information critique contre l'islam conquerant supremaciste le terrorisme
Iran

Nucléaire Iranien : Pourquoi Les Conclusions du Rapport Parlementaire Sont Partiales - Appel A Mobilisation Contre Toute Attaque Contre l'Iran

Ce rapport bipartisan repose sur des "indices techniques" manipulés pour aboutir à une conclusion préplanifiée qui ne fait que reprendre les accusations et la propagande médiatico-politique américanosionistes pour justifier auprès de l'opinion publique mondiale d'éventuelles frappes contre les installations nucléaires iraniennes. Nous appelons de nouveau à la vigilance, à une mobilisation sans faille et constante contre toute attaque de l'Iran.



Introduction

Nucléaire Iranien : Pourquoi Les Conclusions du Rapport Parlementaire Sont Partiales - Appel A Mobilisation Contre Toute Attaque Contre l'Iran
Depuis le début, les informations publiées dans les médias concernant le programme nucléaire iranien concordent avec la propagande américanosioniste qui vise à justifier aux yeux de l'opinion publique mondiale une attaque US ou Israélienne, ou US/Israélienne, contre les installations nucléaires iraniennes. Cette propagande apparaît régulièrement dans les médias sous influence, tels le Figaro, l'Express, le Monde... La dernière mouture est un article paru ce mercredi 17 décembre dans le quotidien Le Monde en ligne qui reprend pour partie les gros titres récents des journaux israéliens et américains et intitulé " L'Iran pourrait avoir l'arme nucléaire d'ici à trois ans selon un rapport parlementaire" ( Le Monde en ligne avec AFP 17/12/08 13h30).

Ce rapport est le résultat d'une mission parlementaire bipartisane dirigée par le député socialiste Jean Louis Bianco. Sur le nucléaire iranien -mais pas seulement sur ce point en matière de politique étrangère - PSUMP sont à l'unisson et se font l'écho de la propagande américanosioniste.

D'après ce rapport, les objectifs militaires du programme nucléaire iranien ne "font plus de doute". "De l'avis des experts, d'ici deux à trois ans, l'Iran pourrait être en possession d'une arme nucléaire".

Ce rapport analyse de soit disant "indices techniques" qui attesteraient de la volonté de l'Iran de se doter de l'arme nucléaire.

(1)"le développement du seul programme d'enrichissement de l'uranium au détriment de tous les autres éléments du cycle de production d'électricité nucléaire"

(2) la mise au jour de documents par l'Agence internationale pour l'énergie atomique (AIEA), documents transmis par les services secrets américains avec interdiction de les communiquer à l'Iran (Voir en bas de l'article lien vers des informations précises sur ce sujet)

(3) les récents développements du programme ballistique iranien.

Ainsi donc, se fondant sur de simples "indices techniques", des élucubrations de services secrets dont ceux des US et d'Israël passés maîtres dans l'art de créer des faux documents, et sans tenir véritablement compte des rapports successifs de l'AIEA basés sur de nombreuses inspections techniques strictes effectuées en Iran, cette mission parlementaire bipartisane accuse ouvertement l'Iran d'agir pour se doter de l'arme nucléaire.

Elle justifie, là aussi de façon bi partisane, la position biaisée de la France concernant le programme nucléaire iranien, avec les conséquences qui en découlent : sanctions à l'encontre de l'Iran, et accord tacite pour des frappes US et ou Israéliennes même si ce rapport précise que des "frappes nucléaires ne résoudraient rien". En effet, ce rapport ne fera que renforcer la position Sioniste, étant entendu que Washington comme Paris ont déjà donné tacitement leur feu vert à Tel Aviv si celui-ci décidait d'attaquer "préventivement" les installations nucléaires iraniennes parce que se sentant "menacé" et agissant en "auto défense". Il ne se passe pas une semaine, selon ce que rapporte les medias israéliens, sans qu'un responsable politique ou militaire sioniste, un expert ou un faiseur d'opinion, menace d'attaquer les installations nucléaires iraniennes ou soutienne de telles attaques y compris avec des bombes atomiques.

Dernier point, pour les responsables de ce rapport, "la solution la plus sûre résiderait néanmoins dans la mise en place d'une banque du combustible, qui serait gérée par l'AIEA et garantirait la fourniture de combustible nucléaire à tous les Etats dépourvus de capacité nationale d'enrichissement en cas de problèmes avec leurs fournisseurs".(4)

Ci dessous des réponses à cette vaste campagne de propagande au sein même du parlement et visant également l'opinion publique française et au delà

NDLT : Les parties paraissant en gras sont de notre fait idem pour la numérotation (1) (2) (3) (4) qui renvoie aux "indices" et proposition du rapport.

