information critique contre l'islam conquerant supremaciste le terrorisme
DICTATURE UE

Crise De Gaza : La Diplomatie Européenne Prépare Un Piège Aux Palestiniens

"...Le cessez le feu poursuivit par les Européens correspond à leurs ambitions impérialistes. Plutôt que d'assurer la libération du peuple palestinien et de soulager sa misère, les puissances européennes ont l'intention d'établir des moyens plus efficaces pour l'opprimer. Dans ce but, ils feront appel aux services d'une force de police sûre. Les candidats les plus probables pour un tel rôle c'est le régime égyptien de l'homme fort Mubarak et l'autorité palestinienne soutenue par les US et Israël...."



Enfant de Gaza Terrorisé Par Les Attaques Israéliennes. Refusons d'Etre Complices
Enfant de Gaza Terrorisé Par Les Attaques Israéliennes. Refusons d'Etre Complices
Contrairement aux US qui ont apporté leur soutien inconditionnel à Israël et se sont opposés à toutes les propositions de cessez le feu suite à l'attaque israélienne de la Bande de Gaza, l'Europe a entrepris toute une série d'initiatives diplomatiques.Il y a actuellement un certain nombre de missions diplomatiques de haut niveau au Moyen Orient.

Représentant l'UE, la Commissionaire de l'UE aux affaires exterieures, Benita Ferrero-Waldner, le chef de la diplomatie, Javier Solana, et les ministres des affaires étrangères de la France, de la Suède et de la Républiqaue Tchèque, se sont rendus dans la région. La Républque Tchèque occupe actuellement la presidence tournante de l'UE. L'ancien premier ministre britannique,Tony Blair, est dans la région représentant le Quarter, ainsi nommé, au Moyen Orient ( ONU, US, UE, Russie). Le président français Nicolas Sarkozy est venu dans la région lundi et mardi dans le cadre de ses fonctions de co président de l'Union pour la Méditerranée récemment créee.

Tous les représentants européens ont appelé à un cessez le feu immédiat. Ils ont discuté de leurs propositions avec Mubarak, et le président de l'autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, le premier ministre israélien Ehud Olmert et - dans le cas de Sarkozy - avec le président syrien Bachar al-Assad. En même temps, toutes les délégations européennes ont écarté toute discussion avec le Hamas, la cible immédiate de l'agression israélienne.

Beaucoup d'opposants à l'attaque israélienne contre Gaza ont accueilli favorablement les initiatives diplomatiques de l'Europe. Le porte parole des affaires étrangères pour le parti de gauche allemand, Wolfgang Gehre, par exemple, a loué l'intervention du président français.

Le militant pour la paix israélien, Michel Warchawski, a critiqué ces initiatives simplement pour être insuffisantes et pour ne pas aller assez vite. Sur le site web du "Nouveau Parti Anti Capitaliste" français il a publié "un appel urgent à tous les militants... de faire pression sur leurs gouvernements pour intervenir pour stopper le massacre et a demandé qu'ils interviennent maintenant et qu'ils n'attendent pas un jour de plus !". Il a poursuivi en appelant au "déploiement d"une force internationale qui se positionne entre les fronts et protège la population de Gaza."

De telles déclarations ne reconnaissent pas le véritable caractère des interventions européennes

Le premer point à noter c'est qu'aucun gouvernement européen n'a condamné l'agression israélienne et ne l'a appelé par son vrai nom - un crime de guerre? Au lieu de cela, ils ont justifié les actions menées par Israël - - son blocus de 18 mois de la population de Gaza, ses assassinats ciblés de dirigeants du Hamas, et ses bombardements d'un territoire densément peuplé et pratiquement sans défense -- comme des actes légitimes d'auto défense.

Avant d'entreprendre son voyage , le Président Sarkozy a publiquement blamé le Hamas - et non l'armée israélienne - pour la souffrance des Palestiniens, citant le lancement des roquettes du Hamas sur la Sud d'Israël. Le chef du gouverneemnt Tchèque et actuel président de l'UE, Mirek Topolanek, a déclaré que l'action militaire israélienne avait un caractère "d'auto défense". Et lors d'une conversation téléphonique avec le premier ministre israélien, la chancelière allemande a déclaré que la responsabilité des combats reposait " clairement et exclusivement" sur le Hamas.

