information critique contre l'islam conquerant supremaciste le terrorisme
archives Armement Sécurité Stratégies Militaires

New Delhi - Des nuages nucléaires s’amoncèlent au dessus de l’Asie

De l’Iran à Israël en Asie de l’Ouest, en passant par l’Inde et le Pakistan au sud, de la Corée du Nord au Japon à l’est, la région a montré une incessante activité dans le domaine nucléaire qui ne peut aller qu’en s’intensifiant dans les années à venir. Dans chacun de ces pays, les Etats-Unis jouent un rôle majeur. La politique américaine favorise ou s’oppose, selon le critère des deux poids deux mesures, aux activités nucléaires de certains pays et va contribuer à mettre en danger l’équilibre stratégique existant dans l'une des régions les plus volatiles du monde.



New Delhi - Des nuages nucléaires s’amoncèlent au dessus de l’Asie

New Delhi - Des nuages nucléaires s’amoncèlent au dessus de l’Asie

La région Asie Pacifique n’est pas seulement devenue l’une des zones centrales économiquement parlant, elle est aussi devenue le centre de développement d’activités liées aux armes nucléaires et aux efforts faits pour acquérir de telles armes.

De l’Iran à Israël en Asie de l’Ouest, en passant par l’Inde et le Pakistan au sud, de la Corée du nord au Japon à l’est, la région a montré une incessante activité dans le domaine nucléaire qui ne peut aller qu’en s’intensifiant dans les années à venir.

Dans chacun de ces pays, les Etats-Unis jouent un rôle majeur. La politique américaine favorise ou s’oppose, selon le critère des deux poids deux mesures, aux activités nucléaires de certains pays et va contribuer à mettre en danger l’équilibre stratégique existant dans l'une des régions les plus volatiles du monde.

"C’est un tournant crucial d’avec la période de la guerre froide pendant laquelle la confrontation entre les blocs Est Ouest était le centre de gravité mondial du nucléaire militaire avec son point le plus intense en Europe" selon le professeur de relations internationales et de politiques globales Achin Vanaik de l’université de Delhi. Il est aussi membre de la Coalition pour le Désarmement Nucléaire et la Paix et un expert indépendant sur le nucléaire. "Malheureusement, les développements nucléaires en Asie sont dominés par une super puissance qui a pris fermement position contre le désarmement.

En 2005 il y a eu deux développements nucléaires d’importance capitale : une tentative des Etats-Unis et de ses alliés d’interdire et d’empêcher l’Iran d’enrichir de l’uranium, que ce soit à des fins militaires ou civiles, et un accord indo américain pour "normaliser" le statut des armes nucléaires de l’Inde, et reprendre le commerce du nucléaire civil avec elle.

Des discussions ont continué en 2005 entre la Corée du Nord et les autres pays, la Chine, la Russie le Japon, la Corée du Sud et l’Union Européenne, avec à leur tête les Etats-Unis, pour dissuader Pyongyang de poursuivre son programme d’armement nucléaire. Ces discussions n’ont pas abouti.

Pendant ce temps là, le Japon a fait un pas de plus vers la révision de ses engagements pris après la seconde guerre mondiale de ne pas acquérir d’armes nucléaires et de ne pas non plus reconstruire de forces armées massives. Ceci prend beaucoup de signification dans le contexte de ce que l’on appelle la nouvelle "guerre froide" entre la Japon et la Chine.

En septembre 2005 les Etats-Unis ont proposé une motion au Conseil des gouverneurs de l’AIEA affirmant que l’Iran ne respectait pas ses obligations pris dans le cadre du Traité de Non Prolifération, et ouvrant ainsi la voie à un possible recours au Conseil de Sécurité de l'ONU pour des sanctions. La résolution n’a pu passé que parce que l’Inde s’est désolidarisée des pays non alignés à l’AIEA et a voté avec Washington.

