information critique contre l'islam conquerant supremaciste le terrorisme
Iran

La Voix menaçante captée par les Navires de Guerre US dans le Détroit d’Hormuz venait –t-elle des Vedettes Iraniennes?

Avec d’un côté des officiers de la Flotte US n’étant pas sûrs de ce qui s’est passé, et de l’autre les Iraniens accusant les US d’histoires fabriquées, à qui appartenait cette voix, qui aurait pu déclancher une guerre, tant la pression est grande dans cette zone d’intense trafic maritime ?



La Voix menaçante captée par les Navires de Guerre US dans le Détroit d’Hormuz venait –t-elle des Vedettes Iraniennes?

La transmission radio menaçante entendue à la fin d’une vidéo montrant des manoeuvres pressantes de vedettes de patrouille iraniennes dans le Détroit d’Hormuz ont pu venir d’un plaisantin localement connu des pilotes de bateaux et dénommé l’ »Âne Philippin ».

Depuis que l’incident du 6 janvier a été annoncé publiquement le jour suivant, la Marine US a dit qu’elle ne savait pas vraiment d’où venait la voix. Dans l’enregistrement vidéo publié par le Pentagone le 8 janvier l’écran devient noir tout à la fin et on peut entendre la voix détachée des scènes se passant sur l’eau.

« Nous ne savons pas avec certitude d’où cela venait » a dit le commandant Lydia Robertson, porte parole pour la 5 ème Flotte US stationnée à Barhain. I[« Cela aurait pu être une station émettant de la côte ».]i

Tandis que la menace – « j’arrive sur vous. Vous allez exploser dans quelques minutes » - a été captée pendant l’incident, accroissant la tension, il n’y a pas de preuve de son origine. Et plusieurs officiers de la Marine ont dit que c’était difficile de déterminer qui parlait.

« Sur la base de mon expérience opérant dans cette partie du monde, où il y a beaucoup d’activité maritime, essayer de discerner qui parle sur la fréquence radio est très difficile à faire » a dit le chef des opérations navales l’Amiral Gary Roughead au magazine Navy Times lors d’une brève interview téléphonique aujourd’hui.

Effectivement, la voix dans l’enregistrement audio semble différente de celle appartenant à un officier iranien montré entrain de parler au croiseur Port Royal utilisant l’appareil radio d’un petit bateau, dans la vidéo publiée par les autorités iraniennes. On le voit dans le cadre d’un échange radio demandant à un moment donné au navire de guerre US de changer de fréquence et de passer de la fréquence 16 pont à pont, à une autre fréquence, peut être pour parler à la Flotte sans être interrompu.

De plus, il n’y a pas de bruit de fond dans l’audio publiée par les US, bruit de fond qui aurait du être captée par un appareil radio portable sur un bateau ouvert.

Donc avec d’un côté des officiers de la Flotte US n’étant pas sûrs de ce qui s’est passé, et de l’autre les Iraniens accusant les US d’histoires fabriquées, à qui appartenait cette voix ?

Ces dernières années, les bateaux US opérant au Moyen Orient ont du affronter une voix mystérieuse, profane, connue sous le sobriquet insultant d’« Âne Philippin », probablement appartenant à plus d’une personne écoutant le trafic radio de bateau à bateau et puis intervenant brusquement sur la fréquence en criant des insultes et des diatribes avec des épithètes ignobles.

On dit que des femmes de la Marine – une pilote d’hélicoptère s’adressant à un pétrolier par exemple – qui sont écoutées sur la radio, souffrent de traitements particulièrement dégradants.

Plusieurs pilotes de navire de la Marine interviewés par Navy Times émettent l’hypothèse que l’Âne, ou un imitateur, intervenait en fait dans cette vidéo/audio.

Rick Hoffman, un capitaine à la retraite qui a commandé le croiseur Hue City et passé la plupart de ses 17 ans en mer dans le Golfe a été assailli par le renégat de la radio de façon répétée, souvent sans interruption pendant les « Guerres des Pétroliers », ainsi dénommées, à la fin des années 80.

