information critique contre l'islam conquerant supremaciste le terrorisme
Iran

La Secte Politique Iranienne MEK (MKO) et ses Gourous Maryam et Massoud Rajavi

"...Mis à part perpétrer de sanglants attentats visant principalement des civils, hormis la descendance des anciens Moudjahiddine, elle recrute surtout et principalement à l’étranger, par le biais d’un réseau de recruteurs/rabatteurs, et aussi via internet..."



La Secte Politique Iranienne MEK (MKO) et ses Gourous Maryam et Massoud Rajavi

La secte Iranienne MEK (MKO) et ses Gourous Maryam et Massoud Rajavi

La secte Moudjahiddine – e Khalq (Organisation) péjorativement appelée en Iran « Monafeqin » (ce qui veut dire hypocrites) est un groupe qui se revendique d’une idéologie particulière, une sorte de mélange Marxiste - Islamique, dissimulé, pour l’Occident, sous une façade de Militance Féministe. Egalement connue sous le nom d’Iranian National Liberation Army (INLA) le MEK ou MKO a démarré ses activités comme un groupuscule « gauchiste », partie prenante de la Révolution Iranienne ayant renversé le Shah et installé l’Ayatollah Khomeiny à la tête de l’Iran. La première cible du MEK fut donc les Etats-Unis qui soutenait et finançait la dictature du Shah d’Iran. Selon le Département d’Etat US :

« L’arme de choix des Moudjahiddine c’était les bombes, qu’ils ont fréquemment employées contre des cibles américaines. Lors de la visite du président Nixon en Iran en 1972, le MKO a fait explosé des bombes dans plus d’une douzaines d’endroits à Téhéran, dont l’Iran – Américan Sociéty, le US Information Office, et des bureaux de Pepsi Cola et de Général Motors. De 1972 à 1975 les Moudjahiddine ont continué leur campagnes d’attentats à la bombe, endommageant des cibles telles que Pan American Airlines, la Shell Oil Company, et des organisations britanniques ». C’est ainsi qu’ils se sont retrouvés sur la liste terroriste US.

Le MEK a aussi participé en 1979 à la prise de l’ambassade américaine à Téhéran. Après la chute du Shah, les relations entre le MEK et les Shi’ites orthodoxes de l’Ayatollah Khomeiny se sont dégradées et ils ont été attaqués par les Gardiens de la Révolution. Le MEK a commencé à lancer des attaques terroristes contre le gouvernement islamique visant des civils. Pendant la guerre Irak –Iran, ils ont fait alliance avec Saddam Hussein qui les a financé et leur a donné refuge sur le territoire de l’Irak, ce qui a eu pour effet de les isoler totalement des iraniens. C’est donc un groupe qui ne représente que lui-même n’a aucune assise populaire à l’intérieur de l’Iran, souvent d’ailleurs très mal vu, considéré comme traître. Par leur alliance avec Saddam Hussein ils se sont également fait beaucoup d’ennemis au sein même de l’Irak. Le MEK a été utilisé par Saddam Hussein pour combattre la rébellion des Kurdes d’Irak dans le Nord, et ils ont également participé à l’écrasement du soulèvement des Shi’ites dans le Sud.

Quand les US ont envahi l’Irak en 2003, la question s’est alors posée au sein de l’administration Bush sur quoi faire avec le MEK. Les néo conservateurs au sein du Pentagone, et notamment Douglas Feith du Bureau des Plans Spéciaux, voulaient utiliser la secte dans leur prochaine étape pour « démocratiser le Moyen Orient » et déstabiliser l’Iran. Le néo conservateur et sioniste bien connu Daniel Pipes, qui est devenu membre du conseil d‘administration d’une boîte à penser néo con « US Institute of Peace » a fait la promotion du MEK au sein de l’administration. Bush, vantant ce groupe comme « une force légitime pour la démocratie et le changement de régime au Moyen Orient ». Drôle de façon de caractériser un groupuscule au culte totalitaire dont l’engagement pour la démocratie consiste à proclamer unilatéralement Maryam Rajavi, la femme du chef militaire de la secte Massoud Rajavi, «la Présidente Elue« de l’Iran.

