information critique contre l'islam conquerant supremaciste le terrorisme
MONDE ARABE

Massacre de Beit Hanoun : mensonge de l’armée israélienne pour couvrir ses crimes de guerre

Comment Israël met les civils de Gaza en ligne de mire

Les officiers israéliens en changeant les normes des tirs d’artillerie savaient pertinemment qu’ils mettaient la vie de civils palestiniens innocents en danger. De plus, ils ont eux-mêmes reconnu l’inefficacité de ces tirs d’artillerie contre les tirs de Quassams des combattants palestiniens. Dans ces conditions, tirer des obus sur des zones résidentielles civiles palestiniennes, après ou avant ces tirs de Quassams, constituent des crimes de guerre.



Massacre de Beit Hanoun : mensonge de l’armée israélienne pour couvrir ses crimes de guerre

Comment Israël met les civils de Gaza en ligne de mire

Les responsables militaires ont été prévenus que changer « les marges » de sécurité des tirs d'artillerie mettait la vie d’innocents en danger.

Les commandants militaires israéliens ont drastiquement réduit les « marges » de sécurité séparant les cibles des tirs d’artillerie des zones résidentielles à Gaza en début d’année, bien qu’ils aient été avertis que cette nouvelle tactique risquait d’augmenter le nombre de morts civils et de blessés palestiniens selon The Observer (journal britannique).

L’avertissement, devant la haute cour de justice israélienne par six ONG des droits de l’homme, a été présenté par celles-ci après que l’armée israélienne ait réduit la soit disante «marge de sécurité » dans Gaza de 300 m à 100 m séparant la cible (combattants ndlt) d’une zone résidentielle civile – les obus utilisés de 155mm hautement explosifs sont généralement mortels dans un champ d’action de 50 à 150 m.

La révélation de cette nouvelle mesure, qui à l’époque a été largement ignorée, est apparue lors de protestations internationales sur ce qui s’est passé lors de tirs de mortiers par des artilleurs à Gaza – le massacre de 19 membres d’une même famille élargie dans la ville de Beit Hanoun à Gaza. Le nombre le plus élevé de morts en une seule attaque depuis le début du conflit en septembre 2000. Les morts ont été causées par des obus tirés de tanks qui ont touché une zone résidentielle civile.

Cette révélation fait suite à des rapports que les bombardements de Gaza ont continué malgré la reconnaissance par des hauts gradés de l’armée israélienne, y compris le commandant en chef du secteur sud, qu’un feu d’artillerie indirect (= tirer sans voir la cible) n’avait pratiquement aucun effet contre les tirs de roquettes des palestiniens.

Selon Human Rights Watch (ONG Droits de l’Homme US ndlt), depuis septembre 2005, Israël a tiré environ 15 000 obus à Gaza alors que les militants palestiniens ont tiré en réponse 1700 roquettes. Ces dernières révélations sont intervenues alors qu’une résolution condamnant l’offensive israélienne à Gaza circulait pour être discutée et votée au Conseil de Sécurité (les Etats-Unis ont imposé leur veto ndlt) alors que des manifestations avaient lieu un peu partout dans les capitales arabes.

Alors que plus de détails ont été dévoilés concernant Beit Hanoun, y compris la confirmation par Israël que ces tirs qui ont tué la famille palestinienne était une réponse au tir de roquettes Quassam, probablement d’une voiture conduite par des militants et circulant dans la zone le jour d’avant, ils ont soulevé plus de questions que donné de réponses.

L’armée israélienne a affirmé que c’était du à une erreur du système radar de coordination pour le lancement des obus changeant la marge d’erreur de 25 à 200m, mais cela n’explique pas pourquoi l’armée a attendu le jour suivant pour tirer dans cette zone – une politique que le groupe pacifique israélien B’Tselem décrit comme « crime de guerre ».

Outre le fait de provoquer l’inquiétude internationale, les massacres de Beit Hanoun ont mis en évidence certaines craintes au sein même de l’armée israélienne en ce qui concerne l’utilisation de l’artillerie – et les capacités des artilleurs israéliens – à la fois à Gaza et durant la dernière guerre au Liban – concernant l’inefficacité de ces tirs en réponse à des tirs de roquettes.

Comme point de comparaison, entre juin 2004 et juillet 2006, 14 civils israéliens (6 d’entre eux des mineurs) ont été tués par des Quassams tirés par les palestiniens vers le territoire israélien et sur des colonies israéliennes dans la Bande de Gaza. Cependant, les actions menées cette année par l’armée israélienne dans la Bande de Gaza du 26 juin 2006 au 24 juillet 2006, pour mettre fin aux tirs de Quassams ont provoqué la mort de 126 palestiniens, 63 d’entre eux n’étaient pas impliqués dans les hostilités. 29 étaient des mineurs. Selon l’ONU, depuis fin juin 2006, 450 palestiniens ont été tués à Gaza.

Ces faits sont bien connus des officiers militaires israéliens, surtout après la récente guerre du Liban, au cours de laquelle 130 000 obus d’artillerie ont été tirés. Maintenant c’est clair que l’efficacité de cette arme contre les combattants du Hezbollah a été marginale alors que le coût économique était astronomique et a atteint des millions de dollars.

Avant même la guerre du Liban, il a été prouvé que ces tirs d’artillerie avaient échoué contre les tirs de Quassams à partir de la Bande de Gaza, ne réussissant même pas à les réduire. C’est la raison pour laquelle le commandement sud de l’armée israélienne vient de décider d’arrêter, ou au moins de limiter sérieusement l’utilisation de tirs d’artillerie à titre préventif.

Dimanche 12 novembre 2006, Peter Beaumont, éditeur des affaires étrangères

The Observer : http://observer.guardian.co.uk/world/story/0,,1945798,00.html

Note

Selon l’UNICEF, depuis début novembre 17 enfants ont été tués à Gaza et 2 en Cisjordanie, le deuxième mois le plus meurtrier pour les enfants palestiniens. Le mois le plus meurtrier à ce jour et pour cette année reste le mois de juillet avec 40 enfants tués. Environ 300 enfants ont été blessés ce mois ci par des attaques israéliennes. Pour 2006, 116 enfants palestiniens ont été tués, en 2005 il y en a eu 52. (source AP)

Videos sur la situation des palestiniens en Palestine occupée

Beit Hanoun : action citoyenne


Dimanche 12 Novembre 2006
Mireille Delamarre

Dans la même rubrique :
1 2 3

Humour Les Folles D'Allah | Terrorisme Islamo-fascisme | International | Immigration clandestine | France XXI | Communautarisme Islamisation racialisation | Europe | Empire USioniste du Chaos | LIBERTE D'EXPRESSION D'INFORMATION | COLONIALISME JUDEO SIONISTE | GUERRE DE L'INFORMATION | Propagande | DICTATURE UE | PALESTINE | FRANCE | MONDE ARABE | ASIE | archives Armement Sécurité Stratégies Militaires | archives Droit International ONU | archives histoire traditions 2004-2008 | archives sciences écologie 2004-2008 | archives société 2004-2008 | archives culture | archives ressources educatives | archives informations 1 | archives informations 2