information critique contre l'islam conquerant supremaciste le terrorisme
Economie

Fragile Hégémonie du Dollar : la Bourse au Pétrole de l’Iran pourrait renverser le Dollar

« …A quel point est-ce important que le pétrole continue d’être évalué en dollar ? Est-ce que les US lanceraient une guerre pour défendre le statut du dollar comme étalon monétaire mondial ?... »



Fragile Hégémonie du Dollar : la Bourse au Pétrole de l’Iran pourrait renverser le Dollar

Fragile Hégémonie du Dollar : la Bourse au Pétrole de l’Iran pourrait renverser le Dollar

Il y a deux semaines, Georges Bush a été envoyé en mission au Moyen Orient pour y apporter une « tête de cheval ». Nous nous souvenons tous de la scène troublante dans le film « The Godfather » (Le Parrain) de Francis Ford Coppola où l’on voit Lucca Brassi aller à Hollywood pour convaincre un producteur de film récalcitrant d’engager dans son prochain film le neveu de Don Corleone. Le producteur « Poids Lourd » est finalement persuadé d’embaucher le jeune acteur après qu’il se soit réveillé avec dans son lit la tête coupée de son cheval pur sang. Je pense que Bush a fait une offre similaire, « une offre qu’ils ne pouvaient pas refuser », aux différents dirigeants des états du Golfe, quand il les a rencontré au début du mois dernier.

Les médias ont essayé de définir le voyage de Georges Bush au Moyen Orient comme une « mission de paix » mais cela n’est qu’un écran de fumée. En fait, 3 jours après que Bush ait quitté Jérusalem, Israël a amplifié ses opérations militaires dans les territoires occupés et repris le blocage sans pitié de nourriture, de médicaments d’eau et d’énergie aux 1,5 millions de personnes vivant à Gaza. Clairement, si Bush n’avait pas donné son feu vert aux opérations d’agression d’Israël, celles-ci auraient été perçues comme un camouflet au président des Etats-Unis.

Donc, quel était le vrai but du voyage de Bush ? Après tout il n’a aucun intérêt pour la paix, ou d’honorer ses engagements à résoudre la crise israélo palestinienne. Donc, pourquoi choisirait –il de faire une visite au Moyen Orient alors que son second mandat est juste entrain de s’achever et qu’il n’y a aucune chance de succès ?

Quelquefois des visites personnelles sont importantes; spécialement quand la nature de l’information est si sensible que le message doit être transmis en face à face. Dans ce cas, Bush a pris la peine de parcourir la moitie de la planète pour dire aux Saoudiens et à leurs amis dans le Golfe Persique qu’ils devaient continuer à lier leur pétrole au dollar où ils allaient « dormir avec les poissons ». Depuis ces deux derniers mois, différents Scheiks et ministres des finance se sont plaints de la chute du dollar – menaçant de rompre avec ce que l’on appelle l’ »index dollar » et avoir recours à un panier de monnaies. Le voyage de Bush semble avoir réactivé l’esprit de coopération fraternel. Le marmonnement a cessé et chacun est de retour « à bord ». Les dirigeants régionaux semblent maintenant beaucoup moins ennuyés par le fait que l’inflation engloutit leurs économies et fait exploser le prix de la main d’œuvre, de la nourriture, de l’énergie et du logement. Reuters a résumé la situation comme suit :

« Apres une vague de mécontentements publics concernant la réforme monétaire de l’année dernière, les dirigeants des banques centrales du Golfe essaient de se serrer les coudes, considérant les index comme des sources de stabilité et minimisant la faiblesse du dollar comme un phénomène temporaire. »

Il semble que Bush ait aplani les difficultés.

Ces deux dernières semaines, les dirigeants du Golfe ont observé avec nervosité tandis que la Réserve Fédérale baissait monstrueusement les taux d’intérêt de 125 points de base. Les baisses érodent constamment le capital de 3 trillions de $ que les Scheiks ont investi dans les bons du trésor et les titres US.

