archives ressources educatives

Menaces verbales 1 c’est sérieux

Les menaces verbales qui visent à faire régner la terreur, sont particulièrement dommageables pour les victimes qui se retrouvent souvent en état de détresse psychologique, et pour les intimidateurs qui, s’ils ne sont pas pris au sérieux, passent à l’acte et s’enfoncent dans la violence.

Cet article est en deux parties :

1ère partie : menaces verbales c’est sérieux

2ème partie : menaces verbales il faut agir sans tarder



Menaces verbales les définir pour mieux les circonscrire, les affronter et les neutraliser.

Menaces verbales 1 c’est sérieux
Une menace verbale est un ensemble de propos intimidants qui, pris dans leur contexte, expriment une volonté réelle de recourir à une quelconque violence contre une personne, ses proches ou ses biens à court ou à moyen terme. L'ensemble de ces propos, qui peuvent s’accompagner de gestes ou d’actes intimidants, peuvent être répétés dans différentes situations, ce qui accentue d'autant l'importance et le sérieux de la menace. Il peut s’agir aussi de menaces verbales de révéler des informations personnelles pour nuire à la personne concernée.

Les menaces verbales sont monnaie courante, elles sont proférées directement dans un face à face en situation d’isolement bien souvent, mais aussi parfois par téléphone. Elles sont toutes un signal d’alarme envoyé avant le passage à l’acte qui ne touche pas obligatoirement la personne menacée, En effet, cela arrive que la victime effective diffère de la personne harcelée par des menaces, parce qu’il arrive souvent que les individus violents essaient de se contrôler pendant un certain temps et qu’ils explosent tout à coup.

Les menaces verbales s’inscrivent dans une relation dominant dominé, elles visent à faire peur, à isoler car souvent assorties de menaces de représailles si la victime les dénonce, et parfois à annihiler toute volonté chez celle-ci. Sans même qu’il y ait passage à l’acte, elles sont particulièrement dommageables pour les victimes qui se retrouvent souvent en état de détresse psychologique, quel que soit leur profil psychologique comportemental (intimidé/soumis ou agressif). Celles-ci risquent de subir des séquelles importantes telles la perte de l’estime de soi, l’anxiété, le sentiment de solitude, la dépression, qui peuvent, dans certains cas, se révéler particulièrement dramatiques et conduire les victimes à développer une phobie sociale.

Pour l’intimidateur qui souvent a l’impression de n’être pas assez respecté, recherche une position de pouvoir, ou bien qui désire tout simplement être écouté, ne pas prendre ses menaces aux sérieux peut le précipiter dans un cercle infernal d’actes de violence auquel il aura par la suite énormément de difficulté à s’extirper. Il est primordial qu’il sache que son comportement a fait l’objet de toute l’attention nécessaire et qu’on ne va pas le tolérer. On ne lui rend pas service en ne prenant pas sa menace au sérieux, ou en essayant d’ignorer ou de refouler son agressivité. En effet, soit il ira encore plus loin pour faire passer son message, soit il se croira apprécié tel quel, et donc conforté dans son attitude de terreur.


Menaces verbales les mythes qui les accompagnent.

Menaces verbales 1 c’est sérieux
Il existe quelques mythes (fausses croyances) autour de ces menaces que les personnes utilisent souvent pour se rassurer, mais qui leur fait sous-estimer les menaces. Il est important de les démonter.

Le mythe « c’est bon que la personne puisse exprimer sa colère »
Les menaces verbales ne sont pas une simple manifestation de colère, elles n’en constituent pas une expression adéquate, et par conséquent elles ne doivent pas être acceptées comme telle. Elles doivent être traitées en conséquence si on ne veut pas qu’elles se répètent perdurent et se matérialisent.

Deuxième mythe : elles préviennent le passage à l’acte

Peu importe la nature ou le contenu du message de l’intimidateur, s’il n’y a pas d’intervention efficace, les menaces verbales risquent de se reproduire, s’amplifier. Pour la personne menaçante, le fait de ne pas être entendu peut accroître son degré de frustration, d’agressivité, et provoquer une amplification du phénomène. (menaces répétées à intervalle plus rapprochés, accompagnées de gestes menaçants etc…).

Troisième mythe : il ne met jamais ses menaces à exécution

Parfois c’est vrai, parfois c’est faux. Laisser une personne continuer à proférer ses menaces verbales ne peut qu’augmenter le risque d’actes violents, en laissant se développer un sentiment de sécurité qui n’est bien souvent qu’un leurre. Conforter dans ce type de valorisation, l’intimidateur peut justement acquérir une assurance qui lui manque au départ pour passer à l’acte, ne serait ce par exemple que par défi (je vais montrer de quoi je suis capable). Il est bien sûr évident que de faire devant lui une telle remarque, ne peut qu’en hâter l’exécution. D’autres éléments peuvent aussi venir renforcer la personne dans ses menaces, et la pousser à passer à l’acte. Rien n’est acquis en matière de menaces verbales, elles sont une manifestation de violence qu’il importe de ne pas sous évaluer.

Quatrième mythe : cela va être pire si je lui en parle

Très souvent on pense que le fait d’en parler va augmenter le danger. Aborder ouvertement la question montre tout simplement à la personne qu’elle a été entendue dans son besoin d’exprimer une difficulté ou une insatisfaction, voire une souffrance, que c’est pris en compte et qu’on peut envisager une aide directe ou par une tierce personne. Si la réaction est saine et adéquate, les menaces disparaîtront et une amélioration de la relation ex menaçant menacé s’ensuivra rapidement.


