information critique contre l'islam conquerant supremaciste le terrorisme
Propagande

La BBC serait -t-elle au service de la propagande Israélienne ?

Un producteur de documentaires israélien, Noam Shalev, courtisé par les diffuseurs TV étrangers, dont la BBC, répand la propagande israélienne dans les médias, et notamment celle concernant « la menace existentielle » que ferait peser l’Iran sur Israël. Mais qui des deux à la bombe ? Apparemment c’est une question que la BBC ne se pose même pas en diffusant le documentaire de Shalev intitulé « Est-ce qu’Israël bombardera l’Iran ?», et sorti tout droit des tiroirs des services de propagande sionistes. Comme par "hasard", il est diffusé à un moment ou le gouvernement sioniste pourrait avoir besoin, s’il les met à exécution, de justifier sur la scène internationale ses terribles projets d’attaque de l’Iran



La BBC serait -t-elle au service de la propagande Israélienne ?

Le plan israélien d’une attaque militaire de l’Iran - La BBC et la propagande israélienne

Le Moyen Orient et probablement le Monde entier, se trouvent au bord d’une terrible conflagration alors qu’Israël et les Etats-Unis se préparent à réduire les ambitions de l’Iran supposé vouloir acquérir des armes nucléaires. Israël, cela devient de plus en plus clair de jour en jour, veut utiliser son armée de l’air pour asséner un coup rude et mettre KO Téhéran. On ne sait pas s’ils utiliseront des armes conventionnelles ou une bombe atomique dans une telle attaque.

Dans ces moments cataclysmiques de la politique mondiale, c’est intéressant de voir que l’un des diffuseurs TV, leader mondial dans ce secteur, la BBC, a décidé cette semaine de montrer un documentaire intitulé « Est-ce qu’Israël bombardera l’Iran ? ». C’est une question qui est sur toutes les lèvres, et sans aucun doute, avec l’imprimatur de la BBC ce programme fera le tour du monde.

Néanmoins, les bonnes nouvelles s’arrêtent là. Parce que ce programme ne traite aucun des problèmes importants qui surgissent à cause de l’attitude de plus en plus belligérante d’Israël à l’égard de l’Iran.

Il n’explique pas que, sans résolution de l’ONU une attaque militaire sur l’Iran pour détruire son programme de défense nucléaire serait une violation flagrante du droit international.

Cela ne met pas en lumière le fait que l’important arsenal nucléaire israélien a été secrètement développé et est complètement hors surveillance de l’AIEA, ou qu’il est perçu comme une menace pour ses voisins et peut contribuer à la course aux armements au Moyen Orient.

Ce programme ne détaille pas non plus les conséquences d’une attaque israélienne sur l’instabilité et la violence à travers le Moyen Orient, incluse l’Irak, ou les troupes américaines et britanniques sont stationnées comme forces occupantes.

Et il n’y a aucune considération sur comment, à long terme, l’action unilatérale d’Israël, avec l’autorisation implicite de la communauté internationale, est certaine de provoquer un jihad mondial contre l’Occident.

Au lieu de cela, ce programme consacre 40 mn de prise de vue aux prouesses héroïques de l’armée de l’air israélienne, et aux souvenirs des pilotes qui ont mené une attaque identique « audacieuse » sur le réacteur nucléaire de l’Irak au début des années 80 ; des prises de vues menaçantes des centres de recherche nucléaires iraniens; des interviews avec d’anciens premiers ministres israéliens, un ancien chef d’état major de l’armée de l’air israélienne, différents responsables des services de renseignements de l’armée israélienne, et un professeur qui conçoit l’arsenal militaire israélien.

Tous parlent d’une seule voix : Israël, affirment-ils, est sur le point d’être « balayé » par les armes nucléaires iraniennes et doit se défendre, « quelque en soient les conséquences ».

On leur donne beaucoup de temps d’antenne pour répéter la propagande bien huilée et incontestée d’Israël qu’il a colportée dans ses propres médias, et amplifiée avec crédulité dans les médias internationaux : que l’Iran est dirigée par un fanatique antisémite qui, comme Hitler, croit qu’il peur commettre un génocide contre le peuple juif, cette fois à travers un holocauste nucléaire.