« Pendant 25 ans, il y a eu ce type mythique là bas qui, heure après heure, criait des obscénités et des menaces » a –t-il dit. « Il pouvait être quelque part sur un embarcadère ou sur le pont d’un navire marchant. »

Et l’Âne a de l’endurance.

« Il avait l’habitude de faire cela toute la nuit ; Ce type est fou, » a-t-il dit. « Mais qui sait combien il y a d’Ânes Philippins ? Cela aurait-il pu être une fausse transmission ? Absolument. »

De plus, Hoffman a dit que les signaux radio ont une manière de voyager sur des longues distances dans cette zone. « Sous certaines conditions météorologiques, je pouvais entendre Bahrain (où est stationné actuellement une partie de la Flotte de guerre US ndlt) du Détroit d’Hormuz. »

Le commandant Jeff Davis, porte parole de la Marine au Pentagone, n’a pu dire si la voix appartenait au plaisantin.

« C’est un circuit international, et nous avons dit en permanence qu’il y avait d’autres bateaux et des stations radio sur la côte dans cette zone » a-t-il dit.

Quand on lui a demandé si des officiers US on envisagé la possibilité que la menace puisse venir d’autres personnes que les iraniens quand ils ont publié la vidéo et l’enregistrement audio, Roughead a dit : « la raison pour laquelle il y a un enregistrement audio superposé à la vidéo c’est pour donner une meilleure idée de ce qui est entrain de se passer. »

De même, Davis a dit que l’audio faisait partie de la « totalité » de la situation et aidait à montrer « le comportement agressif. »

Un autre ancien pilote de croiseur a dit qu’il pensait que l’Âne pourrait être derrière les menaces audio quand il les a entendu au début de cette semaine.

« Cela ne me surprend pas du tout, » a-t-il dit. « Il y a toutes sortes de bavardages sur la fréquence 16. N’importe qui avec un récepteur et un transmetteur peut écouter ce qui se passe. C’est totalement possible et consistant avec l’environnement radio de s’interposer et de faire des commentaires menaçants et penser qu’ils sont drôles. »

Cet ancien pilote a aussi noté à quel point la « menace » radio était calme et claire, alors qu’en général les appels radio provenant de petits bateaux passants sont bruyants et encombrés.

« C’est un environnement dur, on fait des bonds, on se déplace rapidement, beaucoup de vent, de bruit. Ce n’est pas un environnement serein » a-t-il dit. « Cela s’entend comme venant de quelqu’un sur la plage ou sur un grand bateau de passage. »

Il a dit que lui et d’autres croient que l’Âne Philippin c’est plusieurs personnes, et que quiconque va sur la fréquence 16 pour s’amuser est ainsi dénommé instantanément.

« C’était juste une sensation venant des tripes, quelque chose que des marchands ont fait. Des types s’ennuient, un type l’entend, revient un an plus tard et le fait lui-même » a-t-il dit. « Je n’ai jamais pensé que c’était un type, mais que cela vient d’un peu partout. »

L’ancien pilote a noté qu’il prévenait ses coéquipiers de la présence de plaisantins quand ils se préparaient à transiter par Hormuz. « Je leur disait qu’ils vont y entendre des choses qui seront insultantes, » a-t-il dit. « Vous dites à vos coéquipiers qu’ils vont entendre des choses étranges, insultantes, exaspérantes, mais vous devez garder une attitude professionnelle. »

Un marin civil avec de l’expérience dans cette région a dit que le phénomène de l’Âne Philippin est répandu mondialement, et que cela se produit depuis des années.