Le Département d’Etat ayant inscrit ce groupe sur sa liste d’organisations terroristes, il a refusé de s’en servir contre Téhéran. Le groupe est néanmoins protégé par Washington puisqu’il stationne sur le territoire irakien et mène des opérations clandestines transfrontalières et à l’intérieur du territoire iranien comme mercenaires sous contrôle des néo cons US, bien que supposé avoir été désarmé par les forces américaines. Au début ces velléités de désarmement ont provoqué la fuite de la « Présidente d’Iran », Maryam Rajavi, en France où jusqu’à récemment cette secte était considérée comme un groupe terroriste, ce qu’il est toujours vis-à-vis de l’UE. Son mari, lui, est resté en Irak.

Maryam Rajavi, née Qajar – Azedanllo, a vu le jour en 1953 à Téhéran, dans une famille bourgeoise. Elle s’est impliquée adolescente dans le mouvement pour chasser le Shah et a rejoint le MEK alors qu’elle étudiait à l’université. Elle s’est présentée à l’élection générale de 1980 contre des candidats pro Khomeiny. Elle a participé avec son futur mari Massoud Rajavi a à des manifestations contre le nouveau gouvernement. En 1981 un certain nombre de dirigeant du ME ont été exécuté suite à des assassinats perpétrés contre des hauts responsables iraniens et Maryam Rajavi a du s’exiler à Paris. Mais Maryam Rajavi ne serait rien sans son mari. Le « coup » qui a métamorphosé le groupe et l’a réduit à une sorte de secte, limité au culte mari et femme, a eu lieu lorsque Massoud a volé la femme de son collègue. Massoud Rajavi est tombé amoureux d’elle et a inventé un programme politique complet pour en faire une reine révolutionnaire, afin aussi de justifier son divorce d’avec son premier mari. Car travailler ensemble et ne pas se marier aurait été une violation de la loi islamique. Il a idéalisé son divorce et l’a appelé « une révolution culturelle ». L’historien et auteur de « The Iranian Mujahedeen » Ervand Abrahamian a dit que « Rajavi imitait le prophète - - Mohammed - - qui a épousé la femme de son fils adoptif pour montrer qu’il pouvait dépasser les règles conventionnelles – C’est pure blasphème ». Rajavi aime être entouré de femmes au niveau des infrastructures de commande, appelant cela une « révolution constitutionnelle ». Cette supposée militance féminisme, le MEK s’en ait servi dans sa propagande en direction de l’Occident pour contrer les restrictions placées sur les femmes en Iran. (Les femmes représentent 1/3 des effectifs de la secte). En 1985 les Rajavi se sont mariés. Suite à des pressions du gouvernement français de l’époque, les Rajavi ont quitté la France et se sont réfugiés en Irak. En 1987, le National Liberation Army (NLA) a été crée comme branche militaire du MEK. Maryam Rajavi en est devenue vice commandante en chef et le groupe a revendiqué des incursions armées en Iran. En 1993, le ME a officiellement été placé sous contrôle du NCR (National Council of Resistance of Iran, une organisation écran créée en 1981 par Massoud Rajavi et un l’ancien président exilé Bani Sadr.

S’appelant maintenant le « parlement » iranien en exil, le NCR s’est empressé d’élire Mrs Rajavi comme future « présidente » intérimaire d’Iran. A la suite de cette « élection » elle a démissionné de ces autres fonctions à la fois au MEK, au NLA, laissant leur direction à son mari. Maryam Rajavi a beaucoup voyagé à l’étranger pour disséminer la propagande de sa secte auprès des exilés iraniens, non sans un certain succès d’ailleurs car, comme tout habile Gourou, elle sait se servir de son charisme pour faire des adeptes. Le MEK porté sur la liste terroriste aux US et dans l’UE, ses déplacements se sont faits de plus en plus rares, et ses apparitions de même que celles de son mari se sont faites principalement par vidéo. Pourtant depuis peu, alors que la propagande contre le nucléaire iranien bat son plein dans les capitales européennes et américaine, on a assisté à un retour en grâce de cette secte et de son couple de Gourous.

