information critique contre l'islam conquerant supremaciste le terrorisme
Propagande

Incident du Détroit d’Hormuz : Comment le Pentagone a Propagé un Mensonge et les Medias l’ont Disséminé. Détails

Comme nous l’avions signalé dés la parution de cette information dans les médias traditionnels, le Pentagone a répandu un mensonge concernant l’incident du Détroit d’Hormuz. Voici les détails de cette opération de guerre de l’information, qui aurait pu déclancher une troisième guerre mondiale.



Incident du Détroit d’Hormuz : Comment le Pentagone a Propagé un Mensonge et les Medias l’ont Disséminé. Détails

Comment le Pentagone a propagé un mensonge

Reflétant bien sûr une décision plus étendue de la politique de l’administration, des officiers haut gradés du Pentagone ont utilisé une réunion d’information privée du Pentagone pour transformer l’incident US Iranien du 6 janvier dans le Détroit d’Hormuz en une histoire sensationnelle pour démontrer l’agressivité de l’armée iranienne, comme le montre une reconstruction de ces événements.

Les histoires parues initialement dans la presse sur l’incident, qui remontent au communiqué de presse fait par le vice assistant au secrétaire de la défense pour les affaires publiques en charge des opérations auprès des médias Bryan Whitman, contenait une information identique à celle qui a depuis été répudiée par la Marine elle-même.

Alors la Marine a elle-même disséminé une courte vidéo dans laquelle l’enregistrement audio d’un appel téléphonique prévenant que les navires de guerre US « exploseraient » dans « quelque secondes » était collé en fin de visuel. Bien que ce fut sans nul doute une production de la Marine, IPS (International Press Service) a appris que la décision finale sur son contenu a été prise par des officiers au sommet du Département de la Défense.

La rencontre entre 5 petites vedettes iraniennes rapides et apparemment non armées, chacune d’entre elles transportant une équipe de 2 à 4 hommes, et les 3 navires de guerre US a eu lieu très tôt le samedi 6 janvier, selon l’heure de Washington. Mais aucune information concernant l’incident n’a été faite au public pendant plus de 24 heures, indiquant par là que cela n’était pas considéré comme très urgent.

La raison pour cette absence d’information publique sur l’incident pendant plus d’une journée entière, c’est qu’il n’était pas différent de nombreux autres incidents dans le Golfe depuis plus d’une décennie. Un consultant du Pentagone qui a demandé à rester anonyme a dit à IPS qu’il avait parlé à des officiers qui avaient expérimenté des rencontres similaires avec des petits bateaux iraniens pendant les années 90, et que de tels incidents ne constituent « absolument pas de menace majeure pour la Marine US ».

Il y a de cela tout juste deux semaines, le 19 décembre, le USS Whidbey Island, un navire de guerre amphibie, avait tiré des tirs de semonce après qu’un petit bateau iranien se soit, soit disant approché à grande vitesse. Mais cet incident n’a pas été porté à l’attention du public.

Avec les rapports du commandant de la 5ème Flotte le vice amiral Kevin Cosgriff entre les mains tôt ce matin là, les officiers supérieurs du Pentagone ont eu toute la journée de dimanche 6 pour discuter quoi faire de cette rencontre dans le Détroit d’Hormuz. Le résultat cela a été la décision de le monter en épingle comme incident majeur.

La décision a été prise alors que le président George W. Bush était sur le point de partir pour un voyage au Proche Orient ayant pour but pour partie de convaincre les états arabes de se rallier aux US au sein d’une coalition anti - Iran.

La décision de Washington a été suivie de la divulgation d’une information par le commandant de la 5ème Flotte sur l’incident à environ 4 heures du matin, heure de Washington, le 7 janvier. C’était la première fois que la 5ème Flotte diffusait un communiqué de presse sur un incident avec de petits bateaux iraniens.

Le communiqué rapportait que les « petits bateaux « iraniens avaient « fait des manoeuvres agressives à proximité immédiate du (sic) Hopper (le navire de tête du convoi des trois navires de guerre). « Mais il ne suggérait pas que les bateaux iraniens avaient menacé les navires ou que cela avait presque failli se terminer par un tir sur ces derniers.

Au contraire, le communiqué présentait la façon dont les navires de guerre US avaient géré l’incident comme pratiquement de la routine. » Selon les procédures en vigueur » disait le communiqué » le Hopper a lancé des avertissements, essayé d’établir des communications avec les petits bateaux, et conduit des manœuvres évasives ».

Le communiqué ne faisait pas référence à un navire US sur le point de tirer sur les bateaux iraniens, ou à un appel menaçant comme quoi les navires US « exploseraient dans quelques minutes », comme les histoires suivantes ont rapporté, ou au largage d’objets sur le passage du navire US comme un danger potentiel.

Ce communiqué de presse a été ignoré par les médias, parce que plus tard dans la matinée du lundi le Pentagone a fourni aux correspondants un tout autre compte rendu de l’histoire.

A 9 heures du matin, Barbara Starr de CNN a rapporté que « des officiers militaires » lui avaient dit que les bateaux iraniens avaient non seulement fait des « manœuvres menaçantes », mais avaient transmis un message radio que «je viens vers vous » et « vous allez exploser ». Elle a divulgué ces informations dramatiques que le commandant de l’un des navires était «sur le point de donner l’ordre de tirer quand elles (vedettes iraniennes ndlt) se sont éloignées ».

