produits pétroliers raffinés (gazoil...) aux Iraniens. C'est de tradition, chaque année, à la fin de sa conférence, qu'AIPAC lâche ses propagandistes sionistes dans les couloirs du Congrès pour qu'ils aillent faire pression sur les membres pour qu'ils votent la ou les lois que le Lobby présentent.

C'est donc à toutes ces actions en faveur du régime sioniste que Weissglass rend hommage, donnant un aperçu clair de l'influence du puissant lobby sioniste sur la politique étrangère des US. Ce qui suit est une brève présentation d'AIPAC par Weissglass qui en dit long.

"L'essence de l'activité d'AIPAC c'est de soigner les liens entre Israël et les Etats Unis. Elle bénéficie d'une connaissance profonde des deux administrations américaine et israélienne, de même que d'une compréhension détaillée des composantes cette relation entre les deux pays. AIPAC est sensible et vigilante quant à une quelconque possibilité d'incidents dans les liens entre les deux états et fournit de grands efforts pour les éviter.

AIPAC a accumulé une vaste expérience dans la médiation entre les deux administrations. Son action secrète, modeste, et loin du regard du public, fait de l'organisation une interlocutrice intime et une confidente à qui on peut faire confiance pour les dirigeants et personnalités publiques à la fois ici et là bas. L'alliance entre Israël et les US est l'atout diplomatique le plus important d'Israël, et AIPAC a apporté une immense contribution en établissant et en soignant cette alliance - pour cela le peuple d'Israël a une dette à son égard."


Ensuite il décrit comment dans ses activités d'éminence grise de Sharon à Washington, il a eu recours aux services du Lobby.

"Le premier ministre Ariel Sharon, et nous, ses conseillers, avons énormément apprécié l'organisation et ses dirigeants. Nous avons fait en sorte de rechercher leur conseil avant et après chaque rencontre avec le Président, nous leur avons demandé leur opinion sur la plupart des questions impliquant les deux pays, et nous avons partagé avec eux toute idée concernant les liens Israël - US. Nous avons ressenti une dette à leur égard."

Aux Etats Unis, toute organisation agissant pour le compte d'un gouvernement étranger doit s'enregistrer comme telle. AIPAC a toujours systématiquement refusé de le faire avançant habilement comme argument qu'elle oeuvrait à promouvoir les liens entre les deux pays. Il est clair pourtant dans les faits que le Lobby sioniste fait passer les intérêts de Tel Aviv avant ceux de Washington ou plus précisément fait constamment croire à l'administration américaine, quelqu' elle soit, que les intérêts du régime sioniste sont les mêmes que ceux des Etats Unis.

AIPAC défend traditionnellement la politique du Likud et donc actuellement de son dirigeant et premier ministre israélien Benjamin Netanyahou. Dans les années 90, selon un article publié en Mars dernier par un ancien lobbyiste en chef d'AIPAC, Douglas Bloomfield, le lobby sioniste a agi en coulisses pour faire échouer les Accords d'Oslo que Netanyahou désapprouvait.

Pour donner un aperçu de l'ambiance de la conférence de cette année, où se sont retrouvés quelques 6 500 membres du Lobby , plus la moitié des membres du Congrès américain ainsi que de nombreuses personnalités politiques américaines et israéliennes, l'ancien dirigeant du parti républicain, Gingrich, qui reste très influent au sein de son parti, s'est vu gratifier d'applaudissements et d'ovations particulièrement soutenues lors de son intervention le premier jour de la conférence. Se focalisant sur l'Iran, sujet principal de la conférence, il a prôné un changement de régime à Téhéran.

" Nous devons briser le sophisme du juriste comme quoi toutes les nations sont égales... Il existe des régimes avec lesquels vous ne pourrez jamais passer un accord parce qu'en fait ils sont le mal"... Discuter de bonne foi et chercher la réconciliation avec Adolphe Hitler cela aurait été sans issue, parce qu'il personnifiait le mal. Ahmadinejad, s'il obtient les armes, sera aussi diabolique qu'Hitler".

Outre reprendre la diabolisation du président iranien qu'AIPAC et Netanyahou répètent en boucle à longueur de discours, Gingrich a préconisé une action militaire préventive pour détruire les missiles de l'Iran sur leurs lieux de stockage, et a vigoureusement soutenu les sanctions concernant l'approvisionnement de l'Iran en produits pétroliers raffinés, pour " briser" l'économie de l'Iran, et "chasser les ayatollahs". C'est à ce genre de propos "pacifiques" que les membres d'AIPAC ont applaudi à tout rompre.



Samedi 9 Mai 2009
Myriam Abraham

Dans la même rubrique :
1 2

Mossad Cia et Cie | Boycott Israel | Collaborateurs Des Sionistes | Anti Sionisme | Collaboration Au Sionisme Archives