information critique contre l'islam conquerant supremaciste le terrorisme
Mossad Cia et Cie

Mossad Au Liban : De Nouvelles Révélations Dans Un Livre Explosif De Richard Labévière A Paraître en Mai

Livre Explosif à paraître courant Mai en France aux Editions Fayard intitulé "La Tuerie d'Ehden ou la Malediction des Arabes chrétiens" et qui dévoile notamment les interventions criminelles du Mossad au Liban. L'édition arabe du livre devrait sortir fin Mai à Beyrouth.



Samir Geagea et la famille Frangié massacrée
Samir Geagea et la famille Frangié massacrée

L’importance de ce livre est lié entre autre au fait que son auteur, Richard Labévière, est un écrivain et journaliste qui a des rapports étroits avec certaines sources au ministère français de la Défense. Journaliste expérimenté, il fut le rédacteur en chef de Défense, la revue de l’Institut des hautes études de défense nationale. Spécialiste du Moyen Orient, il suit de près les développements politiques au Liban depuis des années. En 2006, il a publié un autre livre, Le grand retournement : Bagdad-Beyrouth (Edition du Seuil, 2006) sur les dessous des négociations qui ont eu lieu aux Nations-Unies sur la situation au Liban. Il a également publié Les dollars de la terreur, expliquant le rôle des Etats-Unis dans la fabrication de Bin Laden.

Richard Labévière figure, et pour cause, sur la liste des persona non grata du régime sioniste, dont certains agents occupent des postes de haut niveau dans les milieux politiques et médiatiques, et c'est à ce titre qu'il à été licencié en août dernier, de Radio France Internationale, notamment pour avoir fait des objections sur l’alignement inconditionnel des médias français sur la propagande du gouvernement sioniste. Richard Labévière subit des pressions énormes pour que certains noms figurant dans son livre soient occultés. En effet, il affirme, preuves indéniables à l'appui, que le meurtre en 1978 du député libanais Tony Frangié, le fils de l’ex-président libanais Sleiman Frangié a été planifié par le Mossad. Le personnage central du Mossad dans ce massacre fut Samir Geagea, à l'époque chef des Phalanges pour la région Nord, devenu aujourd’hui l’une des figures de proue dans la coalition du 14 mars au Liban, côte à côte avec Walid Joumblatt, Amin Gémayel et Saad Al-Hariri.

Labévière explique dans une partie de ce livre qu’Israël visait 4 objectifs derrière l’assassinat de Tony Frangié le 13 juin 1978. Il s’agissait tout d’abord d'éliminer l’un de ses pires ennemis chrétiens au Liban, ensuite d’intervenir militairement au nord du Liban où Frangié contrôlait la sécurité, mais aussi de semer la zizanie dans le camp chrétien afin de se faire des alliés. Le dernier objectif visait à affaiblir le camp chrétien allié à la Syrie.

Labévière révèle que le Mossad avait décidé d’assigner cette mission au chef des phalangistes, le défunt Béchir Gémayel. Mais suite à une étude psychologique effectuée par ses services secrets sur quelques-unes des personnalités libanaises c'est Samir Geagea qui a été désigné comme étant la personne ayant le profil pour ce genre de mission.

Dans le chapitre 11, l’auteur décrit les détails du scénario du jour du meurtre de Frangié, ainsi que de celui de son épouse et de son enfant de 3 ans, et de plusieurs de ses collaborateurs et de ses gardes du corps. L’auteur avance que le plan originel consistait à kidnapper l’un des collaborateurs de Frangié, responsable du meurtre de l’un des chefs des phalangistes. En fait, Frangié ne devait pas se trouver dans son palais dans la région d’Ehden à ce moment là, mais une panne de voiture l’a empêché de sortir. Lorsque Samir Geagea, agissant pour le compte du Mossad, est arrivé pour accomplir sa sale besogne, Tony Frangié a refusé catégoriquement de lui livrer son collaborateur.

Les deux camps se sont alors livrés à un combat sans merci dans le palais de Frangié, à Ehden. La famille de Tony Frangié a été massacrée ainsi que tous ceux qui se trouvaient dans le palais à ce moment là, au total 35 personnes mortes ou blessées. Samir Geagea a été blessé à la main et au bras. Richard Labévière a pris soin d'écouter la version de ce dernier. Tout le 14e chapitre lui est consacré. Le chef des phalangistes a reconnu les évènements sanglants de ces années infernales au Liban mais a nié avoir assassiné Tony Frangié, avançant comme argument sa blessure au bras et à la main. Sa relation avec le Mossad n’avait jamais jusqu'à ce jour été dévoilée aussi clairement, preuves à l'appui. Comme par hasard, il y a quelques mois, l’un des collaborateurs de Tony Frangié, un dénommé Joseph, est apparu sur la chaîne libanaise Orange. Il a dit avoir participé à la défense du palais de Frangié et il a reconnu qu’il était responsable de la blessure de Samir Geagea. Témoin gênant, quelques jours après la diffusion du programme, il a été assassiné.

Les efforts déployés pour suspendre la sortie du livre vont-ils réussir ? A l’intérieur du Mossad, certains de ceux qui ont planifié ce massacre sont encore vivants et actifs. Au Liban, certains noms que l’on retrouve dans ce livre sont actuellement sur le devant de la scène politique, notamment dans le cadre des élections de Juin prochain.

Le danger ne vient pas seulement de ces pressions, mais aussi des révélations qui pourraient éventuellement se solder par des opérations d’assassinat ciblant certaines personnes citées dans ce livre. Il est bien évident que la vie de l’auteur peut elle aussi se trouver menacée.

Alors même qu'au Liban les services de sécurité intérieure se livrent à des arrestations en nombre d'agents travaillant pour le compte du Mossad et faisant partie de trois réseaux d'espionnage, ce livre tombe à pic pour rappeler, s'il en était besoin, les objectifs du régime sioniste de déstabilisation par la violence de son voisin y compris par des assassinats. Certains accusent le Mossad d'être derrière l'attentat qui a coûté la vie à l'ex premier ministre libanais Rafik Hariri. Cette vague d'arrestations pourrait bien être une piste sérieuse pour prouver les implications criminelles du Mossad au Liban et notamment dans cet assassinat.




















Mardi 5 Mai 2009
Myriam Abraham

Dans la même rubrique :
1 2

Mossad Cia et Cie | Boycott Israel | Collaborateurs Des Sionistes | Anti Sionisme | Collaboration Au Sionisme Archives