information critique contre l'islam conquerant supremaciste le terrorisme
archives histoire traditions 2004-2008

Chantiers de la Jeunesse Française 1940-1944 : Une Création Pétainiste que certains aujourd’hui voudraient réactualiser

Même si trop peu d'anciens (en tant que témoins et/ou victimes, ils disparaissent avec l'âge) ou quelques historiens, se souviennent de cette sombre période, il est toujours intéressant de relire des documents d'époque pour initier les jeunes générations de démocrates, de rebelles et d'antifascistes de 2006 à comparer sémantiquement les discours, arguments et vocabulaires d'hier et d'aujourd'hui.

PETAINISME, LE PENISME, VILLIERISME, SARKOZYSME, SEGOLISME,...L'HISTOIRE SEMBLE SE REPETER!

N'AYONS PAS LA MEMOIRE COURTE!

BARRONS LA ROUTE AUX POPULISMES!



Chantiers de la Jeunesse Française 1940-1944 : Une Création Pétainiste que certains aujourd’hui voudraient réactualiser

Création des Chantiers de la Jeunesse Française

Suite à la défaite de l’armée française, Pétain a les "pleins pouvoirs" depuis le 10 juin, l’armistice est signé le 22. Fin juin 1940, venant de Bordeaux le gouvernement du maréchal Pétain s’installe à Vichy. Commence alors une longue période de collaboration avec l’Allemagne Nazie, et une réorganisation de la société française qui va se retrouver enrégimentée, non seulement sous la botte de l’occupant nazi, mais sous celle du collaborateur intérieur, le maréchal Pétain et les sbires à son service. Les Chantiers de la Jeunesse Française (CJF) constituent une manière habile de mettre la main sur la jeunesse française au nom de la «Révolution Nationale » prônée par Pétain, pour soutenir le régime collaborationniste, et, dans certains cas, alimenter en main d’œuvre étrangère, véritable esclavagisme, l’infâme STO (Service de Travail Obligatoire en Allemagne pour faire tourner l’industrie militaire allemande).

Une partie des contingents 1939 et 1940, appelés dans les dépôts du 8 au 10 juin, soit dans les tous derniers jours de la retraite, se retrouvent devant des dépôts fermés. Pour Pétain au départ, il s’agit donc de regrouper et reprendre en main ces hommes qui n’ont reçu aucune instruction militaire. Cette tâche est confiée par le Ministère de la Défense au général de la Porte du Theil, polytechnicien et ancien commissaire des scouts de France. Deux jours plus tard le général de la Porte du Theil présente son plan. Le 3 Juillet 1940 marque le démarrage des "Chantiers", qui va être à l'origine de la politique pétainiste de la jeunesse. Il s’agit de répartir ces jeunes dans des camps à installer en pleine nature, hors des casernes et des villes. Cette idée est officialisée le 30 Juillet par un décret signé par le Maréchal Pétain, stipulant que les hommes incorporés en juin 1940 et relevés de leurs obligations militaires seront aussitôt envoyés pour une durée de 6 mois dans des groupements constitués sous l’autorité du Ministre de la Jeunesse et de la Famille. Regroupés puis répartis en unités de 200 hommes environ, il est prévu de les

"camper en pleine nature, au milieu des bois, à l’abri de toute cause de trouble ou d’agitation’’

et de les occuper à de grands travaux d’intérêt général.

La première instruction précise que :

"L'organisation des Groupements de Jeunesse se propose de donner aux jeunes hommes de France, toutes classes confondues, un complément d'éducation morale et virile qui, des mieux doués fera des chefs et de tous des hommes sains, honnêtes, communiant dans la ferveur d'une même foi nationale".

Le Maréchal et son gouvernement veulent assurer le redressement de la France en s'appuyant sur la jeunesse pour, selon la règle qui préside à la création de ces « Chantiers » :

« Substituer le sens de l'effort au culte du confort et la conscience des devoirs à la revendication des droits".

Les principes et les moyens d'éducation sont ainsi définis :

" La formation morale est à rechercher essentiellement dans le culte de l'honneur et dans la pratique de la vie en commun.

" La formation virile qui crée d'ailleurs une prédisposition heureuse au développement moral, se rattache à l'entraînement physique.

" La vie en contact de la nature doit favoriser cette double discipline.