CBS News a diffusé une histoire identique, ajoutant le détail que des bateaux iraniens « ont jeté à l’eau des boîtes qui auraient pu être remplies d’explosifs ». D’autres informations ont rapporté l’incident presque à l’identique.

La source de cette vague d’histoires peut maintenant être identifiée comme étant Bryan Whitman, l’officier au sommet du Pentagone en charge des relations avec les médias, qui a donné une conférence de presse aux correspondants du Pentagone ce matin là. Bien que Whitman a fourni quelques remarques en public, la plupart de ses remarques ont été faites en privé, ce qui voulait dire qu’il ne pouvait pas être cité comme en étant la source.

Par inadvertance semble-t-il, une dépêche publiée par Associated Press ce matin là citait Whitman comme la source de la déclaration que les navires US étaient sur le point de tirer quand les bateaux iraniens ont fait demi tour et se sont éloignés – cette partie de l’histoire, d’autres correspondants l’avaient attribuée à un officier du Pentagone qui n’était pas nommé.

Le 9 janvier, la Marine US a diffusé des extraits vidéo de l’incident dans lesquels une voix étrange – une voix clairement très différente de la voix de l’officier iranien qui appelle le navire US dans la radio iranienne – semble menacer les navires de guerre US.

Un enregistrement audio séparé de cette voix, que toute personne ayant accès à la fréquence VHF pouvait capter, a été collé dans une vidéo où apparemment la voix ne pouvait pas être entendue. C’était une décision politique, et le lieutenant colonel Mark Bellesteros du Bureau des Affaires Publiques du Pentagone a dit à IPS que la décision d’inclure la voix dans la vidéo était « un effort de collaboration de la direction ici, le Commandement Central et la direction de la Marine sur le terrain. »

« Direction ici » bien sûr, cela fait référence au secrétaire à la défense et à d’autres décideurs politiques au sommet, au sein du département. Un officier du Bureau d’information de la Marine US à Washington, qui a demandé à conserver l’anonymat à cause de la sensibilité du sujet, a dit que la décision a été prise dans le bureau du secrétaire de la défense.

Cette décision impliquait un haut risque de se faire prendre dans une tentative évidente de manipulation. Comme l’a dit à IPS un officier aux quartiers généraux de la 5ème Flotte à Bahrain, c’est connu parmi les officiers là bas que des plaisantins,- souvent appelé le « singe philippin » - interviennent fréquemment sur la fréquence VIF de bateau à bateau pour proférer des menaces ou des insultes.

L’une des menaces populaires faites par l’un de ces plaisantins, selon le journaliste britannique Lewis Page, qui a transité dans le Détroit avec la Flotte de sa Majesté c’est « attention je vais entrer en collision avec vous. »

Le 11 janvier, le porte parole du Pentagone Geoff Morrell avait déjà désavoué l’histoire que Whitman avait crée seulement 4 jours plus tôt. « Personne au sein de l’armée a dit que cette transmission émanait ces bateaux (iraniens) » a dit Morrell.

Les autres éléments de l’histoire fournis aux correspondants du Pentagone ont également été discrédités. L’officier commandant le croiseur portant des missiles à tête guidée le Port Royal, le capitaine David Adler, a démenti l’histoire du Pentagone comme quoi il s’était senti menacé par le largage de boîtes dans l’eau. Rencontrant des reporters lundi, Adler a dit : « je les ai vues flotter. Elles ne me semblaient pas menaçantes. »

Les commandants de la Marine semblaient cependant pour la plupart déterminés à appuyer l’idée qu’ils avaient été sur le point de tirer sur les Iraniens. Le vice amiral Kevin Cosgriff, le commandant de la 5ème Flotte a démenti l’histoire lors d’une conférence de presse le 7 janvier. Une semaine plus tard, le commandant Jeffery James, commandant du contre torpilleur Hopper, a dit aux reporters que les Iraniens s’étaient éloignés « avant que nous ne soyons sur le point d’ouvrir le feu. »

La décision de traiter l’incident du 6 janvier comme preuve d’une menace iranienne révèle un gouffre entre les intérêts des responsables politiques à Washington et les officiers de la Marine dans le Golfe. La commandante Robertson des Affaires Publiques de la 5ème flotte à qui on a demandé si le compte rendu de l’épisode fait par la Marine a été déformé par le Pentagone, n’a pas voulu commenter directement. Mais elle a dit : « On a un point de vue différent ici ».

Gareth Porter 16/01/08 Copyright IPS
Introduction et Traduction Mireille Delamarre pour www.planetenonviolence.org

Gareth Porter est un historien. Son dernier livre : Perils of Dominance: Imbalance of Power and the Road to War in Vietnam (University of California Press)


Attaquer l'Iran pour Israel

Stratégie de Bush vis à vis de l'Iran













Samedi 19 Janvier 2008
Mireille Delamarre

Dans la même rubrique :
1 2 3 4

Humour Les Folles D'Allah | Terrorisme Islamo-fascisme | International | Immigration clandestine | France XXI | Communautarisme Islamisation racialisation | Europe | Empire USioniste du Chaos | LIBERTE D'EXPRESSION D'INFORMATION | COLONIALISME JUDEO SIONISTE | GUERRE DE L'INFORMATION | Propagande | DICTATURE UE | PALESTINE | FRANCE | MONDE ARABE | ASIE | archives Armement Sécurité Stratégies Militaires | archives Droit International ONU | archives histoire traditions 2004-2008 | archives sciences écologie 2004-2008 | archives société 2004-2008 | archives culture | archives ressources educatives | archives informations 1 | archives informations 2