information critique contre l'islam conquerant supremaciste le terrorisme
Propagande

Images et propagande - Pendant l'entre deux guerres suprématie de la propagande et censure dans les pays totalitaires

Au service de la mobilisation nationale pendant la première guerre mondiale, la propagande renforce son emprise dans les pays totalitaires dans l'entre deux guerres par la concentration de moyens d’information entre les mains de ceux au pouvoir et de leurs acolytes. La puissance médiatique devient l’instrument exclusif du pouvoir politique, contrôlé par celui-ci à tous les échelons.



Affermir son pouvoir et enraciner la propagande

Images et propagande - Pendant l'entre deux guerres suprématie de la propagande et censure  dans les pays totalitaires
Dans les pays totalitaires et sous régimes autoritaires (Italie fasciste, Allemagne nazie, Union Soviétique, Pologne de Pilsudski, Portugal de Salazar et Espagne de Franco), l’utilisation exclusive par l’Etat des moyens de communication va étouffer toute velléité critique d’une société civile médiatiquement manipulée. L’objectif étant de gouverner sans partage, pour « éduquer » les citoyens, ce sont les médias de masse de l’époque qui sont privilégiés : la presse écrite avec notamment des illustrations photos, mais aussi les nouveaux moyens de communication que sont la radio et le cinéma (sonore dés 1927). L’information n’existe plus, seule la propagande a droit de cité.

L’espace imaginaire du symbolique est occupé massivement des les premières étapes de la conquête du pouvoir en Allemagne comme en Union Soviétique : la croix gammée qui renvoie à l’idéologie aryenne et au culte des indo-européens, la faucille et le marteau choisi des 1918. Cette symbolique va se déployer dans l’espace de communication comme décor de fond pour rappeler sans cesse au public qui sont les maîtres qui dominent et l’Etat et la nation, sans parler de tous les gadgets ( timbres, sculptures, tampons administratifs etc)marqués de leur sceau. Elle est omniprésente dans l’espace proprement médiatique et sa puissance est démultipliée au cinéma ou lors de rassemblements organisés par l’Etat totalitaire qui investit les espaces de rassemblements de masses tels les terrains de sports ou les places publiques. En Union Soviétique, dans les années 20 les instruments et méthodes de propagande vont être élaborés à partir d’expériences de terrain sans planification préalable, le zèle déployé provenant de la volonté sans faille de convaincre les citoyens du bien fondé de ce nouvel ordre censé construire un monde meilleur de justice sociale. En Allemagne des les années 30 la radio est utilisée comme moyen puissant pour véhiculer la doctrine nazie. L’Etat vend à bas prix des radios pour que « toute l’Allemagne écoute le Führer « selon les affiches publicitaires disséminées pour en favoriser l’acquisition.


Main mise sur la jeunesse

Images et propagande - Pendant l'entre deux guerres suprématie de la propagande et censure  dans les pays totalitaires
Il s’agissait pour ces « élites » qui avaient main mise sur le politique, de façonner « un homme nouveau « (révolution anthropologique) d’où bien sûr leur intérêt pour la jeunesse, « matériel humain » malléable et facilement façonnable. En plus de l’apprentissage scolaire devenu une entreprise d’endoctrinement national, sont créées et développées parallèlement des institutions d’encadrement à l’intérieur desquelles circulent livres de chants, revues illustrées de propagande, avec son lot d’images clichés (celle du juif gras gros nez brun prédomine), de stéréotypes, et de louanges à la grandeur et la puissance du régime.

« Des leur âge le plus obscur, l’idée d’Etat doit peser sur les jeunes âmes avec la puissance suggestive d’un mythe qui, l’âge croissant, s’actualise en forme de discipline ou de militantisme efficace… » (Emilio Gentile La via italiana al totalitarismo Roma La Nuova Italia Scientifica 1995).

Instrumentalisation de la puissance médiatique- Censure totale buraucratisée

Images et propagande - Pendant l'entre deux guerres suprématie de la propagande et censure  dans les pays totalitaires
Au service de la mobilisation nationale pendant la première guerre mondiale, la propagande renforce son emprise dans les pays totalitaires par la concentration de moyens d’information entre les mains de ceux au pouvoir et de leurs acolytes. La puissance médiatique devient l’instrument exclusif du pouvoir politique, contrôlé par celui-ci à tous les échelons (national, local). La censure qui intègre l’idéologie des maîtres au pouvoir s’intensifie s’appuyant sur tout un arsenal juridique (lois d’exceptions, constitutions…) Des 1926 en Italie la liberté d’expression est interdite au nom de la défense des valeurs fascistes et de la sécurité de l’Etat. Idem en Union Soviétique ou l’on passe fort aisément d’une censure contrôlée par des institutions mise en place sous le tsar, à celle du bolchevisme contrôlée par les mêmes institutions forte de leur « savoir faire » et de leur continuité. Ainsi, le comité crée en 1916 par le tsar pour soutenir le moral des civils et des militaires devient, récupéré plus tard par le soviet des travailleurs intellectuels, le comité de propagande ; puis en 1924 le comité central du parti crée en son sein le département spécial d’Agitation et Propagande « Agit-prop « . Cet « agit prop » c’est aussi la doctrine activiste produite : mobiliser l’opinion publique autour de mots d’ordre efficaces (agitation) et pénétrer les esprits par la propagande, pour que ceux-ci deviennent imperméables aux idées contre – révolutionnaires. En Italie c’est le ministère de la presse et de la propagande puis à partir de 1937 le ministère de la culture populaire « minculpop »qui assurent ces mêmes fonctions de censure, et en Allemagne le ministère de l’information et de la propagande de Goebbels. La manipulation des informations est confiées à des responsables politiques spécialistes de la propagande idéologique tout cela dans le plus grand secret « Le seul principe d’organisation pour les militants de notre mouvement doit être : secret rigoureux, tri minutieux des membres, préparations de révolutionnaires professionnels » (exposé de Lénine « Que faire ? «). Pour Hitler la propagande est un art de l’action, et doit s’adresser à la masse « toute propagande doit être populaire, elle doit ajuster son niveau intellectuel en fonction de la capacité d’absorption des plus bornés….aussi plus grand sera la masse des gens à atteindre, plus bas devra être son niveau intellectuel » Mein Kampf

