information critique contre l'islam conquerant supremaciste le terrorisme
archives Droit International ONU

Algérie et droits de l'homme - Une caravane contre l'oubli organisée par les familles de disparu(e)s parcourt l'Europe

Composée d’une délégation de mères de disparu(e)s, de représentants des familles de disparus enlevés par les groupes armés, des témoins de massacres et de victimes de la torture, la Caravane contre l’oubli vient témoigner, débattre et sensibiliser le plus grand nombre à la violation flagrante de leurs droits par les autorités algériennes.



 Algérie et droits de l'homme - Une  caravane contre l'oubli organisée par les familles de disparu(e)s parcourt l'Europe
Six ans après le référendum sur la concorde civile, un nouveau référendum va être soumis aux Algériens leur demandant d’approuver une "Charte pour la paix et la réconciliation nationale". Par ce vote, les autorités algériennes espèrent clore définitivement les dossiers de plus de 10 000 personnes disparues après avoir été enlevées par les forces de l’Etat durant la "sale guerre". Cependant, sous couvert de réconciliation nationale, cette Charte scelle un peu plus l’impunité de l’Etat et enterre tout droit à la vérité et à la justice pour les milliers de victimes.

Aujourd’hui, le Collectif des familles de disparu(e)s en Algérie (CFDA), association créée en 1999 pour soutenir ces familles, arrive à une phase décisive de son combat pour la vérité et la justice. Nous comprenons le peuple algérien qui, tout entier touché par ces années sanglantes, désire aujourd’hui vivre enfin en paix. Nous aussi, les familles de disparu(e)s, qui portons en notre chair les stigmates de cette guerre terrible, désirons refermer cette page douloureuse de l’histoire de l’Algérie. Toutefois, cette Charte, publiée par un décret présidentiel du 15 août et que les Algériens sont appelés à approuver le 29 septembre, ne prône que l’oubli et l’impunité des coupables au détriment de la Vérité et de la Justice, racines essentielles d’une société enfin unifiée et durablement pacifiée.

C’est pourquoi le Collectif des familles de disparu(e)s en Algérie, soutenu par de nombreuses ONG françaises et internationales de défense des droits de l’Homme, organise en France et en Europe, la Caravane contre l’oubli. Déjà reçue au Parlement européen de Bruxelles ; au Forum social méditerranéen de Barcelone ; à Rome par Amnesty International ; à Genève par le Haut commissariat aux droits de l’Homme ; à Londres, par Amnesty International, elle sera présente en France, elle sera présente à Lille, Lyon, Paris, Marseille.

Composée d’une délégation de mères de disparu(e)s, de représentants des familles de disparus enlevés par les groupes armés, des témoins de massacres et de victimes de la torture, la Caravane contre l’oubli vient témoigner, débattre et sensibiliser le plus grand nombre à la violation flagrante de leurs droits par les autorités algériennes.

Collectif des familles de disparu(e)s
c/o Maison des associations
181 av Daumesnil boite n°60
Paris 75012
tel/fax 0033143448782

Personne à contacter pour inviter la caravane : Mme Nassera Dutour
mail : yn.dutour@wanadoo.fr



Communiqué de l'Observatoire pour la protection des défenseurs des droits de l'homme

 Algérie et droits de l'homme - Une  caravane contre l'oubli organisée par les familles de disparu(e)s parcourt l'Europe
Algérie : Agression de membres des familles de disparus par les forces de police

Paris-Genève, 23 septembre 2005

L'Observatoire pour la protection des défenseurs des droits de l'Homme, programme conjoint de la Fédération internationale des ligues des droits de l'Homme (FIDH) et de l'Organisation mondiale contre la torture (OMCT), exprime ses plus vives inquiétudes quant à la recrudescence du harcèlement dont font l'objet les membres de l'association SOS disparu(e)s à Alger, Oran et Constantine.

Selon les informations reçues du Collectif des familles de disparus en Algérie (CFDA) et de SOS disparu(e)s, le 22 septembre 2005, plusieurs membres de familles de disparus ont été frappés et arrêtés par la police devant le stade Ramdane Ben Abdelmalek de Constantine, où M. Bouteflika, président de la République, tenait un meeting sur le projet de Charte sur la paix et la réconciliation nationale, soumis à référendum le 29 septembre prochain.

En effet, ces familles, qui se réunissent habituellement devant le cabinet de la Wilaya, se sont rendues au stade afin de demander au président un entretien sur la situation de leurs proches disparus. Cependant, les forces de l'ordre ont empêché plusieurs représentants des familles de pénétrer dans l'enceinte du stade, puis les ont frappés de dizaines de coups de pied et de poing, malgré la présence de témoins et de journalistes. Plusieurs personnes ont ensuite été arrêtées et emmenées au commissariat central afin d’être interrogées, dont M. Bellatrèche, porte-parole des familles de disparus à Constantine, ainsi que Madame Saker et cinq autres mères de disparus, âgées de 60 à 75 ans. A l’heure actuelle, ces personnes sont toujours en détention, sans qu'aucune charge n'ait été officiellement retenue contre elles.

