information critique contre l'islam conquerant supremaciste le terrorisme
EcoDictature Verte

Les Pauvres Premières Victimes Des Taxes Vertes Des Cohn Bendit-Bové Sarkozy et Cie

La nouvelle économie de marché est en marche et les nouvelles taxes environnementales en constitueront les piliers les plus sûrs. En pièce jointe un document en anglais qui révéle les dessous de tout ce "Foin Vert".



Les Pauvres Premières Victimes Des Taxes Vertes Des Cohn Bendit-Bové Sarkozy et Cie

Alors que le prix du pétrole n'a pas cessé d'augmenter ces cinq dernières années, ce qui en soi pourrait être considéré comme une taxe carbone à l'échelle mondiale, cela a surtout permis de réduire la demande dans les pays en développement alors même que dans les pays dits développés c'est surtout les plus pauvres qui en paient le prix à la pompe (essence, fuel domestique). Mais le pire est à venir. De nombreux experts en réchauffement climatique sont favorables à la réduction de 80% des émissions de carbone d'ici 2050. Et leurs supporters, comme Europe Ecologie de Cohn Bendit - Bové, qui encouragent vivement les réductions de consommation d'énergie, évitent cyniquement de préciser que tel qu'ils l'envisagent, cela à un coût qui va se traduire par un accroissement conséquent des taxes énergétiques dont les plus pauvres seront les premières victimes. Ce n'est d'ailleurs pas par hasard si le gouvernement Sarkozy a sauté sur l'occasion pour relancer son projet de taxe carbone.

Aux Etats Unis par exemple, le département budget du Congrès a calculé que vouloir diminuer les émissions de C02 de 15% réduirait de 3.3% les revenus des couches les plus défavorisées de la société alors que les plus riches ne verraient leurs revenus diminuer que de 1.7%. Même si ces populations pauvres ne sont pas toutes motorisées, un pourcentage important se chauffe par contre au fuel domestique. En Grande Bretagne par exemple, les populations les plus défavorisées ont dépensé 12% de leurs revenus en fuel pour l'année 2004 (IFS : British Institute for fiscal Studies 2007) alors que les strates les plus riches n'en ont dépensé que 4%. Les plus aisés ont les moyens d'isoler leurs habitations, donc de faire des économies d'énergie, ce que n'ont pas les populations les plus défavorisées. Ici en France, les populations à faible revenus qui vivent dans des logements sociaux seront pénalisées car même si un plan vert de réhabilitation est lancé pour réduire les dépenses d'énergie cela prendra du temps, car il va falloir trouver les fonds nécessaires pour financer ce genre de plan. Hors Sarkozy a baissé le taux du livret A qui aurait pu effectivement servir à ce genre d'investissement. En attendant, Sarkozy envisage d'inclure dans le budget 2011 cette fameuse taxe carbone qui, selon ce qui est rapporté dans le journal gouvernemental, Le Figaro, pourrait servir à remplacer la taxe professionnelle, ressource vitale pour un grand nombre de collectivités territoriales. On voit déjà comment ce genre de taxe environnementale pourra être détournée.

Ensuite, comme on l'a vu avec la flambée des prix du pétrole il y a quelques mois, le lien entre prix du pétrole et prix de l'alimentation n'est plus à démontrer. Quand le pétrole flambe les prix des aliments de base flambent, on a pu le constater pour le maïs, sans parler de l'utilisation de produits alimentaires de base, dont le maïs, comme biocarburants. Concernant l'alimentation, les pauvres dépensent une part plus importante de leurs revenus pour se nourrir que les catégories les plus riches. De même, le lien entre le prix du pétrole, et le prix des autres ressources énergétiques (gaz électricité entre autres) fait que lorsque le prix de ce dernier flambe cela a un effet immédiat sur les prix de celles ci. Créer une taxe environnementale sur les ressources énergétiques, quelque soit la forme qu'elle prendra, c'est, en voulant "sauver la planète" selon la propagande verte, lutter contre l'épuisement des ressources, la surexploitation, la pollution... mais c'est surtout condamner des milliards d'êtres humains à la pauvreté, et l'extrême pauvreté, et concrètement à une mort prématurée (malnutrition, maladies...).

