information critique contre l'islam conquerant supremaciste le terrorisme
PALESTINE

Mahmoud Abbas A Fait Son Temps

Une analyse sans concession de l’impasse dans laquelle se trouve acculés, par leur faute, les dirigeants politiques palestiniens du Fatah, et en premier lieu Abbas, le collaborateur.



Carlos Latuff
Carlos Latuff

Mahmoud Abbas A Fait Son Temps

Mahmoud Abbas, le Président de l’Autorité Palestinienne, est un collaborateur de ceux qui tourmentent son peuple, Israël et les Etats-Unis. Sans le soutien israélien et américain, Abbas s’effondrerait de suite. C’est le général commandant les forces israéliennes en Cisjordanie, Gadi Shamni qui l’exprime le mieux : « Il est une plaisanterie, un rien du tout. Nous sommes les seules forces qui le font surnager. Si nous nous retirons des villes, le Hamas le balaiera lui et ses hommes comme ils ont fait à Gaza. »

Pour être juste, le prédécesseur d’Abbas comme Président de l’Autorité Palestinienne, Yasser Arafat, lui-même Mr Palestine, a fait d’énormes erreurs en négociant avec les Israéliens, peut être le résultat de son addiction au pouvoir et à la stature d’homme d’état. Arafat adorait voyager autour du monde, rencontrer des rois et des présidents, et prétendre gouverner la Palestine, qu’il n’a pas du tout libéré de l’occupation israélienne. Non seulement Arafat a exonéré les Israéliens lors des Accords d’Oslo de tout ce qu’ils avaient fait en Cisjordanie, à Gaza, et à Jérusalem Est depuis la guerre de 1967, mais il est devenu le premier dirigeant d’un mouvement de libération nationale à signer un accord avec l’occupant pour maintenir l’occupation en place. Ce qu’Arafat a reçu d’Israël c’était l’autorité sur quelques bandes de terre séparées, mais aucun contrôle des frontières, de l’espace aérien, des ressources en eau, alors que les colonies israéliennes parsemaient les territoires occupés.

Mahmoud Abbas a surpassé Arafat : il a essayé d’éliminer la résistance armée palestinienne à l’occupation israélienne. Abbas a demandé « une fin de toutes les actions militaires, le calme total, un arrêt complète des violences ». Ainsi, Abbas a appelé les Palestiniens à cesser ce qui est légal en Droit International, résister à l’occupation, et à accepter ce qui est illégal en droit national, la colonisation d’un territoire occupé par une puissance occupante. Coloniser la Cisjordanie est tellement plus facile quand les autochtones ne résistent pas. Pas étonnant qu’Abas soit adoré à Washington et Tel Aviv !

Qu’est ce qu’Abbas et ses copains ont apporté aux Palestiniens ?

Ces dernières années, l’économie palestinienne a diminué d’au moins un tiers et le nombre des Palestiniens vivant au dessous du seuil de pauvreté est passé de 20 % à 40 %. Le nombre de colonies israéliennes en Cisjordanie est actuellement de 160, et le nombre de leurs habitants a augmenté, passant de 150 000 à 250 000 (sans compter les colonies et colons de Jérusalem environ 250 000 ndlt). Jérusalem Est Palestinienne, le centre de la vie intellectuelle sociale et politique a été coupée de la Cisjordanie par les colonies israéliennes. Pire que tout, les colonies israéliennes, les zones militaires, les routes réservées aux Israéliens, et le mur de séparation ont réduit de 50% le territoire disponible pour un état palestinien. Et malgré cela, sur les ordres de George Bush, Abbas s’est rendu consciencieusement le mois de novembre dernier à la conférence de paix bidon d’Annapolis, juste après que les Israéliens aient annoncé une importante extension de la colonie d’Har Homa à Jérusalem Est.

Pour Abbas, s’appuyer sur l’Administration la plus pro Israël dans l’histoire des US - et cela en dit long - pour que justice soit rendue aux Palestiniens, est absurde à l’extrême. Condi Rice peut affirmer que la paix Israël/Palestine doit « être faite directement par des discussions entre les parties », mais la réalité est bien différente. Non seulement l’Administration Bush n’a rien fait pour restreindre la colonisation israélienne des territoires occupés, elle a publiquement accepter de facto l’annexion de grandes portions de la Cisjordanie : « à la lumière des nouvelles réalités sur le terrain, inclus les grands centres de populations israéliens déjà existants, ce n’est pas réaliste que ce qui sortira du statut final des négociations soit un retour complet, total à la ligne d’armistice de 1949… »

Mahmoud Abbas a pu se faire des illusions en pensant que la soit disante feuille de route, fortement soutenue par l’Administration Bush, était quelque chose d’autre qu’une capitulation finale du patrimoine palestinien au plan israélien incessant et bien financé de s’emparer de la Palestine, mais sont peuple ne s’est pas laisser berner. En Janvier 2006, le parti d’Abbas, le Fatah, a été sérieusement battu lors des élections pour le Conseil Législatif Palestinien n’obtenant que 45 sièges contre 74 pour le Hamas.

La sagesse ordinaire veut que les Islamistes du Hamas aient gagné l’élection parce qu’ils étaient honnêtes et capables de fournir des services sociaux que le Fatah avait négligé de fournir. Une conclusion plus juste serait que les Palestiniens ont soutenu le Hamas parce qu’Abbas a été incapable d’arrêter le développement de la colonisation israélienne et la destruction de l’économie palestinienne. Comment pourrait –on attendre d’Abbas qu’il arrache aux Israéliens un état palestinien viable alors qu’il est incapable de les convaincre d’enlever 400 barrages qui étranglent la vie économique et communautaire en Cisjordanie ?