« Ils viennent et disent d’une voix étrange « Âne Philippin ». Ils peuvent le dire deux ou trois fois. Vous êtes de garde sur le pont et vous surveillez la fréquence 16 et brusquement cela arrive sur la radio. Cela peut arriver n’importe quand. C’est devenu une plaisanterie là bas depuis des années. »

Tandis que cela se passe partout dans le monde, cela a une plus grande chance de se passer dans le Détroit d’Hormuz parce qu’il y a beaucoup de trafic maritime a-t-il dit.

Andrew Scutro et David Brown – 11 janvier 2008 – Copyright NavyTimes /Internet
http://www.navytimes.com/news/2008/01/navy_hormuz_iran_radio_080111/

Traduction Mireille Delamarre pour www.planetenonviolence.org

Video US

Video Iranienne cliquez sur l’icône camera/titre

Information complémentaire - 15/01/08

L'amiral Mike Mullen, à la tête des chefs d'état major de l'armée US, a lui même avoué ne pas savoir si les menaces verbales provenaient effectivement des vedettes iraniennes (AP News 11/01/08).

L'un de nos lecteurs nous a fait remarquer que : " Dans cette histoire, ce qui m'étonne c'est qu'il n'y ait pas de gonio pour localiser l'émetteur. Cette marine américaine truffée d'électronique n'a même pas de gonio ? A qui allez vous faire croire ça ? "

"Un goniomètre, ou plus exactement un radiogoniomètre, est un équipement destiné à mesurer l'angle d'arrivée d’une onde radio....Les radiogoniomètres restent encore principalement utilisés par :
les forces armées dans le but, soit de prévenir de la présence d'un émetteur radio ennemi (alerte), soit de localiser les émetteurs adverses afin d’obtenir des renseignements sur les forces en présence..." ( wikipedia)


Rappel de l’affaire du Golfe du Tonkin

Ce qui vient de se passer dans le Détroit d’Hormuz rappelle pour beaucoup de spécialistes, la fausse attaque dans le Golfe du Tonkin qui a déclanché la guerre du Vietnam il y a 44 ans. Certains experts se sont posés la question : est ce que l’incident du Détroit d’Hormuz n’était pas une répétition de l’affaire du Golfe du Tonkin ?

Rappel des faits.

Le 2 et le 4 août 1964, le USS Maddox et le USS Turner Joy, en patrouille au large des côtes vietnamiennes, ont intercepté des signaux indiquant qu’ils étaient sous attaque vietnamienne. Dans les jours qui ont suivi, le Congrès a voté la Résolution du Golfe du Tonkin, qui a ouvert la voie à l’escalade de la guerre du Vietnam. Cependant comme certains agents des renseignements l’ont suspecté à ce moment là, l’attaque du 2 août a eu lieu après que l’USS Maddox ait d’abord ouvert le feu, selon un compte rendu de l’Agence Nationale de Sécurité de 1995. Cette semaine un autre compte rendu de l’ANS a fait surface, confirmant les soupçons que l’attaque du 4 août n’a jamais eu lieu. Ces faux incidents ont été utilisés pour mener une guerre qui a fait des millions de victimes. Il semble que l’administration Bush, et les médias propagandistes aient sauté sur l’incident du Détroit d’Hormuz pour un éventuel remake de la provocation du Golfe du Tonkin. Deux jours après l’incident, Bush a déclaré « c’est une situation dangereuse… je pense que c’était un acte provocateur ». Provocateur de qui ? Alors qu’il y avait des incertitudes sur l’origine de cette voix, comment et pourquoi Bush a pu allé aussi loin dans ses déclarations ? Notamment en avertissant l’Iran de « conséquences sérieuses » dans le cas de répétitions de tels incidents. S’il y a eu une rapide désescalade, notamment parce que les iraniens ont médiatiquement réagi au quart de tour, l’avertissement de Bush, basé sur des faux incidents, doit être considéré dans toute sa gravité, une menace pour la paix mondiale.

Le grand mensonge: l'Iran est une menace




Dimanche 13 Janvier 2008
Mireille Delamarre

Dans la même rubrique :
1 2 3

Iran