information critique contre l'islam conquerant supremaciste le terrorisme
Economie

Iran – Politique Pragmatique Energétique – Abandon du Dollar – Bourse au Pétrole Iranienne à l’Horizon

Positions de l’Iran sur sa politique énergétique et monétaire et les avancées de sa Bourse au Pétrole



Iran – Politique Pragmatique Energétique – Abandon du Dollar – Bourse au Pétrole Iranienne à l’Horizon

Politique énergétique pragmatique de l’Iran

Le prix du pétrole brut restera probablement élevé, bien que des analystes du marché prédisent qu’il augmentera encore plus dans le futur.

Les développements récents sur le marché du pétrole et la hausse des prix possèdent 4 caractéristiques qui différencient l’actuelle situation de la crise pétrolière des années 70 :

(1) Un grand nombre de gens ont pu prévoir la hausse du prix et cela n’a choqué personne.

(2) Lors des crises précédentes, les pays producteurs de pétrole ont été accusés d’être principalement à l’origine de la hausse, mais cette fois ci on les a peu critiqués.

(3) On prédit l’augmentation du prix du pétrole.

(4) La hausse du prix n’a pas été le résultat de mécanismes conventionnels du marché tel l’approvisionnement et la demande, mais c’est plutôt l’approche adoptée par certains pays, dont les Etats-Unis, qui l’influence.

La croissance économique continue est une caractéristique des temps modernes, et le monde a adopté un consensus sur les mesures facilitant ce processus.

Donc, la plupart des pays ont donné la priorité à des plans se tournant vers l’énergie nucléaire comme remplacement des énergies fossiles, et un grand nombre de pays en développement envisagent actuellement une telle démarche pour assurer que leurs futurs besoins énergétiques seront satisfaits.

C’est dans ce cadre là que la politique pacifique nucléaire de l’Iran pendant des années et son insistance à utiliser l’énergie nucléaire a eu un impact mondial.

L’Iran a donc fait prendre conscience au monde que la crise énergétique deviendrait sérieuse dans le futur et qu’il est nécessaire d’envisager des mesures adéquates pour y répondre.

L’Iran a aussi fait que le monde différencie entre l’utilisation du nucléaire à des fins pacifiques et la production d’armes nucléaires.

La République Islamique a coopéré amicalement avec l’Agence Internationale à l’Energie Atomique pour clarifier certaines ambiguïtés sur son programme nucléaire et a obtenus certains accords significatifs avec l’AIEA.

L’Iran a autorisé les experts de l’Agence de contrôle à mener des inspections à l’improviste sur les sites nucléaires du pays sans restriction, et leur a fourni tous les documents nécessaires.

En plus, l’AIEA a installé plusieurs caméras dans les installations nucléaires de l’Iran de sorte que toutes les activités nucléaires du pays soient transparentes et sous supervision.

Le directeur Général de l’AIEA Mohamed ElBaradei a récemment soumis un rapport sur la coopération de l’Iran au Conseil des Gouverneurs qui insiste sur la totale coopération du pays avec l’agence.

Dans le rapport, ElBaradei a déclaré qu’une grande partie des ambiguïtés avaient été éclaircies et que les activités nucléaires de l’Iran n’avaient pas dévié.

Par conséquent les activités nucléaires de la République Islamique sont totalement légitimes et acceptables pour chacun.

De plus, le rapport met en lumière les actions biaisées des Etats-Unis, qui cherchent des prétextes pour saper les activités nucléaires de l’Iran.

Les Etats-Unis ont récemment crée certaines restrictions pour l’utilisation du dollar dans le commerce avec l’Iran, aussi la République Islamique utilise maintenant le yen pour ses affaires avec le Japon.

Cela montre que Téhéran a accepté toutes ses responsabilités dans son commerce avec Tokyo, et a ainsi une crée une base solide pour l’expansion des relations entre les deux pays.

La République Islamique de l’Iran exporte du pétrole vers différents pays, dont le Japon, et comprend les soucis de Tokyo concernant les points de vue de la communauté internationale.

Puisque l’extension de sa capacité de production pétrolière est actuellement difficilement envisageable dans des zones hors région du Golfe Persique, l’Iran croit qu’il est nécessaire de diversifier ses sources d’énergie.

Par conséquent, c’est essentiel et logique de chercher de nouvelles sources d’énergie propre avant que les ressources d’énergie actuelles ne s’épuisent.

