information critique contre l'islam conquerant supremaciste le terrorisme
Economie

Le Casse Du Siècle Aux USA : 700 Milliards De Dollars Volés Aux Contribuables Pour Renflouer Les Banques de Wall Street – Ce Subventionnement Condamne Le Dollar

Du jamais vu aux USA : hold up sur l’argent des contribuables américains par le Secrétaire au Trésor, Hank Paulson, et ses amis banquiers malfrats, qui menacent de faire s’effondrer l’économie mondiale si on ne leur donne pas 700 milliards de dollars à utiliser comme bon leur semble.



Subventionner pour Renflouer - Une insulte à la Constitution à vous couper le souffle

Le Casse Du Siècle Aux USA  : 700 Milliards De Dollars Volés Aux Contribuables Pour Renflouer Les Banques de Wall Street – Ce Subventionnement Condamne Le  Dollar
Est-on entrain d’être les témoins de la mort de la République ? Cela semble hystérique ? Regardez comment le secrétaire au Trésor, Hank Paulson, propose de gérer les 700 milliards de dollars – soit 2 000 $ pour chaque homme, femme et enfant en Amérique – qu’il veut pour renflouer les banques.

Il veut le pouvoir pour acheter «des avoirs vulnérables de toute institution…," selon les termes et conditions déterminées par le Secrétaire » et ses décisions « ne seront examinées par aucun appareil juridique ou agence administrative », selon le texte de la proposition faite par le service juridique du Trésor US. En d’autres termes, donnez lui 700 milliards de dollars à dépenser comme il l’entend et bouclez la.

L’évènement qui donne lieu à une telle insulte à la Constitution c’est la pire crise financière depuis la Grande Dépression. Ainsi donc, on nous fait du chantage : donnez nous l’argent selon nos conditions ou les banques feront s’effondrer l’économie mondiale.

Nous savons comment nous en sommes arrivés là.

Des décennies de politiques économiques téméraires et des idées folles – dérégulation, démantèlement des agences de régulation, autoriser le développement sans limite d’un système bancaire de l’ombre, des fondamentalistes du marché prêchant des stupidités sur les marchés toujours efficaces et se régulant d’eux-mêmes – ont laissé les spéculateurs de Wall Street libres de parier sans contrainte. Ils ont emprunté massivement, inventé des nouveaux instruments financiers complexes, en empochant des millions tout du long. La majorité de tout cela dépendait de l’augmentation des prix de l’immobilier. Des préteurs prédateurs ont escroqué des gens avec des prêts compliqués, sans garantie qu’ils pouvaient les rembourser.

Quand les prix de l’immobilier ont commencé à s’effondrer, les banques se sont retrouvées avec des milliards de contrats empoisonnés et des mille milliards en crédits d’échange vulnérables. Maintenant ils veulent utiliser librement 700 milliards, qui permettront selon eux de maîtriser la crise.

Le Secrétaire au Trésor Paulson dit que le Congrès doit agir immédiatement. Bon, attendez juste une minute. S’il faut juste 700 milliards de $ pour renflouer les anciens collègues de Paulson à Wall Street, on doit répondre à certaines questions de base :

Qui paie ?

Les bénéfices de la croissance économique de la dernière décennie sont allés pour une très grande part aux Américains les plus fortunés. Envoyez la facture à ceux qui ont fait la fête. Nous avons besoin d’une taxe sur les hauts revenus pour remettre de l’ordre.

Qui décide ?

Nous ne pouvons permettre aux gens qui ont aidé à mettre le désordre d’être responsables de la remise en ordre. Nous avons besoin d’un organe indépendant, géré par un conseil avec des représentants des syndicats et des consommateurs, et ayant le pouvoir de décider des règles pour toute subvention.

Qui en tire profit ?

Nous ne pouvons pas tout simplement subventionner Wall Street et ignorer la Rue. La subvention ne doit pas simplement aller d’en bas vers le haut mais aussi d’en haut vers le bas. Toute subvention doit inclure des dispositions pour renégocier les crédits, le gel des saisies et maintenir les gens dans leur maison.