Mais n'est ce point là le but recherché : diminution drastique du nombre d'êtres humains sur la planète. Yves Cocher des Verts, a tenu des propos allant dans ce sens en début d'année. Proposant de diminuer les allocations familiales à partir du 3ème enfant, il le justifiait ainsi :

« Comment s'étonner alors que beaucoup s'interrogent : et si nous étions trop nombreux, déjà, pour cette Terre ? Notre démographie n'est-elle pas la cause de nos malheurs écologiques, mais aussi politiques, sociaux, militaires, comme l'affirmait déjà l'austère Thomas Malthus en 1798 ? Les "émeutes de la faim" qui ont secoué en avril 2008 des pays très peuplés Burkina Faso, Cameroun, Côte d'Ivoire, Egypte, Haïti, Indonésie, Maroc, Philippines, Nigeria, Sénégal ne lui donnent-ils pas raison ? Le pasteur britannique Thomas Malthus, économiste, affirmait que la population humaine croît de façon exponentielle (2, 4, 8, 16, 32) et les ressources, de manière arithmétique (1, 2, 3, 4, 5). Inévitablement, nous irions vers l'épuisement des biens, la famine, la guerre de tous contre tous. ».

Mais il n'est pas le seul à penser ainsi dans la mouvance Ecologie. Quand on tape "surpopulation" sur le site dans "recherche" on peut lire un article intitulé : "Démographie : la vraie vérité qui dérange" de Michel Tarrier - 04/01/2008., http://www.notre-planete.info/actualites/actu_1494_demographie_la_vraie_verite_derange.php

Michel Tarrier qui milite ouvertement pour la dénatalité y écrit :

"..Posséder une famille nombreuse est un délit environnemental, une grave atteinte à la Planète et à l’avenir commun..."

Le site "notre planete.info, qui se présente comme : " le site de référence en environnement,
développement durable et changements climatiques"
et dont il est particulièrement instructif de lire "Nos Références" pour découvrir pour qui et aux côtés de quelles ONG du bizness de l'environnemental il roule, prend soin de préciser en bas de l'article de Terrier que "Les opinions exprimées dans cet article sont laissées à la stricte responsabilité de son auteur". Pourtant, quand on accepte de publier des écrits de Michel Terrier on sait à quoi s'attendre, et ce d'autant plus qu'il est membre de ce site depuis le 29/10/2007 ( fiche mise à jour le 27/04/09). Il est également l'auteur d'un pamphlet intitulé "Faire des enfants tue, éloge de la dénatalité (Éditions du Temps)"

"..Posséder une famille nombreuse est un délit environnemental, une grave atteinte à la Planète et à l’avenir commun..."

Tout est dit dans ces quelques mots. C'est terrifiant et cela renvoie à une autre époque celle ou l'on argumentait avec enthousiasme en faveur de l'eugénisme. Ces propos illustrent bien les accusations portées contre la mouvance écolo à savoir sa collaboration avec l'élite mondiale des Bilderberg et autres qui visent à une diminution d'un tiers de la population planétaire. Ils ont trouvé dans les Cohn Bendit, Bové, Cocher, Sarkozy, Obama etc... une génération de serviteurs égoïstes, hyper individualistes, cyniques et jouisseurs immoraux, et surtout nihilistes, qui, brandissant l'étendard vert et martelant le slogan vert "sauver la planète", sont sur le point de détruire une partie de l'humanité sans aucun état d'âme.

