information critique contre l'islam conquerant supremaciste le terrorisme
PALESTINE

Palestine : Le Plan Obama/Netanyahou

L'Administration Obama et le gouvernement Netanyahou sont entrain de travailler en coulisse à un plan de résolution du conflit israelo palestinien qui manipule le plan de paix Saoudien de 2002



Palestine : Le Plan Obama/Netanyahou

Plan de paix saoudien et plan regional de paix américanosioniste

En 2002, lors du 14 ème Sommet de la Ligue Arabe à Beyrouth, en l'absence de Yasser Arafat menacé par Israël de ne pas pouvoir rentrer en Cisjordanie s'il y participait, ainsi que des chefs d'état égyptien et jordanien, l'Arabie Saoudite a proposé un plan de paix pour résoudre le conflit israélo palestinien qui a pris le nom d"initiative de paix arabe". Ce plan proposait à Israël une paix globale en échange de son retrait de tous les territoires occupés en 1967 ( Cisjordanie, Gaza, et Golan syrien), la création d'un état palestinien avec Jérusalem Est comme capitale, et d'une solution négociée, un règlement " équitable et agrée" selon les termes mêmes du plan de paix, au problème des réfugies palestiniens. Ce plan était à l'époque soutenu par l'UE dont le président du moment, l'espagnol José Maria Aznar, avait assisté au sommet comme invité. "C'est particulièrement important car nous considérons l'initiative saoudienne comme une occasion unique de trouver un moyen de sortir de la situation actuelle" avait alors déclaré l'UE. Ce plan a été par la suite reconduit tel quel, et reste donc d'actualité.

Côté israélien, l'initiative de paix saoudienne a été d'emblée rejetée par le gouvernement Sharon. Plus tard, le gouvernement Olmert l'avait qualifié "d'intéressant" mais ensuite Shimon Peres, président de l'entité sioniste, l'avait rejeté en disant : «Il est impossible de nous dire: vous devez prendre ce que l’on vous propose tel quel. Si Israël acceptait cette initiative, des négociations n’auraient plus de raison d’être. Par un diktat, ni les Palestiniens, ni les Arabes, ni nous, n’aboutirons à un résultat»."

Autrement dit, pour Tel Aviv ce plan devait servir de base à des négociations et non pas servir à discuter des modalités de sa mise en application, alors même qu'il ne fait que reprendre les exigences des différentes résolutions de l'ONU votées au fil des années et qu'Israël a toujours rejetées. Pour leur part, les dirigeants arabes estimaient qu’Israël devait accepter l’initiative dans son intégralité avant d’en négocier les modalités, les Israéliens eux refusant d’accepter un texte sans avoir leur mot à dire sur le contenu du plan.

Après avoir récemment reçu Netanyahou à Washington, l' Administration Obama prépare actuellement un plan de paix qui viserait à geler la construction des colonies en Cisjordanie en échange d'une normalisation des relations avec les pays arabes. Comme on peut le constater, Obama/Netanyahou sont entrain de manipuler le plan Saoudien au profit des Israéliens qui n'auraient qu'à "geler" la construction de leurs colonies illégales pour de facto obtenir une reconnaissance régionale et ce au détriment des Palestiniens qui seraient privés du soutien arabe dans leur revendications politiques légitimes. Lors d'une rencontre entre l'envoyé US au Proche Orient, George Mitchell, ces dernières semaines et des responsables israéliens, ces derniers lui ont dit qu'ils étaient prêts à geler pour trois mois la colonisation, ce gel étant conditionné à des avancées substantielles côté arabe pour normaliser les relations et des garanties des US.

D'autre part, le président Obama vient d'envoyer une lettre au roi du Maroc, Mohammed VI, exprimant son espoir et son attente que les pays arabes prendraient des mesures concrètes pour mettre fin à "l'isolement" d'Israël au Moyen Orient et disant qu'il espère que " le Maroc dirigera l'initiative pour combler le fossé entre Israël et le Monde Arabe", notamment en encourageant les pays du Golfe à autoriser Israël à ouvrir des représentations diplomatiques dans leur pays et réciproquement d'envoyer leurs délégations diplomatiques en Israël.

