information critique contre l'islam conquerant supremaciste le terrorisme
Sarkozie

La France finance l'armenent d'Israël -Collaboration EADS-IAI sous contrat français

Pendant que nos représentants se félicitent officiellement de la position «équilibrée» de la France au Moyen Orient, la collaboration avec Israël n’a jamais été aussi importante que ces deux dernières années. Alors qu’Ariel Sharon dénonçait (juillet 2004) une France antisémite, nos politiques, eux, organisaient le soutien sur le terrain à la politique expansionniste d’Israël… Un débat parlementaire et médiatique sur la collaboration militaire inclus les transferts de technologie va-t-il avoir lieu sur ce sujet ? Quelle est la position de nos candidats à l’élection présidentielle ?



Drone Eagle 1 développé par EADS et IAI
Drone Eagle 1 développé par EADS et IAI

La France, Israël et le marché de l’armement. Pour tourner autour du sujet : un tramway

Pendant que nos représentants se félicitent officiellement de la position «équilibrée» de la France, la collaboration avec Israël n’a jamais été aussi importante que ces deux dernières années. Alors qu’Ariel Sharon dénonçait (juillet 2004) une France antisémite, nos politiques, eux, organisaient le soutien sur le terrain à la politique expansionniste d’Israël…

Ainsi en est-il de la construction d’un tramway reliant Jérusalem à des colonies de Cisjordanie, contrat décroché par des industriels français grâce à l’implication de nos services diplomatiques. Un article de Françoise Germain-Robin dénonçait ce « tramway de la honte » dans L’Humanité (18 novembre 2005) :

"Deux sociétés françaises, Alstom et la Connex, ont signé en juillet dernier à Tel-Aviv, en présence de l’ambassadeur de France, un accord pour la construction d’un tramway reliant Jérusalem à plusieurs colonies israéliennes de Cisjordanie en traversant les territoires palestiniens annexés et occupés illégalement par Israël depuis 1967.

C’est que le mur comme le tramway, ces faits accomplis imposés au peuple palestinien en saccageant leur présent et leur avenir, sont parfaitement illégaux et inacceptables aux yeux du droit international et du simple droit humanitaire."


L’universitaire François Dubuisson exposait l’illégalité de la participation française à un tel projet en décembre 2005 :

"Le fait que le contrat ait été conclu par des sociétés privées ne signifie aucunement que l’État français soit déchargé de toute obligation concernant cette situation."

Il explique d’abord que l’aide diplomatique à l’obtention des contrats implique directement l’État français :

"... il apparaît que les autorités françaises ont joué un rôle actif de promotion dans la passation du contrat... Par cette attitude d’aide et d’encouragement à la réalisation par des sociétés françaises du projet de tramway, et ce en dépit de ses implications, la France a certainement manqué à son obligation de non-assistance et de non -reconnaissance de la politique d’annexion et de colonisation de Jérusalem-Est et de ses alentours."

Il explique surtout que la 4e Convention de Genève impose à la France de faire respecter les conventions par ses ressortissants ; non seulement l’État doit-il respecter les conventions, il doit par ailleurs les faire respecter par ses citoyens :

"Cette obligation prend sa source dans l’article 1er commun aux conventions de Genève, qui énonce que « les Hautes Parties contractantes s’engagent à respecter et à faire respecter la présente Convention en toutes circonstances ». Elle implique de prendre les mesures nécessaires pour s’assurer que des ressortissants français n’apportent pas de contribution au renforcement de la présence d’implantations juives dans et autour de Jérusalem-Est, qui est contraire à l’article 49 de la 4e Convention de Genève."

La collaboration EADS-IAI sous contrat français

Venons-en au sujet qui fâche. Les contrats d’armement entre mon pays, la France, et le pays qui vient de détruire le Liban, de massacrer sa population, en commettant chaque jour des crimes de guerre.

Petit rappel historique : depuis 1967-1968, la France avait cessé (officiellement) toute collaboration militaire avec Israël. Voici le résumé que Wikipedia fait de ces événements :

"La rupture de cet équilibre eu lieu au mois de juin 1967 avec l’attaque surprise de la chasse israélienne sur les aérodromes égyptiens. Fort de ses soupçons sur l’imminence d’un conflit, le 2 juin, le général De Gaulle vint à décréter un embargo préventif sur les ventes d’armes à destination du Proche-Orient. Pris entre les intérêts systémiques de son allié français et la perception d’une menace à ses frontières, Israël fit le choix de l’assaut.

