information critique contre l'islam conquerant supremaciste le terrorisme
Mossad Cia et Cie

Liban : Découverte D'Un Reseau D'Espionnage Du Mossad - Importante Rencontre Nasrallah-Hariri

Deuxième réseau d'espionnage du Mossad découvert depuis 2006. Rapprochement entre les principaux opposants sur la scène politique libanaise, Nasrallah, Hariri.



Demantelement d'un reseau d'espionnage du Mossad au Liban

Liban : Découverte D'Un Reseau D'Espionnage Du Mossad - Importante Rencontre  Nasrallah-Hariri
Selon des informations parues dans le quotidien libanais As-Safir du 1/11/08, reprises par Al Manar (www.almar.com.lb) et la presse israélienne, l'armée libanaise a découvert un reseau d'espionnage travaillant pour le compte des services secrets israéliens du Mossad depuis les années 80. C'est le deuxième réseau de ce type mis à jour au Liban en deux ans, le premier réseau avait été identifié en 2006. Le commandement de l'armée libanaise a lui-même confirmé dans un communiqué que la direction des renseignements dans la région de la Bekaa avait arrêté deux individus membres d'une bande d'espionnage et de terrorisme recrutés par le Mossad israélien.

Les services de renseignements militaires libanais ont commencé à collecter après la Seconde Guerre du Liban en 2006 des informations sur le suspect, identifié comme A.J, inscrit sur une liste de possibles collaborateurs dans le but d'exposer les agents ayant collaboré avec les services secrets d'Israël, notamment pendant cette guerre. A.J était connu pour ses relations politiques, opérait d'ailleurs sous la couverture d'un parti politique libanais, ce qui lui permettait de se déplacer librement à travers le Liban et en Syrie,et entretenait également des liens avec différentes organisations palestiniennes

As-Safir, faisant référence à des sources judicaires et sécuritaires, affirme que le dirigeant du réseau d'espionnage, A.J, et un membre de sa famille ont été arrêtés et ont avoué collaborer avec le Mossad. L'arrestation a eu lieu dans un village dans l'Ouest de la vallée de la Bekaa. L'armée libanaise avait entrepris de surveiller depuis un certain temps déjà, les faits et gestes de ce suspect, à la fois à l'intérieur du Liban mais aussi en Syrie où il s'était rendu à plusieurs reprises. Certains habitants du village où l'arrestation a eu lieu ont confié à As-Safir que des forces de sécurité ont mené un raid dans la maison du suspect et confisqué son véhicule qui était équipé d'une caméra high tech ultra sophistiquée capable de prendre des photos en rapproché des plaques d'immatriculation et des visages. Selon ces témoins, l'homme n'avait pas d'emploi particulier et stationnait parfois son véhicule sur l'autoroute menant de la ville de Chtaura dans la Bekaa au point de passage frontalier libano syrien de Masnaa et y photographiait des sites sensibles.

Des sources proches de l'enquête ont révélé à As-Safir que le suspect N° 1 a été recruté par le Mossad dans les années 80, et que des documents secrets saisis chez lui ainsi que du matériel apportait la preuve tangible de ses contacts avec le Mossad de même qu'ils prouvaient qu'il avait recruté plusieurs agents, des Palestiniens, pour monter ce réseau d'espionnage. D'autre part le proche du suspect N° 1 a avoué surveiller les mouvements de certaines personnalités politiques, de convois et d'avoir observé des sites particulièrment sensibles dans la vallée de la Bekaa.

Toujours selon As-Safir, le réseau a été chargé depuis les années 80 de surveiller plusieurs lieux sécuritaires, dont des avant postes militaires libanais et syriens et des bases palestiniennes dans la Bekaa et d'établir des cartes détaillées de ces endroits. Ces dernières années, le réseau s'est concentré sur la surveillance de positions du Hezbollah, de certains de ses membres, et de ses convois. Mais le réseau avait aussi pour mission de surveiller certaines zones sensibles à Damas en Syrie, notamment dans la zone de Kfar et d'en établir aussi des cartes détaillées.Les enquêteurs étudient actuellement la possiblité d'un lien entre ce réseau et l'assassinat du chef militaire du Hezbollah, Imad Moughniyeh, en Févier 2008 justement à Kfar près de Damas, ainsi que l'assassinat d'autres personnalités au Liban et en Syrie et sont chargés de définir exactement comment le principal suspect transferrait ses informations à l'opérateur du Mossad.

Vendredi, le jour même où l'armée libanaise démantelait ce réseau, douze avions militaires israéliens ont survolé, violant pour la nième fois l'espace aérien libanais, le Nord et le Sud du pays. Six d'entre eux ont survolé la zone où se trouve le village du suspect, ainsi que d'autres villes plus au Sud. Les six autres avions ont survolé la côte méditerranéenne en remontant vers le Nord.

Actualisation 03/11/08

Selon le quotidien libanais Al -Akhbar de ce lundi 03/11/08, l'homme qui a avoué espionner pour le compte du Mossad s'appelle Ali Jarrah. Ces dernières années il était chargé de surveiller de près les responsables du Hezbollah. il a été arrêté en juillet par le Hezbollah, et a été détenu tout l'été dans un quartier Sud de Beyrouth, Dahia. Le quotidien précise que Jarrah a été arrêté après des mois de surveillance par le Hezbollah qui le soupçonnait d'espionnage. Il était membre de Fatah Intifada, une faction du Fatah soutenue par la Syrie. Les autorités libanaises ayant publié un avis de recherche dans les journaux avec sa photo, le Hezbollah l'a remis aux mains des autorités. Il a avoué avoir été recruté par le Mossad d'abord pour surveiller les organisations palestiniennes actives au Liban, et plus tard pour surveiller les principaux dirigeants du Hezbollah. Le proche impliqué dans cette affaire d'espionnage est son frère Yusef qui a également été arrêté.

