information critique contre l'islam conquerant supremaciste le terrorisme
OTAN

La Georgie Dans L’OTAN ?

Conséquence des attentats du 11 Septembre : l’OTAN a adopté la doctrine US de frappe préventive nucléaire. La Georgie - son gouvernement instable, irresponsable soutenu par les néocons américains - intégrée à l’OTAN, constitue une véritable menace de conflagration nucléaire et de destruction pour le continent européen.



La Georgie Dans L’OTAN ?

Le bon vieux temps te manque George ? Ouai peut être un peu...
Le bon vieux temps te manque George ? Ouai peut être un peu...
Les néocons, Bush, Cheney et McCain en tête, poussent à l’intégration de la Georgie dans l’OTAN. Cette pression doit être vue dans le contexte de la nouvelle politique étrangère américaine en Europe de l’Est s’appuyant sur 5 points de développement :

1) La nouvelle politique visant à restreindre l’influence de la Russie
2) Les plans de déploiement de systèmes régionaux balistiques de défense anti missiles à la périphérie de la Russie
3) Les relations post guerre froide des US –Russie- Georgie
4) L’expansion vers l’Est de l’OTAN
5) L’importance géopolitique de la Georgie en lien avec les pipelines de pétrole et de gaz.


La nouvelle politique US visant à restreindre l’influence de la Russie - tout comme la stratégie identique mise en place à l’époque de la Guerre Froide - a pour but d’encercler la Russie de bases militaires US, de forces armées et d’alliances hostiles. A l’époque, cette politique, qui visait à contenir l’expansion du communisme de l’ex Union Soviétique, constituait la pièce maîtresse de la politique sécuritaire américaine à l’étranger. A la fin de la Guerre Froide en 1991, les US n’ont pas mis un frein à cette politique, mais, bien au contraire, avec la fragmentation de l’ex Union Soviétique en une multitude de petits états nations entourant la Russie, elle s’est développée de manière extensive. L’actuelle direction russe n’est pas plus favorable à cet encerclement que ne l’était celle de l’ex Union Soviétique pour des raisons qui n’ont rien d’idéologique, mais tout simplement parce que Moscou le perçoit, à juste titre, comme une menace existentielle. La Russie et la Chine restent les principaux « ennemis » de Washington sur la scène internationale.

A l’origine du programme de déploiement de systèmes anti missiles, plus connu sous le nom de «Guerre des Etoiles », on trouve l’Administration de Ronald Reagan. Le Pentagon a dépensé des dizaines de milliards de dollars depuis le discours de lancement par Reagan en 1983 de ce programme. Les US ont conclu récemment des accords avec la Pologne et la République Tchèque, pour installer sur le territoire de la première des missiles patriotes et sur celle de la deuxième le radar allant avec. C’est la Russie qui est visée et Moscou a immédiatement réagi en prévenant ses voisins polonais et tchèques qu’ils seraient dans leur ligne de mire car la doctrine russe de frappe préventive nucléaire s’applique à tout pays, y compris celui ne possède pas ses propres armes nucléaires, mais abrite ce genre de système installé par un pays tiers puissance nucléaire.

Après l’effondrement de l’Union Soviétique, la politique étrangère US sous l’Administration de H.W.Bush (Bush père) a considéré les disputes territoriales dans le Caucase, dont celles concernant la Georgie, comme des problèmes internes à la Russie. Au début des années 90, le chaos prévalait en Georgie : guerres civiles, un coup d’état, et différents conflits ethniques. En 1995, la Banque Mondiale, le FMI et l’Allemagne ont prêté des millions de dollars à la Georgie. En 2003, le président Shevardnadze a été renversé par la «Révolution Rose».En 2004 Saakashvili s’est installé au pouvoir, soutenu par les Américains. Comme marque de soutien, G.W. Bush s’est rendu en Georgie en 2005.

En plus de demander son intégration au sein de l’OTAN, la Georgie a entrepris le long processus visant à devenir membre de l’Union Européenne. Après l’effondrement de l’Union Soviétique et la dissolution du Pacte de Varsovie, l’extension première de l’OTAN vers l’Est s’est réalisée avec l’intégration de l’Allemagne réunifiée en 1990, qui s’est faite avec l’accord de la Russie à condition, et les Russes avaient reçu des assurances sur ce point, que l’OTAN se cantonne à la partie est de l’Allemagne. Les US et les pays européens membres de l’OTAN n’ont pas tenu leur promesse. A la fin des années 90, l’OTAN, sans l’accord de l’ONU et alors que Moscou manifestait sa totale opposition, a entrepris sa première opération militaire contre la Yougoslavie. Peu après, en 1999, la Hongrie, la Pologne, la République Tchèque, ont rejoint l’Alliance, au grand dam de Moscou.