La guerre des Six Jours allait dès lors marquer le début de la rupture entre Paris et Jérusalem, la fin graduelle d’une alliance jadis née à l’aube de Suez et mise à mal une décennie plus tard.

Le président français avait déjà tenté de dissuader ses alliés israéliens de passer à l’attaque, en envoyant un signal ferme par le biais d’un embargo sur les livraisons d’armes. Or, devant l’intransigeance de ses homologues, De Gaulle vint à rendre son verdict, le communiqué du conseil des ministres du 15 juin 1967 condamnait ainsi l’« agression israélienne » et réaffirmait le refus de la France de tenir pour acquis aucun fait accompli. Le chef de l’État avait aussi donné pour mission à son gouvernement de dénoncer l’attitude de l’État hébreu devant l’Assemblée nationale ainsi qu’à l’ONU. Dans cette optique, les nouvelles orientations gaullistes supposaient une rupture nette, en réalité, derrière les mots accusateurs se cachait une réalité plus nuancée. L’embargo sur les armes décrété à la veille du conflit, n’avait été ainsi que partiellement respecté. Des pièces détachées et du matériel, continuaient à être acheminés secrètement vers Israël.
...
Mais la rupture fut consommée entre les deux États en décembre 1968 avec une attaque israélienne au Liban. En riposte à un attentat anti-israélien sur l’aéroport d’Athènes, Tsahal avait lancé une opération de rétorsion sur l’aérodrome de Beyrouth. Opposé à la théorie des représailles, le président français proclama l’effectivité totale du boycott des armes à destination d’Israël. La France n’entendait plus épauler un allié qui refusait ses mises en garde et dont le statut de belligérance avec ses voisins, rendait impossible l’équilibre régional qu’elle avait envisagé jusqu’à la veille du conflit."


En juin 2004, le ministère des Affaires étrangères et le ministère de la Défense annoncent avec fierté la conclusion de contrats militaires entre la France et Israël.

La presse relate l’événement, rappelle vaguement le boycott depuis 1967, mais rigoureusement aucun débat démocratique n’intervient sur le sujet. Malgré l’importance de la décision, un lourd silence remplace toute forme de contestation. Le communiqué officiel est lui-même très vague, à la limite du mensonger :

I["Ce que Mme Alliot-Marie a annoncé hier, c’est la commande à EADS, associé notamment à DASSAULT et à THALES, d’un démonstrateur de drones, Moyenne Altitude Longue Endurance, pour un montant global de 300 millions d’euros pour lequel les industriels apporteront eux-mêmes 150 millions d’euros.
...
Ce qui est vrai, c’est que dans le passé, EADS a travaillé avec IAI sur certains aspects des drones. Il a, ainsi, dans le passé, acheté, des drones HUNTER, ceux-là mêmes qui ont réalisé la surveillance des cérémonies du 60ème anniversaire du Débarquement le 6 juin dernier. Il y a eu, au début des années 1990, l’acquisition auprès d’IAI de drones. L’armée de l’Air les a expérimentés et utilisés." ]i

On découvre alors que, tout de même, la coopération remonte à 1993 :

I["JFB : En ce qui concerne le volume de nos échanges en matière militaire, il s’agit aujourd’hui, pour l’essentiel, des suites du contrat Hunter de 1993, c’est-à-dire, de la maintenance et de la mise à jour technologique. Ce sont des opérations relativement légères. La moyenne annuelle de nos acquisitions entre 1993 et 2002 a été de 14MEuros, soit un montant très limité." ]i

Magie des gros sous : le « montant très limité » de 14 millions d’euros pendant dix ans, ça approche tout de même le milliard de francs. Puis :

"Question : Êtes-vous en mesure de démentir les informations provenant d’Israël selon lesquelles il y a des négociations avec la France et qu’un accord est sur le point d’être signé pour un montant de 200 millions de dollars sur les drones ?
JFB : Je n’ai aucune information qui le confirme."


L’année suivante, en juin 2005, la collaboration entre les industriels français et Israel Aircraft Industries (IAI) est décrite avec plus de précision par « Armees.com ».