Une autre désinformation israélienne, qu’aucun analyste sérieux ne croit, est aussi répandue sans critique par les producteurs du film : que le Hezbollah au Liban est une marionnette de l’Iran, attendant d’aider son maître pour détruire Israël ; que l’Iran est seulement à quelques mois de produire des armes nucléaires, un « point de non retour », comme prévient le programme ; et que le « fragile » Israël est sous menace constante d’annihilation de ses voisins arabes.

Mais le thème principal non équivoque du programme – faisant écho précisément à l’agenda israélien – c’est que le président Mahmoud Ahmadinejad, est diaboliquement attaché à la destruction d’Israël. Les producteurs du film traitent sérieusement les commentaires grotesques des dirigeants israéliens sur cette menace en reprenant révérencieusement

Shimon Pères, l’ambassadeur vétéran et itinérant du gouvernement israélien, affirme, par exemple, que l’Iran a fait « un appel au génocide » contre Israël, compare une bombe nucléaire iranienne à un « camp de concentration volant » et prévient que « personne n’aimerait revenir à l’époque des nazis ».

Un ministre du cabinet, Avi Dichter, un ancien directeur du Shin Bet, l’agence israélienne de sécurité intérieure, croit qu’Israël se trouve face à « une menace existentielle » de la part de l’Iran. Et Zvi Stauber, un ancien haut responsable des services de renseignements militaires compare la situation d’Israël à un homme dont le voisin « a un fusil et déclare chaque jour qu’il va vous tuer. »

Mais le summum revient à Benjamin Netanyahu, un ancien premier ministre et l’actuel chef de l’opposition. Il affirme que la seule raison possible pour laquelle l’Iran et son président pourraient vouloir un arsenal nucléaire c’est pour l’ »extermination » d’Israël. « S’il peut s’en sortir sans problème, il le fera ». « Les Ayatollahs avec des bombes atomiques sont une menace puissante pour nous tous ». Un Iran nucléaire « est une menace que nous n’avons jamais vue auparavant. C’est au-delà de la politique. »- - Apparemment pire que les états nucléaires de la Corée du Nord et du Pakistan, le dernier une dictature militaire amie des Etats-Unis et qui a du mal à contenir dans ses frontières les plus fanatiques des mouvements jihadistes dans le monde.

A part une brève apparition d’un diplomate iranien, aucune opinion contraire n’est montrée dans le programme de la BBC ; seule la direction militaire et politique israélienne sont autorisées à parler.

Le documentaire ajoute au crédit donné aux points de vue de l’établissement sécuritaire israélien en utilisant amplement un discours d’Ahmadinejad – discours que les autorités israéliennes et leurs alliés à Washington ont manipulé continuellement- - dans lequel le président iranien répète un discours de l’ancien chef spirituel l’ Ayatollah Khomeiny, qui était passé inaperçu au moment où il a été prononcé.

Dans le programme de la BBC, Ahmadenijad est cité disant « le régime occupant Jérusalem devrait être éliminé des pages de l’histoire ». C’est au moins une amélioration de la traduction originale, souvent répétée dans le programme de Netanyahu et d’autres, qu’ »Israël doit être rayé de la carte ».

Mais pour une raison étrange, les concepteurs du programme déduisent de leur traduction plus précise une intention aussi diabolique de la part d’Ahmadinejad telle celle suggérée par la version fabriquée de Netanyahu. Les armes nucléaires de l’Iran, on nous dit dans ce programme, comme si elles existaient déjà, « constituent pour les dirigeants israéliens un nouveau type de menace. » En faisant son discours, affirme le film de la BBC, Ahmadinejad « fait une déclaration de mort contre Israël. »

Mais, comme on l’a fait remarqué à maintes occasions (mais semble-il de manière pas suffisamment claire pour que la BBC l’ait remarqué), Khomeiny et Ahmadinejad faisaient référence à un changement de régime, la fin du régime d’occupation des palestiniens en violation du droit international. Ils ne parlaient pas, comme Netanyahu et Cie l’affirment, de la destruction de l’état d’Israël, ou du peuple juif. L’implication du discours c’est que l’actuel régime israélien se terminera parce que toutes les puissances occupantes sont illégitimes et insoutenables, et non pas parce que l’Iran projette de tirer des missiles nucléaires sur l’état juif, ou de commettre un génocide.

Les producteurs du programme néglige le fait que le « fragile » Israël est actuellement le seul pays au Moyen Orient armé de têtes nucléaires, plusieurs centaines, de même qu’ayant l’une des plus puissantes armées du monde, qui fait probablement que ses voisins se sentent « fragiles » aussi, ayant de bonnes raisons pour cela.

