information critique contre l'islam conquerant supremaciste le terrorisme
archives Armement Sécurité Stratégies Militaires

Le Plus Grand Crime Contre l’Humanité de Tous les Temps Commis par les US et la Grande Bretagne: l’Utilisation d’Armes à l’Uranium Appauvri

« En utilisant illégalement des centaines de tonnes d’UA contre l’Irak – la Grande Bretagne et les Etats-Unis ont gravement mis en danger non seulement les irakiens mais aussi la totalité du monde », selon le DC Chris Busby, expert anglais en radiation, et représentant britannique au Comité Européen sur le Risque Radioactif. Un exposé clair des menaces que font courir les gouvernements Bush et Blair à l’humanité entière par l’utilisation illégale massive de bombes à l’UA, utilisation accrue dans la deuxième guerre du Golfe. A quand un procès des Bush Blair et Cie pour crime contre l’humanité ? Le plus tôt sera le mieux, et pas un simulacre de procès, un show médiatique, comme celui de Saddam Hussein.



Cette marque est fière de sponsoriser la guerre en Irak - Non Violence Action : BOYCOTT
Cette marque est fière de sponsoriser la guerre en Irak - Non Violence Action : BOYCOTT

L’Uranium appauvri dans le monde entier

« Je suis horrifiée. Les gens là bas – les irakiens, les medias et les troupes – risquent d’être touchés par les plus horribles problèmes de santé. Et la radiation de l’UA peut voyager littéralement partout. Cela va détruire la vie de milliers d’enfants, partout dans le monde. Nous savons tous les distances parcourues par les radiations. Ainsi, Les radiations de Tchernobyl ont atteint le pays de Galles et en Grande Bretagne, vous avez parfois de la poussière rouge en provenance du Sahara. »

Celui qui parle n’est pas du genre à prophétiser des catastrophes. C’est le DC Chris Busby, l’expert britannique sur la radiation, enseignant à la faculté de Médecine de l’Université de Liverpool et représentant anglais au Comité Européen sur le Risque de Radiation, qui parle du secret le mieux gardé de cette guerre : le fait que, en utilisant illégalement des centaines de tonnes d’uranium appauvri (UA) contre l’Irak – la Grande Bretagne et les Etats-Unis ont gravement mise en danger non seulement les irakiens mais le monde entier.

Car ces armes ont libéré une telle quantité de particules mortelles, cancérigènes, radioactives – fouettées par les tempêtes de sable et transportées par les vents alizés – Il n’y a pas un seul coin du globe où elles ne peuvent pénétrer, y compris en Grande Bretagne. Car le vent n’a pas de frontière et le temps est de leur côté : la radioactivité persiste au-delà de 4 500 000 000 d’années et peut être la cause de cancer, leucémie, atteinte du cerveau, disfonctionnement des reins, et de malformations congénitales extrêmes – tuant des millions d’être humains de chaque génération pour les siècles à venir.

Un crime contre l’humanité qui peut, aux yeux des historiens être considérés comme la pire des atrocités de tous les temps.

Pourtant, officiellement, aucun crime n’a été commis. Parce que cette histoire est une sale histoire dans laquelle les faits ont été dissimulés à ceux qui en avaient le plus besoin. C’est aussi une histoire que nous avons besoin de connaître pour que les personnes en Irak bénéficient des soins médicaux dont ils ont besoin désespérément, et pour que nos troupes, de retour d’Irak, ne souffrent pas de manière aussi terrible que ces vétérans d’autres conflits au cours desquels des armes à l’Uranium appauvri ont été utilisées.


Un sale Tyson (nom d’un boxeur ndlt)

« L’uranium appauvri est de bien des façons une appellation impropre. Car « appauvri » semble faible. Le seul élément faible en ce qui concerne l’uranium appauvri c’est son coût. C’est bon marché, c’est toxique, un déchet des usines nucléaires et de la production de bombes nucléaires. Cependant, l’uranium est l’un des éléments les plus lourds, et l’UA tel un gant de boxe écrase les tanks, les immeubles, et les bunkers avec la même facilité, et prend feu spontanément et quand cela se produit brûle vif les personnes. « Des personnes croustillantes » c’est ainsi que les soldats américains d’active appellent ceux qui ont la malchance d’être suffisamment prêts. Et, quand John Pilger a rencontré des enfant tués alors qu’ils se trouvaient à une plus grande distance, il a écrit « La peau des enfants s’était repliée tel du parchemin, révélant les veines et la chair brûlée d’où suintait le sang, leurs yeux intacts qui fixaient droit devant. J’ai vomis. » (Daily Mirror).

