information critique contre l'islam conquerant supremaciste le terrorisme
Nucléaire

Envisagez les Conséquences d’un Bombardement des Installations Nucléaires de l’Iran… et Priez

.L’administration Bush et ses conseillers israéliens sont actuellement entrain de planifier la contamination de la planète pendant 700 millions d’années. Selon la rhétorique des candidats à la présidentielle US, Hillary Clinton et John MacCain, eux aussi pensent que c’est une bonne idée. Les médias US applaudissent.



Envisagez les Conséquences d’un Bombardement des Installations Nucléaires de l’Iran… et Priez

Envisagez les Conséquences d’un Bombardement des Installations Nucléaires de l’Iran… et Priez

Le ton belliqueux du gouvernement US est récemment monté d’un cran en direction de l’Iran.

Un grand nombre d’articles dans différents journaux suggèrent qu’on est sur le chemin de la guerre : le Mail & Guardian du 1er avril, le Rutland Herald du 4 avril, le Telegraph du 7 avril, l’International Herald Tribune du 11 avril, le Washington Post du 1é avril, le Washington Times du 16 avril, le Progressive du 24 avril, le Santa Monica Mirror du 24 avril, Asia Times du 25 avril, l’International Herald Tribune du 25 avril, le Toronto Star du 25 avril, le Christian Science Monitor du 25 avril, le Washington Post du 26 avril, le Washington Times du 26 avril, le First Post du 26 avril, le Los Angeles Times du 26 avril, le Washington Times du 26 avril, et le Telegraph du 26 avril.

Deux flottes offensives de porte avions sont actuellement stationnées près de l’Iran et on rapporte qu’ une autre est en route. Fin mars, l’Arabie Saoudite s’est entraînée pour savoir comment palier à des retombées nucléaires suite à une attaque contre l’Iran. Début avril, Israel a organisé des exercices de premier secours pour faire face à des tirs de missiles en représailles suite à une attaque US contre l’Iran. tout le monde dans la région se prépare aux bombardement des installations nucléaires iraniennes. L’Iran aussi, est prêt pour la guerre.

On dit que les US ont 10 000 cibles en Iran. Parmi celles-ci on trouve principalement tous les sites nucléaires dont la centrale nucléaire de production d’électricité de Bushehr sur la côte du Golfe Persique, près du Koweït, et les installations nucléaires d’enrichissement à Natanz près d’Esfahan. Bushehr est une ville industrielle, qui compte presque 1 million d’habitants. Au moins 70 000 ingénieurs étrangers travaillent dans la région qui comprend un vaste champ gazier. Natanz est le principal site d’enrichissement de l’Iran, au nord d’ Esfahan, qui compte également des installations nucléaires d’enrichissement. Esfahan est une ville classée au patrimoine mondial et a une population de 2 millions d’habitants.

Le réacteur nucléaire de Bushehr en Iran a 82 tonnes d’uranium enrichi (U235) qui ont été chargé à l’intérieur, selon des nouvelles informations israéliennes et chinoises. L’installation doit devenir opérationnelle cet été, pour produire de l’électricité. Le centre d’enrichissement de Natanz fonctionne à pleine capacité, enrichissant de l’uranium pour être utilisé dans des réacteurs selon des rapports de l’AIEA.

Selon le Center for Disease Control – Centre de Contrôle des Maladies – l’uranium 235 utilisé dans les réacteurs nucléaires a une ½ vie de 700 millions d’années. Alors que le combustible du réacteur nucléaire est utilisé, il se transforme en uranium 238, qui a une ½ vie de 4.5 Billions d’années. Ces isotopes radioactifs sont dangereux pour la santé parce qu’ils émettent des particules alpha et parce qu’ils sont chimiquement toxiques. Quand ils sont inhalés, ils endommagent les tissus des poumons. Quand ils sont ingérés, ils endommagent les reins et provoquent des cancers des os et des tissus du foie. Selon une étude récente de recherche médicale, l’exposition à l’uranium provoque des malformations chez les nouveaux nés et des morts nés.

Dans l’histoire il n’est jamais arrivé que des installations nucléaires de production d’énergie et des centres d’enrichissement d’uranium soient délibérémment bombardés. De telles installations, partout dans le monde, fonctionnent selon des normes extrêmement strictes parce que les fuites de matériaux radioactifs sont mortelles, immédiatement et longtemps après l’exposition. Si les USA ou Israel bombardait délibéremment une centrale nucléaire entièrement chargée de son combustible, ou des installations d’enrichissement d’uranium, l’endiguement serait brisé ; des éléments radioactifs seraient libérés dans l’environnement. Il y aura des morts horribles pour les familles vivant à proximité. L’union des Scientifiques Responsables a estimé qu’un bombardement des installations nucléaires d’enrichissement près d’Esfahan ferait 3 millions de morts dans les 3 semaines suivant celui-ci, et la contamination couvrirait l’Afghanistan ; le Pakistan, remontant jusqu’en Inde.

Les réacteurs et les installations d’enrichissement sont construits en béton extrêmement dur, souvent avec des dômes faits de multiples couches de protection, souvent construit en sous sol. Bombarder de telles installations nécessiterait des explosifs puissants, des têtes pénétrant le sol, peut être des têtes nucléaires. Les explosions enverront la contamination très haut dans l’atmosphère. Où se dispersera -t-elle, c’est une question dont il est difficile de prédire la réponse.