Autres réactions « négatives » aux menaces verbales

Menaces verbales 1 c’est sérieux
La peur

Face aux menaces verbales, la réaction la plus courante c’est la peur qui risque de tétaniser la personne et l’empêcher de répondre efficacement aux menaces. Ce sentiment peut être disproportionné à la menace, réaction humaine fréquente et tout à fait normale, mais qui à moyen terme peut développer une dynamique chez l’intimidateur qui va se sentir conforté dans ses méthodes d’intimidation relationnelles et prendre une assurance qu’il n’avait pas au départ. Son objectif premier est atteint, il fait peur.

Le déni

Certaines personnes peuvent faire comme si elles n’avaient rien entendu en espérant que les menaces ne seront pas réitérées. C’est là une réaction de défense tout à fait normale mais qui, si elle protège éventuellement dans l’instant présent, risque de s’avérer coûteuse dans le temps. L' intimidateur qui n’a pas atteint ses objectifs va se sentir frustré, et récidiver.

L’absence de réaction

Proche de la précédente, elle se caractérise par la non réaction, ni colère, ni aucun autre sentiment négatif vis-à-vis de la personne qui menace, une tolérance voire une indifférence aux menaces qui peuvent surprendre mais qui, les textes sur la victimisation le décrivent en détail, sont le fait même de ce processus de victimisation qui chez certaines personnes se met en place dés le départ, dés les premières menaces verbales et en augmente le développement et l’enracinement.

De façon générale, les victimes des menaces verbales sont des personnes « ciblées », c'est-à-dire en relation spécifique avec la personne menaçante. Elles peuvent être choisie à cause de certaines de leurs caractéristiques personnelles, de leur rôle dans certaines situations, de leurs fonctions, mais parfois aussi parce qu’elles se trouvent au « mauvais endroit au mauvais moment ». Dans tous les cas de figure, il importe de réagir vite aux menaces verbales proférées, à plusieurs niveaux, individuel, collectif ou en faisant appel à l’extérieur, au secteur medico socio psychologique si besoin est.

A lire 2ème partie: menaces verbales agir sans tarder


Vendredi 17 Décembre 2004
Mireille Delamarre


Dans la même rubrique :

Vive la récup ! - 20/03/2006

1 2 3

Dictature Ultraliberale UE-USSioniste | COMMUNAUTARISME | Colonialisme Juif Sioniste | Syrie | Terrorisme Institutionnel | Impérialisme US | Dictature MerkUE | OTAN | Palestine | France | Guerre De L'Information | changements stratégiques géopolitiques | Laicité Religions | Special Présidentielle Sarkozy Dégages Hollande Ecoutes | Liban | Mossad Cia et Cie | Boycott Israel | Collaborateurs Des Sionistes | Anti Sionisme | Nucléaire | Iran | Asie | Medias Net Propagande | Humour | Pandemies | Sarkozie | EcoDictature Verte | Monde Arabe | Economie | Collaboration Au Sionisme Archives | archives Armement Sécurité Stratégies Militaires | archives Droit International ONU | archives histoire traditions 2004-2008 | archives sciences écologie 2004-2008 | archives société 2004-2008 | archives culture | archives Impérialisme Américain 2005-2008 | archives ressources educatives | archives informations 1 | archives informations 2


BREVES & LIENS EXTERNES

UKRAINE PRIVATISATIONS LA MAFIA JUIVE DANS LES STARTING BLOCS POUR LE PILLAGE

La Mafia Juive de Yatzeniyouk, Porochenko, Kolomoïski et autres barons derrière les violences déclenchées en Ukraine avec la bénédiction de la dictature ultralibérale USSioniste/UE et leurs myriades de laquais sur le point d'officialiser le dépeçage des entreprises publiques dans des secteurs " porteurs" - profitables - pour ces magnats vautours.

Dépouiller le peuple ukrainien de ses biens nationaux a commencé après la chute de l'ex Union Soviétique et l'indépendance de l'Ukraine mais jusqu'à présent les gouvernements successifs avaient épargnés les secteurs industriels considérés comme stratégiques.

La Mafia Juive au pouvoir protégée par ses milices ukrainiennes néo nazies vient de publier la liste de 164 entreprises à privatiser parmi lesquelles de grandes centrales électriques, l'usine des constructions mécaniques Azovmach, le plus grand producteur d'engrais chimiques Odesski priportovy zavod, et plusieurs sociétés houillères et agro-alimentaires.


Non comptant d'avoir provoqué de facto la partition politique de l'Ukraine pour affaiblir la Russie la Mafia Juive signe là le dépeçage de l'économie ukrainienne sur laquelle les magnats juifs ukrainiens veulent faire main basse directement ou indirectement via des fonds d'investissements et autres organisations mafieuses qui ruinent les peuples et détruisent les états nations.

Pourtant la Russie a un moyen de pression sur la junte judeo neo nazie de Porochenko au pouvoir en Ukraine : une grande partie des usines du "Roi du Chocolat" ne sont pas en Ukraine mais en Russie. C'est Porochenko qui est responsable du nettoyage ethnique actuellement en cours dans le Sud Est de l'Ukraine contre les populations russophones. Il suffit qu'un tribunal russe le condamne pour les crimes de guerre commis contre ces populations pour saisir ses biens et lancer un mandat d'arrêt international contre lui comme cela a été fait contre Kolomoïski.

L'Ukraine lance une vague massive des privatisations

Ukraine Pourquoi La Mafia Judeo Néo Nazie Veut Conserver Le Sud Est

Ukraine Installation D’Un Régime Féodal Vassal De La Dictature Ultra Liberale UE/US/OTAN

Derniers Articles