information critique contre l'islam conquerant supremaciste le terrorisme
MONDE ARABE

En Palestine une guerre contre les enfants

Pendant que des missiles israéliens sont tirés sur les piqueniqueurs palestiniens et des maisons dans Gaza et la Cisjordanie, les Etats Unis Israel et l'UE les affament. Les victimes de cette famine en seront majoritairement des enfants. Une telle punition collective, identifiée comme un crime contre l’humanité par les Conventions de Genève, évoque l’étouffement du ghetto de Varsovie par les nazis et le siège économique de l’Irak par les américains dans les années 90. Maintenant, le terrorisme d’état, sous la forme d’un siège médiéval, s’applique sur les plus vulnérables.



Source: www.bilin-village.org - Bil'in village palestinien en resistance non violente contre l'occupation israélienne
Source: www.bilin-village.org - Bil'in village palestinien en resistance non violente contre l'occupation israélienne

En Palestine une guerre contre les enfants

Arthur Miller a écrit « Peu d’entre nous peuvent accepter le fait que la société ne puisse en quelque sorte avoir un sens. La pensée que l’état a perdu la tête et punisse autant d’innocents est intolérable. Et par conséquent on en dénie la preuve intérieurement. »

La vérité dite par Miller a fait une apparition furtive le 9 juin sur les écrans de télévision quand des bateaux de guerre israéliens ont tiré sur des familles piqueniquant sur la plage de Gaza, tuant 7 personnes, parmi elles 3 enfants et 3 générations. Ce que cela représente c’est la solution finale au problème des palestiniens avec l’accord des Etats-Unis et d’Israël. Pendant que des missiles israéliens sont tirés sur les piqueniqueurs palestiniens et des maisons dans Gaza et la Cisjordanie, les deux gouvernements les affament. Les victimes de cette famine en seront majoritairement des enfants.

Ceci a été approuvé le 23 mai par le Congres américain qui a voté (361pour 37contre) pour couper les aides aux ONG qui fournissent une aide de subsistance à la Palestine occupée. Israël refuse de verser aux palestiniens les taxes collectées, soit 60 millions de dollars par mois. L’Union Européenne a suspendu son aide avec pour conséquence l’incapacité pour l’autorité palestinienne de payer ses 180 000 fonctionnaires, dont les salaires font vivre plus d’un million de palestiniens. (Note de la traductrice)

Une telle punition collective, identifiée comme un crime contre l’humanité par les Conventions de Genève, évoque l’étouffement du ghetto de Varsovie par les nazis et le siège économique de l’Irak par les américains dans les années 90. Si les auteurs de ces crimes ont perdu la raison, comme le suggère Miller, ils semblent comprendre leur barbarie et montrent leur cynisme. « L’idée c’est de mettre les palestiniens à la diète » a plaisanté Dov Weisglass, un conseiller du premier ministre israélien Ehud Olmert.

C’est le prix que les palestiniens doivent payer pour les élections démocratiques qu’ils ont tenues en janvier. La majorité a voté pour le « mauvais « parti, le Hamas, que les Etats-Unis et Israël (et l’UE ndt) avec leur inimitable penchant à diaboliser, décrivent comme terroriste.

Cependant, le terrorisme n’est pas la raison pour affamer les palestiniens, dont le premier ministre, Ismail Haniyeh, a réaffirmé l’engagement du Hamas à reconnaître l’état juif, proposant seulement qu’Israël obéisse au droit international et respecte les frontières de 1967. Israël a refusé parce que, avec son mur de l’apartheid en construction, son intention est claire : s’emparer de plus et plus de Palestine, encercler des villages entiers et éventuellement Jérusalem.

La raison pour laquelle Israël a peur du Hamas c’est qu’il y a peu de chance que le Hamas devienne un collaborateur de confiance en asservissant son propre peuple pour le compte d’Israël. En fait, le vote pour le Hamas était un vote pour la paix. Les palestiniens en ont marre des échecs et de la corruption de l’époque d’Arafat. Selon l’ancien président américain Jimmy Carter, dont le centre (Carter Center) a vérifié la victoire électorale du Hamas, « les sondages de l’opinion publique montrent que 80% des palestiniens veulent un accord de paix avec Israël ».

Comme cela est ironique, si on considère que le Hamas s’est développé grâce à un soutien clandestin, et pas des moindres, d’Israël, qui avec les Etats-Unis et la Grande Bretagne, voulaient que les islamistes sapent l’arabisme laïc et ses rêves « modérés » de liberté. Hamas a refusé de jouer ce jeu machiavélien et, face aux assauts israéliens, il a maintenu un cessez le feu pendant 18 mois. L’objectif de l’attaque israélienne sur la plage de Gaza était clairement de saboter le cessé le feu. Ceci est une tactique qui a fait ses preuves.