"Officiellement, ces engins sont français. Mais dans le vaste hangar de Malat, filiale d’Israel Aircraft Industries (IAI), spécialisée dans les drones (avions sans pilote), ce sont des techniciens israéliens qui s’affairent autour des trois Eagle One destinés à la France. Le ministère français de la Défense est en train d’acheter à l’Etat hébreu l’un de ses futurs systèmes de combat les plus pointus, un avion de reconnaissance sans pilote. Mais il évite soigneusement de le crier sur les toits du Salon du Bourget, préférant mettre en avant EADS, le partenaire d’IAI. Pas question pour la France de s’afficher trop ostensiblement aux côtés d’Israël, alors que les marchés arabes restent l’un des principaux débouchés de l’industrie d’armement.
...
« Transfert de technologie ». Après l’achat des Hunter en 1995, le programme Eagle One n’est que le deuxième étage d’une coopération plus large en matière de drone entre la France et Israël. Un troisième est déjà en cours, avec le futur EuroMale d’EADS. Annoncé au mois de juin 2004 par la ministre de la Défense, Michèle Alliot-Marie, il s’agit d’un engin beaucoup plus puissant, volant à 45 000 pieds, c’est-à-dire plus haut que les avions de ligne. Là encore, il ressemble à l’Eagle Two d’Israel Aircraft Industries. « Les autorités françaises souhaitent acquérir une autonomie complète. Pour l’EuroMale, un véritable transfert de technologie est en cours entre Israël et la France », explique-t-on chez EADS, où l’on veut croire que « l’EuroMale pourrait déboucher sur une coopération européenne »."

En mars 2006, la « prestation » commerciale entre EADS et IAI a débouché, explicitement, sur la constitution d’une « équipe intégrée mixte » :

"L’entreprise IAI, en tant que coopérant majeur d’EADS dans l’opération SIDM, est en terme de marchés publics considérée comme un sous traitant à paiement direct pour, au titre de la tranche ferme, un montant de 21 M€.

À ce titre, et en accord avec les accords stratégiques entre les deux sociétés, une équipe intégrée mixte, majoritairement localisée en Israël, a été constituée afin de répondre aux exigences de ce contrat."


Au même moment, la « Chambre de Commerce France Israël » révèle l’ampleur du marché : « IAI et EADS ont finalement développé, avec de grandes difficultés, un nouveau drone » (c’est un article court et dense, je vous suggère de le lire intégralement en ligne).

I["Israel Aircraft Industries (IAI) devient un coopérant en long terme et sérieux d’EADS dans l’opération Système intérimaire de drones MALE (SIDM).
Les israéliens construisent actuellement, et en pleine coopération avec les européens, un nouveau drone très différent de ce qui avait été prévu à l’origine.
C’est la Ministre Alliot-Marie, qui avait lancé la réalisation d’une coopération franco-israélienne dans le cadre d’une contribution qui devait être « assez légère ». Le journaliste israélien expérimenté qui en avait parlé le premier lors du dernier Salon Eurosatory, avait été « rabroué sérieusement » par la censure militaire israélienne. Les Français avaient été choqués par la divulgation d’informations supposées confidentielles.
...
Le groupe IAI était en terme de marchés publics considéré comme un simple sous traitant. Ceci figurait à l’origine dans le contrat original franco-israélien signé.
Le contexte international en a décidé autrement. De simple sous traitant, IAI est devenu (avec mille difficultés), un véritable partenaire à long terme de EADS. Ceci est très révélateur de la nouvelle coopération France-Israël. Le pragmatisme prédomine. Les Français travaillent de plus en plus avec les meilleurs sans mélanger obligatoirement affaires, technologies et politique." ]i

« Sans mélanger affaires, technologies et politique », c’est vite dit. À condition que les médias propriété de Dassault occultent l’affaire et que les médias propriété de Lagardère n’en parlent pas. Le présent billet étant consacré au sujet : mélangeons, mélangeons !

Soutien économique et échange technologique

La première conséquence de cette collaboration est, a minima, le soutien économique français à l’effort de guerre israëlien. Les communicants français ont tenté de désamorcer les critiques en présentant l’accord comme étant à sens unique : les livraisons de technologies ne se feraient que d’Israël vers la France. Mais, même en admettant cela, c’est un accord commercial : il y a bel et bien un « transfert » de France vers l’industrie militaire israëlienne, « transfert » qui prend la forme de plusieurs centaines de millions de dollars. (C’est la base même de l’économie de marché : si vous achetez le produit d’une entreprise, vous financez de fait le fonctionnement et le développement de cette entreprise.) Un tel soutien économique n’est ni négligeable, ni innocent, politiquement et moralement.

La seconde conséquence, bien que niée par les déclarations officielles, c’est le transfert de technologies et compétences militaires de la France vers Israël. Le processus, tel qu’il apparaît, ne consiste pas à ce qu’IAI livre des drones, puis qu’EADS modifie ces drones sans qu’IAI sache ce qui a été réalisé. Ce serait la seule manière d’être certain que l’industrie militaire israélienne ne bénéficie pas des développements financés par les Français. (Une telle procédure, qui exclue officiellement le créateur initial du produit, n’est pas impossible ; voir par exemple, dans le sens France vers Israël, la création de l’avion de combat Nesher par IAI.

