information critique contre l'islam conquerant supremaciste le terrorisme
Economie

La Disparition Du Dollar -Robert Fisk

Illustration du nouvel ordre mondial, les Etats Arabes ont lancé des initiatives secrètes avec la Chine la Russie et la France pour arrêter d’utiliser la devise américaine pour le commerce du pétrole.



La Disparition Du Dollar -Robert Fisk

Dans le cadre du changement financier le plus profond de l’histoire récente du Moyen Orient, les Pays du Golfe sont entrain de planifier – aux côtés de la Chine, de la Russie, du Japon et de la France – de mettre fin au commerce du pétrole en dollar et d’avoir recours à la place à un panier de devises dont le Yen japonais, le Yuan chinois, l’Euro, l’Or et une nouvelle monnaie unique prévue pour les Nations du Conseil de Coopération du Golfe, dont l’Arabie Saoudite, Abu Dhabi, le Koweït et le Qatar.

Des rencontres secrètes ont déjà eu lieu entre les ministres des finances et les gouverneurs de banques centrales en Russie, en Chine, au Japon, au Brésil pour œuvrer à ce schéma, ce qui veut dire que le pétrole ne sera plus côté en Dollar.

Les plans, qui ont été confirmé à The Independent par des sources bancaires à la fois du Golfe Arabe et de Chine à Hong Kong, pourraient aider à expliquer la montée soudaine des prix de l’or, mais cela éclaire également l’extraordinaire transition des marchés vis-à-vis du Dollar durant 9 ans.

Les Américains qui sont au courant des rencontres – bien qu’ils n’ont pas eu connaissance des détails – vont certainement combattre cette cabale internationale qui comprend notamment des alliés loyaux tels le Japon et les Pays Arabes du Golfe. Sur fond de rencontres monétaires, Sun Bigan, l’ancien envoyé spécial de la Chine au Moyen Orient, a mis en garde sur le risque d’approfondissement des divisions entre la Chine et les US concernant l’influence et le pétrole au Moyen Orient. « Des querelles bilatérales et des affrontements sont inévitables » a-t-il dit à l’Asia and Africa Review. » Nous ne pouvons pas diminuer notre vigilance contre l’hostilité au Moyen Orient portant sur les intérêts énergétiques et sécuritaires ».

Cela résonne comme une prédiction dangereuse d’une future guerre économique entre les US et la Chine sur le pétrole du Moyen Orient – transformant de nouveau les conflits régionaux en combat pour la suprématie des grandes puissances. Au total, la Chine utilise plus de pétrole que les US car sa croissance est énergétiquement moins efficace. Selon les sources bancaires chinoises, la devise transitoire suite à l’abandon du Dollar pourrait bien être l’or. On peut avoir une indication des énormes sommes impliquées en sachant qu’Abu Dhabi, l’Arabie Saoudite, le Koweït et le Qatar ensemble détiennent 2.1 mille milliards de $ US de réserves selon des estimations.

Le déclin de la puissance économique américaine liée à l’actuelle récession mondiale, a été implicitement reconnue par le président de la Banque Mondiale, Robert Zoellick :« l’un des héritages de cette crise pourrait être la reconnaissance d’un changement de pouvoir dans les relations économiques », a-t-il dit à Istanbul avant les rencontres cette semaine du FMI et de la BM. Mais c’est le nouveau pouvoir financier extraordinaire de la Chine – parallèlement à la colère ancienne des nations productrices et consommatrices de pétrole sur le pouvoir de l’Amérique d’interférer dans le système financier international – qui a accéléré les dernières discussions impliquant les Pays du Golfe.

Le Brésil s’est montré intéressé pour se joindre au paiement du pétrole hors Dollar de même que l’Inde. En fait, la Chine semble la plus enthousiaste parmi toutes les puissances financières impliquées, notamment à cause de son commerce énorme avec le Moyen Orient.

La Chine importe 60% de son pétrole, la majeure partie venant du Moyen Orient et de Russie. Les Chinois ont des concessions pétrolières en Irak – bloquées jusqu’à cette année par les US – et depuis 2008, ils ont un accord de 8 milliards de $ avec l’Iran pour développer sa capacité de raffinage et ses ressources en gaz. La Chine a des accords de pétrole au Soudan – où elle a remplacé les intérêts US- et a négocié des accords de concessions pétrolières avec la Libye, où de tels contrats sont dans le cadre d’entreprises conjointes.

De plus, les exportations chinoises dans la région représentent actuellement au moins 10% des importations de chaque pays du Moyen Orient, dont une énorme variété de produits allant des voitures aux systèmes d’armement, nourriture, vêtements, et même des poupées. Signal clair que la Chine montre ses muscles financièrement, le président de la Banque Centrale européenne, Jean Claude Trichet, a plaidé hier auprès de Beijing pour laisser le Yuan s’apprécier face à un Dollar qui périclite et, par extension, faire en sorte que la Chine dépende moins de la politique monétaire US, pour aider au rééquilibrage de l’économie mondiale et relâcher la pression sur un Euro dont la valeur monte.

Depuis les Accords de Bretton – Accords qui après la Seconde Guerre Mondiale ont construit l’architecture du système financier international moderne – les partenaires commerciaux de l’Amérique ont du faire face à l’impact du contrôle de Washington, et ces dernières années, à l’hégémonie du dollar comme devise de réserve mondiale dominante.

Les Chinois croient, par exemple, que les Américains ont persuadé la Grande Bretagne de ne pas adhérer à l’Euro pour empêcher des mouvements d’abandon du Dollar plus précoces. Mais selon les sources bancaires chinoises, leurs discussions ont été trop loin pour qu’elles puissent être bloquées maintenant. « Les Russes vont probablement amener le Rouble dans le panier de devises » a dit un important broker de Honk Kong à The Independent. « Les Brits sont pris entre deux feux et vont adopter l’Euro. Ils n’ont pas le choix car ils ne pourront pas utiliser le Dollar US. »

Des sources financières chinoises pensent que le Président Barack Obama est trop occupé à arranger l’économie US pour se concentrer sur les implications extraordinaires de l’abandon progressif du Dollar ces neuf dernières années. La date butoir de fin transition est 2018.

Les US ont discuté de cette tendance brièvement au sommet du G20 à Pittsburgh ; le gouverneur de la Banque Centrale chinoise et d’autres responsables se sont inquiétés tout haut du Dollar pendant des années. Leur problème c’est que la majeure partie de leurs réserves nationales sont en Dollar.

« Ces plans vont changer le caractère des transactions financières internationales » a dit l’un des banquiers chinois. « L’Amérique et la Grande Bretagne doivent être très inquiètes. Vous saurez à quel point elles le sont par les tonnerres de dénis que ces informations vont produire ».

L’Iran a annoncé le mois dernier que ses réserves en devises étrangères seraient désormais en Euro plutôt qu’en Dollar. Les banquiers se souviennent, bien sûr, ce qui est arrivé au dernier producteur de pétrole du Moyen Orient qui a vendu son pétrole en Euro plutôt qu’en Dollar. Quelques mois après que Saddam Hussein ait trompeté sa décision, les Américains et les Britanniques envahissaient l’Irak.

Robert Fisk 06/10/09 www.independent.co.uk

Mercredi 7 Octobre 2009
Mireille Delamarre traduction

Dans la même rubrique :
1 2 3

Humour | EcoDictature Verte | Economie