Pour les Etats-Unis la victoire écrasante du Hamas à l’élection était anathème. Le Hamas est sur la liste des organisations terroristes du Département d’Etat, et reste un partisan de la résistance armée contre l’occupation. De plus, le Hamas refuse de reconnaître Israël et rejette tous les accords désastreux qu’Arafat et Abbas ont signés, qui ont enfermé les Palestiniens dans la situation désespérée dans laquelle ils se trouvent maintenant.

Suite à la victoire du Hamas, Abbas le malléable a adopté la politique israélienne et américaine de façon encore plus étroite, dans un effort désespéré pour s’accrocher au pouvoir. Premièrement, Abbas a accepté que les Israéliens se saisissent des revenus des droits de douane qu’ils collectent pour le compte des Palestiniens et a refusé de partager des positions clés au sein du cabinet avec le Hamas. Deuxièmement, Abbas était partie prenante du plan conçu par un supporter d’Israël depuis longtemps au sein Du Conseil de Sécurité National des US, Elliott Abrams, un coup contre la direction du Hamas à Gaza. Malheureusement pour Abbas et Abrams, le coup, qui consistait à employer des forces de sécurité du Fatah loyales à Mohammed Dahlan à Gaza, était le secret le moins bien gardé et le complot le plus mal planifié de l’histoire diplomatique récente. En juin 2007, le Hamas a frappé le premier et a rapidement mis en déroute les supporters d’Abbas à Gaza.

Après la prise de pouvoir du Hamas à Gaza, les Israéliens, avec l’approbation d’Abbas, ont commencé à arrêter les parlementaires du Hamas en Cisjordanie, en emprisonnant finalement 45. Abbas, alors sans un quelconque mandat légitime, a nommé un nouveau cabinet et a commencé a diriger par décret. Pendant ce temps, l’armée israélienne a resserré son emprise sur les villes de Cisjordanie pour maintenir les supporters d’Abbas au pouvoir et a commencé à emprisonner les activistes du Hamas.

A Gaza même, les conditions sont passées de mauvaises à désespérées. Le gouvernement israélien a dramatiquement restreint les approvisionnements, à l’exception d’une quantité limitée de nourriture et de carburant. Comme l’a résumé, sans cœur, un responsable israélien Dov Weissglass : « c’est comme un rendez vous chez le diététicien. Nous devons faire perdre du poids aux Palestiniens, mais ne pas les affamer à mort. » A cause du manque de matériaux de base, toute l’industrie dans la Bande s’est effondrée, le chômage s’est considérablement accru, et la vie de tous les jours est devenue un combat. Mais tandis que 1,5 millions de Palestiniens étaient au bord de la famine à Gaza, Abbas a continué de parler avec Israël et les Etats-Unis sur le soit disant processus de paix.

Malgré qu’il est du faire face à la punition collective d’un million et demi d’habitants de Gaza, le Hamas a pu aller de l’avant dans ses objectifs politiques. Les forces de sécurité de Gaza ont été complètement reconstruites en mettant l’accent sur la loyauté envers la direction politique du Hamas. Avec les Etats-Unis faisant son maximum pour empêcher toute aide financière à Gaza venant de l’Occident, une aide de la région du Golfe et de l’Iran est allée directement à la direction du Hamas et a servi à renforcer le contrôle politique du parti. Et la résistance à Israël a continué, d’une manière plutôt sporadique par des tirs de roquettes de fabrication artisanale sur des vills israéliennes proche de Gaza. Les dommages faits en Israël ont été limités, et les Gazaouites ont souffert dans à peu près la proportion de 50 Palestiniens tués pour 1 Israélien.

Le fait que le cessez le feu tienne et que l’économie de Gaza reprenne, tout ceci est incertain, mais les Israéliens ont apparemment décidé que d’essayer de chasser le Hamas du pouvoir ne fonctionnait pas. Donc, la politique de Mahmoud Abbas de dédaigner les rejectionnistes du Hamas, sous le dictat d’Israël et des Etats-Unis, a été miné par les Israéliens eux-mêmes, hâtant sans nul doute le jour où Abbas cessera d’être le Président de l’Autorité Palestinienne et deviendra un habitant de l’une des petites villes arabes que les Israéliens maintiennent pour la protection des collaborateurs palestiniens qui ne sont plus utiles.

John Taylor 26/06/08 www.antiwar.com

Introduction, Traduction Mireille Delamarre pour www.planetenonviolence.org


Attention à Ehud Barak !





Jeudi 26 Juin 2008
Mireille Delamarre

Dans la même rubrique :
1 2

Humour Les Folles D'Allah | Terrorisme Islamo-fascisme | International | Immigration clandestine | France XXI | Communautarisme Islamisation racialisation | Europe | Empire USioniste du Chaos | LIBERTE D'EXPRESSION D'INFORMATION | COLONIALISME JUDEO SIONISTE | GUERRE DE L'INFORMATION | Propagande | DICTATURE UE | PALESTINE | FRANCE | MONDE ARABE | ASIE | archives Armement Sécurité Stratégies Militaires | archives Droit International ONU | archives histoire traditions 2004-2008 | archives sciences écologie 2004-2008 | archives société 2004-2008 | archives culture | archives ressources educatives | archives informations 1 | archives informations 2