information critique contre l'islam conquerant supremaciste le terrorisme
Collaboration Au Sionisme Archives

Les Travaillistes Anglais Manipulent Leur Loi pour ne pas Critiquer Publiquement le Programme Nucléaire Militaire Israélien

Une note en marge d’un document sur les prétendues Armes de Destruction Massive de l’Irak portant mention du nucléaire militaire israélien dissimulée



Les Travaillistes Anglais Manipulent Leur Loi pour ne pas Critiquer Publiquement le Programme Nucléaire Militaire Israélien

Comment les Travaillistes ont utilisé la Loi pour garder secret des critiques formulées à l’encontre d’Israël

Des préoccupations concernant le nucléaire israélien retirées du dossier sur l’Irak

Toute l’importance des préoccupations du gouvernement concernant l’état des relations entre les Britanniques et Israël peut être divulguée aujourd’hui comme a pu le constater The Guardian qui a eu accès à un document secret.

Le document révèle comment le Foreign Office (Ministère des Affaires Etrangéres ndlt) s’est battu avec succès pour maintenir secrète la mention d’Israël dans l’ébauche d’un dossier sur les armes de l’Irak, dossier maintenant discrédité. Au centre de tout cela, la nervosité au sommet du gouvernement concernant toute mention de l’arsenal nucléaire d’Israël dans un document officiel accusant l’Irak de tromper les autorités de l’ONU à propos d’Armes de Destruction Massive.

Le dossier a été rendu public cette semaine, mais le Foreign Office a réussi devant un tribunal à obtenir que la mention à la main sur Israël soit gardée secrète.

Le FO n’a jamais avancé comme argument que l’information pourrait porter préjudice à la sécurité nationale. The Guardian)i a vu le texte dans son intégralité, et entendu la déclaration d’un témoin, un haut fonctionnaire du FO qui a affirmé à huit clos que toute mention publique de ladite référence endommagerait sérieusement les relations entre la Grande Bretagne et Israël. Dans sa déclaration, il révèle que dans les cinq dernières années il y a eu 10 incidents substantiels, plus 20 incidents mineurs, liés aux inquiétudes d’Israël concernant des attitudes allant à l’encontre de leur gouvernement au sein de Whitehall.

Le Tribunal pour l’Information, qui rend des décisions concernant des disputes relevant de l’i[Acte sur la Liberté d’Information,
a accepté d’enlever l’unique référence à Israël quand il a ordonné la mise à disposition de l’ébauche du document sur les armes de l’Irak écrit par John Williams, le fonctionnaire responsable de l’information au FO à l’époque.

A côté de références défavorables aux US et au Japon, la référence à Israël a été écrite dans la marge par quelqu’un commentant l’introduction du paragraphe de l’ébauche de Williams. Cela a été écrit pour contrer l’affirmation que : « aucun autre pays (mis à part l’Irak) a trompé l’autorité de l’ONU de manière aussi flagrante dans la poursuite d’armes nucléaires. »

Dans un communiqué à l’adresse du Tribunal, Neil Wigan, à la tête du groupe Arabe, Israël Afrique du Nord du FO, a dit qu’il ne savait pas qui avait fait mention d’Israël dans la marge. Il a poursuivit en disant : « j’interprète cette note comme une indication que la personne qui l’a écrite croit qu’Israël a trompé l’autorité de l’ONU de la même façon que le régime irakien de Saddam Hussein ».

« Sa révélation endommagerait sérieusement les relations entre la Grande Bretagne et Israël, » a dit Wigan. La comparaison avec Saddam et « l’accusation implicite d’un non respect de l’autorité de l’ONU par Israël sont potentiellement très sérieux ». C’était « inévitable » que les relations entre la Grande Bretagne et Israël souffriraient si la note en marge du texte faisait sont entrée dans le domaine public a-t-il ajouté.

Wigan a observé que « malheureusement, il existe déjà en Israël un sentiment qu’une partie du FCO (Foreign et Commonwealth Office) ont des à prioris vis-à-vis du pays ». La note sur l’ébauche du dossier de Williams « viendrait par conséquent confirmer ce soupçon pré existant et augmenterait le dommage causé ».

En octobre de l’année dernière il a noté que « toute critique d’Israël est largement relayée dans les médias ». Le commentaire en marge du document mentionnant Israël recevrait par conséquent une « large couverture ». Endommager les relations avec Israël saperait la capacité du FO à prévenir et résoudre des conflits « à travers un système international fort. » En plus, il y avait un « intérêt national important en relation avec le contre terrorisme » a dit Wigan.

Le FO a insisté pour que soit retirée la référence à Israël après qu’il ait perdu une longue bataille pour supprimer l’ébauche du dossier, qui a été écrite début septembre 2002. Il a d’abord affirmé que le nom de l’auteur devait être protégé. Puis il a dit que les contenus de l’ébauche du dossier devraient être supprimés pour protéger la capacité des fonctionnaires à formuler des conseils francs. Le document Williams a finalement été rendu public la semaine dernière, 3 ans après qu’il ait été demandé pour la première fois par Chris Ames, un chercheur indépendant qui a poursuivi sa campagne dans le Magazine New Stateman.

Richard Thomas, le Commissaire à l’information, a dit l’année dernière que c’était dans l’intérêt du public que le document soit rendu public dans son intégralité. Le FO a fait appel de cette décision et l’a porté devant le Tribunal de l’Information.

Le FO n’avait pas d’objection en ce qui concerne les références faites à d’autres pays en marge du document Williams. A côté de l’affirmation qu’aucun autre pays hormis l’Irak n’avaient lancé deux fois des guerres d’agression contre des voisins, le fonctionnaire inconnu du FO écrit « l’Allemagne ? « et « USA : Cuba, Guatemala, Mexique ». En marge de l’utilisation d’armes chimiques le fonctionnaire a écrit : « le Japon en Chine ».

Certaines affirmations contenues dans l’ébauche de Williams sont identiques à celles retrouvées dans le dossier final du gouvernement sur les ADM de l’Irak publié fin septembre 2002. Le Tribunal de l’information a ordonné la publication de l’ébauche, sans la référence à Israël, observant que cela avait pu avoir un rôle plus important pour influencer le dossier final que ce qui avait été préalablement supposé. Le gouvernement a essayé de prendre ses distances vis à vis de l’ébauche de Williams.

Richard Norton-Taylor 21/02/08 – Copyright The Guardian www.guardian.co.uk

Traduction Mireille Delamarre pour www.planetenonviolence.org


Les majorettes du sionisme




Samedi 23 Février 2008
Mireille Delamarre

Dans la même rubrique :

Mossad Cia et Cie | Boycott Israel | Collaborateurs Des Sionistes | Anti Sionisme | Collaboration Au Sionisme Archives