En appelant à un cessez le feu, les gouvernements européens poursuivent d'abord et avant tout leurs propres intêrêts géo politiques.

Ils craignent que les méthodes brutales employées par Israël ne sapent les régimes arabes avec lesquels ils ont des liens économiques et politiques. La colère populaire largement répandue contre les actions d'Israël est de plus en plus dirigée contre les élites arabes dirigeantes, qui collaborent de près avec Israël et les US.

Les cercles dirigeants en Europe craignent aussi une déstabilisation d'Israël résultat de la guerre brutale létale de celui ci à Gaza.

Un éditorial publié dans le journal conservateur français du 5 janvier, Le Figaro, intitulé " Intervenez rapidement pour un cessez le feu" met en garde contre un tel développement, et déclare : " une action immédiate est absolument nécessaire car l'insatisfaction grandira parallèlement au nombre de victimes dans ce nouveau drame palestinien". Le journal ajoutait : " malgré les difficultés, il est nécessaire de conclure un cessez le feu sans délai, car le pire est peut être à venir : toute intervention terrestre dans cette zone densément peuplée aurait des conséquences meurtrières. Et qu'arriverait-il si le Hezbollah ouvre un deuxième front au Liban ? Il est nécessaire d'agir rapidement car la passivité des US a crée un vide qui encourage de nombreux extrémistes".

Les gouvernements européens, en particulier la France, craignent aussi pour la stabilité de leur propres pays, où vivent des millions d'émigrés d'Afrique du Nord et de pays arabes. De nombreux jeunes qui se sont rebellés contre des conditions de vie intolérables dans les banlieues françaises ces dernières années, sont de descendance arabe et musulmane et s'identifient avec les Palestiniens.

Dernier point, non des moindres, les Européeens considérent la passivité des US, occupés par le changement d'administraton et une crise économique profonde, comme une opportunité de rétablir et renforcer leur position au Moyen Orient. Cela s'applique particulièrement à la France, qui, après l'effondrement de l'Empire Ottoman, était l'une des puissances coloniales de tête dans la région jusqu'à ce qu'elle soit évincée par la Grande Bretagne et les US.

Ce point est aussi évoqué dans l'éditorial du Figaro qui déclare : " A cause de l'absence momentanée des Américains, le Président de la République peut espérer recréer un rôle pour les Européens."

Depuis qu'il a pris le pouvoir, Sarkozy a travaillé systématiquement à renforcer le statut de la France dans la région méditérranéenne et au Moyen Orient. C'était l'objectif de l'Union pour la Mediterranée créee en Juillet l'année dernière, de même que la coopération de Sarkozy avec le président syrien Bachar al-Assad qui est considéré comme un paria à Washington. Sarkozy maintient aussi des relations plus proches avec Israël qu'aucun de ses prédécesseurs comme président français.

Avant de démarrer sa mission au Moyen Orient, Sarkozy s'est vanté de ses relations rapprochées dans la région. "La France porte une responsabilité particulière parce qu'elle a su établir un lien de confiance et d'amitié avec tous ceux qui sont concernés dans la région", a-t-il dit lors d'une interview qui a été publiée dans trois quotidiens libanais.

L'Allemagne poursuit également ses propres intérêts au Moyen Orient. La diplomatie allemande procéde de manière plus tranquille que celle de Sarkozy - surtout à cause du rôle passé du pays dans l'Holocauste - mais elle est aussi ambitieuse. Tandis que Sarkozy s'est rendu au Moyen Orient avec les médias dans son sillage, la chancelière allemande Merkel et son ministre des affaires étrangères, Frank -Walter Steinmeier, ont été en contact téléphonique avec les principaux acteurs. Ces dernières années, l'Allemagne a joué un rôle clé dans la formation de la police et des autorités judiciaires dans les régions théoriquement autonomes palestiniennes.