Ce dont il s’agit ici, c’est d’une collaboration concrétisée par la création d’une équipe mixte franco-israélienne, basée en Israël, et dirigée par IAI. Donc, tous les développements apportés, avec le concours d’ingénieurs d’EADS et sous financement français, bénéficient à la fois aux Français et au constructeur israélien IAI. Non seulement la France subventionne ainsi la recherche et développement d’IAI, mais la collaboration avec EADS apporte à IAI les compétences technologiques de ses ingénieurs. L’accord, fondant officiellement un transfert d’Israël vers la France, est donc aussi un transfert de technologie militaire d’EADS vers IAI. Là encore, les conséquences politiques et morales sont énormes. Il est étonnant qu’un tel transfert ne fasse l’objet d’aucun débat public.


Seek and Destroy (Chercher et Detruire)

La technologie concernée par cette collaboration, ce sont les drones, des avions sans pilotes. Leur importance est devenue primordiale dans la nouvelle forme de guerre adoptée par les Israëliens au Liban et à Gaza. Machines tellement importantes qu’en plein conflit, Israël prend encore le temps de bombarder spécifiquement la zone où un de ses engins s’est écrasé Xinhua, « Israely military drone crashes in Lebanon », 29 juillet 2006.


L’utilisation principale des drones est la surveillance et la reconnaissance du territoire. Les incursions de ces appareils au-dessus de Gaza sont quotidiennes. Les Palestiniens dénoncent le développement de « mini-drones pour surveiller Gaza » et rappellent :

I["Les forces israéliennes ont utilisé des drones d’une technologie moins avançée pendant les 5 années d’Intifada Aqsa." ]i

Au Liban, leur passage est devenu un des éléments de la « terreur tombée du ciel » : après ces missions de reconnaissance, les habitants attendaient avec angoisse un prochain bombardement. Comme Robert Fisk, j’ai entendu ce genre de témoignage :

I["Avant que le missile n’explose, a-t-elle dit, un drone israélien, un avion de reconnaissance sans pilote qui envoie des images en direct à Tel Aviv, volait au-dessus du quartier de Chiah. « Um Kamel », comme les appellent les Libanais, a bourdonné ci et là pendant un moment[..." ]i

L’utilisation des drones comme moyen d’imposer une terreur permanente ressort ainsi de déclarations israéliennes :

I[“L’utilisation de ce drone devrait donner des frissons dans le dos aux terroristes qui planifient des attaques futures” a dit un responsible israélien “ “ Israel l’utilise pour server de force de dissuasion contre d’autres attaques. Il nous fournit en permanence des renseignements en temps réel de loin, et fait que nous pouvons répondre immédiatement et avec force. »]i

L’autre utilisation de ces drones est offensive. Certains modèles sont équipés de charges et peuvent frapper des cibles au sol. Ainsi en est-il du massacre de Marjayoun dans lequel le convoi de la population évacuant la ville a été attaqué par un de ces engins.

Robert Fisk raconte :

"Il y a ceux qui fondent en larmes lorsqu’ils racontent le massacre de Joub Jannine - et il y a les Israéliens qui ont donné la permission aux réfugiés de quitter Marjayoun, spécifiant la route qu’ils pouvaient emprunter, et qui les ont ensuite attaqués avec des drones sans pilote tirant des missiles.
...
« La première bombe a frappé la deuxième voiture (du convoi) », a déclaré Karamallah Dagher, un journaliste de l’agence Reuter. « Je remontais la route, à mi-chemin, et mon ami Elie Salami se tenait là, me demandant si j’avais un peu d’essence en rab. C’est à ce moment-là que le second missile a frappé ; et, la tête et les épaules d’Elie furent arrachées. Sa fille Sally, qui a 16 ans, a sauté de la voiture et s’est mise à hurler : “Je veux mon papa ! Je veux mon papa !” Mais il n’était plus ». Hier, alors qu’il parlait de ces tueries, Dagher a fondu en larmes. Il essayait de faire sortir sa mère arthritique de sa propre voiture, mais elle se plaignit qu’il lui faisait mal. Il l’a replaça donc sur le siège du passager et s’assit à côté d’elle, s’attendant à une mort violence qui, Dieu merci, n’est pas arrivée. Mais elle est arrivée pour Colette Makdissi al-Rashed, la femme du moukhtar, qui a été décapitée dans sa jeep Cherokee ; elle est aussi arrivée pour un soldat libanais et pour Mikhael Jbaili, le volontaire de 35 ans de la Croix-Rouge, de Zahle, qui a sauté en l’air lorsqu’une roquette a explosé derrière lui."