Et, comme on nous persuade de la réelle « fragilité » d’Israël, un autre ancien premier ministre, Ehud Barak, est interviewé. « Finalement, nous sommes seuls » dit –il, comme justification apparente pour une attaque illégale unilatérale. « Les installations nucléaires iraniennes », prévient Barak, « sont profondément enfouies, à une telle profondeur qu’aucune arme conventionnelle ne peut les atteindre » nous laissant déduire que dans de telles circonstances, Israël n’a pas le choix et doit utiliser une attaque nucléaire tactique en « auto défense ». Et, faisant un pas de plus, Barak ajoute que certaines installations sont dans des zones urbaines très peuplées « où toute attaque pourrait se terminer par des dommages collatéraux civils. »

Mais, malgré le terrifiant scénario présenté par les dirigeants israéliens, le site internet de la BBC, prend la tête du soutien à Israël de la même manière que les producteurs du programme, suggérant qu’Israël a le droit de créer un clash de civilisations : « comme il y a peu de chance que l’Amérique entreprenne une action militaire, la pression monte sur les dirigeants israéliens pour lancer un raid ».

Comme cela devrait être clair maintenant, les empreintes du gouvernement israélien sont partout sur ce « documentaire » de la BBC. Et c’est fort peu surprenant parce que l’homme derrière cette production « indépendante » c’est le chef de file des producteurs israéliens : Noam Shalev.

Shalev, diplômé de l’école cinématographique de New York, a fait toute une série de documentaires à travers sa société de production Highlights Films, basée à Herzliya, près de Tel Aviv, qui sont bu comme du petit lait par la BBC et d’autres diffuseurs TV étrangers. C’est facile pour Shalev de vendre ses productions dans le monde entier puisqu’elles sont estampillées BBC.

Shalev qui affirme qui ne « prend pas position politiquement » a commencé sa carrière en faisant des documentaires sur des sujets moins controversés. Il a produit des films sur les immigrants éthiopiens arrivant en Israël, et sur l’organisation Zaka, des fondamentalistes juifs religieux qui arrivent sur les scènes des attaques suicide pour, pratiquement littéralement, ramasser les morceaux de restes humains.

Par le passé, ses films ont réussi à contourner les réticences de diffuseurs TV comme la BBC à aborder le sujet brûlant du conflit israélo palestinien en dehors des programmes d’information, en appréhendant le sujet de manière oblique. Cependant, et c’est important, les films de Shalev humanisent toujours les sujets israéliens, les montrant comme des êtres complexes, émotionnels et préoccupés, tout en ignorant largement les millions de palestiniens que le gouvernement israélien et l’armée oppressent.

Selon une note publiée dans les médias israéliens en 2004, Shalev dit devoir son succès du fait que il a développé « une approche douce de vente » montrant Israël sous un bon angle sans les efforts de « propagande directe » expliquant la position d’Israël et que le ministère des affaires étrangères israélien est obligé de répandre dans les bulletins d’information en Europe et aux Etats Unis. »

Selon les paroles d’un directeur de relations publiques israéliens, Shalev a le don de raconter l’histoire d’Israël d’une manière que les diffuseurs de programmes TV internationaux apprécient « Shalev montre aussi le côté israélien, il n’est pas l’un de ces traîtres qui vendent leur idéologie pour de l’argent. Il a le talent du marché, présenté de sorte qu’à l’étranger ils veulent voir sa production, et c’est ce qui est important. »

Mais, récemment, Shalev a pris de l’assurance, en essayant de vendre la propagande d’ Israël, apparemment sûr que la BBC et d’autres diffuseurs TV étrangers continueront d’acheter ses films. Et c’est parce que Shalev leur offre ce que d’autres producteurs de film ne peuvent pas : un accès intime à l’armée israélienne, un domaine hors d’atteinte de ses rivaux.