Les directives officielles précisent que les « Chantiers » doivent, en fonction des lieux et des circonstances, apporter leurs concours pour une part de leur temps aux travaux forestiers, à la fabrication du charbon de bois, à la remise en culture des terres, aux travaux agricoles pendant la période des grands travaux, aux travaux routiers, à la lutte contre les incendies de forêt.

C'est la loi du 18 Janvier 1941 qui donne aux Chantiers de la Jeunesse Française leur statut définitif. Désormais tous les Français âgés de vingt ans résidant en zone libre seront tenus d'effectuer un Service National de huit mois. Le 29 Juin 1941 à Vichy le maréchal Pétain remet solennellement leur Drapeau National aux Chantiers de la Jeunesse.

De 1940 à 1944 quatre cent cinquante mille jeunes Français encadrés par vingt mille chefs vont se retrouver incorporés obligatoirement dans ces "Chantiers" où ils doivent y recevoir selon le pétainisme en vigueur :

« Une formation physique, civique et morale qui leur donne le goût de la vie en plein air, le respect de la nature, le sens du travail en équipe et l'amour de leur pays ».

Organisation des Chantiers de la Jeunesse Française, le Cadre Réglementaire, l’Esprit Chantier

L’organisation est calquée sur celle de l’armée de terre. Pour l’encadrement on fait appel au volontariat, avec de très nombreuses candidatures de cadres de l’armée d’active mais aussi de la réserve et de la société civile, de nombreux polytechniciens et d’anciens subordonnés ou élèves du général de la Porte du Theil. Les « Chantiers » étaient articulés en six régions dont cinq en Zone Libre et la sixième en Afrique du Nord, chaque région devait comprendre entre huit et dix groupements d’un effectif tournant autour de 2000 hommes, soit le niveau d’un régiment d’infanterie.

Le groupement, organe de commandement et organe administratif était responsable de la vie matérielle, de l’instruction et du moral, comprenait aussi les différents services, les magasins, les ateliers et l’infirmerie hôpital. Les chefs de groupement avaient sous leurs ordres une dizaine de groupes d’environ 200 hommes, soit une grosse compagnie d’infanterie, disposant chacun d’un camp à créer de toutes pièces dans une zone isolée. Chaque groupe comprenait une dizaine d’équipes d’une quinzaine d’hommes. L’équipe constituait la structure de base, au sein de laquelle étaient également partagés le travail, la détente et le repos. Le plus souvent elle était commandée par un appelé ayant fait un stage de qualification. Le principe était que les jeunes ne devaient jamais rester inoccupés, obligés qu’ils étaient de participer à des activités soutenues

Exclusivement calquée sur la vie militaire, la journée commençait par le lever des couleurs selon un cérémonial solennel, suivi souvent par un discours, puis partagée en deux parts égales, le travail de chantier, et l’éducation physique et instruction technique. Pour les illettrés et ceux qui n’avaient pas leur certificat d’études des cours de rattrapage étaient organisés. Le travail y était considéré avant tout comme un outil éducatif. Il s’agissait de produire en commun quelque chose d’utile au pays sans entrer dans des considérations de rentabilité. Mais l’essentiel s’était la formation morale qui avait pour but de faire prendre conscience aux jeunes de leurs devoirs d’homme et de leurs responsabilités de citoyen…obéissants.

Après l’invasion de la Zone Sud par l’armée nazie, la situation se détériore rapidement pour les C.J.F. Au cours de l’hiver 1942-43 les allemands exigent l’envoi en Allemagne de 300.000 spécialistes et travailleurs français. Le gouvernement collaborationniste de Pétain crée le commissariat au S.T.O. Mais, ayant obtenu peu de résultats, les allemands passent à la contrainte et en avril mai 1943 déclenchent dans les grandes villes des rafles de jeunes qui sont déportés en Allemagne.

Une partie des jeunes des C.J.F seront envoyés dans le cadre du S.T.O en Allemagne, accompagnés par leur encadrement qui va y reconstituer les structures des C.D.J. en y incorporant d’autres travailleurs français. Fin 1943, l’organisation des chantiers se délite, certains jeunes rejoindront la résistance et les maquis, puis l’armée française après le débarquement de 1944. Les C.J.F sont dissous en trois étapes, en juin 1944 par les Allemands, le 5 juillet par le gouvernement d’Alger et le 13 décembre par le gouvernement provisoire de la République.

