information critique contre l'islam conquerant supremaciste le terrorisme
archives Armement Sécurité Stratégies Militaires

Mettre fin à l’hystérie sur le programme nucléaire iranien

Les craintes fréquemment citées concernant l’Iran s’il se dotait de l’arme nucléaire c’est qu’il pourrait utiliser des armes nucléaires pour frapper en premier ses adversaires dans la région...Mais ces craintes sont-elles fondées, et jusqu ‘à quel point la menace du nucléaire iranien a-t-elle été exagérée. Et finalement peut on faire confiance à l’Iran puissance nucléaire ?



Mettre fin à l’hystérie sur le programme nucléaire iranien

Et si l’Iran se dote d’armes nucléaires…..Mettre fin à l’hystérie - Opinion d'un journaliste iranien

Bien que les iraniens et les responsables européens s'étaient mis d’accord il n'y a pas longtemps pour reprendre les discussions sur les activités nucléaires iraniennes, il y a peu de chance que celles-ci aboutissent à les faire sortir de l’impasse. Comme d’imminents diplomates iraniens et négociateurs nucléaires l’ont fait remarquer, l’Iran est déterminé à continuer à travailler sur le cycle de production du combustible nucléaire malgré les menaces des pays occidentaux d’en appeler au Conseil de Sécurité pour qu’il impose des sanctions économiques et/ou d’autres mesures coercitives.

Les "think tanks" et centre de renseignements étrangers ont spéculé que si l’Iran est autorisé à reprendre ses activités d’enrichissement d’uranium, et d’autres travaux sensibles liés au nucléaire, il pourrait être capable de fabriquer des armes nucléaires d’ici 5 à 10 ans. Compte tenu de cette possibilité, les politiciens occidentaux et les analystes politiques ont sonné l’alarme concernant les répercussions sur la sécurité et la stabilité de la région si l’Iran devenait une puissance nucléaire. La dramatisation de cette soi disante menace a eu pour conséquence l’adoption d’une position dure et injustifiée de la part des pays occidentaux envers l’Iran.

Les craintes fréquemment citées concernant l’Iran s’il se dotait de l’arme nucléaire c’est qu’il pourrait utiliser des armes nucléaires pour frapper en premier ses adversaires dans la région, (s’il est équipé de systèmes de propulsion longue distance) ou que les armes nucléaires iraniennes puissent tomber entre les mains de groupes terroristes cherchant à nuire aux pays occidentaux.

Mais ces craintes sont-elles fondées, et jusqu ‘à quel point la menace du nucléaire iranien a-t-elle été exagérée. Et finalement peut on faire confiance à l’Iran puissance nucléaire ?

La plupart des politiciens occidentaux et des observateurs disent que leur attitude envers les activités nucléaires iraniennes est justifiée à cause du caractère du régime iranien. Les critiques doutent de la capacité de l’Iran de se conduire comme un membre responsable de la communauté internationale et ils font souvent référence, comme base raisonnable de leur méfiance, aux origines révolutionnaires fanatiques du régime. L’atmosphère de méfiance réciproque et d’anxiété s’est aggravée avec l’élection du président Mahmoud Ahmadinejad, mais les craintes de l’Occident vis-à-vis de l’Iran sont souvent déraisonnables.

D’abord ce serait une erreur de penser que le caractère du gouvernement iranien est resté inchangé depuis la révolution islamique de 1979. En fait, la République Islamique a perdu la plus grande partie de sa ferveur révolutionnaire et idéologique ces deux dernières décennies, et son gouvernement s’est considérablement adouci. L’Iran a fait preuve de modération et de pragmatisme dans sa politique étrangère ces dernières années, les intérêts nationaux et des calculs d’ordre stratégique prenant le pas sur l’idéologie.

La détermination de l’Iran à maintenir des relations étroites avec la Russie en est un exemple visible. L’Iran, dans le cadre d’une politique donnant avant tout la priorité au développement de liens stratégiques avec la Russie, est resté silencieux sur l’élimination de séparatistes musulmans et les violations des droits de l’homme commis par l’armée russe en Tchéchenie. De même dans les années 90, l’Iran et la Russie ont utilisé leur influence respective sur le groupe islamiste d’opposition tajik et l’ex gouvernement communiste du Tajikistan, pour mettre fin à la guerre civile sévissant dans ce pays depuis longtemps, un pays avec lequel l’Iran partage des liens culturels et linguistiques communs. La décision pragmatique de l’Iran de collaborer avec la Russie pour mettre sur pied un plan de paix au lieu de soutenir les militants islamistes ont renforçé les liens grandissants avec la Russie.

Les relations cordiales entretenues par l’Iran avec l’Arménie chrétienne malgré son conflit militaire avec l’Azerbaijan musulman sont la preuve allant à l’encontre des croyances dominantes que la politique iranienne est conduite selon des considérations religieuses et idéologiques. Dans le conflit entre l’Armenie et l’Azerbaijan, la position de l’Iran basée sur des décisions d’ intérêt national, lui a valu de dures critiques de certains groupes politiques en Azerbaijan et d’autres pays musulmans.

Autre démonstration du fait que le choix rationnel prévaut sur celui idéologique en matière de politique étrangère iranienne, c’est sa position largement neutre concernant le conflit indo pakistanais sur le Kashmir. Cette position a permis à l’Iran de maintenir de bonnes relations avec les deux pays. Les négociations en cours entre l’Iran, le Pakistan et l’Inde sur un projet de plus de mille milliards de dollars pour la construction d’un gazoduc pour exporter du gaz naturel d’Iran vers l’Inde via le Pakistan est le gain concret le plus visible résultant d’une telle politique.

