information critique contre l'islam conquerant supremaciste le terrorisme
Propagande

Medias et Couverture du Moyen Orient

Qui « Fabrique « le Moyen Orient ? Ran HaCohen

Je viens de lire un livre révélateur sur le Moyen Orient actuel « Almost Human » de Joris Luyendijk. Journaliste hollandais, il a passé plusieurs années (1998-2003) dans des pays arabes de même qu’en Israël et dans les territoires occupés palestiniens, travaillant pour deux journaux hollandais de qualité et pour la télévision. Sa formation en science sociale, sa maîtrise de la langue arabe et ses recherches universitaires en Egypte, de même que le fait qu’il ait abandonné la profession de journaliste, tout cela lui permet de donner une perspective critique unique du « Moyen Orient », à la fois comme réalité et comme sujet médiatique permanent. En fait, le fossé entre ces deux points là – entre la réalité au Moyen Orient et son image occidentale – constitue le vrai sujet du livre.



agence cm canada
agence cm canada

Comment tout commence

Luyendijk éclaire les mécanismes actuels du reportage sur le Moyen Orient. Le consommateur d’informations naïf en occident s’imagine probablement la routine habituelle suivante : il y a, disons, un tir accidentel à Alexandrie en Egypte, le journaliste diligent sur place téléphone en urgence chez lui (Amsterdam dans ce cas) et fait son rapport, et le directeur de publication propose cette nouvelle au bureau central, ou le fait publier sur la page adéquate du journal. En réalité rien ne se passe comme cela. Une description plus précise, comme Luyendijk l’explique, serait qu’une agence internationale (Reuters, AFP etc…) couvre l’histoire grâce à l’un de ses milliers d’informants anonymes. CNN (ou un autre géant américain des médias) considère cette information comme suffisamment importante pour la couvrir. L’éditeur hollandais à Amsterdam appelle son reporter au Caire : « écoute, CNN dit quelque chose à propos d’un tir à Alexandrie, qu’est que tu sais là-dessus ? ». Le pauvre reporter, évidemment, ne sait rien là-dessus, après tout, le Caire est à des kilomètres d’Alexandrie et les TV égyptiennes contrôlées par l’état n’ont rien dit sur cet incident, et ne le feront peur être pas avant deux semaines, ou, plus probablement, n’en diront jamais rien. Comme un interview en direct est prévu avec le reporter hollandais dans peu de temps, le mieux qu’il puisse faire pour répondre à cette question typique – « Tournons nous maintenant vers notre correspondant sur place en direct du Caire : qu’elle est l’atmosphère en Egypte en ce moment ? – c’est de louer une salle et demander à la serveuse ce qu’elle pense de cet évènement.

Le reportage mondial sur le Moyen Orient est donc entre les mains d’un tout petit nombre de directeurs de publication (pour la plupart américains) qui s’appuient sur une poignée d’agences internationales d’information qui donnent le ton aux médias occidentaux. Inutile de dire que leur sélection de ce que constitue une information et ce qui ne l’est pas n’est ni objectif encore moins représentatif.


Que savons nous

Le fait est, comme l’affirme Luyendijk, qu’en fait, nous ne savons rien du monde arabe. Notre compréhension du monde en général via les medias est basée sur un pré supposé caché : celui de la démocratie. Quand un reporter occidental nous dit, par exemple en Suisse, ce que les suisses pensent du mariage homosexuel, des touristes allemands, ou de leur premier ministre, nous supposons qu’on peut savoir ce que les suisses pensent et que le reporter le sait.

Mais cela présuppose un environnement relativement libre et démocratique. S’il n’y avait pas de sondage en Suisse, pas d’élection libre, pas de liberté de la presse ; si un citoyen à qui une voix anonyme demande par téléphone de répondre à un court questionnaire, devait craindre en conséquence une visite nocturne par les services secrets de la police demandant des explications – alors toute l’idée d’une « opinion publique » ne fonctionnerait pas. Mais c’est exactement comme cela que les choses se passent en Egypte, en Jordanie, et presque partout dans le Moyen Orient (à l’exception du « plus petit « Israël, ou au moins sa composante juive) : il n’y a pas de media libre, pas de sondage fiable, et aucun moyen de faire de recherche sur l’opinion publique.

Tout cela laisse le champ libre à l’orgueil et aux préjugés de l’Occident. La sélection de sujets d’information (violence, catastrophes, fanatisme religieux, intrigues de cour – Oui ; humour, accidents de la circulation, vie quotidienne en général – Non), mélangé aux projections occidentales de « comment les choses doivent être là bas » et l’incapacité de quantifier et de vérifier les données dans un flot libre d’information (les vraies bases d’un journalisme responsable) laisse la voie au reportage qui fait principalement écho aux préjugés occidentaux. L’image du Moyen Orient est construite principalement à New York, Washington, et Los Angeles, modelant plutôt que modelé par le flot d’informations rudimentaires venant du Caire, d’Amman, et de Bagdad.