Le cessez le feu poursuivit par les Européens correspond à leurs ambitions impérialistes. Plutôt que d'assurer la libération du peuple palestinien et de soulager sa misère, les puissances européennes ont l'intention d'établir des moyens plus efficaces pour l'opprimer. Dans ce but, ils font appel aux services d'une force de police sûre. Les candidats les plus probables pour un tel rôle c'est le régime égyptien de l'homme fort Mubarak et l'autorité palestinienne soutenue par les US et Israël.

Tandis qu'Israël intensifie ses bombardements et sa guerre terrestre à Gaza, les Européens essaient de trouver un accord qui arrange Tel Aviv et Washington. Selon le journal français le Monde, rapportant les discussions des délégations européennes avec le gouvernement egyptien, la France considère la fin de la contrebande d'armes dans Gaza comme décisif afin d'obtenir l'accord d'Israël pour un cessez le feu. Pour cela il est nécessaire d'établir des contrôles encore plus ressérés sur la frontère entre l'Egypte et Gaza, plus probablement par le déploiement d'une force internationale.

Le Süddeutsche Zeitung suggère des raisons supplémentaires. Le but réel de l'offensive israélienne, le journal écrit, c'est de pousser les Palestiniens dans le désert du Sinaï et de "donner à l'Egypte une part de responsabilité pour les 1;5 millions de Palestiniens." Inutile de dire que "la situation serait presque comparable à la guerre des Six Jours de 1967 : des réfugiés arabes ont fui les troupes israéliennes à ce moment là vers les pays arabes voisins et y sont restés définitivement. Dans le cas actuel, Israël pourrait accepter une fin des hostilités si une puissance neutre acceptait de superviser le cessez le feu. L'Egypte est un candidat potentiel. Le Caire aurait la charge de contrôler le Hamas, et de faire en sorte que les gens aient de quoi manger. Elle assumerait une responsabilité partielle pour l'Administration de la Bande de Gaza."

Le Süddeutsche Zeitung conclue que les US seraient prêts à accepter une telle solution et ferait pression sur le Caire, sur la base de " nous sommes l'allié le plus proche d'Israël et la source de financerment la plus importante du Caire. Mubarak sait que personne d'autre n'est disponible".

Le journal britannique The Financial Times aboutit à une conclusion identique. Le journal écrit que l'Egypte soupçonne que le "véritable but d'Israël à Gaza c'est de transferrer la responsabilité de la Bande et de ses habitants au Caire". Le journal cite un haut responsable egyptien qui se plaint que " nous sommes les victimes d'un jeu diabolique... quand nous ouvrirons les frontières et que nous aurons un vaste problème de réfugiés, qu'est qui va se passer ? Devrons nous transferrer la population de Gaza dans le Sinaï ?"

De tels commentaires montrent clairment que la diplomatie européenne à un aspect sinistre. Suite à une guerre qui pourrait provoquer la mort de milliers de Palestiniens et l'expulsion de Gaza de centaines de milliers d'autres, les Européens préparent une solution ayant pour but de faire en sorte que Gaza reste une vaste prison. En collaboration avec Israël, les US et l'UE, l'Administration de la prison serait confiée à l'Egypte et à l'Autorité Palestinienne.

Peter Schwarz 07/01/09

Source :World Socialist Web Site

Israël commet des crimes de guerre : argumentaire juridique

Boycott d'Israël: liste produits et sociétés

Lundi 12 Janvier 2009
Mireille Delamarre

Dans la même rubrique :

Fascisme Financier - 14/11/2011

1 2 3

Humour Les Folles D'Allah | Terrorisme Islamo-fascisme | International | Immigration clandestine | France XXI | Communautarisme Islamisation racialisation | Europe | Empire USioniste du Chaos | LIBERTE D'EXPRESSION D'INFORMATION | COLONIALISME JUDEO SIONISTE | GUERRE DE L'INFORMATION | Propagande | DICTATURE UE | PALESTINE | FRANCE | MONDE ARABE | ASIE | archives Armement Sécurité Stratégies Militaires | archives Droit International ONU | archives histoire traditions 2004-2008 | archives sciences écologie 2004-2008 | archives société 2004-2008 | archives culture | archives ressources educatives | archives informations 1 | archives informations 2