information critique contre l'islam conquerant supremaciste le terrorisme
Propagande

Pendaison Spectacle – Gilad Atzmon

Deux milles ans plus tard, les humains sont toujours aussi enthousiastes lorsqu’il s’agit de consommer des images sanglantes de vengeance.



Pendaison Spectacle – Gilad Atzmon

Le spectacle de la Potence – Gilad Atzmon

Effectivement, nous vivons dans un village mondial, dans un ghetto scellé monolithique dans lequel des images médiévales pornographiques de barbarie voyagent à travers le monde à la vitesse de la lumière pour notre consommation. Des images en boucle de Saddam exécuté ont été passées sans interruption pendant toute une journée et plus sur toutes les chaînes TV d’information. Nous sommes supposés nous réjouir de la victoire de la « Justice ». Néanmoins, nous savons tous que l’exécution projetée devant nos yeux n’est qu’une banale vengeance. Nous savons tous parfaitement que cela n’a rien à voir avec la Justice. Non seulement ce procès était une farce, mais s’il y a des personnes qui devraient être enfermées derrière des barreaux, cela devrait être les responsables de la guerre. Nous apprenons maintenant aussi et nous ferions bien de l’admettre, que nous avons été trompés et induits en erreur par la notion de démocratie libérale (libéral ici au sens de tolérance, générosité ndlt); un précepte moderne occidental qui à l’origine se présentait lui –même comme une grande promesse. Nous avons clairement été entraînés dans une zone très sombre dont on se souviendra comme ayant été une manifestation, une forme unique de mal très particulier.

Alors que Saddam est sur le point de devenir un martyr, ses exécuteurs, Bush et Blair, se sont déjà assurés une première place dans la ligue des criminels de guerre. Cela ressemble beaucoup à l’Inquisition, c’est de nouveau l’exécuteur qui sera condamné aux yeux des futures générations. Blair et Bush, les hommes qui ont menti à leurs peuples, les hommes qui ont démarré une guerre illégale, les hommes qui sont, selon les Conventions de Genève, coupables de génocide en Irak sur une très grande échelle, ces deux hommes ont également décidé de mettre à la poubelle la notion de Justice. Considérant leurs autres crimes, prenant en compte : 650 000 irakiens tués, le soutien total à la destruction israélienne du Liban, l’assistance aux crimes sionistes en Palestine, tuer la Justice est effectivement un autre crime mineur.

Mais Bush et Blair ne sont pas seuls. Telle la foule médiévale qui se rassemblait en centre ville pour contempler l’ange de la mort, comme les jérusalémites qui se pressaient le long de la Via Dolorosa pour cracher sur Jésus dans sa marche finale, nous nous rassemblons devant nos écrans TV. Nous sommes assis et regardons comment « l’Irak libérée » exécute la « Justice » anglo américaine. Il semble que lorsqu’il s’agit de la condition humaine, deux mille ans sont, sans nul doute, une très courte période. Les humains sont encore enthousiastes lorsqu’il s’agit de consommer des images de vengeance sanglantes.

La question qui reste en suspend : comme cela nous est-il arrivé ? Il n’y a pas encore si longtemps que cela nous voulions tous follement croire que l’humanité pouvait avoir appris sa leçon et s’était transformée en quelque chose d’autre, que le mal appartenait au passé. Comme avons-nous laissé ces messagers de la vengeance prendre le pouvoir ?

Récemment, j’ai croisé le monde de Léo Strauss, le fondateur de l’idéologie de l’école de pensée des néo conservateurs. La référence intellectuelle pour ceux qui affirment connaître ce que le nouveau siècle de l’Amérique sera :

« J’étais moi-même un sioniste politique dans ma jeunesse, et un membre d’une organisation sioniste. En tant que tel, j’ai rencontré occasionnellement Jabotinsky, le chef des révisionnistes. « Il m’a demandé que faites vous ? » j’ai répondu « bon, nous lisons la Bible, nous étudions l’histoire juive, la théorie sioniste, et, bien sûr, nous nous tenons au courant des développements et ainsi de suite ». Il (Jabotinsky) a répondu : « et pratiquer le tir ? » et j’ai du répondre « non ». (Léo Strauss)

Il n’a pas fallu beaucoup de temps à Strauss pour se séparer de ses croyances non violentes. C’est la lecture de Carl Schmitt, le spécialiste de science politique de droite allemand post 1ere guerre mondiale qui a fait de Strauss un opposant déclaré de l’idéologie libérale cosmopolite. Pour Schmitt, « le politique cela voulait dire avant tout que les gens se rongent les uns les autres, dans un environnement de guerre ou de préparation à la guerre (1). » Tout comme Jabotinsky, Schmitt et Hitler, pour Strauss l’essence de la vie politique se joue dans le cadre d’un conflit plutôt que dans un environnement pacifiste libéral dans lequel l’art et le divertissement s’épanouissent.

Alors que le débat académique de savoir si l’idéologie de Jabotinsky à pris racine en politique israélienne fait toujours rage, il apparaît que la philosophie de l’aile droite sioniste ultra militante n’est pas différente de celle de la vision romantique allemande du monde, anti-lumière, provocatrice, qui s’est profondément enracinée, pour ne pas dire a envahi l’actuelle administration américaine et les lobbies qui l’entourent.

Alors que le champ de Strauss était purement universitaire bien qu’il ait été un supporter de certaines idéologies sionistes dures, ceux qui l’ont suivi ce sont ceux qui conçoivent la politique étrangère américaine. C’est plutôt embarrassant d’admettre que « le choc culturel » la haine émergeante envers l’islam, et la phase actuelle expansionniste anglo-américaine, tout cela a sa source dans l’idéologie de la droite nationaliste allemande, introduite aux Etats-Unis par un militant se réclamant du sionisme Léo Strauss.

Effectivement, nous vivons dans un village mondial, dans un ghetto scellé dans lequel des images médiévales pornographiques voyagent à travers le monde à la vitesse de la lumière. Le seul moyen de sortir de cette boucle vicieuse de zèle, c’est de dé- sioniser notre univers, de se désengager du sionisme mondial et faisons le sans attendre.

Gilad Atzmon 31/12/06 (Gilad Atzmon est écrivain et musicien. Israélien anti-sioniste, il vit à Londres)

(1) “Reading Leo Strauss, (Lire Léo Strauss)” Steven B Smith, Chicago Pg, 61

Source et copyright : http://www.uruknet.info/?p=m29445&hd=&size=1&l=e

Traduction bénévole Mireille Delamarre pour www.planetenonviolence.org

Attaque nucléaire et conséquence climatique





Jeudi 4 Janvier 2007
Mireille Delamarre

Dans la même rubrique :
1 2 3 4

Humour Les Folles D'Allah | Terrorisme Islamo-fascisme | International | Immigration clandestine | France XXI | Communautarisme Islamisation racialisation | Europe | Empire USioniste du Chaos | LIBERTE D'EXPRESSION D'INFORMATION | COLONIALISME JUDEO SIONISTE | GUERRE DE L'INFORMATION | Propagande | DICTATURE UE | PALESTINE | FRANCE | MONDE ARABE | ASIE | archives Armement Sécurité Stratégies Militaires | archives Droit International ONU | archives histoire traditions 2004-2008 | archives sciences écologie 2004-2008 | archives société 2004-2008 | archives culture | archives ressources educatives | archives informations 1 | archives informations 2