La photographie de presse et l’usage des faux dans la propagande

Images et propagande - Pendant l'entre deux guerres suprématie de la propagande et censure  dans les pays totalitaires
Avec l’avènement et le développement de la photographie supposée fournir des images reproduisant fidèlement la réalité, le trucage, modifications, retouches mineures utilisées depuis le début notamment pour les tirages de presse va être rapidement utilisés à des fins de manipulations politiques. La photographie apparaît pour les responsables des services de propagande des régimes totalitaires comme le complément nécessaire des discours relatés dans la presse. Un soin « tout particulier » va donc être apporté notamment à la mise en scène des dirigeants. Les maîtres dans l’art de la falsification de documents furent sans conteste les soviétiques mais les fascistes italiens et nazis allemands leur emboîtèrent vite le pas. Ainsi dans la presse soviétique au fil des purges, les photos étaient elles mêmes également « purgées » (petites retouches) de ceux qui disparaissaient broyés par la machine d’Etat totalitaire. Les photographies des dirigeants sont elles mêmes sujettes à retouches selon des critères imminament politiques : il faut que le message verbal se reflète dans l’image du chef d’où les mises en scènes nombreuses auxquelles se livrèrent Hitler Mussolini Lénine Staline attestées par de multiples prises de vue sélectionnées ensuite avec soin pour les besoins de la propagande (image du guerrier, de l’homme d’Etat, du père de la nation)


Les films de propagande

Images et propagande - Pendant l'entre deux guerres suprématie de la propagande et censure  dans les pays totalitaires
Les grands rassemblements politiques caractéristiques des régimes totalitaires de l’entre deux guerres sont organisés comme de véritables messes politiques avec mise en scène: installation des spectateurs, défilés ( groupes paramilitaires du parti, de jeunesse), arrivée et positionnement des dirigeants, puis la phrase déclamatoire avec en général un premier intervenant dont le discours a pour but de « chauffer « la foule, puis l’entrée en scène du chef, et sa prêche « prophétique « auréolée d’une Hora sacrée miraculeuse. Tout ceci est filmé dans l’Allemagne nazie. A cet effet, Goebbels a recruté une réalisatrice Leni Riefenstahl dont les films sont financés par un consortium pour le cinéma nationalisé. Ces films passent ensuite dans les salles de cinéma, notamment dans les actualités cinématographiques. En Union Soviétique, certaines actualités montrent Staline au travail, à son bureau éclairé par une lampe, l’objectif étant de faire passer l’image d’un travailleur infatigable au service de la nation. Image aussi rassurante car le peuple peut dormir tranquille le chef veille et travaille jour et nuit à la construction de la société idéale. Pour embrigader les masses les dirigeants totalitaires ont recours à l’utopie sociale : une nouvelle société, civilisation, avec au départ la nécessité de créer un homme nouveau figure du travailleur en bleu de travail chez les soviétiques, du blond aryen en Allemagne nazie que les photoreportages mettent sans cesse en avant.

La propagande des régimes totalitaires s’applique à contrôler l’imaginaire que véhicule l’image, la parole, le gestuel, à des fins d’asservissement politique socio économique des populations, en monopolisant tous les moyens de communication audiovisuels et écrits. L’impact d’une telle emprise on la connaît : violence à l’intérieur exportée à l‘extérieur en se fabriquant de toutes pièces des « menaces » qui a leur tour vont alimenter la propagande pour mieux conforter ces régimes totalitaires et leurs velléités guerrières expansionistes.





Mardi 23 Novembre 2004
Mireille Delamarre



Dans la même rubrique :
1 2 3 4

Humour Les Folles D'Allah | Terrorisme Islamo-fascisme | International | Immigration clandestine | France XXI | Communautarisme Islamisation racialisation | Europe | Empire USioniste du Chaos | LIBERTE D'EXPRESSION D'INFORMATION | COLONIALISME JUDEO SIONISTE | GUERRE DE L'INFORMATION | Propagande | DICTATURE UE | PALESTINE | FRANCE | MONDE ARABE | ASIE | archives Armement Sécurité Stratégies Militaires | archives Droit International ONU | archives histoire traditions 2004-2008 | archives sciences écologie 2004-2008 | archives société 2004-2008 | archives culture | archives ressources educatives | archives informations 1 | archives informations 2