Les millions de particules d’oxyde d’uranium libérées quand il brûle peuvent tout aussi bien tuer avec la même sûreté mais de manière beaucoup plus terrible. Elles peuvent être si minuscules qu’elles passent à travers les masques à gaz, rendant toute protection impossible. Ce qui est petit n’est pas forcément beau. Car ces tueuses invisibles attaquent sans discrimination les hommes, les femmes, les enfants, et même les bébés dans le ventre de leur mère, et font le plus de dommage possible à tous les enfants et fœtus.


Un héritage terrible

Des docteurs en Irak ont estimé que depuis 1991 les malformations à la naissance ont augmenté de 2 à 6 fois, et que de 3 à 12 fois plus d’enfants ont développé des cancers et des leucémies. De plus, un rapport publié dans The Lancet en 1998 a révélé que jusqu’à 500 enfants meurent par jour de ces séquelles de la guerre et des sanctions et que le taux de mortalité pour les enfants irakiens de moins de 5 ans est passé de 23 pour 1000 en 1989 à 166 pour 1000 en 1993. En général, les cas de leucémie lymphoblastique ont été multipliés par 4 de même que d’autres cancers ont augmenté « à un taux alarmant ». Chez les hommes, les cancers des poumons, de la vessie, des bronches, de la peau et de l’estomac sont ceux les plus en hausse. Chez les femmes, ce sont les cancers du sein, et de la vessie, et le lymphome non Hodgkinien. 1

En entendant que des armes à l’UA avaient été utilisées dans le Golfe en 1991, l’autorité à l’Energie Atomique de Grande Bretagne a envoyé un rapport spécial au ministre de la défense sur les risques potentiels sur la santé et l’environnement. Il disait que cela pourrait provoquer 500 000 cancers de plus en Irak pour les dix ans à venir. Dans cette guerre, les autorités ont seulement admis avoir utilisé 320 tonnes d’UA alors que l’ONG d’aide hollandaise LAKA estime que le vrai chiffre est proche de 800 tonnes. Plusieurs fois ces quantités auront pu être larguées au dessus de l’Irak au terme de cette année. Les dommages dévastateurs que l’Uranium Appauvri fait et fera pour les générations à venir sur la santé et la fertilité des irakiens sont inimaginables.

La radioactivité persiste plus de 4.500.000.000 d’années, tuant des millions de chaque génération pendant les siècles à venir. Ceci est un crime contre l’humanité qui pourrait bien être considéré comme le pire de toutes les atrocités de tous les temps.

Nous devons aussi compter les milliers de fausses couches qui ne sont pas comptabilisées. Personne ne sait combien d’irakiens sont morts dans le ventre de leur mère depuis que l’UA a contaminé le monde. Mais, il a été dit que les soldats exposés eux aussi à l’UA pendant la brève période de guerre (1ère guerre du Golfe ndlt) rejetaient encore de l’uranium dans leur sperme 8 ans plus tard et certains de ces soldats avait un taux d’uranium 100 fois le taux limite dans leur urine. Le manque d’intérêt du gouvernement pour le sort des vétérans de la guerre de 1991 se reflète dans l’absence de recherche universitaire sur l’impact de l’UA. Mais des recherches informelles ont trouvé un taux élevé de malformations congénitales chez les enfants des vétérans, et que les épouses des hommes qui ont servi en Irak faisaient trois fois plus de fausses couches que les épouses de ceux qui n’y ont pas servi.

