information critique contre l'islam conquerant supremaciste le terrorisme
MONDE ARABE

Liban - Compte Rendu du Discours Télévisé du Secrétaire Général du Hezbollah Sayyed Hassan Nasrallah 02/01/08

"...Les US agissent pour avoir un gouvernement pro US au Liban qui remplirait leurs objectifs. Ainsi si les US veulent avoir une base militaire au Liban, le gouvernement libanais faciliterait cela… "



Liban -  Compte Rendu du Discours Télévisé du Secrétaire Général du Hezbollah Sayyed Hassan Nasrallah 02/01/08

« Le Meilleur Moyen d’Empêcher la Guerre c’est d’être Prêt pour la Guerre »

Le secrétaire général du Hezbollah Hassan Nasrallah a dit mercredi que la solution à la crise libanaise se trouve dans le partenariat réalisé à travers les garanties constitutionnelles, c'est-à-dire la garantie d’un tiers des ministres (pour l’opposition ndlt) à l’intérieur du gouvernement d’union nationale. « Le refus par la coalition qui gouverne de toutes les tentatives d’établir les fondements d’un vrai partenariat s’est révélé être le principal obstacle faisant barrage à une solution », a dit Sayyad Nasrallah lors de son interview sur NBN TV. Il a ajouté que le Hezbollah et l’opposition luttaient contre les plans US pour le pays plutôt que contre l’équipe dirigeante. Son éminence a aussi accusé le bloc du 14 février de faire obstruction à toutes les tentatives internationales pour résoudre la crise au Liban. « La coalition dirigeante considère que nous accorder une minorité de garantie c’est du « suicide politique », c’est étrange. Lorsqu’il y a une crise politique interne au sein d’un pays, ou quand un pays vient juste de sortir d’une guerre… Il cherche à former un gouvernement d’union nationale, à l’exception du Liban où un gouvernement d’union nationale est vu comme « un suicide politique ». Le vrai problème aujourd’hui, c’est le principe du partenariat, c’est la garantie du tiers, qui, si elle était donnée à l’opposition cela voudrait dire « pas d’installation des réfugiés palestiniens au Liban. » Nous disons que si l’opposition reçoit une « garantie du tiers » cela veut dire bloquer les plans des US au Liban » a-t-il dit.

La dernière apparition publique de Sayyed Nasrallah a eu lieu le 11 novembre 2007, quand il a prononcé un discours de commémoration lors de la « journée des Martyrs ».

Le chef du Hezbollah a mis l’accent sur le fait que l’opposition travaillait à contrer l’influence des US au Liban. « Les US agissent pour avoir un gouvernement pro US au Liban qui remplirait leurs objectifs. Ainsi si les US veulent avoir une base militaire au Liban, le gouvernement libanais faciliterait cela… Les US veulent que le Liban abolisse la résistance du Hezbollah et de quiconque pense faire front à l’avidité et à l’agression d’Israël… Les US veulent installer les réfugiés palestiniens au Liban non pas par souci humanitaire mais pour mettre fin au droit au retour et à la totalité de la cause palestinienne. Les US veulent également utiliser le Liban pour faire pression et faire du chantage sur la Syrie pour la forcer à se plier au plan des US dans la région (le nouveau Moyen Orient) » a dit Sayyed Nasrallah.

Son éminence a dit que l’opposition resterait silencieuse face aux tentatives de la coalition dirigeante de monopoliser la loi. Il a ajouté que la médiation de la France avec la Syrie sur la crise politique au Liban continuerait malgré que les deux pays aient rompu les contacts sur le problème. Il a dit que « la médiation de la France n’est pas terminée malgré que le président Nicolas Sarkozy ait élevé de façon inappropriée le ton » des discussions en suspendant officiellement les contacts avec la Syrie. « Les Français et les Syriens essaient d’arriver à un compromis… mais si cette médiation échoue, et ce gouvernement insiste pour rester au pouvoir tout en pratiquant les pouvoirs du président de la République, alors dans une semaine ou dix jours… nous (l’opposition) déciderons des mesures à prendre. L’opposition garde son calme parce qu’il y a des médiations en cours, et nous accordons une attention spéciale pour ouvrir la voie afin que ces médiations réussissent. »

Sayyed Nasrallah a aussi confirmé que le Hezbollah soutenait le commandant des forces armées libanaises, le général Michel Suleiman pour la présidentielle. Mais il a prévenu qu’élire le général Suleiman ne résoudrait pas le problème, sauf si on forme un gouvernement d’unité nationale dans lequel l’opposition à la garantie d’avoir 1/3 des postes de ministres. « Tant qu’il y aura une décision US de ne pas donner à l’opposition une garantie du tiers, cela veut dire qu’il n’y aura pas d’élection présidentielle » a-t-il dit.

Questionné pour savoir si le Hezbollah fait siens les appels pour amender l’Accord de Taïf qui a mis fin à la guerre civile de 1975-1990, le chef du Hezbollah a dit que son parti n’a jamais considéré le pacte « comme au coeur de l’impasse ».