L’Iran a rejeté la résolution et a réaffirmé sont droit, conformément au TNP, à l’enrichissement de l’uranium à des fins pacifiques. Le Russie a depuis proposé un compromis selon lequel l’Iran pourrait convertir l’oxyde d’uranium en gaz hexafluoride envoyé en Russie pour enrichissement. Selon ce compromis, l’Iran pourrait brûler l’uranium enrichi dans un réacteur nucléaire en construction avec l’aide de la Russie mais renverrai le combustible utilisé en Russie. Ainsi, l’Iran renoncerait au retraitement afin d’extraire le plutonium qui comme l’uranium enrichi est utilisé pour la fabrication de bombes nucléaires. L’Iran n'a pas formellement rejeté cette proposition, mais d'autre part ses discussions avec les 3 de l’UE ‘(Allemagne, France Grande Bretagne) n’ont pour l’instant pas donné de résultats.

La position de Téhéran sur le nucléaire et ses activités se sont attirés une réponse hostile d’Israël et le président américain Georges Bush a recommencé à parler selon son mantra favori de "l’Axe du Mal". Les Etats Unis ont établi des plans pour une attaque armée contre l’Iran.

Une guerre des mots a été déclenchée pendant ce temps entre l’Iran et Israël. En octobre le président Mahmoud Ahmadinejad nouvellement élu en Iran a appelé à ce que "Israël soit effacé de la carte du monde".

Les dirigeants israéliens ont juré d’empêcher l’Iran d’acquérir des armes nucléaires. Le premier ministre Ariel Sharon a déclaré le 1er décembre qu’Israël s’y opposerait. "Israël, et pas simplement Israël, ne peut pas accepter une situation dans laquelle l’Iran serait en possession d’armes nucléaires" a-t-il dit. L’ancien premier ministre Benyamin Netanyahu a lui menacé de détruire les installations nucléaires iraniennes citant son soutien au bombardement de la centrale de recherche irakienne d’Osirak en 1981 par l’aviation israélienne alors en construction.

Le 16 décembre 2005, l’Iran a prévenu Israël que sa réponse à une attaque israélienne serait "douce, ferme et destructrice".

" Tout ceci met en évidence le potentiel d’un dangereux conflit au Moyen Orient" dit Vanaik. "La région est déjà devenue volatile et explosive à cause de l’occupation de l’Irak qui s''est ajoutée au problème palestinien. Si les Etats Unis et Israël persistent dans leur approche intransigeante de l’Iran, ils peuvent provoquer le chaos. L’attitude américaine de deux poids deux mesures : hostilité à l’égard de l’Iran et en même temps soutien au programme d’ armes nucléaires israélien, sont une source de mécontentement populaire important dans la région."

La politique américaine de deux poids deux mesures est aussi évidente dans le sud de l’Asie. Les Etats-Unis ont accepté de faire une seule exception au régime de non prolifération international dans le cas de l’Inde en avançant que l’Inde, "pays responsable",posséde des armes nucléaires, bien qu’il n’est pas signé le TNP. L’administration Bush s’est engagée à convaincre le Congres américain d’amender les lois de non prolifération pour faire exception pour l’Inde et de faire de même auprès des autres fournisseurs de matériaux nucléaires.

L’Inde et les Etats Unis développent actuellement "un partenariat stratégique" comprenant une coopération militaire très étendue. En mars les Etats-Unis ont offert d’aider l’Inde à devenir une grande puissance au XXIème siècle.

Ceci a déplu au Pakistan qui voit le "partenariat" indo américain comme facteur d’asymétrie stratégique dans la région. Le Pakistan demandera probablement les mêmes faveurs en ce qui concerne l’accès à la technologie et aux équipements nucléaires et est entrain de préparer des plans pour la construction de nouvelles centrales nucléaires.