« L’inflation est à son plus haut depuis 16 ans en Arabie Saoudite et Oman, aux Emirats Arabes Unis elle a atteint son pic de 19 ans. Les dirigeants politiques du Golfe interviennent directement sur les prêts, les marchés immobiliers et de biens de consommation pour compenser les baisses du taux d’intérêt. « (Reuters)

La valeur des biens immobiliers a atteint des sommets. La valeur des biens commerciaux a doublé dans les EAU depuis le début 2007. La bombe inflationniste a obligé d’autres états du Golfe à fournir des subsides alimentaires à leur peuple et une « augmentation de 70% pour certains des employés du gouvernement fédéral des Emirats. »

Des travailleurs migrants mécontents ont manifesté à Dubaï récemment, demandant d’être équitablement compensé pour l’augmentation sévère des prix. Le riyal saoudien a atteint son pic depuis 21 ans.

Les agents de change s’attendent à une nouvelle augmentation de 8% du dirham et du riyal avant avril, et ils prédisent des taux d’intérêts qui obligeront les dirigeants des banques centrales dans les pays du Golfe à passer soit à l’euro soit à un panier de monnaies régionales. Jusqu’à présent néanmoins, les princes saoudiens loyaux ont continué à maintenir leur soutien au dollar.

Défendre l’Hégémonie du Dollar

Donc à quel point est-ce important que le pétrole continue d’être évalué en dollar ? Est-ce que les US lanceraient une guerre pour défendre le statut du dollar comme étalon monétaire mondial ?

La réponse à cette question pourrait être donnée aussi rapidement que cette semaine, car la Bourse iranienne attendue depuis longtemps doit s’ouvrir entre le 1er et le 11 février. Selon le ministre des finances iranien Davoud Danesh –Jafari, « toutes les préparations ont été faites pour lancer la Bourse ; elle ouvrira pendant les 10 jours du Dawn (cérémonies marquant la victoire de la Révolution Islamique de 1978 en Iran). » La Bourse est considérée comme une menace directe pour la domination mondiale continuelle du dollar car elle exigera que les opérations d’achat vente du « pétrole iranien, des produits pétrochimiques et du gaz » se fassent en « monnaies hors dollar » (Press TV Iran)

Le système du pétro dollar n’est pas différent du système étalon or. Actuellement la monnaie dépend essentiellement d’une source vitale d’énergie dont dépend chaque société industrialisée – le pétrole. Si le dollar est détaché du pétrole, il ne servira plus comme une de facto monnaie d’échange internationale et les US seront obligés de réduire leurs énormes déficits commerciaux, reconstruire leurs capacités de productions industrielles, et devenir de nouveau une nation exportatrice. La seule alternative, c’est de créer un réseau de régimes clients qui répriment les aspirations collectives de leurs peuples de façon à ce qu’ils puissent fidèlement suivre les directives de Washington.

Quant à la question de savoir su l’administration Bush commencerait une guerre pour défendre l’hégémonie du dollar ; c’est une question qu’il faut poser à Saddam Hussein. L’Irak a été envahie six mois après que Saddam soit passé à l’euro. Le message est clair; l’Empire défend sa monnaie.

De même, l’Iran a abandonné en 2007 le dollar et a insisté pour que le Japon paie ses énormes factures en yen. La « conversion » a rendu l’administration Bush furieuse, et depuis, fait de l’Iran la cible de la bellicosité des US. En fait, alors même que 16 agences de renseignements US ont publié un rapport (NIE) disant que l’Iran ne développait pas de programme d’armement nucléaire, et alors même que le chien de garde du nucléaire de l’Onu, l’AIEA, a trouvé que l’Iran respectait ses obligations selon le TNP (Traité de Non Prolifération), une attaque préventive menée par les US contre l’Iran semble possible.

Et, bien que les médias occidentaux minimisent les perspectives d’une autre guerre dans la région, Israël prend des précautions suggérant par là que l’idée n’est pas si absurde. « Israël appelle à ce que des abris soient aménagés afin de préparer le public pour une nouvelle guerre, cette fois, une ou pleuvront des missiles » (Press TV Iran).

