information critique contre l'islam conquerant supremaciste le terrorisme
Nucléaire

Les US Relancent La Course Aux Armes Nucléaires

Un document intitulé " National Security and Nuclear Weapons in the 21 st Century" (en pièce jointe) publié le mois dernier montre la continuité de la politique nucléaire agressive de G.W. Bush qu'il va transmettre d'ici peu à son successeur à la Maison Blanche.



Les US Relancent La Course Aux Armes Nucléaires

Heritage de Bush
Heritage de Bush
Ce document, à l'initiative du secrétaire à la défense Robert Gates - que certains à Washington considèrent comme pouvant servir dans une prochaine Administration Obama si ce dernier est élu - et du secrétaire à l'énergie, Samuel Bodman, présente une analyse anticipée des menaces à venir, évalue la sécurité des stocks d'armes nucléaires américaines, et tire la conclusion qu'il n'y a pas d'autre alternative pour les US que de développer une nouvelle génération de têtes nucléaires.

C'est encore un nouveau pas franchi par l'Administration Bush dans sa politique de prolifération nucléaire, suivant d'autres décisions allant dans le même sens. D'abord le président américain a accéléré le développement des systèmes de missiles anti missiles iés à l'utilisation de têtes nucléaires. Ensuite il a unilatéralement abrogé le Traité qui bannissait le développement de systèmes de missiles antimissiles que les US avaient signé en 1972. Autre pas décisif dans la prolifération, les US ont signé des accords avec la ¨Pologne et la République Tchèque pour installer sur leurs territoires des systèmes de missiles anti missiles et radar provoquant une réaction courroucée de Moscou qui y voit une provocation. Bush a également refusé obstinément de signer le Traité interdisant tout essai nucléaire. Et maintenant ce rapport qui prone le développement d'une nouvelle génération d'armes nucléaires, alors que cela fait deux décennies que les Etats Unis ont stoppé tout projet de développement et de fabrication.

Les Américains, en projettant de s'équiper d'une nouvelle génération d'armes nucléaires, vont provoquer parmi les puissances nucléaires existantes une relance de la course aux armements (Grande Bretagne, France, Chine, Russie) de même que chez des pays qui ont développé clandestinement un programme nucléaire militaire (Pakistan, Inde, Israël). C'est aussi un coup mortel pour le Traité de Non Prolifération, qui exigeait de ces puissances nucléaires de réduire progressivement leurs stocks, et une invitation pour les pays ayant des programmes nucléaires civils à éventuellement envisager une extension militaire clandestine, comme l'ont fait les pays cités plus haut, pour rejoindre le club nucléaire.

Les arguments avancés par Gates et Bodman dans ce rapport pour développer cette nouvelle génération d'armes nucléaires sont peut fondés. Ils affirment que les stocks actuels d'armes nucléaires des US deviennent avec le temps moins sûrs, et pour éviter tout accident lié à des défectuosités ou malfonctionnement, le rapport avance qu'il n'y a pas d'autre solution que de les remplacer par de nouveaux modèles.

Pourtant,un examen rapproché des stocks américains révèle que les armes nucléaires actuelles sont sûres, sécurisés et protégées de tout malfonctionnement hasardeux, qu'on peut remplacer certaines têtes nucléaires anciennes par des composants identiques pouvant être fabriqués sans qu'il y ait besoin de développer tout un arsenal de nouveaux modèles. Les modèles actuels ont subi de nombreux tests confirmant qu'il étaient sûrs et fiables. Le développement de nouvelles armes nucléaires est un prétexte pour justifier le rédémarrage de tests nucléaires abandonnés par les US en 1992.

De plus, les menaces citées dans le rapport pour justifier ce nouveau programme ne sont pas convaincantes. Le rapport divise les menaces en trois catégories :

"les inquiètudes liées à des états" tels la Corée du Nord et l'Iran,

"les extrémistes violents et les acteurs non étatiques" principalement des organisations qui " sont motivées par des objectfs et des valeurs qui s'opposent aux notres"

"les principaux états nucléaires en dehors de l'OTAN", une référence à la Russie et la Chine.