Après les attaques du 11 Septembre, l’OTAN a invoqué l’Article 5 – une attaque contre l’un des états membres est une attaque contre tous – pour commencer, entre autres, à patrouiller les mers à la recherche d’éventuels « terroristes » et d’armes de destruction massive, en toute illégalité, sans qu’il n’y ait eu sur ces patrouilles de directive votée par une organisation internationale telle l’ONU. Depuis 2003, l’OTAN joue un rôle majeur dans la guerre d’occupation de l’Afghanistan. En 2004, avaient rejoint l’OTAN, les états de la Baltique : Estonie, Lituanie, Lettonie, et la Slovaquie, la Bulgarie, et la Roumanie. Au sommet de l’OTAN d’avril 2008, l’Albanie et la Croatie ont démarré le processus d’adhésion et il a été décidé de considérer favorablement la demande de la Georgie et de l’Ukraine sans toutefois que le processus d’adhésion ne soit enclanché. Autres futurs membres : la Bosnie Herzegovine et le Monténégro. L’expansion à l’Est pour encercler la Russie est pratiquement achevée.

Le fait de devenir membre de l’OTAN permet de bénéficier en matière de défense de multiples avantages : des centaines de milliers de troupes, des milliers de tanks et d’avions, et des centaines de navires, tous en état d’alerte, prêts à défendre la sécurité des membres de l’Alliance. En plus de ces armements, équipements et matériels conventionnels, sous l’égide de l’OTAN se trouve regroupées les forces nucléaires les plus importantes de la planète : des milliers de bombes et têtes nucléaires des US, de la Grande Bretagne et de la France. Une partie des armes nucléaires US sont réparties sur le territoire de certains pays européens tels la Belgique, l’Italie, l’Allemagne, la Grande Bretagne (+ La Turquie qui fait partie de l’OTAN). L’Alliance s’est engagée à utiliser ses armes nucléaires pour défendre ses états membres, même si l’attaque de l’un ou de plusieurs membres n’est pas de type nucléaire, et comme écrit précédemment, d’utiliser éventuellement ces armes nucléaires dans le cadre d’une frappe préventive.

Cette menace d’utilisation préventive de l’arme nucléaire est la pierre d’angle de la doctrine de défense de l’OTAN. Dans les années 80, les partisans de cette attaque préventive nucléaire au sein de l’Alliance la justifiaient en disant que les forces du Pacte de Varsovie bénéficiaient de l’avantage du nombre en matière d’armes conventionnelles. L’OTAN a refusé à l’époque l’offre faite par l’Union Soviétique de NFU ( No First Use) de ne pas utiliser une frappe préventive nucléaire. Ni la chute du mur de Berlin, ni l’effondrement de l’Union Soviétique n’ont rien changé à cette doctrine de l’OTAN, de première frappe nucléaire préventive. Elle est toujours valide actuellement et s’étend donc par conséquent à tout nouvel état membre, dont la Georgie, si le processus d’adhésion est enclenché en fin d’année comme le veulent les américains.

La Georgie, a lancé dans la nuit du 7 au 8 août une attaque barbare contre l’Ossétie du Sud, à laquelle la Russie, en soutien à ses troupes de maintien de la paix et à la population ossète, a répondu en écrasant en quelques jours l’armée georgienne.

Si la Georgie était déjà membre de l’OTAN, l’OTAN appliquant sa doctrine de première frappe nucléaire, et Moscou la sienne, c’est à un embrasement nucléaire en Europe que le reste du monde aurait assisté.

L’OTAN, manipulée par les Etats Unis contre la Russie, avec l’assentiment servile irresponsable et suicidaire des états membres européens dont la France, ne protège en rien l’Europe, au contraire.

Elle constitue, de part son expansion à l’Est et sa doctrine de guerre nucléaire préventive, une menace de destruction du continent européen.

Eurasie et pipelines

Samedi 13 Septembre 2008
Mireille Delamarre

Dans la même rubrique :
1 2

TERRORISME | Impérialisme US | OTAN | changements stratégiques géopolitiques | archives Impérialisme Américain 2005-2008