« La prochaine guerre verra une utilisation massive d’armes balistiques contre tout le territoire israélien » a affirmé un général de réserve Udi Shani (Global Research http://globalresearch.ca/index.php?context=va&aid=7982)

La Russie constate aussi une probabilité croissante d’hostilités surgissant dans le Golfe et a répondu en envoyant une force navale de guerre en mer Méditerranée et dans l’Atlantique Nord.

Selon un article publié sur le site de Global Research :

« Sous pavillon de la flotte russe de la Mer Noire, le navire de croisière Moskva équipé de missiles guidés, a rejoint les navires de guerre croisant en Méditerranée le 18 janvier pour participer à des manœuvres actuelles… Cette opération est le premier exercice de grande ampleur de la Marine Russe dans l’Atlantique en 15 ans. Tous les navires de combat et les avions de combat impliqués étaient équipés de leur charge d’armement de combat. » (Global Research, http://globalresearch.ca/index.php?context=va&aid=7983)

La France planifie aussi des manoeuvres militaires dans le Détroit d’Hormuz. L’Opération «Protection du Golfe 01 » aura lieu au large de la côte de l’Iran et utilisera des milliers de personnel dans le cadre d’opérations armées conjointes qui comprendront des simulacres d’attaque contre des plateformes pétrolières ».

Les exercices sont prévus pour entre le 23 février et le 5 mars, et impliqueront 1500 soldats français, 2500 des Emirats et 1300 du Qatar, opérant par terre mer et air, selon le ministère : « environ une demi-douzaine de navires de guerre, 40 avions et des douzaines de véhicules blindés participeront aux jeux de guerre » a dit Fusalba.

http://www.defensenews.com/story.php?F=3346953&C=mideast

En plus, la semaine dernière, 3 (2 dans le Golfe Persique et 2 dans les eaux égyptiennes : rectificatif de la traductrice) principaux câbles sous marin qui transporte le trafic internet ont été coupés dans le Golfe Persique et ¾ des communications internationales entre l’Europe et le Moyen Orient ont été perdues. De grandes parties du Moyen Orient ont été plongées dans le noir.

Est-ce pure coïncidence ou quelque chose d’autre qui se passe sous la surface ?

Ian Brockwell de l’American Chronicle a dit :

« En supposant que les câbles coupés n’étaient pas un accident, nous devons nous demander qui ferait une telle chose et pourquoi. L’Iran, le plus touché, n’a vraiment aucun intérêt à un tel acte et est peut être la cible de ceux qui en sont responsables ?... Peut être est ce le prélude à une attaque, ou peut être un test pour une future attaque » ?

Les communications ont toujours été un facteur essentiel de l’action militaire, et couper ces câbles pourrait affecter les capacités de l’Iran à se défendre » (American Chronicle, http://www.americanchronicle.com/articles/51085)

Malgré le manque de couverture médiatique, les tensions montent dans le Golfe, et la probabilité d’une attaque menée par les US contre l’Iran est toujours élevée. Bush est convaincu que s’il ne se confronte pas à l’Iran, alors personne ne le fera. Il croit aussi que s’il ne défend pas militairement le dollar, alors les jours de l’Amérique comme « la seule superpuissance mondiale » sont comptés. Donc, la réelle question c’est : est ce que Bush réalisera que l’Amérique est déjà irrémédiablement embourbée dans deux conflits qui « ne peuvent être gagnés » où est ce qu’il agira à nouveau selon « ses tripes » et nous conduira à une conflagration de dimension régionale ruineuse ?

Mike Whitney 04/02/08

Source et Copyright Global Research

Mike Whitney contribue régulièrement au site de Global Research

Traduction Mireille Delamarre pour www.planetenonviolence.org

Information complèmentaire

La Bourse iranienne au pétrole sera inaugurée le dimanche 17 février 2008. Elle sera située sur l'île de Kish dans le Golfe Persique et les transactions seront faites en monnaie iranienne le rial.


Sanctions contre l'Iran: inefficaces

OTAN Uber Alles: frappes nucléaires préventives



Dimanche 10 Février 2008
Mireille Delamarre

Dans la même rubrique :
1 2 3

Humour | EcoDictature Verte | Economie