Qu’est ce qui fait marcher l’économie ?

Ce n’est pas suffisant de subventionner les banques. Nous avons besoin de sérieux investissements publics dans la vraie économie – reconstruction d’écoles et de tout à l’égout, d’emplois dans le domaine de l’écologie et dans la préservation de l’environnement qui remettront les gens au travail.

Qui est indépendant ?

Les comités de supervision et ceux qui supervisent ne doivent pas être financés par Wall Street. Les lobbyistes de l’industrie de la finance devraient être bannis pendant la prochaine année de la périphérie. Les législateurs devraient refuser pendant au moins deux ans des dons venant de Wall Street.

Qui a des comptes à rendre ?

Aucun directeur d’une entreprise subventionnée ne devrait être payé plus que le Président des US.

Le Congrès va-t-il agir avec sagesse pour nous remettre sur le bon chemin ? Ou bien va-t-il gaspiller encore plus d’argent pour Wall Street sans améliorer la situation de l’Amérique ? Il faut absolument aider le Congrès à faire le bon choix.

Rev Jesse Jackson, Sr – 23/09/08 www.counterpunch.org

Titre introduction traduction Mireille Delamarre pour www.planetenonviolence.org

Ce que personne ne dit : le subventionnement va tuer le dollar

Ce que personne ne mentionne dans les médias de masse, dans toutes les discussions sur la proposition de subventionnement de Paulson de 700milliards de $, c’est l’impact que cela aura sur le dollar US.

On nous dit que cet énorme cadeau pour le secteur financier – le renflouement de toutes les mauvaises dettes contractées- se fera pour moitié aux dépends des contribuables. En fait c’est seulement pour un quart car comme le gouvernement US est déjà techniquement en faillite, dépensant plus qu’il n’encaisse chaque année, toute cet argent sera emprunté et s’ajoutera à la dette nationale, ce qui veut dire qu’alors que le vrai coût de 500 milliards de $ de la guerre d’Irak est plus près de 2 mille milliards, le véritable coût du subventionnement de 700 milliards sera de 1.5 -2.5 mille milliards de $.

Mais en dehors de la facture distribuée directement aux contribuables pour cette gigantesque escroquerie, le fait est que d’ajouter à la dette nationale cela va précipitamment tirer le dollar vers le bas face aux monnaies étrangères. Cela se passe déjà alors qu’ils ne font que parler du subventionnement. Le dollar chute face aux monnaies principales l’Euro et le Yen, le Renminbi et la Livre Sterling britannique. Et il va continuer à chuter quand les détails du subventionnement seront connus.

Cela va accroître les pressions déjà fortes dans des pays comme l’Arabie Saoudite et la Chine qui possèdent de vastes quantités de dollars US et des lettres de crédit en dollars, pour qu’ils échangent les dollars contre d’autres monnaies – particulièrement l’Euro et le Yen. La semaine dernière, un article du People’s Daily de Chine (qui est en Chine ce qu’était la Pravda dans l’ex Union Soviétique) la voie officielle de la direction en Chine, a appelé à une telle action. La Russie appelle également à la fin du dollar comme monnaie étalon pour l’économie mondiale.

Depuis maintenant plusieurs années, de nombreux économistes ont prédit la fin du dollar comme monnaie étalon mondial mais ce dernier plan du Trésor US va pousser à un tel changement qui de «un jour le dollar … » va devenir « maintenant le dollar... ».

