information critique contre l'islam conquerant supremaciste le terrorisme
OTAN

Des corps d'armée secrets de l'OTAN liés au terrorisme - Stratégie de la tension et du tout sécuritaire

Dans le contexte actuel de la prétendue guerre contre le terrorisme, les données sur la Gladio (armée secrète d'état en Italie) soutiennent l'idée que les gouvernements occidentaux ont sacrifié les vies d'innocents citoyens et couvert des actes de terrorisme pour manipuler le peuple. Les allégations selon lesquelles l'OTAN, le Pentagone, la NIG, la CIA et les services de renseignements Européennes ont entretenu des liens avec le terrorisme, les coups d'Etat et la torture en Europe sont évidemment de nature extrêmement délicate et leur vérification nécessitera de futures enquêtes.




Des corps d'armée secrets de l'OTAN liés au terrorisme - Stratégie de la tension et du tout sécuritaire

Au moment où les experts s'interrogent pour savoir si l'OTAN offre un cadre approprié à la conduite de la "guerre contre la terrorisme" dans le monde, une nouvelle étude suggère que l'histoire secrète de l'alliance a des liens avec le terrorisme. En Italie, le 3 Août 1990, le Premier Ministre Giulio Andreotti a confirmé l'existence d'une armée secrète d'Etat, dont le nom de code est "Gladio" (en latin : épée): Son témoignage, divulgué avant la conduite d'une enquête sur le terrorisme par une sous-commission du Sénat italien, a causé une onde de choc au sein du Parlement et de l'opinion publique, amplifiée par la spéculation d'une manipulation de la politique italienne au moyen d'actes de terrorisme perpétrés par ce corps secret.

Andreotti révèle que l'existence de la Gladio a été cachée au sein du Ministère de la Défense sous la couverture de sous-section du SISMI, les services secrets militaires. Selon un document de 1959 du SISMI, les armées secrètes avaient un double objectif stratégique en Europe : tout d'abord, opérer comme un pseudo groupe "arrière" dans le cas d'une invasion soviétique et conduire la guérilla sur les territoires occupés, et mener à bien certaines opérations nationales pour répondre aux "situations d'urgence".

Felice Casson, le premier juge italien ayant découvert l'existence de la Gladio au cours de ses enquêtes sur le terrorisme d'extrême droite, a constaté que l'armée secrète s'était alliée avec les terroristes d'extrême droite dans ces "situations d'urgence". Ces terroristes, armés par l'armée secrète, réalisèrent sur des sites publics des attentats à la bombe dont la responsabilité fut rejetée sur la gauche italienne et furent ensuite protégés des poursuites judiciaires par les services secrets de l'armée.

"Le but en était très simple: pousser l'opinion italienne à se tourner vers l'Etat pour demander une sécurité accrue. Cette logique politique est à la source de tous les attentats à la bombe restés impunis ainsi qu'expliqua Vincezo Vinciguerra, ancien terroriste de droite au sujet de la "stratégie de la tension" au juge Casson.

Le Sénat Italien choisit d'être plus explicite et conclut dans son enquête en 2000 : "Ces massacres et ces attentats sont des actions militaires organisées, favorisées ou soutenues par des hommes oeuvrant au sein même des institutions de l'Etat italien et, comme il l'a été découvert plus récemment, par des hommes liés aux structures des services de renseignements américains."

A la découverte de l'existence de ce type de corps secrets d'armée, le Parlement européen a émis une sévère critique, les suspectant d'avoir été impliquées dans les manipulation liées aux opérations de terrorisme en Europe.

'Le Dr Daniele Ganser, éminent chercheur au Centre for Security Studies de l'ETH à Zurich et auteur de "NATO's Secret Armies" confirme pour la première fois que des réseaux de renseignements à travers l'Europe de l'Ouest, y compris en Allemagne, en France, en Espagne, au Portugal, en Hollande, au Luxembourg, en Belgique, au Danemark, en Norvège, en Italie, en Grèce et en Turquie, ont nécessité une planification stratégique issue de Grande Bretagne et des USA. Les armées de "l'arrière" étaient coordonnées à un niveau international par le prétendu Comité Clandestin Allié (ACC) et le Comité d'Organisation Clandestine (CPC) affilié au QG suprême des forces de l'OTAN en Europe (SHAPE).
Elles utilisaient des noms de couverture tels que "Absalon" au Danemark, "P26" en Suisse, "ROC" en Norvège et "SDRA8" en Belgique.

II est intéressant de noter que de grandes différences existaient d'un pays à un autre. Dans certains, les armées secrètes se sont changées en creuset du terrorisme, tandis que dans d'autres, elles gardèrent un simple rôle de prévention. En Turquie, la "Contre-Guérilla" est impliquée dans le terrorisme local et les opérations de torture menées contre les Kurdes, et en Grèce, le "LOK" a participé au "coup d'état des colonels" de 1967 pour empêcher l'arrivée au pouvoir d 'un gouvernement socialiste. En Espagne l'armée secrète était utilisée pour soutenir la dictature fasciste de Franco, et en Allemagne les terroristes de droite ont utilisé les explosifs de l'armée secrète pour l'attentat terroriste de Munich en 1980.

Dans d'autres pays, comme le Danemark, la Norvège et le Luxembourg. les soldats secrets furent entraînés pour une éventuelle occupation de leur pays natal et n'ont jamais pris part a aucun acte de terrorisme ou de manipulation. Dans le contexte actuel de la prétendue guerre contre le terrorisme, les données sur la Gladio soutiennent l'idée que les gouvernements occidentaux ont sacrifié les vies d'innocents citoyens et couvert des actes de terrorisme pour manipuler le peuple. Les allégations selon lesquelles l'OTAN, le Pentagone, la NIG, la CIA et les services de renseignements Européennes ont entretenu des liens avec le terrorisme, les coups d'Etat et la torture en Europe sont évidemment de nature extrêmement délicate et leur vérification nécessitera de futures enquêtes.


Source : International Relations and Security Network ISN Security watch, ETH Zurich. Suisse I S décembre 2004, NEXUS n°38 mai-juin 2005
Extraits du livre de Daniel Ganser "NATO’s Secret Armies. Operation Gladio and Terrorism in Western Europe”


CIA partout

Lundi 15 Mai 2006
Mireille Delamarre

Dans la même rubrique :
1 2

TERRORISME | Impérialisme US | OTAN | changements stratégiques géopolitiques | archives Impérialisme Américain 2005-2008