information critique contre l'islam conquerant supremaciste le terrorisme
Anti Sionisme

Détérioration des Relations entre le Vatican et le Régime Sioniste.

Dans le cadre de l’Accord Fondamental de 1992 marquant l’établissement de relations diplomatiques Vatican/Tel Aviv, les sionistes ne tiennent pas leurs promesses, cause de la détérioration des relations entre les deux entités. De plus, en Terre Sainte de Palestine, les juifs humilient les chrétiens en leur crachant dessus, et les déplacements des membres du clergé sont de plus en plus limités. Le Vatican soutient le droit au retour des réfugiés palestiniens.



Détérioration des Relations entre le Vatican et le Régime Sioniste.

Pour Le Vatican, Israël ne tient pas ses promesses, il est à l’origine d’une détérioration des relations

Les relations entre Israël et le Vatican « étaient meilleures » avant que les deux n’établissent des relations diplomatiques complètes en 1993, selon un haut diplomate du Vatican et ancien Haut représentant de sa Sainteté à Jérusalem.

Israël n’a pas non plus tenu ses promesses de lever les restrictions sur les déplacements des membres du clergé catholique et de supprimer les taxes sur les propriétés de l’Eglise en Terre Sainte, selon ce qu’a dit Monseigneur Pietro Sambi lors d’une interview publiée vendredi sur le site Web de l’Ordre Franciscain terrasanta.

« Sa Sainteté a décidé d’établir des relations diplomatiques avec Israël dans un acte de foi, acceptant des promesses fermes selon lesquelles les aspects concrets concernant la vie des communautés catholiques et de l’Eglise seraient régularisés plus tard », a dit Sambi, actuellement représentant papal aux Etats Unis. « Chacun peut constater de visu la confiance qu’on peut accorder aux promesses faites par Israël » a ajouté Sambi.

Il se référait aux délais et reports, dont Israël est responsable, concernant le travail de la commission chargée de concrétiser l’Accord Fondamental de 1992 entre le Vatican et Israël.

Les trois principaux problèmes économiques qui sont restés en suspend sont selon Sambi sont : le retour des propriétés de l’Eglise injustement expropriées ou sujettes à une utilisation abusive, la reconnaissance et la compensation pour les services rendus par l’Eglise Catholique à la population israélienne – juive et arabe- et le problème des taxes sur les propriétés de l’Eglise.

Pendant des années l’Eglise n’a pas voulu établir de relation diplomatique avec Israël à cause des mauvais traitements infligés aux palestiniens dans les territoires occupés, des disputes sur les propriétés appartenant à l’Eglise en Terre Sainte et le statut de Jérusalem, une ville sacrée pour les trois religions monothéistes, et pour laquelle l’Eglise veut qu’il lui soit accordée un statut international.



Les chrétiens de Jérusalem veulent que les juifs cessent de leur cracher dessus.

Il y a quelques semaines, un responsable de l’Eglise Orthodoxe Grecque a participé à une rencontre dans un bureau du gouvernement à Givat Shaul à Jérusalem. Quand il est retourné à sa voiture et s’est assis à l’intérieur, un homme d’un certain âge, portant kipa (couvre chef juif) est venu frapper à la vitre; il l’a baissée, et le passant lui a craché à la figure. Selon ce responsable qui n’a pas porté plainte, c’est une habitude des juifs à Jérusalem de cracher sur les chrétiens.

Beaucoup de membres de congrégations religieuses chrétiennes à Jérusalem sont victimes d’abus de ce genre, les ignorant souvent, mais pas toujours.

Récemment, un scandale a éclaté lorsqu’un étudiant d’une Yeshiva (école talmudique juive) a craché sur la croix que portait l’Archevêque arménien lors d’une procession près de la Sainte Sépulture dans la vieille ville de Jérusalem. La croix de l’archevêque, datant du 17 ème siècle, a été brisée lors de l’escarmouche et l’archevêque a giflé l’étudiant. Selon les arméniens vivant à Jérusalem, ce genre de comportement agressif durent depuis des années.

Le nombre d’incidents de ce genre est en constante augmentation, résultant d’un climat délétère, discriminatoire et raciste qui prévaut dans le pays. A Jérusalem, ils sont souvent épisodiques, en lien avec certaines fêtes juives comme Pourim. D’ailleurs pendant les fêtes de Pourim, les chrétiens se barricadent chez eux pour ne pas subir la vindicte de certains juifs.

Des étudiants juifs de certaines Yeshivot considèrent les chrétiens avec mépris et leurs rabbins et « célèbres » éducateurs ne font rien concrètement pour les dissuader, parfois même ils les encouragent.