Depuis que l’UA a noirci la terre d’Irak, le pays a connu des malformations congénitales qui fendraient un cœur de pierre : des bébés avec des membres terriblement atrophiés, avec leurs intestins à l’extérieur de leur corps, avec de larges tumeurs saillantes à la place des yeux, ou avec un seul œil comme celui d’un cyclope, ou sans yeux, sans membres, et même sans tête. Ce qui est significatif, c’est que certaines de ses malformations sont inconnues sauf à les comparer à celles de bébés nés près de sites d’essais nucléaires dans le pacifique.

De nombreux médecins ont rapporté que beaucoup de femmes ne demandaient plus « est ce une fille ou un garçon ? » mais simplement « est il normal docteur ? ». De plus, ce terrible héritage est sans fin. Les gènes de leurs parents ont pu être endommagés pour toujours, et la poussière d’UA qui cause ces dommages est présente pour toujours.


Bleu et Bleu

Ce que les gouvernements des Etats-Unis et de Grande Bretagne ont fait au peuple d’Irak, ils l’ont fait aussi à leurs propres soldats, dans les deux guerres. Et ils l’ont fait en connaissance de cause. Car les champs de bataille ont été recouverts d’un épaisse couche de poussière à l’UA, et des soldats ont du pénétrer sur ces zones hautement contaminées par les bombardements. De plus, leurs corps n’ont pas seulement subi l’assaut de l’UA mais aussi celui de vaccinations qui violaient les protocoles normaux, l’utilisation de vaccins expérimentaux, de cachets contre les agents inervants, et l’utilisation dans leurs tentes de pesticides à base de phosphate organique. Alors que les menaces représentées par l’UA étaient connues, les soldats anglais et américains n’ont pas été prévenus du danger. Ils n’ont pas non plus bénéficié d’un suivi médical approfondi à leur retour de mission, alors qu’en identifiant la présence d’UA dans leur corps il aurait été possible d’en retirer une certaine quantité. Alors qu’un nombre croissant est tombé sérieusement malades, au lieu de les envoyer en consultation auprès d’experts en dommages causés par les radiations et les neurotoxines, ils ont été envoyés consulter un psychiatre.

Plus de 200 000 soldats (Les dernières sources sur le sujet parlent d’un total de plus de 500 000 ndlt) qui sont rentrés de la guerre de 1991 sont maintenant invalides ou avec des pathologies officiellement reconnues comme liées directement à leur service en Irak (c’est 1 pour 3). Le gouvernement britannique quant à lui a complètement échoué en matière d’évaluation de la santé des soldats rentrant d’Irak, et de surveillance de leur santé, ce qui veut dire que depuis leur retour personne ne sait combien sont morts ou sont tombés gravement malades. Cependant, des associations de vétérans du Golfe ont avancé que sur les 40 000 soldates et soldats d’active, au moins 572 sont morts prématurément depuis qu’ils sont rentrés et 5000 sont tombés malades. Un nombre alarmant se sont suicidés, incapable de supporter les tourments des innombrables pathologies qui se sont ajoutées mettant fin à leur carrière professionnelle, leur capacité d’avoir des enfants normaux, et même leur capacité à respirer ou marcher normalement. Comme certains vétérans l’ont dit ils sont « dans le couloir de la mort à l’UA, attendant de mourir ».

Quelque soit l’existence d’autres facteurs possibles, certaines de leurs pathologies sont strictement identiques à celles des irakiens exposés à la poussière d’UA. Par exemple, des soldats ont aussi enfanté des bébés sans yeux. Et dans le groupe des 8 soldats ayant servis et dont les bébés n’ont pas d’yeux, 7 d’entre eux sont connus pour avoir été directement exposés à la poussière d’UA.

Eux aussi ont enfanté des enfants avec des bras atrophiés, et des malformations rares habituellement associées aux effets des radiations. Eux aussi sont touchés par le cancer et la leucémie. Il en va de même, des soldats de l’UE qui ont servi dans les Balkans dans les forces de maintien de la paix, où les bombes à l’UA ont aussi été utilisées. En fait, le nombre de ceux atteints de leucémie était si élevé que plusieurs gouvernements européens ont protesté contre l’utilisation de l’UA.


