information critique contre l'islam conquerant supremaciste le terrorisme
Anti Sionisme

La Turquie Menace De Rappeler Son Ambassadeur En Israël Suite A Un Incident Diplomatique D’une Extrême Gravité

Avec un ancien videur de boîte de nuit, Avigdor Lieberman, comme ministre des affaires étrangères et son vice ministre, Danny Ayalon, qui ne vaut guère mieux, Israël risque de perdre l’un de ses rares alliés au Moyen Orient. On n’humilie pas impunément les représentants de l’ancien Empire Ottoman.



Photo Gil Yohanan/Ynet
Photo Gil Yohanan/Ynet

Les relations israélo turques sont désormais au plus bas, la Turquie menaçant de rappeler son ambassadeur suite à un incident diplomatique prémédité grave au cours duquel l’ambassadeur turc en Israël, Mr Oguz Celikkol, a été humilié devant la presse.

Le ministre des affaires étrangères israélien, Avigdor Lieberman, un ancien videur de boîte de nuit, fasciste raciste, a dit qu’il exigeait qu’Israël soit traité avec « dignité et respect » par la Turquie. Mais pour Lieberman, cela veut tout simplement dire que la Turquie doit se soumettre aux dictats de Tel Aviv et censurer les médias turcs pour avoir programmer un film montrant les soldats israéliens comme des criminels de guerres. Ce qu’ils sont en réalité.

La guerre d’Israël contre la liberté d’expression n’a plus de limite, les Sionistes interviennent et brandissent l’accusation d’antisémitisme dés que la moindre critique est formulée contre eux, sans oublier qu’ils interdisent l’accès de la Bande de Gaza aux médias depuis 3 ans.

Cette dégradation des relations israélo turcs n’est pas récente et remonte en fait à l’attaque d’Israël contre la Bande de Gaza l’année dernière. A Davos, le premier ministre turc, Recep Tayyip Erdogan, a défendu la dignité de la Turquie en refusant d’être réduit au silence par le président israélien Shimon Peres après qu’il eu défendu avec ferveur l’Opération Plomb Durci à Gaza, alors même qu’aucun dirigeant des puissances occidentales n’avait eu le courage de le faire taire et de lui demander, en privé, de cesser ses justifications, une insulte à la conscience humaine. Shimon Peres est accueilli dans les hauts lieux politiques occidentaux comme s’il était un grand pacifiste alors même que ce n’est qu’un vulgaire criminel de guerre qui en plus a introduit la bombe atomique au Moyen Orient.

Maintenant, on a Lieberman - dont les talents diplomatiques se sont développés lors de son expérience comme videur de boîte de nuit - qui a concocté ce plan avec son vice ministre, un outrage diplomatique prémédité pour humilier l’ambassadeur turc dont le pays n’est pas suffisamment à la botte des Sionistes. Le vice ministre israélien des affaires étrangères, Danny Ayalon, du parti fasciste de Lieberman, Israel Beitenou, semble avoir pensé que si l’ambassadeur de Turquie était obligé de le regarder d’une position d’infériorité littéralement parlant (voir photo ci dessus) cela obligerait la Turquie à «respecter » Israël.

Les faits :

Le ministre israélien des affaires étrangères a fait savoir à l’ambassadeur de Turquie, Mr Oguz Celikkol, qu’Israël était offensé par le film turc « Valley of the Wolves » qui dépeint les soldats israéliens comme des criminels de guerre, ce qu’ils sont.

Le vice ministre des affaires étrangères, Danny Ayalon, a convoqué l’ambassadeur turc, non pas à son bureau au ministère des affaires étrangères mais dans un bureau du parlement israélien, le faisant asseoir sur un siège plus bas que le sien. De plus entorse à la règle diplomatique, il avait convoqué les médias pour une opération photo avant l’entretien disant en hébreu aux photographes au début :

« Remarquez qu’il est assis sur une chaise plus basse et que nous sommes sur des chaises plus hautes qu’il n’y a seulement que le drapeau israélien sur la table et que nous ne sourions pas «.