Maintenant, le terrorisme d’état, sous la forme d’un siège médiéval, s’applique sur les plus vulnérables. Pour les palestiniens, une guerre contre les enfants n’est pas vraiment une nouveauté. En 2004, une étude de terrain publiée par le journal britannique « British Medical Journal » a rapporté que, les quatre années précédentes, « 2/3 des 621 enfants…tués (par les israéliens) à des check points… sur le chemin de l’école, dans leurs maisons, l’ont été par des tirs provenant d’armes légères, dirigés dans plus de la moitié des cas vers la tête, le cou, et la poitrine – la blessure du tireur d’élite. » ¼ des palestiniens de moins de 5 ans sont chroniquement et sérieusement atteints de malnutrition. Le mur israélien « va isoler 97 cliniques médicales de premiers soins et 11 hôpitaux des populations qu’ils desservent. »

L’étude décrivait « un homme d’un village bouclé par le mur près de Qalkalya qui s’était approché de la barrière portant sa fille gravement malade dans ses bras et suppliant les soldats en faction de le laisser passer pour qu’ils puissent l’emmener à l’hôpital. Les soldats ont refusé. »

Actuellement, la Bande de Gaza, bouclée, comme une prison à ciel ouvert, et terrorisée par les booms supersoniques des avions de combat israéliens, a une population dont presque la moitié à moins de 15 ans. Le DC Khalid Dahlan, un psychiatre qui dirige un projet de santé communautaire pour enfants m’a dit : « Les statistiques que je trouve personnellement insoutenables, c’est que 99,4% des enfants que nous étudions souffrent de traumatisme…99,2% ont eu leurs maisons bombardées ; 97,5% ont été exposées aux gaz lacrymogènes ; 96,6% ont été témoins de tirs ; un tiers ont vu des membres de leurs familles ou des voisins blessés ou tués. »

« Ces enfants souffrent de cauchemars sans fin, et de « nuits de terreur » et de la dichotomie d’avoir à faire face à ces conditions. D’un côté ils rêvent de devenir des médecins et des infirmières « pour pouvoir aider les autres » et d’un autre côté, ceci est dépassé par une vision apocalyptique d’eux-mêmes comme étant la prochaine générations de kamikazes. Ils en font systématiquement l’expérience après chaque attaque israélienne. Pour les garçons, leurs héros ce ne sont plus les joueurs de football, mais une confusion avec les « martyrs » palestiniens et même l’ennemi « parce que les soldats israéliens sont les plus forts et ont des Apaches (hélicoptères de combat). »

Que ces enfants soient maintenant encore plus punis semble au-delà de toute compréhension humaine, mais il y a une logique derrière cela. Au fils des ans, les palestiniens ont évité de tomber dans la trappe d’une guerre civile totale, sachant que c’est ce que veulent les israéliens. Détruire leur gouvernement élu tout en essayant de construire une administration parallèle autour et en connivence avec le président Mahmoud Abbas, pourrait bien produire comme l’universitaire d’Oxford Karma Nabulsi l’a écrit : « Une vision hobbesienne d’une société anarchique … dirigée par des milices disparates, des gangs, des idéologues religieux et brisée en tribus ethniques et religieuses, avec des collaborateurs choisis. Regardez ce qu’est devenu l’Irak aujourd’hui : c’est ce qu’Ariel Sharon avait en réserve pour nous. »

Le combat en Palestine est une guerre américaine, combattue à partir d’une base américaine étrangère la plus lourdement armée, Israël. En Occident, nous sommes conditionnés à ne pas penser le « conflit » israélo palestinien en ces termes, comme nous sommes conditionné à penser que les israéliens sont des victimes et non des occupants brutaux et illégaux. Ceci n’est pas pour sous estimer les initiatives brutales de l’état d’Israël, mais sans F-16 (avions de combat) et Apaches et des billions de dollars de taxes payées par les citoyens américains, Israël auraient fait la paix depuis longtemps avec les palestiniens. Depuis la Seconde Guerre Mondiale, les Etats-Unis ont donné à Israël 140 billions de dollars, la plupart sous forme d’armements. Selon le service de recherche du Congres américain, la même «aide » budgétaire devait inclure 28 millions de dollars « pour aider les enfants palestiniens à affronter la situation de conflit actuelle » et fournir « une première aide de base ». Maintenant, le Congrès y a mis son veto….

Est-ce qu’Arthur Miller avait raison ? Est-ce que nous « dénions intérieurement « tout ceci, ou est ce que nous écoutons des voix lointaines ? Lors de mon dernier voyage en Palestine, j’ai été gratifié, en quittant Gaza, par le spectacle de drapeaux palestiniens flottant au vent de l’intérieur des quartiers emmurés. Des enfants sont responsables de cela. Personne ne leur dit de le faire. Ils fabriquent des porte-drapeaux en assemblant des bouts de bois, et un ou deux grimpent sur un mur et tient le drapeau en silence.

Ils le font, croyant que le monde captera leur message.

Source : extraits d’un article du journaliste australien John Pilger paru sur www.antiwar.com le 15 juin 2006 intitulé "In Palestine a war on children".

Traduction bénévole pour information à caractère non commercial MD pour Planète Non Violence

Ci dessous une vidéo d'Aljazeera montrant les victimes civiles palestiniennes des crimes de guerre commis par l'armée israélienne sur la plage de Gaza. ATTENTION, ces images sont dures à regarder

Video


Bush Olmert, une alliance de brutes

Jeudi 15 Juin 2006
Mireille Delamarre

Dans la même rubrique :
1 2 3

Humour Les Folles D'Allah | Terrorisme Islamo-fascisme | International | Immigration clandestine | France XXI | Communautarisme Islamisation racialisation | Europe | Empire USioniste du Chaos | LIBERTE D'EXPRESSION D'INFORMATION | COLONIALISME JUDEO SIONISTE | GUERRE DE L'INFORMATION | Propagande | DICTATURE UE | PALESTINE | FRANCE | MONDE ARABE | ASIE | archives Armement Sécurité Stratégies Militaires | archives Droit International ONU | archives histoire traditions 2004-2008 | archives sciences écologie 2004-2008 | archives société 2004-2008 | archives culture | archives ressources educatives | archives informations 1 | archives informations 2