La preuve vitale

Malgré toutes les preuves du mal fait par les armes à l’UA, les gouvernements des deux côtés de l’Atlantique ont constamment affirmé que parce qu’il émet des radiations de « faible intensité », l’UA n’est pas dangereux. Le DC émérite Rosalie Bertell qui a conduit les commissions médicales de l’ONU a étudié les radiations de « faible intensité » pendant 30 ans. 2. Elle a trouvé que les particules d’oxyde d’uranium ont plus qu’il n’en faut de pouvoir d’endommager les cellules, et elle décrit leur émissions radioactives comme frappant sans cesse les cellules du voisinage « comme des éclairs de lumière » en une seule seconde. 2. Comme beaucoup de scientifiques dans le monde entier qui ont étudié ce type de radiation, elle a trouvé que de telles « frappes lumineuses » peuvent endommager l’ADN et causer des mutations cellulaires qui provoquent le cancer.

De plus, ces particules peuvent être transportées par les fluides du corps et voyager à travers ce dernier, endommageant plus d’un organe. Pour rajouter à la gravité de toutes ces découvertes, le DC Bertell a trouvé que ce type particulier de radiation peut provoquer la rupture du système de communication du corps, ce qui conduit à des disfonctionnements de beaucoup d’organes vitaux et à de nombreux problèmes médicaux. Un fait marquant, puisque beaucoup de vétérans de la 1ère guerre du Golfe souffrent d’innombrables pathologies qui semblent n’avoir aucun lien entre elles.

De plus, une étude récente du professeur Eric Wright, professeur d’hématologie expérimentale à l’Université de Dundee, et d’autres études, ont montré deux manières par lesquelles une telle radiation peut provoquer bien plus de dommage que ce qui avait été pensé.

La première c’est que des cellules qui semblent ne pas être affectées par la radiation peuvent produire des cellules avec différentes mutations plusieurs générations de cellules plus tard. (Et les mutations sont à la racine des cancers et des malformations à la naissance). Cette « instabilité génomique induite par radiation » est aggravée par « l’effet de proximité » qui fait que les cellules mutent à l’unisson avec d’autres qui ont été endommagées par la radiation – comme les oiseaux font un piqué et tournent à l’unisson. Ensemble, ces deux mécanismes peuvent augmenter grandement les dommages causés par une seule source de radiation telle une particule d’UA. De plus, c’est maintenant clair qu’il y a des différences génétiques prononcées dans la façon dont les individus répondent aux radiations, certains étant plus enclin à développer des cancers que d’autres. Ainsi le fait que certains vétérans de la 1ère guerre du Golfe sont sortis indemnes d’expositions à l’UA ne prouve en rien que l’UA n’a pas provoqué des dommages chez d’autres.


Le Prix de la Vérité

Que les preuves d’Irak et de nos troupes et les résultats des recherches par des experts aient été ignorées n’est peut être pas un accident. Des fuites d’un rapport US fin 1995, ont révélé que « les effets sur la santé d’une exposition à l’UA sont potentiellement réels ; cependant, cela doit être mis en perspective …..Les implications financières de paiement pour des handicaps à long terme et les coûts des soins seraient excessifs. » 3.

Clairement, avec des centaines de milliers de personnes gravement malades en Irak, et au moins ¼ de soldats anglais et américains qui le sont aussi, des réclamations pour le paiement de vastes dédommagements pourraient être exigés du gouvernement anglais et américain si le mal causé par l’UA était reconnu. Il pourrait aussi y avoir des demandes énormes auprès des sociétés fabriquant des armes à l’UA et certains de leurs directeurs sont particulièrement très proches de la Maison Blanche. Leur grande proximité de Downing Street est sujette à spéculation, mais les ventes d’armes bénéficient largement au commerce britannique. Ainsi donc le blanchiment de l’UA ces douze dernières années, et la façon dont les gouvernements ont échoué à tester les soldats de retour de mission, semblait prouver qu’ils ne les croyaient pas et qu’ils s’en lavaient les mains tout simplement pour faire des économies. »