Nouvelles en provenance de « Terre Sainte »

Luyendijk a passé quelques temps en Israël/Palestine, ou « la Terre Sainte » comme il le mentionne prudemment. Les circonstances, comme il le décrit, y sont extrêmement différentes. Si le principal problème dans le monde arabe c’est l’absence d’information, du surtout au manque de liberté démocratique et aux régimes autoritaires, faisant, à la base, de la vie professionnelle du reporter un enfer, Israël était un paradis journalistique. Luyendijk décrit une machine de propagande dominante, parfaitement bien huilée, gérée de manière super professionnelle par le gouvernement et l’armée. Le reporter est gâté par un flot d’informations continu, parfaitement ajustées à ses besoins. Les israéliens gâtent leurs hôtes par des listes exhaustives de commentateurs éloquents, allant de têtes parlantes universitaires au simple citoyen, prêts à dire dans pas moins de 40 langues différentes ces précieux sons que la TV adore. Vous avez besoin d’un colon de Cisjordanie hollandais qui a perdu son épouse dans une attaque terroriste ? Pas de problème, voilà plusieurs numéros de téléphone, voilà les citations, voilà le point de vue d’un expert, voilà quelques photos récentes. Le reporter étranger a juste besoin de se rasseoir dans son fauteuil, et la machine de propagande israélienne fera le travail mieux qu’il ne peut rêver le faire. Apres une attaque suicide, juste quelques heures après, l’armée israélienne peut vous emmener dans la famille du porteur de bombe, pour que vous entendiez un père, fier et enchanté, espérer que tous ses enfants suivront l’exemple de son brave fils et tuent des juifs et païens. Luyendijk dans un effort exceptionnel, est resté derrière et a réussi à parler avec une de ces familles, plus intimement, en arabe, hors caméra, quand on peut entendre des voix différentes, non seulement donnant des informations de fond, mais exprimant aussi leur véritable chagrin, traumatisme et même colère à l’égard de ceux qui rapportent si vite les organes ensanglantées dans un sac plastique, à la famille en état de choc. Mais ces voix peuvent seulement être entendues plus tard, en privé, et souvent hors enregistrement, pour ne pas briser les codes de solidarité et de dignité palestiniens. Vous pourrez utiliser ces informations dans un article de presse, mais pour la télévision c’est perdu.

Le Lynchage de Ramallah revisité

Luyendijk illustre la supériorité écrasante des medias israéliens dans le cas du lynchage célèbre de deux soldats israéliens à Ramallah en octobre 2000, cyniquement exploité par le gouvernement d’Erud Barak pour mobiliser en Israël et obtenir le soutien international pour mener l’oppression meurtrière de l’intifada. Luyendijk montre la machine de propagande israélienne, suivie par les medias occidentaux, présentant cet évènement comme celui de deux soldats israéliens innocents abusés et tués par une foule palestinienne, leurs corps jetés d’une fenêtre de Ramallah – on se souvient tous des images. Le côté palestinien de l’histoire n’a pas été entendu. L es deux soldats israéliens en uniforme sont entrés à Ramallah, zone autonome, lors de l’enterrement public d’un enfant palestinien dont le corps avait été retrouvé dans une colonie israélienne un jour avant, c’est la raison pour laquelle de nombreuses équipes de medias se trouvaient à Ramallah à ce moment là. Des rumeurs ont été répandues que les soldats envahissaient Ramallah pour répandre encore plus de sang palestinien. Cela n’excuse pas leur meurtre, mais deux soldats occupants en uniforme violant le territoire autonome palestinien pendant les funérailles d’un enfant assassiné c’est une histoire différente de ce qui est resté dans la mémoire collective occidentale - principalement, comme une nouveau cas de l’éternel cadrage « Ils tuent des juifs innocents » (à inscrire sous la rubrique anti sémitisme, holocauste etc…)

Le livre de Luyendijk est rempli de ces regards de l’intérieur, écrit non pas comme un ouvrage polémique ou un manifeste politique, mais comme une sorte de reportage extérieur au journalisme sur la couverture occidentale du Moyen Orient. Ce livre est actuellement disponible en hollandais seulement ; J’espère qu’un éditeur d’ouvrages en anglais relèvera le gant et le traduira. (Idem pour le français ndlt).

Dc Ran HaCohen 29 novembre 2006

Source et copyright : http://www.antiwar.com/hacohen/?articleid=10075

Traduction bénévole pour information à caractère non commercial Mireille Delamarre pour Planète Non Violence

Dc Ran HaCohen est né en Hollande en 1964, et a grandi en Israël. Il a un B.A en Science Informatique, un M.A en littérature comparée, et un doctorat en études juives. Il enseigne à l’université en Israël. Il est aussi traducteur (de l’allemand, du hollandais, de l’anglais) et écrit des critiques littéraires dans le quotidien à grand tirage israélien Yediot Achonot. Son travail a été largement publié en Israël. Ces « Lettre d’Israël » sont occasionnellement publiées sur Antiwar.com


Gaza, l'enfermement

Dimanche 10 Décembre 2006
Mireille Delamarre

Dans la même rubrique :
1 2 3 4

Humour Les Folles D'Allah | Terrorisme Islamo-fascisme | International | Immigration clandestine | France XXI | Communautarisme Islamisation racialisation | Europe | Empire USioniste du Chaos | LIBERTE D'EXPRESSION D'INFORMATION | COLONIALISME JUDEO SIONISTE | GUERRE DE L'INFORMATION | Propagande | DICTATURE UE | PALESTINE | FRANCE | MONDE ARABE | ASIE | archives Armement Sécurité Stratégies Militaires | archives Droit International ONU | archives histoire traditions 2004-2008 | archives sciences écologie 2004-2008 | archives société 2004-2008 | archives culture | archives ressources educatives | archives informations 1 | archives informations 2