Des fonctionnaires de l’ambassade turque qui travaillent avec Mr Celikkol ont dit mardi à la radio militaire israélienne, Gaale Tzahal – Israël est l’un des rares pays où son armée à une radio émettant 24h sur 24, principalement de la propagande militariste – que la rencontre avec Ayalon était l’évènement le plus humiliant que celui-ci avait vécu en 35 ans de carrière diplomatique.

Ayalon a été critiqué au sein même de son parti, Israël Beitenou - certains même allant jusqu’à affirmer que sa carrière « diplomatique » était terminée- et également au sein du parti Travailliste, le ministre de l’industrie et du commerce Binyamin Ben Eliezer- qui a su développer avec la Turquie des relations de confiance et qui actuellement fait de même avec l’Inde autre « cible » de la politique étrangère israélienne- disant « le respect montré à Israël n’est pas fonction de la façon dont on humilie un ambassadeur, l’humiliation n’aide pas cela fait du tort ».

Il n’empêche que le premier ministre israélien, Benjamin Netanyahou, qui au début n’était pas au courant de ce plan, la soutenu par la suite dés qu’il en a eu connaissance selon des sources appartenant au bureau de ce dernier.

Mais quiconque connaît la mentalité qui prévaut à Tel Aviv, sait pertinemment que cette humiliation planifiée fait partie de la mentalité sioniste vis-à-vis des « Goyim » (non Juifs) et à fortiori lorsque ceux-ci sont Musulmans.

L’arrogance (Houtzpa en hébreu) sioniste est sans limite en témoigne ici en France celle affichée publiquement par l’agence sioniste du CRIF qui récemment s’est targuée d’avoir fait directement pression par téléphone sur le ministère de la justice pour que les criminels de guerre israéliens ne soient pas inquiétés par la loi en gestation prévoyant de poursuivre pour génocide et crimes contre l’humanité sur le sol français.

Alon Liel, ancien ambassadeur israélien en Turquie a déclaré non sans ironie à la radio Gaale Zahal que « un nouveau type de diplomatie a été inventé » et que Lieberman avait « concocté une nouvelle manière de réprimander ».

« Cette fois, ils l’ont fait asseoir sur une chaise plus basse, la prochaine fois ils le feront ramper et qui sait, peut être que la fois d’après ils le battront à l’entrée. »


Dans les médias turcs ce mercredi, c’est un véritable tollé contre Israël certains appelant à la rupture des relations diplomatiques avec le régime sioniste. « Insolence » titrait ce matin le quotidien turc El Vatan, « Vile conspiration » enchaînait le Sabah, tandis que le journal pro islamiste Yeni Sefak qualifiait cet acte de « méprisable et immoral ».

S’imaginer que le mépris puisse engendrer du respect est inscrit dans la doctrine même du sionisme qui ne peut concevoir le respect que comme quelque chose obtenu sous la contrainte. Israël mise en permanence sur l’efficacité de la contrainte, un réflexe primaire développé au cours de plus de 60 ans d’oppression et de génocide lent menés contre l e peuple palestinien mais qui ne fait que refléter son incapacité à se conduire en état nation responsable. Ce qu’il n’est pas, et ne sera jamais, tout au plus un régime fascisant qui survit sur la base d’un système d’apartheid qui un jour ou l’autre s’effondrera comme se sont effondrés d’autres régimes de ce type avant lui.

Ce que Danny Ayalon et tous ceux qui sont formatés comme lui dans le même moule sioniste montrent stupidement encore et encore c’est leur propre manque de dignité. Ils ne savent pas hélas la profonde différence existante entre le fait de « demander du respect » et celui « d’être digne de respect ».


Mercredi 13 Janvier 2010
Myriam Abraham

Dans la même rubrique :
1 2 3

Mossad Cia et Cie | Boycott Israel | Collaborateurs Des Sionistes | Anti Sionisme | Collaboration Au Sionisme Archives