Le silence médiatique autour de la collaboration franco-israélienne sur des technologies militaires utilisées ces derniers temps pour affamer et massacrer les Palestiniens et les Libanais est troublant. Depuis lundi, la rentrée médiatique permet aux « experts » de pérorer au sujet du Liban, d’Israël et du Hezbollah, de la participation française à « la paix » (FINUL), mais aucun n’évoque jamais cet enjeu, celui des gros sous et de l’engagement concret aux côtés de Tsahal.



Tentons quelques questions

1. Le fait d’être choisi par Israël pour collaborer sur des programmes militaires de plusieurs centaines de millions de dollars impose-t-il des concessions politiques ? La question se pose également pour l’Allemagne et le marché des sous-marins militaires. Inversement : est-il imaginable d’avoir une collaboration en recherche militaire et des livraisons officielles d’armes lourdes, sans avoir par ailleurs des accords politiques ? (L’annonce de l’accord a d’ailleurs été faite lors d’une conférence de presse conjointe des Affaires étrangères et de la Défense.)

2. Peut-on imaginer, en France, la constitution d’une commission d’enquête sur l’ampleur des transferts de technologie, sur la nature des accords franco-israéliens, et sur l’usage de ces technologies par les Israéliens ? Peut-on savoir si des technologies françaises ont été utilisées contre les civils libanais et palestiniens, et si elles risquent de l’être dans le futur ? Si elles risquent de l’être si Israël et les États-Unis déclenchent de nouvelles boucheries en Syrie ou en Iran ?

Une telle enquête n’a rien d’impossible : les Américains viennent d’en ouvrir une sur l’usage des armes à sous-munitions par leur client israélien. C’est un article du New York Times qui le révèle « Inquiry Opened Into Israeli Use of U.S. Bombs », 25 août 2006 ; les archives du NY Times étant payantes, je fais le lien sur un autre site reproduisant intégralement l’article :

I[“Le Departement d’Etat enquête sur l’éventuelle illégalité de l’utilisation par Israel au sud Liban de bombes à fragmentation de fabrication américaine en violation des accords secrets passés avec les Etats-Unis limitant l’utilisation de tels armes, selon deux fonctionnaires. L’enquête menée par le département contrôlant les transactions commerciales au sein du ministère de la défense a démarré cette semaine, apres qu’il est été rapporté que 3 types de bombes à fragmentation américaines ont été trouvées dans de nombreuses zones du sud Liban et étaient responsables de la mort de civils. »]i

3. Nos responsables politiques envisagent-ils de réactiver le boycott sur les armes contre Israël, comme l’avait fait de Gaulle en 1967 ? Un débat parlementaire et médiatique va-t-il avoir lieu sur ce sujet ? Quelle est la position de nos candidats à l’élection présidentielle sur ce sujet ?

4. Nos médias vont-ils continuer à occulter ce sujet, malgré son importance morale et politique, et malgré le fait que les populations arabes savent, elles, avec quel « camp » la France collabore militairement ? Ou bien vont-ils continuer à entretenir le mythe d’une politique « pro-arabe » de la France ou, du moins, « équilibrée » ? Les grands médias français vont-ils nous exposer la nature des contrats qu’entretiennent leurs propriétaires avec l’expansionnisme israélien ?

Continuer à parler de la France « contribuant à la paix au Moyen-Orient » en occultant systématiquement les contrats d’armement qu’elle a passés avec Israël, c’est un véritable talent. Talent que seuls les marchands de canons et les bétonneurs propriétaires des grands groupes de médias français semblent capables de reconnaître.

Nidal

Ce texte a été publié le 29 août par le blog

Loubnan ya Loubnan

Il comprend de nombreux liens vers d’autres textes, repérables ci-dessous en gras dans les §, mais qui ne sont actifs que depuis le blog Loubnan ya Loubnan qu’il est donc conseillé de visiter...

Repris et transmis par reseauxcitoyens St Etienne




Samedi 2 Septembre 2006
Mireille Delamarre

Dans la même rubrique :
1 2 3 4

Special Présidentielle Sarkozy Dégages Hollande Ecoutes | Sarkozie