Les Etats Unis font peu pour diminuer la rivalité nucléaire indo pakistanaise. Ils ont été embarrassés par les révélations concernant les activités clandestines du scientifique pakistanais Abdul Qadeer Khan qui a vendu les technologies de fabrication de l’uranium enrichi à l’Iran, la Corée du Nord, et la Libye. Mais Washington a besoin du Pakistan comme allié dans sa "guerre contre le terrorisme" en particulier contre les Talibans et al Qaeda. Les Etats Unis ont résisté aux demandes pour appliquer des pressions sur le Pakistan pour que Khan soit interrogé afin de détailler ses transactions nucléaires.

L’approche intransigeante des Etats-Unis envers les activités nucléaires iraniennes contraste avec sont approche relativement compréhensive vis-à-vis de la Corée du Nord, bien que Pyongyang se soit vanté d’avoir l’arme nucléaire. Les Etats Unis offrent des récompenses à la Corée du Nord inclus un réacteur nucléaire civil, et une aide économique, bien qu’ils refusent que le réacteur soit construit avant que Pyongyang n’ait démantelé son programme de fabrication d’armes nucléaires.

Les critères de non prolifération nucléaire de Washington sont "sélectifs, discriminatoires et inconsistants" selon Vanaik. "Les Etats-Unis utilisent la non prolifération comme une arme selon leurs intérêts à court terme. Quand ils ne le font pas, ils autorisent la prolifération des technologies nucléaires."

Un cas inquiétant est celui du Japon. La Constitution du pays, dictée par les Etats-Unis à l’époque de son occupation post guerre, interdit l’acquisition, la fabrication ou le fait d’importer dans le pays des armes nucléaires. Beaucoup de politiciens au Japon veulent que celle-ci soit amendée.

Le Japon a stocké de grandes quantités de plutonium, issu de retraitements en Europe de l’Ouest, pour être utilisées en principe pour alimenter ses réacteurs nucléaires civils mais qui peuvent rapidement servir pour la fabrication d’armes nucléaires.

Si le Japon venait à acquérir des armes nucléaires, et continuait à construire ses forces armées, la Chine réagira. Déjà, la Chine se sent menacé par le programme de défense de missiles balistiques de Washington et par la coopération croissante militaire indo américaine. Si ce type d’évènements continue, l’Asie pourrait être le théâtre de deux nouvelles courses aux armements : l’une entre le Japon et la Chine, et l’autre entre la Chine et l’Inde.

Ces rivalités ne seront pas liées principalement à des facteurs régionaux, mais seront dues à une influence extra régionale très forte, celle des Etats-Unis. La région Asie Pacifique commence la nouvelle année 2006 en entrant dans une zone de tumulte et d’instabilité.

New Delhi 29 décembre 2005 Inter Press Service

Praful Bidwai est un journaliste et analyste indou de New Delhi, pacifiste, qui publie régulièrement dans les colonnes de nombreux journaux. Certains de ses articles sont traduits en anglais et peuvent être lus sur www.antiwar.com

Article paru en anglais sur antiwar.com

Traduction bénévole pour information à caractère non commercial par MD pour Planète Non Violence


Du même auteur - Inde: du non-alignement à la tutelle américaine

New Delhi - Des nuages nucléaires s’amoncèlent au dessus de l’Asie

Dimanche 1 Janvier 2006
Mireille Delamarre

Dans la même rubrique :
1 2 3

Humour Les Folles D'Allah | Terrorisme Islamo-fascisme | International | Immigration clandestine | France XXI | Communautarisme Islamisation racialisation | Europe | Empire USioniste du Chaos | LIBERTE D'EXPRESSION D'INFORMATION | COLONIALISME JUDEO SIONISTE | GUERRE DE L'INFORMATION | Propagande | DICTATURE UE | PALESTINE | FRANCE | MONDE ARABE | ASIE | archives Armement Sécurité Stratégies Militaires | archives Droit International ONU | archives histoire traditions 2004-2008 | archives sciences écologie 2004-2008 | archives société 2004-2008 | archives culture | archives ressources educatives | archives informations 1 | archives informations 2