Ehud Barak, le ministre de la défense israélienne, qui a rencontre Mitchell à Washington la semaine passée, a encouragé ce dernier à démarrer une navette diplomatique entre le gouvernement israélien et un certain nombre de pays arabes pour établir un plan de paix régional. Ce qui veut dire en clair que Washington et Tel Aviv se sont mis au diapason concernant le règlement du conflit israélo palestinien en visant à remplacer l'initiative de paix saoudienne par un plan de paix régional qui imposerait le dictat sioniste aux Palestiniens obligés de subir la tutelle du monde arabe dans le règlement du conflit colonial qui les opposent à l'entité sioniste. Autre idée avancée lors de cette rencontre Barak Mitchell, c'est la réunion d'un sommet international de paix (un de plus !) dans les mois à venir pour un "accord régional" établissant en quelque sorte une feuille de route à suivre par Israël et les pays arabes. Côté israélien on affirme que le message passé à Mitchell c'est que " la durée et l'étendue du gel des constructions dans les colonies seront proportionnels à la qualité de la reprise des négociations de paix, et aux signaux reçus des pays arabes". Barak et Mitchell doivent de nouveau se rencontrer ce lundi 6 Juillet, non pas pour discuter d'une éventuelle relance des négociations avec les Palestiniens en échange d'un "gel" des constructions dans les colonies, mais bien sur le "gel" en échange de certains gestes des pays arabes à l'égard de l'entité sioniste. Israël serait prêt à "geler" la construction de 2500 habitations en Cisjordanie occupée pendant plusieurs mois, mais voudrait obtenir d'Obama de pouvoir compléter les projets de construction déjà en chantier. Mitchell devrait rencontrer Netanyahou dans deux semaines en Israël.

C'est maintenant clair qu'Israël a entrepris de faire du chantage aux pays arabes, avec semble-t-il la bénédiction d'Obama, pour que ceux ci normalisent leurs relations avec l'entité sioniste et de facto reconnaissent son droit d'exister en lieu et place de la Palestine en tant qu' état " Juif". L'initiative de paix saoudienne ainsi manipulée se retourne contre les pays arabes et, si ces derniers devaient céder au chantage de Tel Aviv et surtout de Washington, les feraient entrer dans l'histoire comme ceux qui ont vendu la Palestine aux Sionistes en dépossédant les Palestiniens de leur pays. Bref, terminer ce qui avait déjà été commencé en 1948, puisqu'ils ont militairement été incapables de défendre la Palestine contre l'offensive militaire du colonialisme sioniste soutenue par les pays occidentaux. Ce serait politiquement entériner un constat d'échec non seulement face au Sionisme colonisateur, mais également face à toute entreprise coloniale occidentale au Moyen Orient et ailleurs, dont celle actuellement en cours en Irak et en Afghanistan, un camouflet pour les élites collaboratrices dirigeantes de ces pays arabes confrontés à leurs peuples qui soutiennent la légitimité de la cause palestinienne et sont outrés par la faiblesse de la réaction de leurs dirigeants face aux souffrances endurés par le peuple palestinien.

Les gesticulations occidentales pour dissimuler "l'entente cordiale" pour ce nouveau plan de paix régional sioniste

Côté propagande sioniste/occidentale, les gesticulations des Sarko, Merkel et Cie, de Benjamin Netanyahou et du gouvernement CollaboraSioniste d'Abbas et Fayyad, peuvent se comprendre à la lumière de ce nouveau plan de paix - initiative de paix arabe revue et largement corrigée selon leurs intérêts par les AméricanoSionistes - et sur lequel les capitales occidentales se sont probablement déjà mises d'accord sur le dos des Palestiniens.

Côté pays occidentaux, on joue le "durcissement " face à Israël en demandant un arrêt des constructions dans les colonies même pour des raisons dites de croissance démographique "naturelle". SarkoSioniste joue au père fouettard en demandant à Netanyahou de virer Lieberman et de le remplacer par Tzipi Livni, ex Mossad à Paris, et ministre des affaires étrangères sous Olmert qui, étrange coïncidence, avait concocté ce plan régional de paix avec dans les coulisses le feu vert de SarkoSioniste. La pseudo querelle Netanyahou SarkoSioniste a "fuité" opportunément dans les médias complices. Merkel, quant à elle, de retour de Washington, a entonné son chant de la Walkirie Sioniste Holocaustique tout en osant demander un "gel " des constructions dans les territoires occupés.

Côté régime fantoche de Ramallah, Abbas exige l'arrêt des constructions dans les colonies avant de redémarrer toute négociation, refuse toute normalisation pays arabes israël tant que les colonies ne seront pas démantelées et les colons sionistes partis des territoires occupés, et s'est engagé à lutter contre cette normalisation sur le dos des Palestiniens.

Côté sioniste, Netanyahou réaffirme son exigence d'une reconnaissance d'Israël comme "état juif", pas de compromis sur les réfugiés palestiniens et création d'un état palestinien démilitarisé, mais se dit prêt à une reprise des négociations dans un cadre régional cette fois selon les termes imposés par l'entité sioniste.