L'AIEA Outrepasse Son Mandat En Ce Qui Concerne l'Iran

Dans son dernier rapport remis à l'ONU, Mohamad ElBaradei, le chef de l'AIEA, a cité un " progrès substantiel" dans la clarification des questions concernant le programme nucléaire iranien, déclarant sans équivoque, que l'Agence " a pu continuer de vérifier la non diversion du matériau nucléaire déclaré iranien". (1)

Le fait que l'Agence admette ceci soulève naturellement de sérieuses questions sur la légitimité des sanctions coercitives de l'ONU à l'égard de l'Iran qui refuse d'arrêter ses activités nucléaires complètement légales du point de vue du Traité de Non Prolifération Nucléaire. b[La nature légale et transparente du programme d'enrichissemnt d'uranium de l'Iran (1) ]i en fait rend redondante la demande de l'ONU, et le plus tôt l'ONU revient sur ces demandes, le moins son image en sera affectée.

Il y a encore le problème résiduel des "soit disantes études" menées par le passé et dans le même rapport cité ci dessus, ElBaradei exprimait sa confiance qu'un "accord peut être développé qui permettra à l'agence de clarifier ces problèmes récurants" (2).En fait, cela ne semble pas tirer la sonnette d'alarme comme le fait si bruyamment les US et Israël (et Paris ndlt) en ce qui concerne l'entrée imminente de l'Iran dans le club des nations dotées de l'arme nucléaire.

Cependant, le plus gros obstacle sur la voie de la normalisation du dossier nucléaire de l'Iran à l'AIEA, c'est la demande de l'AIEA à l'Iran de prouver d'une certaine manière, "l'absence de matériau et d'activités nucléaires non déclarés ". Historiquement, le seul autre pays soumis à une telle demande par l'AIEA, c'était l'Irak de Sadam Hussein, et on pourrait penser que l'Agence ait tiré les leçons appropriées de ce fiasco majeur.

"Je regrette que nous ne soyons pas encore dans une position pour atteindre une transparente totale concernant l'absence de matériau et activités nucléaires non déclarés en Iran" a déclaré ElBaradei la semaine dernière à l'Assemblée Générale de l'ONU ce qui appelle une question légitime : n'est ce pas au delà des compétences de l'AIEA et encore plus spécifiquement de l'inspection et de l'accord de vérification de l'AIEA avec l'Iran, de demander à l'Iran de prouver une chose négative ?

Ce que l'AIEA doit faire c'est de s'en tenir à ses propres régles au lieu de disserter sur de nouvelles régles ou, pour le moins, de prendre sur elle de nouvelles responsabilités qui ne sont pas incluses dans le mandat technique de l'Agence.

ElBaradei a aussi appelé à la création d'une nouvelle banque de combustible nucléaire supervisée par l'AIEA, disant que "finalement, toutes les installations existantes d'enrichissement devraient passer d'un contrôle national à un contrôle international". Il a ensuite ajouté que " cela ne va pas se faire en une nuit". (4)

Le fait est qu'on peut parier sûrement à 90% que cela n'arrivera jamais et que les grandes puissances - les US, la Chine et la Russie en particulier - ne consentiront jamais à céder leur autorité sur leurs cycles de production de combustible nucléaire pour les placer entre des "mains internationales". (4)

De même, l'Iran ne va pas révélé ses secrets militaires conventionnels en autorisant l'AIEA à mettre son nez dans sa technologie de missiles, simplement parce que quelqu'un à Washington ou à Tel Aviv a avancé l'idée qu'en concoctant des preuves se rapportant aux missiles de l'Iran les Iraniens seraient battus sur l'échiquier nucléaire car leur refus de laisser les inspecteurs de l'AIEA inspecter leurs systèmes de missiles serait interprété comme un signe qu'ils cachent des secrets nucléaires. (3)

El Baradei insiste sur le fait que ses intentions sont pures et n'impliquent pas de "mettre son nez" dans les secrets conventionnels militaires de l'Iran, et,une nouvelle fois, assure les Iraniens, qu'il existe une façon d'éxaminer le système de missiles de l'Iran sans risquer de violer la confidentialité de ses secrets militaires. C'est tout a fait absurde. Sur ce point c'est mission impossible, comme si les services secrets des US et d'Israël n'allaient pas tenter de mettre la main sur les informations vitales obtenues par les inspecteurs de l'AIEA une fois qu'ils auront mis leur nez dans le programme de missiles conventionnels de l'Iran.(3)

De nouveau on peut tirer une leçon de l'histoire. L'AIEA a la réputation d'avoir manquer à ses obligations concernant l'Irak quand au lendemain de l'invasion du pays par les US le monde entier a appris que les US avaient utilisé les données de l'AIEA pour justifier son invasion illégale. ElBaradei, qui quittera ses fonctions l'année prochaine, est-il dans une position de garantir qu'aucun des inspecteurs ne coopérera avec les adversaires de l'Iran et transmettra des informations considérées comme vitales par ceux qui planifient actuellement une action militaire contre l'Iran ?

Il ne peut pas et ne devrait pas se mettre dans l'embarras et mettre également son Agence dans l'embarras en imposant à l'Iran des demandes non raisonnables qui pourraient avoir un effet boomerang sur l'AIEA, et par conséquent sur tout le régime de non prolifération, au cas ou le fiasco de l'Irak se répéterait pour l'Iran.