Le fait que ce soit des considérations financières qui aient poussé les gouvernements américain et britannique à cyniquement refuser toute responsabilité concernant le mal fait au peuple d’Irak et à leurs propres soldats, peut paraître bizarre. Pourtant, les armes à l’UA n’ont pas été utilisées par l’autre parti (armée irakienne et résistance ndlt) et aucune autre explication ne correspond aux preuves. En fait, avant même que les Etats-Unis et la Grande Bretagne ne commencent à utiliser des armes à l’UA, leur dangerosité n’était pas un secret. Une étude américaine de 1990 disait que l’UA était « liée au cancer quand l’exposition est interne ; (et à) la toxicité chimique causant des dommages au rein. » Alors qu’une autre étude a ouvertement averti que l’exposition à ces particules sur les champs de bataille pouvait induire des cancers des poumons et des os, des dommages aux reins, des maladies des poumons non cancéreuses, des désordres neuro- végétatifs, des dommages chromosomiques et des malformations congénitales. » 5.


Une Culture du Déni

En 1996 et 1997, un Tribunal des Droits de l’Homme a condamné les armes à l’UA pour violer illégalement la Convention de Genève et les a classées comme « ADM » incompatibles avec le droit international humanitaire et les droits de l’homme ». Depuis, suite au cas de leucémie des soldats européens ayant servis dans les forces de maintien de la paix dans le Balkans et en Afghanistan (où des armes à l’UA ont aussi été utilisées) l’Union Européenne a appelé deux fois au bannissement des armes à l’Uranium Appauvri.

Malgré cela, bien loin de bannir ces armes, les Etats-Unis et la Grande Bretagne ont accru leur déni concernant le mal causé par ces poussières radioactives alors que de plus en plus de soldats de la 1ère guerre du Golfe et des soldats participant a des actions menées pour maintenir la paix dans les Balkans et en Afghanistan sont tombés malades. En 1997, en citant des expériences faites par d’autres, au cours desquelles 84% des chiens exposés à l’inhalation d’uranium sont morts de cancer des poumons, le DC Asaf Durakovic, alors professeur de radiologie et de médecine nucléaire à l’université de Georgetown à Washington, a été cité disant : « l’Administration des vétérans (du gouvernement américain) a demandé de mentir sur les risques d’incorporer de l’uranium appauvri dans le corps humain ». Il a conclu « l’uranium provoque bien des cancers, provoque bien des mutations, et l’uranium tue effectivement. Si nous continuons avec la contamination irresponsable de la biosphère, et à dénier le fait que la vie humaine est menacée par les isotopes d’uranium mortels, alors nous nous rendons un mauvais service, non desservons la vérité, nous desservons D. et toutes les générations qui suivront. » Ce n’est pas ce que les autorités voulaient entendre, et sa recherche a été immédiatement bloquée.

Pendant 12 ans de blanchiment anglais de l’UA, les autorités ont aboli les hôpitaux militaires, qui auraient pu se spécialiser dans la recherche sur les effets de l’UA et où une expertise dans le traitement des victimes de l’UA aurait pu se construire. Et non content d’insulter ceux souffrant des effets handicapants des symptômes du Golfe en les accusant d’être imaginaires, ils ont refusé de verser des pensions complètes à beaucoup d’entre eux. Parce que malgré les preuves allant dans le sens contraire, un document de la Chambre des communes sur les risques de l’UA dit : « on juge que des effets d’expositions possibles aux radiations ont peu de chance de contribuer aux maladies dont sont victimes actuellement quelques vétérans de la guerre du Golfe. » Notez comment il est fait référence à plus d’1/4 de millions de malades et mourants parmi les vétérans aux US et en Grande Bretagne comme de « quelques ».


Cela continue

Non seulement la Grande Bretagne et les Etats-Unis ont-ils utilisé des armes à l’UA cette année en Irak, mais ils ont augmenté dramatiquement leur utilisation d’un minimum de 320 tonnes dans la guerre précédente à un minimum de 1500 tonnes dans celle-ci. Et cette fois l’utilisation des armes à l’UA ne s’est pas limitée à celles contre les tanks mais s’est étendue aux missiles téléguidés, aux bombes bunker buster, et aux énormes bombes de 2000 tonnes utilisées sur les villes irakiennes. Cela veut dire que les villes irakiennes ont été recouvertes d’une couverture de particules létales, chacune d’elle pouvant causer des cancers ou des malformations chez les enfants. De plus, l’utilisation de l’UA dans d’énormes bombes qui lancent les particules encore plus haut et plus largement sous formes de nuages de fumées énormes, cela veut dire que des billions de particules ont été transportées très haut dans l’air encore, et encore, et encore, alors que les bombes pleuvaient au sol, ces particules prêtes à être balayées sur toute la surface du globe par les vents.