De plus, le 14 septembre 2005, Monsieur Mouloud Arab, père de disparu âgé de 75 ans, a été arrêté par les forces de police alors qu'il quittait le rassemblement hebdomadaire organisé par SOS disparu(e)s devant la Commission nationale pour la promotion et la protection des droits de l'Homme (CNCPPDH) à Alger. Quatre policiers l'ont conduit au commissariat, au motif qu'il distribuait des tracts concernant notamment le projet de Charte et la situation des familles de disparus. M. Arab est resté trois heures en garde à vue et a subi un interrogatoire sur son passé, les raisons pour lesquelles il distribuait ces tracts, et s'il en détenait d'autres à son domicile. A l'issue de cette garde à vue, ses papiers d'identité lui ont été confisqués, et ne lui ont été restitués que le lendemain.

Le 17 septembre 2005, M. Arab a été déféré devant le Parquet d'Alger pour violation de l'article 96 du Code pénal algérien, qui réprime la « distribution de tracts de nature à nuire à l'intérêt national ». Une audience doit se tenir devant le juge d'instruction d'Alger le 25 septembre 2005. En raison de son âge, M. Arab n'a pas été placé en détention mais reste sous contrôle judiciaire, et doit se présenter au commissariat tous les mercredis.

Par ailleurs, Mme Fatima Yous, présidente de SOS disparu(e)s, a reçu plusieurs appels anonymes sur son téléphone portable, lui indiquant qu'elle devait quitter le territoire algérien si elle voulait protéger les familles membres du collectif, le bureau d'Alger et son personnel. M. Hacène Ferhati, trésorier de l'organisation, est quotidiennement harcelé sur son téléphone portable par des inconnus depuis le 15 septembre 2005.

L'Observatoire rappelle également que les locaux de SOS disparu(e)s à Alger font l'objet d'une surveillance régulière de la part des forces de police, ainsi que d'appels anonymes récurrents.

Mme Fatima Nekrouf, secrétaire du bureau de l'association à Oran, a été à plusieurs reprises menacée de mort au téléphone. Début septembre, un inconnu lui avait demandé de lui remettre les dossiers de toutes les familles de disparus, demande à laquelle elle n'avait pas donné suite. L'auteur des menaces a, en outre, fait référence à la disparition de son père, M. Abdelkader Nekrouf, avocat militant pour les droits de l'Homme arrêté en 1997, et disparu depuis lors.

Les 17 et 18 septembre 2005, trois policiers en civils se sont présentés au bureau d'Oran et ont procédé à une fouille complète, sans présenter de mandat ni de carte de police. Ils ont par ailleurs interrogé Mme Nekrouf sur ses activités au sein de l'organisation.

L'Observatoire est vivement préoccupé par les actes de représailles, les menaces et les pressions subies par les membres de SOS disparu(e)s, qui s'inscrivent en violation flagrante des dispositions de la Déclaration sur les défenseurs des droits de l'Homme, adoptée par l'Assemblée générale des Nations unies le 9 décembre 1998, et notamment son article 6b qui stipule que "chacun a le droit, individuellement ou en association avec d'autres, de publier, communiquer à autrui ou diffuser librement des idées, informations et connaissances sur tous les droits de l'Homme et toutes les libertés fondamentales", ainsi que son article 12.2 qui dispose que "l'Etat prend toutes les mesures nécessaires pour assurer que les autorités compétentes protègent toute personne, individuellement ou en association avec d'autres, de toute violence, menace, représailles, discrimination de facto ou de jure, pression ou autre action arbitraire dans le cadre de l'exercice légitime des droits visés dans la Déclaration".

L'Observatoire demande aux autorités algériennes de :

  • Garantir en toutes circonstances l'intégrité physique et psychologique de Mme Fatima Yous, Mme Fatima Nekrouf et M. Mouloud Arab, ainsi que de tous les membres de l'organisation SOS disparu(e)s;
  • Procéder à la libération immédiate et inconditionnelle de M. Bellatrèche, Mme Saker, ainsi qu'à celle des cinq autres mères de disparus, aucune charge n'ayant été prononcée contre eux à ce stade;
  • Cesser toute forme de représailles à l'encontre des membres de l'organisation SOS disparu(e)s, et plus généralement l'ensemble des défenseurs des droits de l'Homme algériens;
  • Mener une enquête indépendante et impartiale sur l'ensemble de ces faits;
  • Se conformer aux dispositions de la Déclaration sur les défenseurs des droits de l'Homme, et plus particulièrement son article 1 qui dispose que "chacun a le droit, individuellement ou en association avec d'autres, de promouvoir la protection et la réalisation des droits de l'Homme et des libertés fondamentales aux niveaux national et international", son article 6b et son article 12.2;

Dimanche 25 Septembre 2005
Mireille Delamarre

Dans la même rubrique :

La Loi de la Jungle - 04/02/2007

1 2 3

Humour Les Folles D'Allah | Terrorisme Islamo-fascisme | International | Immigration clandestine | France XXI | Communautarisme Islamisation racialisation | Europe | Empire USioniste du Chaos | LIBERTE D'EXPRESSION D'INFORMATION | COLONIALISME JUDEO SIONISTE | GUERRE DE L'INFORMATION | Propagande | DICTATURE UE | PALESTINE | FRANCE | MONDE ARABE | ASIE | archives Armement Sécurité Stratégies Militaires | archives Droit International ONU | archives histoire traditions 2004-2008 | archives sciences écologie 2004-2008 | archives société 2004-2008 | archives culture | archives ressources educatives | archives informations 1 | archives informations 2