information critique contre l'islam conquerant supremaciste le terrorisme
archives Armement Sécurité Stratégies Militaires

La Russie s’oppose à des sanctions contre l’Iran

Selon le ministre russe Sergei Lavrov qui a été ambassadeur russe au Conseil de Sécurité de l’ONU de 1994 à 2004, et qui s’est exprimé sur le problème du programme nucléaire iranien, cela a vraiment un air de "déjà vu" en faisant allusion à ce qui s’était passé avec l’Irak. Il a ajouté que des sanctions dans l’histoire récente avaient échoué et qu’il n’y avait pas de solution militaire à cette crise.



La Russie s’oppose à des sanctions contre l’Iran

La Russie s’oppose à des sanctions contre l’Iran

Le ministre des affaires étrangères russe Sergei Lavrov a déclaré mercredi que d’imposer des sanctions au Conseil de Sécurité de l’ONU contre l’Iran serait ineffectif pour convaincre celui-ci de revoir ses ambitions nucléaires à la baisse selon une dépêche de l’agence Reuters.

Sergei Lavrov a également dit aux journalistes après sa rencontre avec le secrétaire général de l’ONU Kofi Annan qu’il s’était opposé à toute action militaire et avait des doutes sur les mesures que les pays occidentaux (Europe et Etats-Unis) pourraient proposer au Conseil de Sécurité.

Plusieurs heures après qu’il se soit exprimé, les 5 membres du Conseil de Sécurité se sont rencontrés pour discuter d’une déclaration que la Grande Bretagne, La France, et les Etats-Unis sont entrain de préparer pour être éventuellement adoptée la semaine prochaine.

La déclaration aurait du demander un rapport de l’AIEA dans les 30 jours sur la coopération de l’Iran avec celle-ci, et si l’Iran avait suspendu ses activités nucléaires, selon des sources diplomatiques.

Mais un délégué, parlant sous couvert de l’anonymat a dit que la Grande Bretagne voulait maintenant un délais de 14 jours, alors qu’aucune décision immédiate n’avait été prise parmi les 5 – Les Etats-Unis, la Russie, la Chine, la Grande Bretagne et la France.

Lavrov a fait clairement comprendre qu’il voulait que ce soit l’AIEA plutôt que le Conseil de Sécurité qui s’occupe du problème iranien.

"Nous devrions tous chercher une solution qui ne mette pas en péril la capacité de l’AIEA à continuer son travail en Iran, tout en faisant en sorte bien sûr que le régime de non prolifération ne soit pas en danger" a –t-il dit.

On lui a posé des questions sur d’éventuelles sanctions, et il a répondu : " Je ne pense pas que des sanctions pour résoudre une crise n’aient réussi dans l’histoire récente."

"Nous devons nous reposer sur les conseils professionnels de l’AIEA, l’agence responsable du régime de non prolifération" a-t-il ajouté.

Lavrov a dit que la situation lui faisait penser aux années pendant lesquelles des sanctions ont été imposées à l’Irak et à l’invasion américaine qui a suivi.

Cela à vraiment un air de "déjà vu, vous savez" a dit Lavrov, autrefois une star comme ambassadeur russe au sein du Conseil de Sécurité entre 1994 et 2004. " J’ai déjà répondu à ces questions pour l’Irak, et je ne crois pas que nous devrions nous engager dans quelque chose qui peut se révéler être une prophétie auto réalisatrice."

On a également posé des questions à Lavrov concernant les remarques faites par Cheney (vice président américain) qui a dit que la communauté internationale est prête à imposer des conséquences significatives, si l’Iran ne se conformait pas aux exigences de celle-ci.

Lavrov a dit qu’il ne commenterait pas les propos de Cheney mais plus tard il a ajouté :" nous sommes convaincu qu’il n’y a pas de solution militaire à cette crise".

Un rapport envoyé par le directeur général de l’AIEA Mohamed ElBaradei au Conseil de Sécurité servira de base pour une action de l’ONU. Le Conseil de l’AIEA a décidé il y a un mois d’envoyer le dossier du programme nucléaire iranien devant le Conseil de Sécurité.

Si le Conseil de Sécurité adopte effectivement une déclaration initiale, la prochaine étape sera difficile. Normalement, une résolution plus sévère devrait suivre demandant que l’Iran se conforme aux exigences et faisant allusion aux conséquences.

Mais les pays occidentaux n’ont pas l’accord de la Russie et de la chine sur ces demandes strictes.

Les Etats Unis et les européens veulent faire monter lentement la pression, fixer des calendriers, des dates limites, et puis envisager des mesures drastiques, pouvant aller de l’interdiction de voyager pour les responsables politiques iraniens jusqu’aux sanctions sur la vente d’équipement pétrolier à l’Iran.

Une résolution a besoin d’un minimum de 9 voix au Conseil de Sécurité et sans veto. Une déclaration de politique, qui a moins de poids nécessite l’approbation des 15 membres.

Malgré le fait que des sanctions ont peu de chance d’être imposées, l’Iran s’est battu pour éviter que son dossier nucléaire ne soit référé devant le Conseil de Sécurité lui donnant ainsi un statut de paria et pouvant conduire à des actions plus dures.

Les Etats-Unis croient que l’Iran, qui insiste que son programme nucléaire est pour fabriquer de l’énergie à des fins pacifiques, est une couverture pour apprendre à fabriquer une bombe.
Une enquête de 3 ans menée par l’AIEA n’a pas trouvé d'indice suspect, mais l’agence n’a pas pu non plus déterminer si le programme nucléaire était seulement à des fins pacifiques.

Source russe www.mosnews.com

AIEA/IRAN – Les exigences de l’AIEA, sous pression américaine, sont –elles légales ?

non-violence infos: Accord nucléaire Bush/ Inde : Bush et l’Inde relancent la course à l’armement nucléaire

AIEA/IRAN: Communiqués de l'agence du 6 et 8 mars 06


Jeudi 9 Mars 2006
Mireille Delamarre

Dans la même rubrique :
1 2 3

Humour Les Folles D'Allah | Terrorisme Islamo-fascisme | International | Immigration clandestine | France XXI | Communautarisme Islamisation racialisation | Europe | Empire USioniste du Chaos | LIBERTE D'EXPRESSION D'INFORMATION | COLONIALISME JUDEO SIONISTE | GUERRE DE L'INFORMATION | Propagande | DICTATURE UE | PALESTINE | FRANCE | MONDE ARABE | ASIE | archives Armement Sécurité Stratégies Militaires | archives Droit International ONU | archives histoire traditions 2004-2008 | archives sciences écologie 2004-2008 | archives société 2004-2008 | archives culture | archives ressources educatives | archives informations 1 | archives informations 2