information critique contre l'islam conquerant supremaciste le terrorisme
Iran

Nucléaire Iranien : La Partie D’Echecs Continue Toujours En faveur De Téhéran

Malgré les énormes pressions subies, Téhéran continue de maîtriser la partie d’échecs avec les puissances occidentales sur son nucléaire civil quoiqu’en disent et fassent les Kouchner Sionistes et Cie.



Nucléaire Iranien : La Partie D’Echecs Continue Toujours En faveur De Téhéran

Alors qu'elle lançait une fusée nommée Simorgh ( Phoenix) dans l’espace, L'Iran réactivait son engagement avec les pays occidentaux affirmant son intention d' accepter l’échange - LEU à 3.5% contre LEU à 20%.

Mardi lors d’une interview télévisée, le Président Mahmud Ahmadinejad a dit que l’Iran n’avait « aucun problème » avec l’accord proposé l’automne dernier comme quoi l’Iran livrerait une grande partie de son LEU à 3.5% en échange de LEU à 20% pour son centre nucléaire de recherche médicale de Téhéran.

Selon l’ancien ambassadeur d’Iran en Italie, Abulfazi Zahrvandeh, « les déclarations d’Ahmadinejad concernant l’échange de LEU ont été claires rien n’a changé. Le point délicat dans ces déclarations concerne des garanties objectives plutôt que 100% de garanties… Le problème des garanties objectives reste et les puissances occidentales doivent avancer vers des mesures pour rétablir la confiance ».

La Chine et la Russie ont réagi positivement aux nouvelles en provenance de Téhéran, le ministre des affaires étrangères russe, Sergei Lavrov, déclarant que Moscou était prêt à s’engager dans cet échange de LEU. En ce qui concerne la Chine actuellement confrontée à la décision américaine de vendre des armes à Taïwan et à la rencontre prévue entre le président Obama et le Dalaï Lama, la position plus souple, semble-t-il, de l’Iran pourrait renforcer la Chine et mettre Washington sur la défensive.

Quant à la France - où l’actuel gouvernement vient une nouvelle fois de faire publiquement allégeance à l’agent d’une puissance étrangère, le CRIF, représentant les intérêts d’ Israël, comme autrefois Pétain allait se prosterner devant Hitler - son ministre des affaires étrangères, lui-même agent sioniste notoire, Bernard Kouchner, s’est déclaré «perplexe et même un peu pessimiste» ajoutant que le président iranien, Mahmoud Ahmadinejad, essayait de gagner du temps. C’est une nouvelle preuve de la diplomatie de caniveau menée par ce laquais de Tel Aviv.

Des responsables de l’administration Obama ont quant à eux affirmé qu’il n’y avait pas de tractations en coulisses et ont exprimé leur volonté de continuer de négocier tout en affirmant que l’Iran devait soumettre une offre formelle à l’AIEA. Cette demande peut être satisfaite à condition que l’élite de Téhéran trouve un consensus en matière de stratégie nucléaire.

Bien que l’Iran essaie de faire pression pour obtenir un échange simultanée de LEU, ce n’est pas une pré condition et Téhéran s’arrangera d’un délai raisonnable entre la livraison de son LEU à 3.5% et la réception de celui à 20% promis par les puissances occidentales. Pour l’Iran, si les puissances occidentales ne livrent pas le LEU à 20% dans un délai raisonnable comme promis, l’environnement international changera en sa faveur.

C’est une pièce maîtresse sur l’échiquier de la partie qui se joue entre l’Iran et le P5+1 et que Téhéran compte bien utiliser. Cette position a d’ailleurs été clairement explicitée par le président Ahmadinejad dans son interview télévisée :

« Certains ici ont fait du bruit et dit qu’ils prendraient le LEU et ne donneraient rien en échange. Et nous avons répondu, s’ils ne donnent rien en échange que va-t-il se passer ? Qui aura tenu parole ? S’ils ne remplissent pas leurs obligations, ce sera prouvé que nous avions raison et les véritables intentions de l’agence atomique et les signataires du contrat seront dévoilées et puis nous ferons ce que nous avons à faire. »

L’Iran montrant sa volonté de poursuivre sur la voie des négociations pour l’échange de LEU, il sera difficile pour Washington de justifier son revirement actuel qui vise à obtenir de nouvelles sanctions contre l’Iran. Un diplomate occidental a dit à la BBC jeudi que les US planifiaient une quatrième tournée de sanctions au CSONU contre l’Iran dont l’extension de l’interdiction de voyager et le gel des avoirs à l’étranger de personnes directement impliquées dans l’industrie nucléaire en Iran.

De son côté, Israël a fait mine d’approuver l’échange de LEU mais dans les coulisses à Washington Paris Berlin… via ses agents d’influence, pousse à de nouvelles sanctions « paralysantes » selon les propres termes du premier ministre israélien, Benjamin Netanyahou.

Téhéran a manifesté sa volonté de participer à une deuxième rencontre sur les échanges de LEU à Genève, en demandant aux P5+1, et tout spécialement à la Grande Bretagne - que Téhéran a accusé d’avoir activement et directement participé aux tentatives de déstabilisation de l’année dernière - de cesser leur ingérence dans les affaires internes de l’Iran et ce surtout aux vues de l’agitation médiatique en Occident sur la nécessité d’un « changement de régime » dans le pays, notamment via des pétitions publiées dans les médias serviles tels en France le quotidien Libération à l’initiative d’agents sionistes dont Bernard Henry Levy.

Jeudi 4 Février 2010
Mireille Delamarre

Dans la même rubrique :
1 2 3

Iran