Avant le retrait de Gaza l’année dernière, par exemple, Shalev a fait un documentaire sympathique, montré à la BBC, à propos de la vie d’un soldat israélien servant là. Le film dissimule amplement le contexte qui aurait pu alerter les spectateurs sur le fait que le soldat imposait une occupation de 4 décennies à Gaza, ou que la Bande est une prison à ciel ouvert, dans laquelle des milliers de palestiniens ont été tués par l’armée israélienne et dans laquelle la majorité des gazaouites vivent dans une abjecte pauvreté. »

Interviewé à propos du documentaire, Shalev a fait observé : « l’armée est vraiment très très prudente. Il n’y a pas de tir sans discernement. J’ai vu, et ce n’était pas une démonstration faite rien que pour nous, qu’avant qu’un tir ne soit effectué, il y a confirmation qu’il n’y a personne derrière ou devant de la cible. L’armée est très sensible au tir non délibéré. »

En d’autres termes, le film de Shalev pour la BBC, ne montre pas pourquoi les tirs israéliens « délibérés » ont tué des centaines d’enfants palestiniens pendant la deuxième Intifada, ou pourquoi un grand nombre de civils sont morts sous le feu israélien d’attaque de fusils et de missiles à l’intérieur de la Bande de Gaza.

Plus tôt cette année, Shalev a fait un film pour la BBC, « La Chasse du groupe Octobre Noir », pour coïncider avec la sortie du film de Stephen Spielberg « Munich ». « La BBC a obtenu l’accès exclusif aux agents clandestins du Mossad dont la mission était de traquer le groupe palestinien responsable du meurtre des athlètes israéliens aux jeux olympiques de Munich » affirmait la BBC dans son matériel promotionnel.

Le dernier film de Shalev « Est- ce qu’Israël Bombardera l’Iran » suit cette voie bien rodée. Les arabes et les musulmans sont de nouveau privés de voix, de même que le sont des experts non israéliens.

Alors pourquoi la BBC achète ce morceau flagrant de propagande israélienne ?

Voici quelques indices. Les films de Shalev comprennent :

Des prises de vue de l’intérieur des bunkers du Hezbollah sous la supervision de l’armée israélienne alors qu’elle occupait le sud Liban.

Une rare vue de l’intérieur de la salle de contrôle satellitaire de l’armée israélienne, qui espionne sur les voisins arabes d’Israël et sur l’Iran, et qui est, selon le programme » incroyablement protégée quant aux arrangements sécuritaires. »

Une apparition exclusive de l’ancien chef d’état major de l’armée israélienne, Moshe Yaalon, qui, nous dit-on est « rarement interviewé ».

En d’autres termes, la BBC, et d’autres diffuseurs de programmes TV qui projetteront ce « documentaire » dans les semaines et mois à venir, ont été fasciné par l’habileté de Shalev à nous montrer le monde secret de l’armée israélienne. Tellement fasciné, semble-t-il, qu’elle a oublié de vérifier – ou pire, s’en fout tout simplement – le message que Shalev insère entre les prises de vue exclusives.

Cela n’est peut être pas venu à l’esprit de quelqu’un à la BBC de se demander pourquoi Shalev obtient de montrer ce que personne d’autre ne peut. Se pourrait-il, que le département de la « Hasbara » au ministère des affaires étrangères soit devenu bien plus sophistiqué qu’il ne l’était auparavant ?

Est –ce que le gouvernement israélien utilise Shalev, intentionnellement ou pas, et est ce que lui à son tour utilise la BBC, pour répandre la propagande israélienne ? Une propagande qui nous propulsera bientôt vers le « clash des civilisations » auquel aspire secrètement la direction israélienne.

Jonathan Cook Conterpunch 12 octobre 2006

Traduction MD pour Planete Non Violence

Jonathan Cook est écrivain et journaliste basé à Nazareth en Israël. Il est l’auteur d’un livre qui sera prochainement publié « "Blood and Religion: The Unmasking of the Jewish and Democratic State" Editions Pluto.

Son site internet www.jkcook.net

Frontiere Gaza Egypte menacée de bombardements avec des bunker busters à l'UA par l'armée israélienne



















Samedi 28 Octobre 2006
Mireille Delamarre

Dans la même rubrique :
1 2 3 4

Humour Les Folles D'Allah | Terrorisme Islamo-fascisme | International | Immigration clandestine | France XXI | Communautarisme Islamisation racialisation | Europe | Empire USioniste du Chaos | LIBERTE D'EXPRESSION D'INFORMATION | COLONIALISME JUDEO SIONISTE | GUERRE DE L'INFORMATION | Propagande | DICTATURE UE | PALESTINE | FRANCE | MONDE ARABE | ASIE | archives Armement Sécurité Stratégies Militaires | archives Droit International ONU | archives histoire traditions 2004-2008 | archives sciences écologie 2004-2008 | archives société 2004-2008 | archives culture | archives ressources educatives | archives informations 1 | archives informations 2