Sur la secte : mis à part perpétrer de sanglants attentats visant principalement des civils, hormis la descendance des anciens Moudjahiddine, elle recrute surtout et principalement à l’étranger, par le biais d’un réseau de recruteurs/rabatteurs, et aussi via internet, des jeunes en perdition souvent accro aux drogues, certains présentant des troubles de la personnalité, mais aussi des jeunes ados iraniens exilés, déboussolés. Ils sont endoctrinés par les ouvrages écrits par la Gourou Maryam, envoyés en Irak et soumis à un entraînement militaire intensif (conduite de tanks, manipulation à l’arme lourde…). Ces recrues doivent pouvoir servir de chair à canon lors d’attaques en territoire iranien à l’exemple de ce qui s’est passé en 1988 après le cessez le feu Irak Iran. Massoud Rajavi a ordonné à des milliers de ses combattants lors de ce qu’il a appelé « l’Opération Eternal Light « (Opération Lumière Eternelle ») de se lancer à l’assaut du territoire iranien. Deux mille Moudjahiddine parmi eux les parents, maris, épouses de ceux qui se trouvent actuellement en Irak, ont été tués par les Gardes de la Révolution. La secte est constituée, hors les nouvelles recrues, de trois générations de Moudjahiddine. La plupart ont été éduqués dans des écoles de la secte à Ashraf, et ont vécu séparés de leurs parents. Quand l’Irak a envahi le Koweït, ces jeunes ont été acheminés clandestinement en Jordanie puis de là vers des pays européens comme la France, l’Allemagne, le Danemark, la Grande Bretagne mais aussi le Canada et les US où ils ont été éduqués par des supporters des Moudjahiddine dans des écoles de la secte, les plus réputées étant en France. Endoctrinés, ils vouent une adoration quasi mystique aux Rajavi, ce couple de Gourous.

Cette secte fonctionne comme toutes les autres sectes : les Moudjahiddin n’ont pas accès aux journaux, TV et radio autres que celles qui sont autorisées. L’historien Abrahamian a dit :

« Personne ne peut critiquer Rajavi et tout le monde doit se soumettre à des séances d’auto critique de routine. Tout cela est enregistré, de sorte qu’ils ont des traces de ce que chacun a dit. Si quelqu’un montre des signes de résistance, il est alors considéré comme pas suffisamment révolutionnaire et comme ayant besoin de plus de formation idéologique. Ou bien les personnes s’échappent ou elles succombent à la pression. »

Un autre historien iranien qui vit en exil Salahaddin Mukhatadi, et qui a gardé des contacts avec les Mujahedeen a dit «que les membres des Moujahedeen sont enfermés s’ils ne sont pas d’accord et parfois tués».

Ces affirmations sont corroborées par un Moudjahiddine qui s’est enfui de la secte il y a plusieurs années, et qui a dit que ce n’était pas possible d’avoir des relations d’amitié car l’idée de Maryam c’est de tuer toute relation basée sur l’émotion : «elle appelle cela « assécher la base » - ils n’arrêtaient pas de nous dire que chacune de nos émotions devait se porter sur Massoud, Massoud = Direction, Direction = Iran. La ségrégation entre filles et garçons commencent pratiquement chez les nourrissons, les filles ne doivent pas parler aux garçons, si on les attrapent elles sont sévèrement punies ».

Bien qu’eux même vivent en couple, les Rajavi forcent les autres à rester célibataires, ils doivent en faire le vœu, les filles ne peuvent avoir des enfants, et les « anciens » Moudjahiddine ont du divorcer dans les années 80. La doctrine du couple Rajavi c’est « nous sommes en guerre, et les soldats ne peuvent avoir d’épouses ou de maris ». Toujours selon cet ex recru Moudjahiddine, vous devez aller au rapport tous les jours et confesser vos pensées et vos rêves. Ils forcent les hommes à révéler qu’ils ont eu des érections quand ils sentent le parfum d’une femme. Les hommes et les femmes doivent participer à des « séances hebdomadaires de nettoyage » au cours desquelles ils confessent publiquement leurs désirs sexuels. Non seulement c’est une forme de contrôle mais aussi une manière de détruire toute forme de pensée individuelle.

Sources de certaines informations :
www.antiwar.com, www.bbc.co.uk,
cscs.umich.edu/~crshalizi/sloth/2003-07-15.html

Synthèse Mireille Delamarre pour www.planetenonviolence.org

Nucléaire Iranien et Faux Documents venant du MEK/Mossad et transmis à l'AIEA








Dimanche 2 Mars 2008
Mireille Delamarre

Dans la même rubrique :
1 2 3

Iran