On rapporte déjà qu'il y a des dissensions internes au sein de l'Agence concernant l'Iran qui se traduisent par le fait que certains inspecteurs de l'Agence ont boycotté la dernière présentation faite par l'aide d'ElBaradei, Olli Heinonen, concernant les preuves des " prétendues études " de l'Iran. Heinonen a montré une étrange propension à prendre pour argent comptant tout cancan de désinformation sur l'Iran (3), et, conséquence, ce serait ni plus ni moins que faire courir un risque à sa sécurité nationale si l'Iran acceptait la demande irraisonnable de l'AIEA citée ci dessus.

N'oublions pas que lorsque l'AIEA a contacté l'Iran au printemps 2007 et proposé un plan de travail rationnel pour résoudre tous les problèmes en suspend, l'Agence n'a pas porté sur la liste les "études supposées" comme l'un des "problèmes en suspend". Les "prétendues études " sont en lien avec des informations soit disant obtenues d'un ordinateur portable sorti d'Iran et remis aux services secrets US en 2004 (2)

Les six problèmes listés ont été effectivement résolus et l'AIEA a tourné la page dessus, c'est à dire les considèrent comme " n'étant plus en suspend", et ce comme stipulé dans le rapport de l'AIEA de février 2008. Selon cet accord, le dossier nucléaire iranien aurait du être sorti de l'actuel statut d'urgence et traité comme "routine" mais cela ne s'est pas passé ainsi à cause de ces "prétendues études".

Pourtant, dans son rapport d'Août 2008, ElBaradei a admis que l'Agence n'avait pas détecté de diversion de matériau nucléaire pour ces " prétendues études" (2)

Plus ElBaradei insiste sur ses demandes extra légales auprès de l'Iran, plus la communauté mondiale va perdre confiance dans son impartialité et son objectivité, et la capacité de l'Agence Atomique à rester à l'abri des manipulations des grandes puissances.

Kaveh Afrasiabi 31 Octobre 2008 - www.atimes.com

Kareh Afrasiabi est l'auteur de "After Khomeini: New Directions in Iran's Foreign Policy (Westview Press) and co-auteur de "Negotiating Iran's Nuclear Populism", Brown Journal of World Affairs, Volume XII, Issue 2, été 2005, avec Mustafa Kibaroglu. Il a également écrit "Keeping Iran's nuclear potential latent", Harvard International Review, et est l'auteur de Iran's Nuclear Program: Debating Facts Versus Fiction. sur Wikipedia. son dernier livree : Reading In Iran Foreign Policy After September 11 (BookSurge Publishing , 23/10/ 2008).

Titre Introduction Traduction Mireille Delamarre pour www.planetenonviolence.org

Information complémentaire

Vladimir Voronkov, chef du departement de coopération au ministère des affaires étrangères russe, emet de sérieux doutes voire même contredit les estimations américanosionistes et celles de leurs vassaux UE et Cie, comme quoi l'Iran augmenterait rapidement sa capacité à fabriquer des armes nucléaires. Selon lui, l'iran est actuellement incapable de déveloper des armes nucléaires et d'avoir les moyens de les véhiculer.

Cette affirmation russe a d'autant plus de poids qu'en dehors des inspecteurs de l'AIEA, seul la Russie peut actuellement avoir accès aux installations nucléaires iraniennes.Ce sont des ingénieurs russes qui, travaillant pour le compte d'une entreprise russe, construisent le réacteur nucléaire de la centrale de Bushehr. Ils sont quotidiennement en contact avec les réalités nucléaires iraniennes sur le terrain. i{" Cette information est confirmée par tous les services responsable de la collecte et de l'analyse d'informations"]i a ajouté Voronkov.

Si toutes les agences de renseignements de Moscou s'accordent pour dire que l'Iran n'a pas la capacité de fabriquer des bombes nucléaires, cela met sérieusement en doute les affirmations péremptoires américanosionistes ainsi que celles de Jean Louis Bianco. La question du nucléaire iranien portée devant le Conseil de Sécurité de l'ONU reste entièrement liée aux intentions belliqueuses américanosionistes d'attaquer militairement l'Iran et tout responsable politique digne de ce nom devrait reflechir deux fois avant de porter des accusations qui peuvent être interprétées comme un feu vert donné pour de telles attaques. Aller collecter des informations sur le nucléaire iranien auprès de ceux qui veulent attaquer militairement ce pays, sans même tenir compte des estimations de Moscou, rend ce rapport caduque et fait passer Mr Bianco pour un homme politique irresponsable. Mais les PSUMP sont infiltrés et prosionistes.

Nucléaire Iranien et faux documents les fameuses "études"

La Secte Iranienne MEK son implication







Mercredi 17 Décembre 2008
Mireille Delamarre

Dans la même rubrique :
1 2 3

Iran