A l'évidence, l'actuel arsenal nucléaire US est amplement suffisant pour fournir une force de dissuasion contre les soit disantes menaces que représenteraient l'Iran et la Corée du Nord. De plus, il n'y a aucune logique ou justification dans le fait d'envisager l'utilisation d'armes nucléaires contre des organisations dites "terroristes". Pour les frapper où ? Il reste donc la Chine et la Russie. Au lieu d'avancer des arguments pour calmer les tensions avec ces deux pays, le rapport insiste pour détailler la modernisation des forces armées chinoises et russes, les présentant clairement comme une menace pour la sécurité des US, réactivant par là même l'esprit da la Guerre Froide, mais cette fois non pas vers une mais deux puissances nucléaires qui sont aussi acteurs essentiels sur la scène politique et économique internationale.

Ce rapport belliqueux qui préconise le développement de nouvelles armes nucléaires constitue l'héritage "pacifique" que G.W Bush va transmettre à son successeur à la Maison Blanche. Une telle politique de nucléaire militaire ne vas pas dans le sens du renforcement de la coopération des US avec la Russie et la Chine et aura certainement pour effet d'accélérer les tendances vers cette course aux armements nucléaires, une sérieuse menace pour la survie de l'humanité et de la planète.

Complément d'information

Lors d'une interview accordée lundi 20 octobre, le Directeur Général de l'AIEA, Mohammed ElBaradei, a dit qu'il manquait à l'Iran des composants essentiels pour produire des armes nucléaires s'ils choisissaient de le faire. Selon ElBaradei " ils n'ont pas le matériau nécessaire, l'uranium enrichi brut pour développer une bombe nucléaire s'ils décidaient de la fabriquer". Les estimations du Directeur de l'AIEA contrastent fortement avec les discours belliqueux tenus par les Israéliens les Américains et les Européens, sur le but et les progres de l'Iran en matière de nucléaire. L'Union Européenne sous influence américanosioniste a accusé l'Iran de "poursuivre méthodiquement un programme qui vise à l'acquisition de la bombe atomique". sans jamais pour autant en fournir les preuves.

Sous la pression des Sionistes qui depuis des décennies manipulent l'Holocauste pour faire pression sur l'Allemagne, le gouvernement allemand a décidé de " décourager" les entreprises du pays de faire des affaires avec l'Iran. Cette décision intervient après les critiques émises par les sionistes et leurs agents d'influence en Allemagne accusant celle ci de ne pas en faire assez pour presser Téhéran, mettant en avant le fait que le commerce du pays avec l'Iran avait progressé de 16,2 % la première moitié de 2008, comparativement avec la même période en 2007.

Lors d'une réunion interministérielle lundi organisée par Reinhard Silberberg du Ministère des Affaires Etrangères, il a été décidé que le Ministère des Finances et le Ministère de l'Economie devraient organiser des discussions avec les associations commerciales pour faire pression sur les entreprises membres - tout particulièrement celles des secteurs bancaires, assurances, reassurances, et des industries de l'énergie - pour qu'elles réduisent leurs transactions avec l'Iran.Cette initiative est aussi la réponse à l'appel lancé par Sarkozy qui occupe actuellement la présidence de l'UE, pour créer un groupe d'états "ayant le même état d'esprit" à l'égard de l'Iran, afin de décourager leurs entreprises de faire du commerce avec ce dernier tant qu'il ne suspendra pas son programme d'enrichissment d'uranium, qui est pourtant légal puisque l'Iran est signataire du TNP et que ses installations sont sous contrôle des inspecteurs de l'AIEA.

Ce n'est un secret pour personne que -quand sifflé par Tel Aviv -Sarkozy obéit au doigt et à l'oeil, tout comme la Chancelière allemande, Angela Merkel.


Perpetuelle guere nucléaire américaine

Armes nucléaires US en Europe

nuclearweaponspolicy.pdf nuclearweaponspolicy.pdf  (336.05 Ko)


Mercredi 22 Octobre 2008
Mireille Delamarre

Dans la même rubrique :
1 2

Nucléaire