Lors de la Guerre du Golfe de 1991, on a mis le feu à de nombreux puits de pétrole au Koweït. Selon le Département d’Etat US, « des pluies noires ont été observées en Turquie, et de la neige noire est tombée au pieds des Montagnes de l’Himalaya ». Des nuages radioactifs venant du bombardement des installations nucléaires de l’Iran atteindraient les mêmes endroits, dans des conditions climatiques identiques. Mais ces nuages radioactifs pourraient remonter vers le Nord, en Europe. Lors de l’invasion de l’Irak par les USA, la Grande Bretagne et l’Australie, et d’autres, en mars 2003, des roquettes pour percer le blindage des tanks et des bombes à l’uranium appauvri (U238) ont été utilisées. Il a seulement fallu 9 jours pour que les particules d’UA se déplacent d’Irak en Grande Bretagne, où dans les filtres à air on a constaté une augmentation de 300% de ces particules d’uranium attribuées à la guerre. Les conditions météorologiques de l’époque ont fait que les particules arrivées en Grande Bretagne ont d’abord cheminé au dessus du centre de la Turquie, de l’Ukraine, de l’Autriche, de la Pologne, de l’Allemagne, de la Suède, et du Danemark, puis en Grande Bretagne, puis en Norvège et Finlande et finalement au dessus d’e l’Artique. Cela a été rapporté par le Times, faisant un résumé d’une étude dans l’European Biology and Bioelectromagnetics.

Les retombées nucléaires d’un bombardement de l’Iran auront une ½ vie de 700 millions d’années. C’est une durée difficile à saisir. Jésus Christ a prêché il y a seulement 2000 ans. Dans l’évolution des humains, nos plus lointains ancêtres proches du singe, ceux qui se déplaçaient debout, vivaient il y a quelque 5 millions d’années. L’administration Bush et ses conseillers israéliens sont actuellement entrain de planifier la contamination de la planète pendant 700 millions d’années. Selon la rhétorique des candidats à la présidentielle US, Hillary Clinton et John MacCain, eux aussi pensent que c’est une bonne idée. Les médias US applaudissent.

Ou bien les Américains ne comprennent pas ce qu’ils sont entrain de préparer, ou ils se croient eux-mêmes protégés des conséquences. La planète est vaste. Ce qui se passe quelque part en fait le tour. Des nuages de fumée des puits de pétrole en feu lors de la Guerre du Golfe se sont déplacés tout autour de la planète, et ont été détectés en Amérique du Sud. Les retombées radioactives d’un bombardement d’une centrale nucléaire iront aussi loin, spécialement si on considère qu’ils ont des millions d’années pour faire le voyage.

Les nations du Golfe Persique – l’Arabie Saoudite, le Koweït, l’Irak, et l’Iran- détiennent plus de la moitié des réserves mondiales de pétrole connues. En 1981, une étude de Fetter et Tsipis dans le Scientific American, sur « les émanations catastrophiques de la radioactivité » a estimé que le bombardement d’un réacteur nucléaire provoquerait la contamination d’une zone de 13 000 Km2 autour du réacteur, qui deviendrait inhabitable, en tenant compte du côté où soufflerait le vent. Bombarder le réacteur de Bushehr cela voudra dire que la moitié du pétrole mondial sera instantanément inaccessible. Bombarder l’Iran cela veut dire que les Américains ne pourront plus se déplacer nulle part en voiture, et ce pendant une très longue période (idem en France et ailleurs…ndt). Ce sera la fin du mode vie américain. Un effondrement économique difficile à imaginer par les américains s’en suivra. Ce sera la fin de l’agriculture mécanisée et le transport de nourriture. La famine est une possibilité. Il y aura sûrement des émeutes pour la nourriture, sur une terre d’abondance alors que le réservoir d’essence est vide.

Les nations du monde ne peuvent pas faire confiance aux USA et à ses conseillers israéliens sur la rationalité de bombarder des réacteurs. C’est fou de dire « toutes les options sont sur la table », et c’est un crime contre l’humanité. Les USA et Israël préparent l’opinion publique à accepter une telle folie en annonçant qu’ils ont bombarder avec succès un réacteur nucléaire syrien (supposé être un réacteur nucléaire ndlt), sans conséquences néfastes. Israël a aussi récemment divulgué une vidéo de son bombardement de 1981 du réacteur nucléaire d’Osiraq en Irak. Voyez c’est facile. Il n’est rien arrivé. Mais tout deux étaient des sites en construction, sans réacteur rempli de tonnes d’uranium enrichi.

Les peuples et les gouvernement du Golfe Persique, du Moyen Orient, en Europe, et jusqu’en Inde et en Russie et en Chine doivent mener des actions efficaces maintenant pour stopper cette folie. Une fois que les émissions radioactives seront libérées, les résolutions de l’ONU ne pourront pas enrayer leur propagation.

Les Américains qui ont des membres de leurs familles et des amis en service dans l’armée US dans le Golfe Persique et en Irak, et en Afghanistan, doivent se demander jusqu’à quand l’administration Bush va les considèrer comme mobilisés.

La planète plaide « de ne pas bombarder de réacteurs nucléaires. »

Floyd Rudmin 29 avril 2008. Copyright Global Research

Article en anglais avec hyperliens

Introduction traduction Mireille Delamarre pour www.planetenonviolence.org

Responsabilité des journalistes en temps de guerre

Psyop/propagande américano sioniste contre la Syrie, la Corée du Nord, l'Iran


Mercredi 30 Avril 2008
Mireille Delamarre

Dans la même rubrique :
1 2

Nucléaire