information critique contre l'islam conquerant supremaciste le terrorisme
DICTATURE UE

L’Italie Renoue Avec Ses Vieux Démons : La Droite Populiste Néo Fasciste Au Pouvoir

L’utilisation de symboles fascistes, la menace d’utiliser la violence, la diabolisation des minorités… N’a-t-on pas déjà vu cela en Italie par le passé ?



L’Italie Renoue Avec Ses Vieux Démons : La Droite Populiste Néo Fasciste Au Pouvoir

Montée de la Droite

C’est évident maintenant que la victoire de la gauche, lors des élections générales de 2006, n’a été qu’une brève pause dans le tournant pris à droite par le pays.

On aurait pu espérer que les élections soient le signal de la fin de tendances dégénératives et anti-démocratiques qui avaient accompagné la percée de Silvio Berlusconi lors de la décennie précédente. En fait, cela n’a pas été le cas.

C’’est déjà évident que le troisième gouvernement Berlusconi sera différent des deux précédents, et ce de façon marquée, ces derniers ayant été principalement basés sur le désir de Berlusconi d’utiliser la puissance publique pour protéger son empire privé et changer la loi pour empêcher que des poursuites judiciaires soient engagées contre lui. En même temps, la concentration d’un pouvoir immense, privé et public, entre les mains d’un seul homme, a été le signal d’une corrosion sérieuse de la fabrique de la démocratie.

Le ton du débat public a dégénéré alors que les opposants politiques étaient traités de « communistes », quelque soit leur afiliation , et que Berlusconi a constamment manipulé les termes de ce qu’on pouvait dire, et ce qui était acceptable. Tandis que les alliés de Berlusconi, l’Alliance Nationale néo fasciste et la Ligue du Nord xénophobe, n’étaient pas contraints, contrairement à celui-ci d’apparaître – tout du moins par intermittence – respectable, ils ont travaillé inlassablement à orienter les esprits vers la droite.

Ce nouveau gouvernement se trouve marqué significativement à droite des deux précédents. Grâce à une majorité écrasante dans les deux chambres du parlement, il n’a pas besoin de s’inquiéter, comme le précédent, par exemple, de s’assurer que l’Union des Chrétiens et les Démocrates du Centre sont de son côté. La Ligue du Nord anti-immigrés a obtenu le double de vote lors des élections, jusqu’à 28% de votes dans les villes du Nord, et a émergé comme le parti le plus important à Venise. Les néo fascistes viennent juste de montrer leurs muscles lors de l’élection pour la mairie de Rome, et ont battu haut la main le candidat de la gauche. Berlusconi bénéficiant d’un regain de confiance du fait que le gouvernement a maintenant plus de pouvoir que tout gouvernement ayant précédé ces temps derniers, et la Ligue du Nord et l’Alliance Nationale étant de même encouragées et ayant les pleins pouvoirs, grâce au soutien électoral, la politique italienne commence une nouvelle phase.

Cela a été démontré dans la façon dont les supporters du nouveau maire de Rome, Gianni Alemanno, un homme ancré dans la tradition fasciste, a célébré la victoire dans le Campidogilo avec des saluts fascistes et avec des cris « Duce, Duce, » tout comme Mussolini fut autrefois célébré par ses supporters. Ou la façon dont Berlusconi s’est senti capable de déclarer, en réponse à la victoire, que »nous sommes la nouvelle Phalange » - le nom donné au parti fasciste en Espagne dans les années 30. Ou la manière dont Umberto Bossi, lors de la première cession du Parlement, a menacé d’utiliser la violence si le centre gauche n’acceptait pas ses plans de fédéralisme. «Je ne sais pas ce que veut la gauche (mais) nous sommes prêts » a-t-il dit à des reporters. I[« S’ils veulent des conflits, j’ai déjà 300 000 hommes sous la main. »]i Ou la façon don Gianfranco Fini, lors d’une marche de solidarité avec ses supporters, pour Alemanno , a demandé à voir les permis de résidence des immigrés, tandis qu’Alemanno menaçait d’expulser 20 000 immigrés de la capitale, qui, a-t-il affirmé, ont violé la loi, et de fermer les campements illégaux de Rome. Bossi, quant à lui, n’est pas moins vitriolique, dans son attitude envers les immigrés.