D'autre part, selon le quotidien libanais Daily Star du 03/11/08, les deux suspects sont des proches du Libanais Ziad Jarrah l'un des pirates de l'air qui a aidé à détourner le vol 93 de United Airlines qui s'est écrasé en Pennsylvanie le 11 Septembre 2001 aux US. la famille de Jarrah est de la ville d'Al-Majej dans la vallée de la Bekaa.

Le secrétaire général du Hezbollah, Sayyed Hassan Nasrallah, a rencontré son principal opposant, le chef de la majorité, Saad al-Hariri, pour la première fois depuis la guerre avec Israel de 2006. Cette rare rencontre, qui a eu lieu dimanche dernier dans la soirée, marque une avancée dans les relations majorité opposition au Liban et aura trés certainement des répercussions favorables sur les élections parlementaires à venir qui se tiendront en 2009. Le communiqué émis conjointement note que "il y a une volonté d'unité nationale et de paix civile et le besoin de prendre toutes les mesures pour éviter les tensions...et de renforcer le dialogue et d'éviter les conflits quelque soit les différences politiques".

La TV du Hezbollah Al Manar (www.almar.com.lb) a diffusé la rencontre à laquelle ont également participé des aides des deux côtés. Le communiqué final précise aussi que Nasrallah et Hariri continueraient "d'être en contact." Le communiqué fait état d'une rencontre " honnête et ouverte" et précise que les deux dirigeants encourageront le dialogue "en prenant des mesures pour calmer la situation dans les médias et dans la rue". Cette rencontre est perçue comme la plus significative, d'autres efforts de réconciliation ayant été faits auparavant avec d'autres dirigeants politiques.

Le communiqué précise également que Nasrallah et Hariri s'étaient engagés à mettre en application l'accord de Doha négocié grâce à la médiation du Qatar, qui a appelé à des discussions pour établir un "dialogue national". Les premières discussions ont eu lieu le mois dernier et les prochaines sont prévues pour le 5 novembre.

Le point d'achoppement le plus sérieux actuellement ce sont les armes du Hezbollah. Hariri insiste pour que soit discuté un éventuel désarmement alors que le Hezbollah maintient que comme groupe de résistance protégeant le Liban, et aussi longtemps qu'une partie du Liban restera occupé par Israël pas question de désarmer. Le Hezbollah qui dirige au sein du gouvernement une alliance ayant pouvoir de veto n'est pas prêt à faire de concession sur ce point. Cependant, le Hezbollah a exprimé sa volonté de discuter d'une stratégie de défense qui définirait le rôle de la résistance notamment en lien avec l'armée libanaise avec laquelle il entretient des liens discrets mais efficaces.


Information sur le Mossad

Ha-Mossad le-Modiin ule-Tafkidim Meyuhadim (Hebrew: Institute for Intelligence and Special Tasks - Institut Hebreu du Renseignement et d'Opérations spéciales ), crée en avril 1951, est responsable de la collecte de renseignements, d'actions clandestines et de contre terrorisme. Bien que ses activités visent essentiellement les pays arabes, il a des agents partout dans le monde et viole allègrement la souveraineté territoriale des états lors de ses missions d'assassinats. Ses quartiers généraux se trouvent à Tel Aviv et hébergent plusieurs départements :

Departement chargé de la collecte d'informations le plus vaste et qui est chargé des opérations d'espionnage

Departement d'action politique et de liaison, qui mène des activités politiques et entretient des liens avec des services de renseignements étrangers de pays alliés (dont les services français)

Division spéciale des Opérations ( Metsada) qui organisent les assassinats, les sabotages, et est chargée des projets para militaires.

Departement LAP ( Lohamah Psichlogit) responsable de la guerre psychologique, de la propagande et des opérations de tromperie type opérations sous faux pavillons.

Departement de Recherche responsable des synthèses à partir des renseignements collectés

Departement Technologie responsable du dévelopement des technologies utilisées dans les opérations du Mossad ( come par exemple les poisons, les bombes déclanchées à distance et autres "rafinements"...)

Liste des chefs du Mossad

1951-1952 Reuven Shiloah
1952-1963 Issar Har'el
1963-1968 Me'ir Amit
1968-1974 Zvi Zamir
1974-1982 Yitzhak Hofi
1982-1990 Nahum Admoni
1990-1996 Shabtai Shavit
1996-1998 Danny Yatom
1998-2003 Efraim Halevy

2003- Me'ir Dagan. Il a été récemment reconduit dans ses fonctions et est probablement responsable des derniers assassinats notamment celui du chef militaire du Hezbollah en Syrie en fevrier 2008, Imad Moughniyeh.

Attentats du 11 Septembre aux US : la filière Mossad

Dans les coulisses du Mossad à Paris

Samedi 1 Novembre 2008
Mireille Delamarre

Dans la même rubrique :
1 2

Mossad Cia et Cie | Boycott Israel | Collaborateurs Des Sionistes | Anti Sionisme | Collaboration Au Sionisme Archives