La politique énergétique de l’Iran est aussi soucieuse de l’environnement, puisqu’elle peut aider dans les efforts pour empêcher le réchauffement climatique mondial et appliquer efficacement le Protocole de Kyoto, qui est un problème qui nécessite plus d’attention.

Mohsen Talai’i 8/12/07 Copyright Tehran Times www.teherantimes.com quotidien international iranien.

Traduction Mireille Delamarre pour www.planetenonviolence.org

L’Iran abandonne le dollar

Dans ses transactions pétrolières, l’Iran a abandonné complètement l’utilisation du dollar selon le ministre du pétrole Gholam Hossein Nozari déclarant qu’on ne pouvait se fier au « billet vert ». « Actuellement, la vente de pétrole en dollars a été complètement arrêtée, ce qui correspond à la politique de vente du brut dans des monnaies autres. « selon l’agence d’information iranienne ISNA qui a repris ses propos. Il a ajouté « qu’on ne peut se fier au dollar compte tenu de sa dévaluation et des pertes des exportateurs de pétrole».

L’Iran, qui est le quatrième exportateur mondial de pétrole, a considérablement réduit sa dépendance au dollar pendant l’année 2007, à cause des pressions des US sur son système financier et la chute du dollar. Nozari n’a pas spécifié dans quelles monnaies les transactions avaient lieu, mais selon des responsables, la plupart le sont en euros et en yen. Le Japon qui va acheter 20% du pétrole iranien a accepté récemment de payer en yen. Le dirham des Emirats Arabes Unis est aussi envisagé comme monnaie de paiement. En octobre la proportion de dollars utilisés n’était plus que de 15 % avec comme objectif à court terme 0% de paiement en dollars US. L’Iran a aussi diminué la part de ses réserves en dollars dans les banques étrangères pour palier aux sanctions économiques des US à cause de son programme nucléaire, et a invité les pays de l’OPEC (soutenue en cela par le Venezuela) à prendre des mesures collectives pour adopter d’autres monnaies telle l’euro, et abandonner les transactions pétrolières en dollar. La chute du dollar a sérieusement affecté les revenus des pays de l’OPEC ces derniers douze mois, et la hausse du prix du baril n’a pu compenser ces pertes.

Synthèse Mireille Delamarre

Bourse au Pétrole en Iran

Un article du Persian Journal/PIN iranian. ns, dans sa rubrique Economie intitulé « Iran Bourse Soon » (Bientôt une Bourse en Iran ) du 12/12/07, détaille le plan.

Le dirigeant du Fond de Pension du Pétrole a annoncé mardi que les ministres de l’économie et du pétrole discutaient de la création d’une bourse du pétrole et que le centre deviendrait opérationnel dans un futur proche. Medhi Karbassian s’adressant au PIN a cité le ministre du pétrole Gholamhossein Nozari disant que ses discutions avec le ministre des affaires économiques et des finances Davud Danesh-Jaafari sur la gestion de la Bourse au Pétrole seraient bientôt finalisées.

En octobre 2006, le président Mahmud Ahmadinejad a souligné la nécessité de créer une Bourse au Pétrole, a rappelé le responsable, regrettant les délais. Karbassian a mis sur le compte des différents entre les ministères du pétrole et de l’économie pour la sélection du secrétaire général le délai dans la création de la Bourse au Pétrole. Il a aussi noté la méthode de fixation des prix comme une raison du délai. Selon le dirigeant du fond de Pension, dés que le secrétaire général sera choisi, les opérations directrices de la Bourse au Pétrole commenceront.

Karbassian a dit que le personnel de l’industrie pétrolière ferait partie des principaux actionnaires de la Bourse au pétrole. Des experts, principalement Ali Emami-Meibodi et Sheikh-Babaii, ont exprimé leurs points de vue sur le sujet. A présent, une bureaucratie lourde gère le marché du pétrole iranien, dans lequel sont impliqués des centaines de directeurs et des employés ordinaires. Puisque dans la Bourse au Pétrole les principaux facteurs affectant le marché sont l’approvisionnement et la demande, il y aura plus de transparence sur le marché du pétrole.

La Bourse au Pétrole peut aussi paver la voie à un contrôle raisonnable de toute l’industrie. Quand différentes compagnies de pétrole et pétrochimie fourniront leurs produits via la Bourse au Pétrole, toutes les transactions seront ouvertes au contrôle par les médias traditionnels et les individus.