Pendant des siècles, les juifs ont été la cible de discrimination religieuse et de diabolisation. Faire offense aux membres et aux symboles d’autres communautés religieuses, ce n’est certainement pas le meilleur moyen d’encourager la tolérance inter religieuse. Et le régime sioniste à le Houtzpa (culot) d’exiger actuellement des palestiniens qu’ils reconnaissent Israël comme « état juif » ?

Qu’y a-t- il de « juif » dans ces comportements odieux, tolérés puisqu’ils ne sont n’y publiquement condamnés ni poursuivis pas le gouvernement sioniste ?

Concrètement, le sionisme est non seulement source d’humiliation à l’égard des autres religions mais en plus il est destructeur pour le judaïsme lui-même, sa morale, son éthique.

Le Ministère de l’Intérieur Israélien enferme les responsables religieux dans les territoires occupés.

Le Ministère de l’Intérieur a récemment annulé tous les visas de réentrée pour les membres du clergé chrétiens arabes qui souhaitent voyager dans et en dehors de la Cisjordanie et de la Bande de Gaza occupés, invoquant comme d’habitude lorsqu’il s’agit de mettre en application des politiques discriminatoires à l’égard des non juifs, des raisons de sécurité.

Avant que cette mesure ne soit prise, les membres du clergé, les nonnes et le personnel des congrégations n’avaient pas besoin d’un visa d’entrée pour entrer ou sortir des territoires occupés chaque fois qu’ils souhaitaient se rendre à l’étranger. Maintenant, ils doivent faire une demande de visa auprès des consulats israéliens, une procédure qui prend généralement des mois.

Cette nouvelle procédure implique également qu’ils ne peuvent plus désormais se déplacer d’une paroisse à l’autre dans les territoires occupés palestiniens comme ils avaient l’habitude de le faire antérieurement. De nombreux membres du clergé se retrouvent ainsi prisonniers, n’osant pas voyager de peur de ne pas être autorisés à revenir.

En effet, un prêtre le père Fares Klheifat (seul prêtre grec Melkite de Ramallah) s’est rendu en Jordanie pendant plusieurs jours en septembre. Quand il a essayé de regagner sa paroisse le 14 septembre, il en a été empêché à la frontière Jordanie/Israël, car son multiple visa avait été annulé. Khleifat a été obligé de rester en Jordanie, et sa paroisse est sans prêtre.

Le régime sioniste se vante de respecter la liberté de religion en Terre Sainte de Palestine, mais, en empêchant les membres du clergé d’y circuler voire d’y revenir, c’est à une véritable nettoyage ethnique sur une base religieuse auquel il se livre sur le terrain.

Source de certaines informations Haaretz on line 26/10/16/11/07


Information complémentaire

Le Vatican soutient le droit au retour des refugiés palestiniens. Le Cardinal Renato Martino, l'un des plus hauts dignitaires du Vatican qui dirige le département formulant la politique sur les réfugiés a déclaré mardi 27/11/07 lors de questions posées concernant la conférence d'Annapolis qui se tenait ce jour, que les réfugiés palestiniens, comme tous les réfugiés, avaient le droit de retourner dans leur pays d'origine.

Source Al Manar TV 29/11/07 http://www.almanar.com.lb/NewsSite/ArticlePrintPage.aspx?id=30221

Détérioration des Relations entre le Vatican et le Régime Sioniste.

Israel se sent-il plus en sécurité cette nuit ? (17 novembre 2007)

Sabri al Kurdi, un jeune palestinien de 21 ans de Gaza, atteint d'un cancer, est devenu le patient le plus recent à mourir parce que le gouvernement sioniste a refusé de le laisser passer en Egypte où il devait suivre un traitement d'urgence. Raison invoquée comme d'habitude : " la sécurité d'Israel".

Quand le respect du droit international, du droit humanitaire passe après la "sécurité d'Israel", on est en droit de se demander s'il n'y a pas quelque chose de pourri en "Terre Sainte", et pourquoi ce pesant silence de celui qui a crée l'homme "à son image" ?

Ad Mataï ? Jusqu'à Quand ?

Torture des détenus palestiniens

Talibans d'Israel: religieux juifs et discrimination violente contre les femmes

Dimanche 18 Novembre 2007
Myriam Abraham

Dans la même rubrique :
1 2 3

Mossad Cia et Cie | Boycott Israel | Collaborateurs Des Sionistes | Anti Sionisme | Collaboration Au Sionisme Archives