L’utilisation de symboles et termes fascistes, la menace d’utiliser la violence, et la diabolisation des minorités ethniques : n’avons-nous pas vu cela déjà par le passé ? Cela marque un tournant décisif dans ce qui est considéré comme acceptable. Le ton et l’agenda de la politique italienne ont pris un virage net à droite. Nous pouvons maintenant voir l’émergence d’une tendance fasciste naissante en Italie, qui, loin de se cantonner aux extrêmes, a pénétré et infecté la vie politique traditionnelle.

Les racines de cette renaissance de ce populisme d’extrême droite sont de 5 natures.

Premièrement, il y a eu la désillusion dans la classe politique suite à l’effondrement du système de la Guerre Froide, à laquelle s’est ajouté le scandale de corruption de tangentopoli, qui a préparé les conditions pour l’émergence d’une nouvelle vague d’anti-politiciens qui n’étaient pas liés à l’ancien système, comme Berlusconi et Bossi.

Deuxièmement, il y a eu la corrosion rampante du système démocratique qu’on voit avec Berlusconi, qui s’est progressivement ajusté et a habitué les italiens à un système politique qui désormais n’est plus basé sur des valeurs d’ouverture et de compétition politique juste, mais sur un autoritarisme populiste.

Troisièmement, il y a eu la stagnation chronique de l’économie italienne, qui, ces dernières années, s’est peu développée, alors que l’économie mondiale était en effervescence et qu’elle a été, par exemple, dépassée par une économie espagnole presque comparable. Cela a contribué à créer un sentiment de malaise et d’insécurité, soulevant des peurs sur les conséquences de la mondialisation, un rejet de ce qui vient de l’extérieur (bien illustré par le refus de Berlusconi d’autoriser le rachat d’Alitalia par une autre compagnie aérienne), et une hostilité grandissante à l’égard de ce qui constitue l’un des signes les plus visibles de la mondialisation, c'est-à-dire l’immigration. Politiquement, cela c’est clairement reflété dans le soutien qui a doublé pour la Ligue du Nord, anti-mondialisation et anti-immigrant, dans des villes comme Milan et Turin.

Quatrièmement, comme l’ordre politique post guerre s’est défait, les lignes historiques séparatrices ont ré émergé plus clairement et de façon plus questionnable, en particulier la division entre le Nord et le Sud, dont on trouve un exemple flagrant avec la Ligue du Nord cessessionniste, et l’échec persistant à construire un état représentatif légitime qui ne soit pas sujet à l’emprise privée de l’un ou de l’autre.

Finalement, le seul fait que la tradition fasciste soit un trait particulier enraciné de l’histoire moderne italienne, ayant gouverné de 1922 jusqu’à sa défaite finale de 1945, cela veut dire que les valeurs, les symboles, les philosophies, les présupposés, les préjugés et les émotions restent ancrés dans le psyché italien, seulement un peu en dessous de la surface, prêts à être réveillés et remobilisés par une nouvelle génération de fascistes, si les circonstances le permettent. C’est, hélas, ce dont nous sommes actuellement témoins.

L’un des pays les plus importants de l’Europe risque de revenir à son passé le plus exécrable, et par conséquent, en même temps, rappelle à tout le continent que l’époque la plus sombre de sa propre histoire est entrain d’être exhumée et ravivée dans la péninsule italienne. Les signes sont présents depuis 1994. Ils sont indiscutables. Nous sommes prévenus, l’Europe doit en tenir compte.

Martin Jacques « Rise of the right” –Comment is Free www.guardian.co.uk/commentisfree 30/04/08

Traduction Mireille Delamarre pour www;planetenonviolence.org

La mère juive du fascisme

Comment Hilter est devenu un dictateur








Dimanche 4 Mai 2008
Mireille Delamarre

Dans la même rubrique :

Fascisme Financier - 14/11/2011

1 2 3

Humour Les Folles D'Allah | Terrorisme Islamo-fascisme | International | Immigration clandestine | France XXI | Communautarisme Islamisation racialisation | Europe | Empire USioniste du Chaos | LIBERTE D'EXPRESSION D'INFORMATION | COLONIALISME JUDEO SIONISTE | GUERRE DE L'INFORMATION | Propagande | DICTATURE UE | PALESTINE | FRANCE | MONDE ARABE | ASIE | archives Armement Sécurité Stratégies Militaires | archives Droit International ONU | archives histoire traditions 2004-2008 | archives sciences écologie 2004-2008 | archives société 2004-2008 | archives culture | archives ressources educatives | archives informations 1 | archives informations 2