La Bourse au Pétrole peut être un pas important vers la privatisation de l’industrie, parce que différentes compagnies s’engageront dans le commerce du pétrole.

Par conséquent, la Bourse au Pétrole peut mettre fin au monopole gouvernemental sur les transactions pétrolières et limiter les droits exclusifs des institutions gérées par l’état. Dans ce cas les investisseurs iraniens pourront pour la première fois pénétrer le marché.

Comme la Bourse au Pétrole s’intégrera au processus international du commerce, à cause de la compétition intense qui gouverne la production et l’approvisionnement en pétrole, gaz et pétrochimie, les compagnies iraniennes devront améliorer leurs systèmes de production et leur gestion et réduire les coûts des surplus pour survivre à la compétition contre d’autres compagnies. Ce développement permettra aussi aux autres secteurs économiques de la compagnie de se préparer à rentrer dans le commerce mondial.

La création de la Bourse au Pétrole révèlera les faiblesses des secteurs bancaires, des assurances, des douanes, de la finance et des secteurs administratifs, et leur permettra d’éliminer leurs faiblesses. Cela poussera aussi l’industrie pétrolière à porter plus d’attention aux systèmes de transport et de stockage, et l’amélioration des capacités nationales dans le secteur de l’énergie.

La Bourse au Pétrole Iranienne peut offrir à son économie un grand nombre d’opportunités et peut être considérée comme un terrain pour le développement des infrastructures du plus important secteur de la compagnie c'est-à-dire l’industrie pétrolière.

La proposition de création d’une Bourse Iranienne au Pétrole a été d’abord faite lors du IIIème Plan de Développement Economique (1999-2004) et des études en lien avec cela ont commencé en 2004.

En juin 2004, Mohalmmad-Javad Assemipur, un responsable en charge du plan, a rendu visite aux bourses au pétrole de Londres et a négocié avec certains opérateurs. S’en ait suivi un rapport de 500 pages sur la Bourse au Pétrole d’Iran qui a été soumis au ministère des affaires économiques et des finances de l’époque.

Le plan d’établir une bourse iranienne au pétrole, gaz et pétrochimie a été ratifié le 11 juillet 2005, par le Conseil de la Bourse en conformité avec l’Article 15 de l’Acte du Troisième Plan de Développement Economique et l’Article 95 de l’Acte du Quatrième Plan de Développement Economique. Le Conseil de la Bourse a délivré des permis légaux pour la création de la Bourse au Pétrole et requis du Ministère du Pétrole de prendre les dispositions nécessaires à cet effet.

Quand le Conseil de la Bourse a donné son feu vert pour l‘inauguration de la Bourse au Pétrole, le plan est entré dans ne nouvelle phase opérationnelle. Par conséquent, la bourse au pétrole, gaz et pétrochimie a été reconnue comme le troisième marché d’échange de produits après celui de l’agriculture et des métaux.

La principale salle de la Bourse sera établie sur Kish Island (île de Kish) et des plans sont en cours pour ouvrir une salle à Téhéran. Lors de l’inauguration, la plupart des transactions seront faites via internet et le marché des échanges ne s’occupera pas seulement du pétrole brut, mais aussi des produits pétro chimiques de même que des produits pétroliers et du gaz.

Une partie des transactions de la Bourse au Pétrole d’Iran sera faite sur papier et une autre partie sera menée physiquement. On prédit que les produits pétrochimiques et pétroliers seront commercialisés dans la première phase du développement de la bourse. On attend de la Bourse au Pétrole qu’elle prenne en charge toutes les transactions liées au secteur du pétrole inclus les transactions pétrolières avec les pays d’Asie Centrale trois ans après sont inauguration.

Le but principal de la Bourse au Pétrole iranienne c’est de faire du pays le principal centre du commerce du pétrole dans la région du Moyen Orient.

Copyright Persian Journal iran.ws http://www.iranian.ws/iran_news/publish/article_23644.shtml

Traduction Mireille Delamarre pour www.planetenonviolence.org

Sommet de la Caspienne, un triomphe pour l'Iran

Attaquer l'Iran pour Israel
















Dimanche 16 Décembre 2007
Mireille Delamarre

Dans la même rubrique :
1 2 3

Humour | EcoDictature Verte | Economie