Autres Initiatives d’encadrement civil de la Jeunesse sous Pétain

Si les Chantiers pèsent d'un grand poids dans la politique du maréchal Pétain, d'autres initiatives ont été prises par le Secrétariat Général de la Jeunesse dirigé par Georges LAMIRAND.

De grands services civiques ont été crée dès Juillet 1940 :

  • Les "Compagnons de France", organisation regroupant, à titre privé, des garçons de seize à vingt ans de toutes origines sociales décidés "de participer au relèvement matériel et moral du pays en offrant leur concours aux Services d'Aides aux Réfugiés, aux prisonniers de guerre et généralement à toutes initiatives propres à associer les jeunes au service du pays". Environ trente mille jeunes y souscrirent.

  • Le "Service Civique Rural" qui a rassemblé de son côté plus de cent mille jeunes âgés de dix sept à vingt et un an qui ont participé aux moissons et vendanges en remplacement des centaines de milliers d'agriculteurs prisonniers en Allemagne.

  • Les "Centres de jeunes travailleurs" qui ont accueilli des jeunes gens sans travail, désireux d'acquérir une formation professionnelle, physique et civique. Le "Secours National" lui a reçu des milliers de jeunes pour l'aider dans ses oeuvres d'assistance et de charité.
    La politique du Maréchal Pétain, visait aussi à maintenir et développer en zone libre les divers mouvements de jeunesse dont le scoutisme qui passa de quarante mille à cent vingt mille membres.

  • L'Association Catholique de la Jeunesse Française, les Auberges de la Jeunesse et les Camarades de la Route ont également reçu, à l'époque, un appui efficace du gouvernement de collaboration de Pétain.

Ceux qui encore aujourd’hui, et ils ne se comptent pas seulement sur les deux doigts de la main, continuent de soutenir le principe et les « bienfaits » de cet endoctrinement massif, cet asservissement des jeunes au diktat fasciste, affirment sans honte que :

« Il n'est pas exagéré d'affirmer que s'il y a un domaine dans lequel le mot "résistance" peut être valablement utilisé c'est bien celui concernant la politique du Maréchal en faveur de la jeunesse. Grâce aux mesures prises les jeunes ne désespérèrent pas de leur pays, se forgèrent une âme et se préparèrent, activement au relèvement de la France tout en étant protégés dans une large mesure des menaces de l'occupant. » (www.marechal-petain.com)

ils semblent en avoir convaincu d’autres, tant le pétainisme pollue l’air du temps et le champ politique actuel à droite comme à gauche.

Le Centre d'Etudes et de Recherches de l'Institut Général de la Porte du Theil animé par des anciens des Chantiers a réalisé en 1982 une étude sur le Service National préconisant sa répartition en service national civil et service national militaire.

Certains, à droite comme à gauche, s’en sont probablement inspirés, de même que de l’histoire des CJF, pour faire les propositions qu’ils font, au lieu de promouvoir une éducation publique laïque civile pour TOUS, de qualité, dans des conditions qui permettent à TOUS de trouver dans la société, et à égalité, sa place sans discrimination et en toute dignité.

Sources de certaines informations : www.marechal-petain.com et www.farac.org (site de la Fédération des Amicales Régimentaires et des Anciens Combattants).
A consulter éventuellement avec la plus « Grande Suspicion »

Recherche documentaire : « L’Instit »


Petition: Non au Projet de Loi SarkoPétainiste de Prévention de la Délinquance

Segolene Royal, Problèmes de Délinquance, "Désirs d'Avenir": Une Deux, Une Deux, Garde à Vous!

Dimanche 25 Juin 2006
Mireille Delamarre

Dans la même rubrique :
1 2 3

Humour Les Folles D'Allah | Terrorisme Islamo-fascisme | International | Immigration clandestine | France XXI | Communautarisme Islamisation racialisation | Europe | Empire USioniste du Chaos | LIBERTE D'EXPRESSION D'INFORMATION | COLONIALISME JUDEO SIONISTE | GUERRE DE L'INFORMATION | Propagande | DICTATURE UE | PALESTINE | FRANCE | MONDE ARABE | ASIE | archives Armement Sécurité Stratégies Militaires | archives Droit International ONU | archives histoire traditions 2004-2008 | archives sciences écologie 2004-2008 | archives société 2004-2008 | archives culture | archives ressources educatives | archives informations 1 | archives informations 2