La Société Royale a suggéré que la solution c’était une décontamination massive de l’Irak. Cela ne pourrait que gratter la surface, car la décontamination coûte extrêmement chère et bien que cela puisse réduire les risques dans certaines des zones les plus contaminées, cela ne peut pas toutes les enlever. Car l’UA est trop répandue sur terre et dans l’eau. Comment nettoyez vous chaque coin et recoin d’une ville de la taille de Bagdad ? Comment peuvent-ils décontaminer un pays entier dans lequel des particules microscopiques, qui ne peuvent pas être détectées avec un compteur Geiger normal, sont répandues d’une frontière à l’autre ? Et comment peuvent-ils nettoyer tous les pays dont les vents viennent d’Irak, et en fait toute la planète ?

Alors il ne reste que deux choses à faire pour limiter ce crime contre l’humanité. La première c’est de fournir les meilleurs soins possibles aux irakiens, et pour nos soldats rentrés du Golfe et pour ceux qui ont servi dans la dernière guerre, et par cela minimiser leurs souffrances. La deuxième, c’est de reléguer la guerre et la production et la vente d’armes dans les oubliettes de l’histoire au côté de l‘esclavage et des génocides.

Alors et alors seulement ce crime contre l’humanité sera –t-il effacé, et les morts tragiques de cette guerre apporteront vraiment la liberté au peuple d’Irak et au monde.

Jean Denver 21/03/05

References

1. The Lancet volume 351, issue 9103, 28 February 1998.

2. Rosalie Bertell's book “Planet Earth the Latest Weapon of War” was reviewed in Caduceus issue 51, page 28.

3. http://www.gulflink.osd.mil/du_ii/du_ii_tabl1
. htm#TAB L_Research Report Summaries

4. www.wagingpeace.org/articles/02.01/020117moret.htm
The secret official memorandum to Brigadier General L.R.Groves from Drs Conant, Compton and Urey of War Department Manhattan district dated October 1943 is available at the website www.mindfully.org/Nucs/2003/Leuren-Moret-Gen-Grove s21feb03.htm

5. http://www.gulflink.osd.mil/du_iitab11.
htm#tab L_research report summaries


James Denver écrit et participe à des émissions radio internationalement sur les sciences et la technologie


Source de l’article:http://www.caduceus.info/articles/denver.htm 21/03/05


Une série de vidéos de l’armée US supposées informer les soldats sur les dangers de l’exposition à l’UA et les moyens de s’en protéger, disponibles des 1995 n’ont jamais été diffusées auprés des troupes américaines ni étrangères non plus d’ailleurs (troupes en Irak, en Afghanistan). Bien qu’incomplètes (exemple : il est dit qu’un masque anti poussière protège de l’inhalation des particules ce qui est faux) ces informations auraient pu mettre en garde contre les dangers des particules d’UA et en réduire les effets dévastateurs.

Une vidéo est visualisable à l'url suivant :


Vidéo


Irak, destruction du Camp Falcon: explosions bombes à l'UA, bombes nucléaires tactiques ?

Dimanche 5 Novembre 2006
Mireille Delamarre

Dans la même rubrique :
1 2 3

Humour Les Folles D'Allah | Terrorisme Islamo-fascisme | International | Immigration clandestine | France XXI | Communautarisme Islamisation racialisation | Europe | Empire USioniste du Chaos | LIBERTE D'EXPRESSION D'INFORMATION | COLONIALISME JUDEO SIONISTE | GUERRE DE L'INFORMATION | Propagande | DICTATURE UE | PALESTINE | FRANCE | MONDE ARABE | ASIE | archives Armement Sécurité Stratégies Militaires | archives Droit International ONU | archives histoire traditions 2004-2008 | archives sciences écologie 2004-2008 | archives société 2004-2008 | archives culture | archives ressources educatives | archives informations 1 | archives informations 2