Le passage pour l’Iran de l’idéologie au pragmatisme est également visible à travers la normalisation ces dernières années de ses relations avec les pays conservateurs pro occidentaux de la région. Le relâchement des tensions politiques dans la région ont permis l’extension des relations économiques entre l’Iran et ses voisins, montrant par là la priorité donnée par l’Iran à la création d’un climat dans la région favorable à ses objectifs de développement économique.

L’Iran a aussi joué un rôle important en aidant les groupes alliés des forces américaines à renverser le régime des talibans dans l’Afghanistan voisin. Il a contribué de façon significative au développement des processus démocratiques dans l’Afghanistan et l’Irak post conflit et a assumer des responsabilités financières substantielles pour la reconstruction de ces deux pays. Ces deux cas montrent que l’Iran est prêt à collaborer même avec des pays qui lui sont hostiles, tels les Etats-Unis, dans des zones d’intérêts stratégiques communs. Un processus identique existe depuis des années ente l’Iran et l’Union Européenne en matière de lutte contre les filières de trafic de drogue afghanes, pour laquelle l’Iran a payé le prix fort tant en vies humaines qu’en argent.

Le seul problème majeur qui va à l’encontre du pragmatisme de la politique étrangère de l’Iran, c’est sa position dure concernant le conflit israélo palestinien. Etant donné la popularité de la cause palestinienne parmi les musulmans de la région et dans le monde entier, la politique de l’Iran concernant le problème palestinien se fonde sur le désir de s’attirer les faveurs de l’opinion publique musulmane mondiale. Les commentaires récents controversés faits par le président Ahmadinejad sur Israel doivent être interprétés dans ce contexte, comme un appel tactique lancé vers les masses musulmanes. Quelque qu’odieux qu’aient été les déclarations des dirigeants iraniens, le gouvernement iranien s’est contenté de propagande plutôt que de prendre des mesures pratiques significatives pour nuire au processus de paix au Moyen Orient.

Deuxièmement, l’idée que l’Iran pourrait lancé le premier une attaque nucléaire contre l’un de ses adversaires est absurde, car toutes ses cibles potentielles sont soit déjà en possession d’armes nucléaires, ou sont protégés par des puissances nucléaires. Toute attaque nucléaire de l’Iran provoquerait sa destruction certaine, étant donné les capacités réelles de représailles de ces pays. La raison mène à penser qu’une capacité nucléaire de l’Iran servirait celui-ci seulement en tant que force de dissuasion contre d’éventuels agresseurs.

Troisièmement, bien que ce soit controversé d’argumenter sous l’angle religieux contre la possession d’armes nucléaires à des fins de dissuasion, étant donné la nature des armes nucléaires, une attaque nucléaire contre des centres de populations civiles seraient absolument contre les enseignements éthiques de l’islam. Cette considération devrait servir comme garantie contre le fait d’une possible mauvaise utilisation d’hypothétiques armes nucléaires par l’Iran.

Quatrièmement, il n’y a aucune base crédible au fait que l’Iran pourrait équiper des groupes terroristes avec des armes nucléaires, pour attaquer des pays occidentaux. L’Iran a longtemps été victime d’attaques de groupes terroristes. L’Iran n’a aucune sympathie avec des groupes terroristes qui rejettent son identité shiite et perse et qu’il critique sévèrement pour sa violence extrémiste qui ternit l’image de l’Islam. L’Iran est souvent mentionné par les journalistes occidentaux venus en visite comme ayant la jeunesse la plus pro occidentale de la région. Bien que je ne puisse ni confirmer ni infirmer cette affirmation, aucun citoyen iranien n’a été impliqué dans les actes de terrorisme menés dans des pays occidentaux ces dernières années.

Finalement, comme l’Iran n’a pas de précédent dans l’histoire moderne d’aventurisme militaire ou d’agression contre l’un de ses voisins, rien ne permet de suggérer que l’Iran puissance nucléaire serait moins pacifique que les autres puissances nucléaires de la région. Alors que le monde s’accommode du Pakistan, de l’Inde, d’Israel ect… comme puissances nucléaires, cela aurait peu de sens, voire aucun, d’exagérer la menace de l’Iran comme puissance potentiellement nucléaire. La discrimination dans l’application de la non prolifération nucléaire dans la région n’est pas soutenable.

Abolghasem Bayyenat journaliste iranien 17 janvier 2006

Texte publié en anglais sur le site antiwar - copyright antiwar
Traduction bénévole pour information à caractère non commercial par MD pour Planete Non Violence


sur le sujet

Turquie: base de prochaines attaques américaines et ou israéliennes sur l'Iran ?


Israel mobilise ses forces armées et sa propagande contre l'Iran

Mettre fin à l’hystérie sur le programme nucléaire iranien

Mardi 17 Janvier 2006
Mireille Delamarre

Dans la même rubrique :
1 2 3

Humour Les Folles D'Allah | Terrorisme Islamo-fascisme | International | Immigration clandestine | France XXI | Communautarisme Islamisation racialisation | Europe | Empire USioniste du Chaos | LIBERTE D'EXPRESSION D'INFORMATION | COLONIALISME JUDEO SIONISTE | GUERRE DE L'INFORMATION | Propagande | DICTATURE UE | PALESTINE | FRANCE | MONDE ARABE | ASIE | archives Armement Sécurité Stratégies Militaires | archives Droit International ONU | archives histoire traditions 2004-2008 | archives sciences écologie 2004-2008 | archives société 2004-2008 | archives culture | archives ressources educatives | archives informations 1 | archives informations 2