information critique contre l'islam conquerant supremaciste le terrorisme
Sarkozie

Iran : Kouchner Par Sa Diplomatie de Trottoir Prépare Une guerre Contre L’Iran

La diplomatie française n’a jamais été aussi stérile contre productive non respectueuse de la souveraineté des états que depuis que Kouchner, cet agent sioniste, occupe le quai d’Orsay. Pour preuve ses derniers propos sur le nucléaire iranien.



Iran : Kouchner Par  Sa Diplomatie de Trottoir Prépare Une guerre Contre L’Iran

Une nouvelle fois Kouchner est intervenu ce lundi pour prôner des sanctions renforcées contre l’Iran mentant sans vergogne sur le supposé consentement des Russes et des Chinois pour ces sanctions.

«La communauté internationale n’a pas d’autre choix que d’imposer de nouvelles sanctions contre l’Iran à cause du refus de Téhéran de coopérer en ce qui concerne son programme nucléaire iranien« a-t-il péremptoirement affirmé.

«Je pense qu’il n’y a pas d’autre solution», la nature exacte des sanctions est encore en discussion, elles seront spécifiques a-t-il ajouté devant un parterre de journalistes. Il a affirmé que les «riches seraient touchés». On sait que ce genre de sanctions touche en premier les plus pauvres, et dans le cas du refus de livrer du combustible nucléaire pour alimenter la centrale de recherche médicale de Téhéran fabricant des isotopes médicaux, ce sont 850 000 malades iraniens qui seront directement affectés certains risquant de mourir. Comble du reniement de sa carrière de médecin pour cet ex « french doctor » qui a depuis longtemps échangé son stéthoscope pour la valise politique, et tout récemment diplomatique, qui lui rapporte bien plus tant en « gloire » quand espèces sonnantes et trébuchantes.

L’Iran ne refuse pas de coopérer mais refuse, de se voir imposer - directement par des résolutions politisées et illégales du CSONU, ou indirectement par une proposition qui vise à lui voler son uranium enrichi à 3.5% en exigeant qu’il l’expédie à l’étranger en échange d’une hypothétique livraison d’ uranium enrichi à 19.5 % pour son centre de recherche médical de Téhéran – la fin de son droit à l’enrichissement d’uranium, un droit que l’Iran possède en tant que signataire du TNP, Cet enrichissement se fait sous strict contrôle de l’AIEA. L’Iran exige des garanties concrètes car les «pays occidentaux n’ont pas respecté par le passé leurs engagements nucléaires vis-à-vis de Téhéran». Jusqu’à présent le P5+1 n’a pas fourni ces garanties raison pour laquelle l’Iran a fait une contre proposition : 400 kg de son Leu à 3.5% seraient transférés sur l’île de Kish pour un échange simultané avec l’équivalent en Leu à 19.5% sous supervision de l’AIEA.

Le P5+1 a refusé.

Kouchner a soutenu la guerre US contre l’Irak et maintenant soutient une attaque israélienne contre les installations nucléaires iraniennes tout en prônant d’abord l’imposition de sanctions paralysantes contre la société iranienne comme cela avait été le cas contre la société irakienne. Son objectif, qu’il ne cache nullement d’ailleurs, c’est par le biais de ces sanctions de monter la population iranienne contre le gouvernement actuel de Mahmoud Ahmadinejad. Non seulement il a réaffirmé son soutien au mouvement d’opposition iranienne : «je crois profondément à l’importance de ce mouvement» mais en plus il a ajouté que celui-ci pressait la communauté internationale de faire plus pour soutenir ses efforts.

L’attitude de Kouchner est totalement irresponsable. D’abord il s’ingère ouvertement dans les affaires intérieures d’un état souverain, comble de nuisance pour un ministre des affaires étrangères qui se doit d’observer une certaine réserve pour éviter d’envenimer des relations diplomatiques qui sont déjà particulièrement tendues entre la France et l’Iran. Ensuite c’est bien mal connaître l’histoire politique des sanctions qui se sont toujours révélées être non pas un facteur de division mais un facteur d’union surtout dans un pays menacé comme l’est l’Iran. Kouchner voudrait rallier toute la population iranienne derrière l’actuel gouvernement de Téhéran qu’il ne s’y prendrait pas mieux.

D’autre part en liant son discours sur des sanctions et un pseudo appel de détresse de l’opposition iranienne, il met celle-ci en danger, car à Téhéran on ne manquera pas de le noter et d’en tirer les conséquences. Qu’on ne s’étonne pas ensuite si d’ici peu on apprend l’arrestation de certains responsables politiques de l’opposition pour « intelligence avec l’ennemi » «atteinte à la sécurité du pays» etc…

Est-ce là l’objectif de Kouchner ?

Kouchner est donc un homme dangereux et peu fréquentable pour quiconque cherche par la voie démocratique à améliorer les libertés dans son pays. Sans parler bien sûr des répercussions négatives sur le sort de Clotilde Reiss accusée d’espionnage par Téhéran et défendue par ce même Kouchner qui prône publiquement l’aide aux opposants iraniens pour renverser le régime d’Ahmadinejad.

Quelle aide et par qui ?

En envoyant des informations sur le nucléaire iranien, comme Reiss a été accusée d'avoir fait, les Iraniens n’ayant pas manqué de noter que son père est un haut responsable à la Commission à l’Energie Atomique organisation étroitement liée à la défense française ?

Enfin Kouchner va jusqu’à mentir sciemment pour atteindre son objectif d’agent sioniste : des sanctions paralysantes avant une attaque militaire.

Il affirme que les « Russes sont à bord » ce qui est complètement faux. Jusqu’à présent Moscou s’est refusé à voter toute nouvelle sanction au CSONU. En ce qui concerne la Chine, Kouchner a dit aux journalistes qu’il croyait que « les Chinois suivront ». C’est faire preuve à l’égard de la Chine d’un total mépris en s’aventurant à affirmer que les Chinois sont des « suiveurs » autrement dit qu’ils n’ont pas leur propre agenda en ce qui concerne le nucléaire iranien. Jusqu’à présent la Chine a toujours refusé de voter de nouvelles sanctions contre l’Iran et a toujours affirmé que les sanctions n’étaient pas une solution et qu’il fallait discuter avec Téhéran.

Ni Kouchner, ni Obama - qui a forcé la main des Chinois récemment en faisant du chantage à une attaque israélienne sur les installations nucléaires iraniennes et au chaos qui en résulterait pour les approvisionnements en pétrole – n’ont de réelle influence sur la politique étrangère chinoise comme on l’a encore vu il y a quelques jours à Copenhague. La Chine est désormais au même rang que les « grandes puissances » même si ces dernières la qualifient encore avec une certaine condescendance post coloniale de «pays émergeant«.

Kouchner a encore raté une occasion de se taire.

Mais que peut-on attendre d’un homme qui s’affiche ouvertement sioniste et utilise ses fonctions pour servir les intérêts d’Israël avant ceux de la France ?

Lundi 21 Décembre 2009
Mireille Delamarre

Dans la même rubrique :
1 2 3 4

Special Présidentielle Sarkozy Dégages Hollande Ecoutes | Sarkozie