Mais, pour le régime sioniste, ce plan régional fait aussi partie d'un plan plus vaste visant à monter une coalition anti Iran des AméricanoSionistes avec les pays arabes dits "modérés" (Jordanie, Egypte, Arabie Saoudite, EAU, Maroc ) avec comme objectif d'attaquer l'Iran dans un futur plus ou moins proche. Dans le cadre de ce plan régional élargi, La propagande médiatique sioniste bat son plein.

Deux informations "intéressantes" font la une des journaux sionistes et de leurs relais occidentaux. Un sous marin nucléaire israélien, stationné en Méditerranée, aurait récemment traversé le Canal de Suez pour rejoindre la Mer Rouge pour participer à des manoeuvres militaires, un signal fort à l'égard de Téhéran, car habituellement les sous marins nucléaires israéliens sont obligés de faire le tour de l'Afrique ce qui prend plusieurs semaines et nécessitent plusieurs ravitaillements. L'Egypte a aussitôt démenti cette information précisant qu'il n'était pas question qu'elle prête son concours à une éventuelle attaque israélienne contre l'Iran. La deuxième information concerne l'Arabie Saoudite qui aurait tacitement donné son accord à Israël pour un survol de son territoire en cas d'attaque sioniste contre les installations nucléaires iraniennes. Selon la presse sioniste, le Mossad entretiendrait avec l'Arabie Saoudite des relations "très discrètes".

Infointox sioniste ?

Pour forcer la main de certains pays arabes en révélant publiquement par des "fuites" organisées dans les médias propagandistes leur implication dans des relations collaborasionistes afin de faire pression et les obliger à endosser le plan de paix régional concocté par Tel Aviv et Washington ?

Jamal Khashoggi, expert en politique étrangère saoudienne et éditeur en chef du journal El Watan a dit que c'était un canular, un ballon d'essai lancé par les israéliens pour obliger l'Arabie Saoudite à révéler sa position vis à vis de l'Iran et pour tester sa réaction à une éventuelle frappe israélienne que le vice président US, Joe Biden, vient de justifier lors d'une visite "surprise " en Irak en affirmant que les US ne condamneraient pas Israël en cas d'attaque, sous entendu, donneraient même leur feu vert car toute attaque israélienne ne pourrait se faire qu'avec l'accord des US qui contrôlent l'espace aérien irakien. Ce n'est pas par hasard si l'annonce du OK de Washington a été fait en Irak par le vice président US qui se définit comme Sioniste. Saud Kabi un chercheur en relations internationales qui écrit régulièrement dans El Watan a dit que cette histoire visait à semer la zizanie dans le monde arabo musulman en faisant croire qu'il y a un complot contre l'Iran.

Israël essaie de faire croire que c'est dans l'intérêt de l'Arabie Saoudite - comme de l'Egypte d'ailleurs- que son armée de l'air bombarde les installations nucléaires de l'Iran, ces deux pays partageant les mêmes craintes que le régime sioniste concernant le programme nucléaire iranien. Une manière de justifier à l'avance toute attaque en disant que c'est pour "assurer la sécurité" des pays arabes dits modérés de la région. En matière de propagande, les Sionistes ne sont pas à un mensonge près, fusse -t-il aussi grossier.

En tout état de cause, les pays arabes devraient réfléchir deux fois avant de s'engager à une "normalisation" avec l'état sioniste sur le dos des Palestiniens, sauf d'avoir pousser la corruption (donc la possibilité d'être soumis à des chantages) à un tel point qu'ils fonctionnent désormais en mode "sauf qui peut" sans se soucier d'apparaître comme des traîtres non seulement à la cause palestinienne, mais aussi à la cause arabe, et de renier leur engagement à protéger les lieux Saints de l'Islam à Jérusalem contre la main mise sioniste, étant entendu que Netanyahou vient de nouveau de réitérer son engagement de ne jamais céder une quelconque partie de cette ville trois fois sainte (Judaïsme, Christianisme, Islam).



.

Dimanche 5 Juillet 2009
Myriam Abraham

Dans la même rubrique :
1 2

Humour Les Folles D'Allah | Terrorisme Islamo-fascisme | International | Immigration clandestine | France XXI | Communautarisme Islamisation racialisation | Europe | Empire USioniste du Chaos | LIBERTE D'EXPRESSION D'INFORMATION | COLONIALISME JUDEO SIONISTE | GUERRE DE L'INFORMATION | Propagande | DICTATURE UE | PALESTINE | FRANCE | MONDE ARABE | ASIE | archives Armement Sécurité Stratégies Militaires | archives Droit International ONU | archives histoire traditions 2004-2008 | archives sciences écologie 2004-2008 | archives société 2004-2008 | archives culture | archives ressources educatives | archives informations 1 | archives informations 2