Tant que le dollar a été la monnaie étalon – monnaie avec laquelle tous les prix des biens essentiels comme l’or et le pétrole étaient fixés, et la monnaie que les nations exportatrices stockent dans leur trésorerie comme réserve – il était protégé du désastre. Mais une fois qu’il va perdre ce statut, il n’y aura plus rien pour le maintenir à flot, et il va rapidement être estimé à sa véritable valeur. On a déjà un aperçu de ce qui va se passer avec les prix du pétrole qui ont flambé en moins d’une heure, (le temps qu’il m’a fallu pour faire des recherches et écrire cet article), de 25%, le bond le plus important de toute de l’histoire du marché du pétrole. Cette hausse était simplement liée à la perte de confiance dans la valeur du dollar, il n’y a pas eu de perturbation dans l’approvisionnement en pétrole. En fait, la demande en pétrole a chuté comme la crise économique s’accroît. Les producteurs de pétrole et ceux qui en font le commerce, ont simplement réalisé que le dollar est entrain de plonger donc ils ont radicalement fait grimper le coût du pétrole en dollars.

Si vous voulez voir vers quoi se dirige le dollar, regardez ce qu’il en est de la monnaie de nations endettées – comme Le Mexique ou le Mozambique. Une nation qui ne produit rien et qui importe la plupart des biens pour satisfaire ses besoins, ne peut pas avoir une monnaie forte.

Cela n’aurait peut être pas trop d’importance si nous avions une économie intérieure qui fonctionnait, où les gens peuvent trouver les biens de consommation courante et les services dont ils ont besoin sans faire appel à l’étranger. Un grand pays comme les US pourrait tout simplement se tourner vers son marché intérieur et fonctionner selon ses propres standards économiques internes…

…Comme l’agriculture a été liquidée dans la plupart du pays, en faveur d’entreprises d’agro business géantes situées dans l’Ouest du pays, la plupart des gens ailleurs n’auront pas de produits locaux disponibles, et le coût du transport de la nourriture de Californie jusque des endroits comme New York ou la Pennsylvanie sera exorbitant une fois que le dollar se sera effondré, comme le prix du pétrole est fixé internationalement. Pendant ce temps, des biens comme les TV, les ordinateurs, téléphones, voitures (ou au moins les pièces essentielles des voitures), les vêtements etc… n’étant plus fabriqués aux US, ils seront donc totalement hors de portée. En ce qui concerne les emplois de services, qui sont supposés avoir remplacé ceux de notre vieux secteur de fabrication, personne ne voudra y avoir recours parce que tout le monde aura juste de quoi survivre, donc le chômage va augmenter.

Bien sûr, des gens avec l’esprit d’entreprise rétabliront des fermes localement, là où elles fleurissaient il y a des décennies, et des petites usines seront construites pour approvisionner en biens de première nécessité, mais cela prendra du temps, et devra répondre aux besoins de gens ayant un niveau de vie bien plus bas.

Pendant ce temps, le secteur bancaire qui est la cause première de ce désastre monumental, ne sera pas touché, car il continuera d'opérer sur la scène internationale se concentrant sur des prêts (mais plus en dollars) aux économies en développement en Asie et en Amérique Latine, et dans l’Est de l’Europe. Et en fait c’est la vraie raison du « sauvetage » de Wall Street.

Il ne s’agit pas de sauver la Rue comme l’affirme Paulson. Avec le subventionnement, la Rue est grillée. Il s’agit d’aider les banques et les banques d’investissement et les compagnies d’assurance, qui sont à l’origine de cette crise, à s’en sortir avec classe, pour que leurs pertes astronomiques soient épongées par le secteur public américain pour qu’elles puissent se concentrer sur leurs opérations à l’étranger et continuer de violer et de piller l’économie mondiale.

Extraits d’un article de Dave Lindorff intitulé “the bailout will kill the dollar” publié le 23/09/08 sur www.counterpunch.org

Tire introduction et traduction Mireille Delamarre pour www.planetenonviolence.org

Dave Lindorff est un journaliste basé à Philadelphie. Son dernier livre : The Case for Impeachment “
( St Martin Press, 2006). Son site www.thiscantbehappening.net




Mercredi 24 Septembre 2008
Mireille Delamarre

Dans la même rubrique :
1 2 3

Humour | EcoDictature Verte | Economie