« Nous ne considérons pas l’Accord de Taïf comme étant au coeur du problème ; nous n’avons jamais appelé à ce qu’il soit amandé et ne le ferons jamais, sauf si tous les libanais sont d’accord. » Il a cependant reconnu que le Hezbollah avait des « commentaires » sur l’Accord de Taïf, et a appelé à une « application exacte » de l’accord, qui altérait le système de partage du pouvoir sur la base confessionnelle au Liban. « Nous demandons que certains articles constitutionnels qui ne sont pas clairs soient interprétés ou au moins expliqués, tel que le quorum pour élire le nouveau président ou le partage des sièges au cabinet « a-t-il dit.

Abordant le sujet des assassinats politiques, le chef du Hezbollah a mis l’accent sur le fait qu’Israël était responsable de la plupart d’entre eux. « Personne d’autre n’est plus motivé qu’Israël pour ces assassinats… Leur ambition c’est d’entraîner le Hezbollah dans une guerre interne au Liban. Il y a ceux à l’intérieur du Liban qui blâment le Hezbollah pour ces assassinats. Cela sert l’agenda d’Israël et rempli les buts des assassinats. Israël essaie de monter le Liban contre la Syrie, et accuser la Syrie et ses alliés au Liban de ces assassinats affaiblit la Syrie. Israël veut prouver que le Liban est incapable de s’occuper de sa sécurité; ce qui ouvrirait la porte à l’intervention des services de sécurité et services de renseignements étrangers au Liban, comme ce qui se passe en Irak. » a dit Sayyed Nasrallah.

Son éminence a reconnu que le chef d’Al Qaeda, Osama Ben Laden, l’avait accusé d’autoriser le déploiement des forces de l’ONU au Liban. « Nous ne somme pas en compétition avec Al Qaeda. C’est vrai qu’il y a deux points de vue là-dessus – ils ont leur façon de faire et nous avons la notre en matière de résistance, jihad, s’occuper des problèmes civils, politiques et cataloguer les gens. Nous avons asséné à Israël une première défaite en 2000, et une seconde en 2006. Nous avons nos intérêts et notre pays. Ils peuvent poursuivre, et être en désaccord avec nous. »

Le secrétaire général du Hezbollah a aussi accusé Israël pour la « lenteur » des négociations sur le sort des deux soldats capturés. i[« Après le dernier accord nous étions optimistes et les choses semblaient progresser positivement, mais nous avons été surpris par l’attitude désinvolte d’Israël concernant les négociations ».
Sayyed Nasrallah a révélé que le Hezbollah détient toujours des restes de soldats israéliens tués sur le sol libanais lors de la guerre israélienne contre le Liban en 2006. « Le Hezbollah a en sa possession des restes humains que l’armée israélienne a laissé derrière elle sur le sol libanais. Nous avons offert de rendre ces restes dans le cadre des efforts de négociation, mais le côté israélien ne semblait pas intéressé par l’offre » a-t-il dit.

Sur la possibilité d’une autre guerre israélienne contre le Liban, Sayyed Nasrallah a dit que tout est possible. « En fait, les israéliens sont ceux qui parlent de guerre. Quand nous entendons Askenazi (chef d’état major de l’armée israélienne) dire qu’« un triomphe clair et décisif sera de notre côté « dans la prochaine guerre contre le Liban, cela veut dire qu’il (Ashkenazi) parle d’un guerre à venir. » Le chef du Hezbollah a ajouté que la résistance est en état d’alerte totale. « Le meilleur moyen d’empêcher la guerre c’est d’être prêt à la guerre » a dit Sayyed Nasrallah. « Je dis aux israéliens que nous pouvons cibler tout endroit de la Palestine occupée. Je ne suis pas seulement dans le processus d’une guerre psychologique; je dis aux israéliens que la guerre sera très coûteuse.»

Mohammed Shmaysani 03/01/08 Copyright Al Manar TV

Site Al Manar TV

Traduction Mireille Delamarre pour www.planetenonviolence.org

L'option Salvador à Beyrouth

Le grand défi du Hezbollah

Liban : Sarkozy et la diplomatie des avions

Jeudi 3 Janvier 2008
Mireille Delamarre

Dans la même rubrique :
1 2 3

Humour Les Folles D'Allah | Terrorisme Islamo-fascisme | International | Immigration clandestine | France XXI | Communautarisme Islamisation racialisation | Europe | Empire USioniste du Chaos | LIBERTE D'EXPRESSION D'INFORMATION | COLONIALISME JUDEO SIONISTE | GUERRE DE L'INFORMATION | Propagande | DICTATURE UE | PALESTINE | FRANCE | MONDE ARABE | ASIE | archives Armement Sécurité Stratégies Militaires | archives Droit International ONU | archives histoire traditions 2004-2008 | archives sciences écologie 2004-2008 | archives société 2004-2008 | archives culture | archives ressources educatives | archives informations 1 | archives informations 2