Mais, pour donner l'impression qu'ils se soucient des pauvres, les adeptes de la taxe carbone, Cohn Bendit- Bové, Sarkozy, Borloo Hulot et Cie, proposent "généreusement" un système de taxation-compensation avec des "tickets verts" distribués aux plus démunis, certains envisageant cette distribution de manière bien plus large, la taxe carbone servant entre autre, à les payer . C'est sans compter sur la hausse des prix que va engendrer cette taxe carbone puisque qu'elle va toucher tous les secteurs d'activités. Comme si, avec une hausse record du chômage dans le secteur privé, donc une paupérisation accélérée d'une nouvelle frange de la société, c'était le moment, après le paquet fiscal fait pour enrichir les riches, de taxer encore plus les pauvres. Ces taxes environnementales sont tout simplement scandaleuses.

Vouloir réduire la consommation d'énergie en imposant une taxe carbone c'est d'abord et avant tout réduire le niveau de vie des populations les plus défavorisées car les riches ont les moyens de se payer les technologies et faire faire les travaux nécessaires pour faire des économies d'énergie. Cela vaut également pour les classes moyennes politiques puissantes et notamment celle des Cohn Bendit-Bové et leurs groupies.

Les populations les plus défavorisées n'ont pas à payer par le biais d'une taxe carbone la surconsommation énergétique des plus riches dont celui qui squatte l'Elysée et sa bande de mafieux. De même elles n'ont pas à payer le manque d'investissement dans la recherche de produits moins gourmands en énergie, tout simplement parce que les actionnaires sont trop occupés à encaisser des dividendes pour les dépenser en consommant encore plus d'énergie de par leur train de vie.

Les pauvres n'ont pas à payer la casse des services publics dont les transports, alors même que ces services, biens publics, leurs ont été volés et bradés aux amis des cliques politiques successives au pouvoir, de droite comme de gauche. Une politique de transports en commun basée sur des économies d'énergie aurait du être mise en place depuis longtemps car les problèmes de diminution des ressources énergétiques telle le pétrole, et les problèmes des émissions de gaz à effets de serre sont connus depuis longtemps. Mais le libéralisme et ses collaborateurs dans les classes politiques - qui détournent à leur profit la démocratie comme on vient de le voir encore une fois lors de ces dernières élections européennes avec un taux d'abstention record de 60% - ont manigancé une crise économique pour se redistribuer entre eux les moyens de production et les profits en misant désormais sur le VERT. Le système reste le même, celui de l'exploitation et l'asservissement du plus grand nombre au profit d'une " élite tueuse".

Il est donc important de combattre ces taxes environnementales, carbone ou autre, et proposer des moyens de réduire la consommation d'énergie qui ne passent pas par l'appauvrissement des populations les plus défavorisées ici et partout ailleurs.

La défense de l'environnement doit faire de l'être humain, son développement matériel, psychique et spirituel, le centre de ses préoccupations ce qui n'est pas le cas du programme fumeux des Cohn Bendit-Bové, Hulot et autres sbires ralliés à la clique mafieuse de la mondialisation/libéralisme. Ce que propose Europe Ecologie et Sarkozy c'est un asservissement encore plus grand des populations les plus défavorisées au profit de leurs riches amis, leur exclusion et paupérisation, voire pire, leur extermination. (La durée de vie moyenne d'un SDF est de 48 ans)

On vous sert la taxe carbone en apéro, mais dans les années à venir attendez vous à pire.

Le fruit écologique est pourri, le ver de la mondialisation est dedans. La prochaine fois, c'est à dire en 2010 pour les élections régionales, vous saurez pour qui ne pas voter.

Préparez vous dés maintenant à combattre ce nouveau système de taxes environnementales.

Pour se faire, en pièce jointe à lire un document en anglais intitulé "Reforming the Tax System for the 21st Century" détaillant le projet de taxes environnementales, les piliers de la nouvelle économie de marché/mondialisation dite positive

taxes_environnementales.pdf taxes environnementales.pdf  (416.85 Ko)


Jeudi 11 Juin 2009
La Gauloise qui fume

Dans la même rubrique :

Humour | EcoDictature Verte | Economie